Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 09:18
GONE GIRL de DAVID FINCHER

A l’occasion de son cinquième anniversaire de mariage, Nick Dunne signale la disparition de sa femme, Amy. Sous la pression de la police et l’affolement des médias, l’image du couple modèle commence à se fissurer. Très vite, les mensonges de Nick et son étrange comportement amènent tout le monde à se poser la même question : a-t-il tué sa femme ?

 

Ici, la disparition d’une épouse soi-disant parfaite, Amy, interprétée par Rosamund Pike, ancienne James Bond girl, beauté gracile à la Hitchcock, dont le personnage est profondément déglingué psychiquement, déclenche une hystérie médiatique dont l’Amérique a le secret. L’heure est à la télé-réalité et l’on se projette volontiers dans l’image d’une victime extraordinaire (elle est l’auteure d’une franchise littéraire en vogue) dont la destinée pathétique va lui valoir une popularité posthume insensée  et permettre au public de se retrouver selon les normes d’une femme conforme au rêve matérialiste et infantile d’aujourd’hui. Evidemment, cela se fait au détriment de l’époux, le fade Ben Affleck, premier suspect, que l’on découvre très vite aussi menteur que faux flambeur. L’acteur, très américain moyen, est utilisé à bon escient par Fincher qui trouve en lui le reflet ironique d’une belle façade à la mâchoire carrée et au sourire forcé mais dont le vide intérieur est abyssal. C’est une image désespérante d’une Amérique qui gratte ses plaies et nous convie à une vie de couple cynique et sordide à souhait. Pas la moindre lueur d’espoir dans ce déballage inutilement alambiqué, traité à la loupe et avec moult détails mais qui ne convainc pas, car nous entrons dans cette descente aux enfers avant même d’en savoir les causes et les raisons. C’est là que le scénario manque d’attrait et que le suspense ne fonctionne qu’au second degré. Malgré une mise en scène rigoureuse, une première partie homogène, la seconde est peu vraisemblable, entachée d'excès, si bien que ces deux heures trente deviennent extrêmement pesantes. Trop de tout, de haine, de sang, de laideur, de lâcheté, de trahison, de mensonge, trop de médiocrité. L’histoire noire et terrifiante de ces deux héros, ou plus exactement  anti-héros, coulés dans le moule le plus vile qui soit, merci ! Dénué d'un humour salvateur, cette parabole sinistre sur le mariage et les déliquescences d'un couple laisse un goût amer et pénible dont on préférerait se passer...De nombreux critiques ont été séduits, pas moi.

 

Pour consulter la liste des films de la rubrique CINEMA AMERICAIN & CANADIEN, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

LISTE DES FILMS DU CINEMA AMERICAIN

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

GONE GIRL de DAVID FINCHER
GONE GIRL de DAVID FINCHER
GONE GIRL de DAVID FINCHER

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE - dans CINEMA AMERICAIN & CANADIEN
commenter cet article

commentaires

voyance gratuite par telephone 26/04/2016 14:51

Merci pour ce très bon site, vraiment un panaché de bonnes et intéressantes idées. Surtout continuez ainsi. Bon courage
Cordialement

Edmée De Xhavée 12/09/2015 10:07

Pour en avoir eu une overdose sur place, je me méfie très fort du cinéma "block buster" américain. On est souvent emballé au début et puis rapidement on a le sentiment qu'on nous a jeté de la poudre aux yeux, il y a des outrances, des invraisemblances, des erreurs aussi souvent, et ça finit en grand guignol. :)

armelle 12/09/2015 13:26

Je ne suis pas allée au Festival du film américain de Deauville pour cette raison. D'ailleurs les échos sont très partagés. Dans l'ensemble trop de sexe et de violence, m'a-t-on dit. J'attends les critiques lors de leurs sorties en salles pour sélectionner ceux qui peuvent me plaire.

niki 29/03/2015 13:20

déroutant en tout cas

Sandrine L. 11/02/2015 11:36

Entièrement d'accord avec vous. Le film est beaucoup trop long et l'on en perd parfois le fil. Lorsqu'on croit que la situation se dénoue, hop! un rebondissement, et ça n'en finit plus. Les quelques scènes de grand guignol n'étaient pas indispensables. Bref, ce film aurait pu faire l'économie d'une bonne heure et de quelques séquences totalement inutiles. Néanmoins, le thème était porteur.

Thérèse 24/10/2014 13:38

Vu et pas aimé.

dasola 22/10/2014 08:43

Bonjour Armelle, entièrement d'accord sur ce que vous écrivez: réalisation fluide, 1ère partie prenante mais la deuxième partie sombre dans le n'importe quoi que j'ai trouvé parfois de mauvais goût. Dispensable. Bonne journée.

Alain 16/10/2014 14:15

j'ai bien fait de lire cette critique avant d'y aller. Envie de cinéma, de détente, et pourquoi pas d'un bon fou rire. J'évite donc celui-là !

armelle 16/10/2014 18:03

Je pense que vous n'avez pas tort. Préférez le gentil " Les recettes du bonheur" qui fait passer un moment agréable. Sans prétention mais très sympa.

Edmée De Xhavée 15/10/2014 11:40

Un peu ce que je craignais... Ben Affleck est en effet un acteur moyen, et le scenario doit hélas être traité sans trop de finesse, avec des combat boots américains :)

armelle 15/10/2014 17:38

Je prends note si il passe près de chez moi. Merci Edmée.

Edmée De Xhavée 15/10/2014 12:43

J'ai été voir "Puzzle" (The Third Person) avec Liam Neeson et là... j'ai beaucoup aimé! J'avais hésité entre Gone Girl et ça... ouf! :)

armelle 15/10/2014 11:45

Assez pénible. Je regrette d'y être allée mais les critiques étaient excellentes dans l'ensemble. Genre de film qui n'apporte rien, trop long et désespérant.

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche