Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 10:00

Décidément le cinéma français manque visiblement d’inspiration et ce n’est pas ce pauvre Dans la cour qui va lui redonner un semblant de santé et de couleur. Heureusement, et bien que sans prétention, Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu a le mérite d’être hilarant et de vous distraire sans vulgarité et sans leçon de morale. Mais ce passage dans cette cour sordide, mise en images par Pierre Salvadori, est l’assurance d’en ressortir plus découragé que jamais sur l’avenir de notre 7e Art. On vous fera remarquer que c’est là un film d’auteur, seulement l’auteur est sans talent, sans verve, sans esprit. Les dialogues sont d’une pauvreté accablante et les mots qui reviennent le plus souvent sont « Oh putain, c’est con ! et autres richesses de notre belle langue française. Rien qui puisse, dans cet opus indigent, susciter la moindre émotion et le moindre intérêt. On s’ennuie à longueur de pellicule devant ces personnages creux qui sont bien en peine de délivrer un quelconque message car il n’y en a pas ; c’est l’histoire plate et grise d’un musicien dépressif qui se reconvertit en gardien d’immeuble. Il y rencontre Mathilde, une femme qui flirte avec la folie et fait une fixation sur des fissures qui apparaissent dans son appartement, symbole de ses fêlures intérieures. Un lien de tendre amitié va se nouer entre elle et son gardien qui tente bien maladroitement d'apaiser ses angoisses tout en gérant tant bien que mal les siennes. Voilà, n’en attendez pas davantage, la mélancolie est ici au rabais.

 

On se demande ce que Catherine Deneuve vient chercher dans ce rôle de déjantée aussi peu attendrissante que possible. Elle donne vraiment l’impression de ne prêter à ce rôle qu’un visage désabusé et morose, sans les grâces de l’âge que quelques actrices ont si bien su insuffler à leurs dernières apparitions à l’écran. Pensons à Danielle Darrieux, à Denise Grey dans La boum ou à Gisèle Casadessus, adorable dans La tête en friche. Aussi est-ce pénible de voir Deneuve s’égarer dans des productions d’une telle médiocrité, très en-dessous de son talent. Certains ont crié à la grande Catherine, je serai plutôt tentée de susurrer …la pauvre Catherine.

 

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique CINEMA FRANCAIS, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

LISTE DES FILMS DU CINEMA FRANCAIS

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

 

DANS LA COUR de PIERRE SALVADORIDANS LA COUR de PIERRE SALVADORI
DANS LA COUR de PIERRE SALVADORIDANS LA COUR de PIERRE SALVADORI

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE - dans CINEMA FRANCAIS
commenter cet article

commentaires

antiherosmoderne 17/07/2014 03:30

Bonjour,
Félicitations pour ce blog, il est riche, bien écrit, bien illustré et je le lis souvent.

J'ai vraiment aimé "Dans la cour" sur plusieurs plans. Deneuve joue hyper bien la névrosée, elle est fragile et elle se défends en jetant des fruits par la fenêtre. Les personnages secondaires dont vous n'avez pas parlé Pio Marmai par exemple apportent une épaisseur réelle.
On reconnait des traits de caractère de nos contemporains, cette anxiété permanente certes symbolisée maladroitement par les fissures ( mais le traitement de ces fissures est exceptionnel, le gardien se soucie tant du bonheur de ses semblables qu'il propose une solution ludique pour pouvoir voir les trous dans le mur quand on en a envie, peu banal non? ).
Et la situation est grave en même temps. La drogue, le droit de propriété, les amours déçus et vieillissants sont des sujets traités sans vraiment être approfondis...
Enfin ce n 'est pas votre avis qui m' a blessé mais plutôt des tournures de phrases qui m'ont fait mal au cœur : J'ose espérer que Catherine Deneuve ne livre pas là une de ses dernières prestations, quelle idée de la comparer à Danielle Darrieux niveau âge. Et le cinéma français est merveilleux, il est un des meilleurs dans le monde ; Il y aurait plus de prétention dans " Dans la cour" que dans "Qu'est ce qu'on a fait au bon dieu? " ?Gustave Kervern serait plus bling bling que Christian Clavier, dans son jeu?

A moins que la prétention vienne du mot" film d'auteur"? plutôt que d'assumer faire un film grand public? ...

armelle 17/07/2014 09:49

Je comprends très bien antiherosmoderne que vous soyez choqué par un avis très opposé au vôtre. Cela m'arrive souvent lorsque, ayant apprécié un film, je lis des critiques qui rendent compte d'appréciations en totale contradiction avec les miennes. Mais il est inutile d'en discuter. Ce que vous écrivez vaut ce que j'ai moi-même écrit, c'est ce qui fait la richesse de la vie sociale et culturelle. Conservez longtemps vos beaux enthousiasmes. Merci de vos visites et à bientôt. Je vous invite à venir visiter mon autre blog : INTERLIGNE

Alain 17/05/2014 12:41

Chère Armelle, votre critique ne m'a blessé en rien. Heureusement que nous avons encore la possibilité de nous exprimer librement . Le cinéma est fait pour tous. Quant à "Grace de Monaco" ... Nicole Kidman est vraiment très belle, excellente aussi, ce n'est pas une surprise. Quant au film je ne pense pas que vous y trouveriez matière à vous satisfaire complètement. Je me suis rabattu sur celui-ci pour Kidman que j'apprécie beaucoup. Pour une autre raison aussi, je suis fatigué d'avaler des kilomètres pour voir des films qui ne me conviennent plus vraiment. Quant à "Pas son genre" là je vous conseille réellement. Émilie Dequenne est tout à fait surprenante, l'histoire bien écrite réserve de jolis moments d'émotion. Passez un très bon week-end, le soleil semble briller partout en France.

armelle 17/05/2014 13:21

Oui, Alain, nous sommes gâtés il fait un temps magnifique et j'attends fils et petit-fils. Bon week-end à vous aussi.

Alain 14/05/2014 21:05

Un film qui ne touche pas les spectateurs de la même façon. Pour ma part je me suis reconnu dans ces affres qui peuvent complètement anéantir. J'ai adhéré à cent pour cent et trouvé l'ensemble particulièrement bien vu. Aucune esbroufe. J'ai même reconnu certains travers de copropriétaires. J'en avais aussi, comme tout un chacun. Sortir pour promener mon chien aux premières lueurs du jour, par exemple, ce qui m'avait valu des envois anonymes, bien entendu, contenant des boîtes de somnifères. Je n'ai pas cédé et continué également d'arroser les rosiers de ma terrasse. Une autre forme de thérapie.

Film Streaming 14/05/2014 13:34

Excellent j'adore ! magnifique Armelle !

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE 14/05/2014 16:46

à Film Streaming :

A quelqu'un qui me demandait : comment vous n'avez pas encore vu ce film ? j'ai répondu : si hélas !

pierreAfeu 12/05/2014 11:22

Diable ! Comme tu es dure ! Avec le film tout d'abord, que je ne trouve pas dénué de charme, même s'il est imparfait. Avec Catherine Deneuve ensuite, que je trouve vraiment très juste dans ce rôle, meilleure que dans le très mauvais "Elle s'en va"...

armelle 12/05/2014 11:36

C'est parce que j'aime bien Deneuve que je déplore qu'elle s'égare dans un rôle qui est très en-dessous de son talent. Bien sûr tout le monde n'a pas la chance de se voir proposer des rôles certes difficiles mais intéressants comme celui de Meryl Streep dans " Un été à Osage County".

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche