Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 10:12

Un cru 2014 d'excellente qualité qui a été suivi par un public nombreux et visiblement concerné et nous a présenté un ensemble de films divers et surprenants, soit en compétition, soit hors compétition et presque toujours en présence de leurs réalisateurs. C'est ainsi qu'un hommage a été rendu à  Hideo Nakata avec un film d'une grande originalité Monsterz. Cet opus nous conte l'histoire d'un personnage qui a la capacité de contrôler les gens et de leur imposer ses volontés, remake d'un thriller surnaturel coréen qui fait suite à Ring ( 1998 ) et Ring 2 ( 1999 ), devenus les plus célèbres films fantastiques au Japon. C'est après la sortie flamboyante de son chef-d'oeuvre Dark Water, en 2002, que Nakata est devenu le chef de file de la Nouvelle Vague nippone. Bien que passionné par le surnaturel, le cinéaste a bien précisé  qu'il restait un observateur assidu de notre époque, du pouvoir de plus en plus envahissant de l'image et de l'attraction qu'elle exerce sur la jeunesse. Ainsi, il ne craint pas de dénoncer  les dérives d'internet et de la télé-réalité, de même que ses propres phobies. Son cinéma est fort et original et privilégie l'économie de moyens, évitant violence et effusion de sang qui caractérisent trop souvent le cinéma asiatique.

 

Un autre hommage a été rendu au réalisateur taïwanais Tsai Ming-Liang, en même temps qu'ont été projetés Les chiens errants, un film qui a frappé le public par un narratif bouleversant et un sujet traité d'une façon  très personnelle dans une apogée dramatique qui ne peut laisser personne indifférent, sorte de fresque tragique et d'un humanisme poignant. Etait présent également un cinéaste que j'aime beaucoup Kiyoshi Kurosawa avec Real où une fois encore le diable d'homme nous surprend par l'originalité de son thème. Après l'excellent Shokuzai  - Celles qui voulaient se souvenir et Celles qui voulaient oublier, il nous immerge cette année dans l'inconscient d'un couple amoureux mais qui perd pied à un moment donné de sa vie. Qui est qui et quel est l'inconscient de l'un qui a pris l'avantage sur l'autre et comment s'y retrouver dans la trame d'une vie soudain décousue ? Grâce à un scénario serré et une mise en image d'une efficacité redoutable, Kurosawa nous mène de surprise en surprise dans les volutes de l'esprit où le réel se confond  au surréel, l'inconscient au conscient, belle histoire d'un Roméo et d'une Juliette revisitée à l'aune des progrès scientifiques et de la science contemporaine. Enfin avec Le promeneur d'oiseau, Philippe Muyl, vivement applaudi, clôturait cette 16ème édition avec un conte ravissant, filmé dans des paysages d'une beauté à couper le souffle. Cette oeuvre franco-chinoise sortira fin avril dans les salles françaises et je vous la recommande vivement car c'est un opus plein de charme, très actuel entre deux modes de vie : celle d'un jeune couple de Pékin riche et gagné par tous les travers de la modernité et celle d'un vieux paysan resté attaché à ses traditions ancestrales. Entre eux une petite fille, qui pourrait être celle de n'importe quel couple actuel, va découvrir, à l'occasion de vacances impromptues, que la vie a certes plusieurs visages mais que l'amour n'en a jamais qu'un seul.

 

Quant aux films en compétition, je ne les ai pas tous vus, mais j'ai apprécié la plupart d'entre eux pour la qualité de la mise en scène et, à défaut peut-être de l'originalité de leurs sujets, celle de leur interprétation, ainsi que les rythmes bien adaptés de leurs récits. Ce furent Mater Dolorosa de Adolfo B. Alix qui nous plonge dans l'intimité d'une famille de la mafia philippine, à Manille plus précisément, et a la chance de reposer sur les épaules d'une actrice douée d'une merveilleuse présence : Gina Alajar dans le rôle de Lourdes Lagrimas. Et  No Man's land de Ning Hao pour la virtuosité scénique, le rythme compulsif et une virée rocambolesque dans un désert de tous les dangers menée de main de maître par le réalisateur, film violent et cruel qui  n'en est pas moins un western d'aujourd'hui au coeur d'un univers désolé et tragique.

 

Quant à l'opus le plus couronné, Prix du Public et Prix du Jury, il ne m'a pas totalement convaincue, mais il porte en lui des qualités indéniables de sensibilité et semble prometteur d'une belle carrière, car son réalisateur Lee Su-Jin, né en Corée du sud en 1977, est encore très jeune. Han Gong-Ju est son premier long métrage après deux courts métrages déjà remarqués : Papa ( 2004 ) et Enemy's Apple en 2007 ; Il faut souhaiter qu'il maîtrise mieux ses narratifs car celui de Han Gong-Ju reste brouillon. Vous pouvez vous référer aux articles que j'ai consacrés à ces divers films en cliquant sur les liens ci-dessous. Enfin un Festival qui prouve la diversité d'inspiration d'un cinéma asiatique en plein essor, auquel rien n'échappe des problèmes de notre actualité internationale et qui n'oublie pas de se préoccuper des difficultés d'un monde en mutation et d'initie les bonnes interrogations.

 

autres articles relatifs au 16e Festival du film asiatique de Deauville

 

Han Gong-Ju

 

No Man's Land

 

Monsterz


Les chiens errants de  Tsai Ming-liang

 

REAL de KIYOSHI KUROSAWA

 

LE PROMENEUR D'OISEAU de PHILIPPE MUYR

 

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

16e FESTIVAL DU CINEMA ASIATIQUE de DEAUVILLE - BILAN

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE - dans CINEMA ASIATIQUE
commenter cet article

commentaires

Film streaming 27/03/2014 04:10

Mon site preferé de streaming c’est : http://www.film-en-lignee.com il ne contient pas de lien mort et sans pub

Film streaming 27/03/2014 04:10

Merci pour le partage

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche