Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2016 4 29 /09 /septembre /2016 09:12
Le fils de Jean de Philippe Lioret

À trente-trois ans, Mathieu ne sait pas qui est son père. Sa mère n’a jamais voulu le lui révéler. Un matin, un appel téléphonique lui apprend que celui-ci était canadien et qu’il vient de mourir. Découvrant, par la même occasion, qu’il a deux frères, Mathieu décide d’aller à l’enterrement pour les rencontrer. Mais, à Montréal, personne n’a eu connaissance de son existence, ni ne semble vouloir la connaître…

 

Après l’émouvant « Je vais bien, ne t’en fais pas » et du social « Welcome », Philippe Lioret s’inspire à nouveau des secrets familiaux pour concevoir un film tout en délicatesse. En choisissant Pierre Deladonchamps (meilleur espoir masculin en 2014 pour « L’inconnu du lac » de Guiraudie) afin d’incarner son personnage principal et en l’entourant de comédiens canadiens, dont l’accent rend plus crédible encore le climat qu’il entend faire régner avec une incontestable sensibilité, il actualise l’émotion et la douceur nécessaires à pareil sujet, sujet qu’il a puisé dans un roman de Jean-Paul Dubois « "Si ce livre pouvait me rapprocher de toi », dont il a conservé les lignes directrices..

 

Mathieu est un trentenaire parisien divorcé et père d’un jeune garçon qu’il visite régulièrement. Il semble mener une vie tranquille. Alors qu’il travaille à son bureau dans sa société de croquettes pour animaux, il reçoit un coup de fil d’un correspondant étranger se présentant comme un ami de son père qui vient de mourir. Celui-ci lui demande son adresse postale afin de lui adresser un colis que ce père inconnu a laissé à son intention. C’est alors que Mathieu décide d’aller lui-même récupérer le paquet au Québec à l’occasion de l’enterrement et, ainsi, de faire la connaissance de cette fratrie lointaine qui lui tombe soudain du ciel. A son arrivée, il est surpris du peu d’empressement que suscite sa venue de la part de Pierre, son hôte canadien, l’ami intime de son père qui lui avait téléphoné pour lui apprendre l’existence de celui-ci. Dès qu’ils se rencontrent à l’aéroport, Pierre lui déconseille de façon autoritaire et brutale de ne dévoiler sa réelle identité à quiconque et surtout pas à ses deux frères.  A ce moment du récit, le doute s’installe sérieusement quant aux sentiments de ce personnage peu sympathique incarné par un Gabriel Arcand très convaincant dans ce rôle d’ours bougon qui va, au fil de cette visite, changer totalement de registre. Qu’a-t-il à cacher ? A-t-il une responsabilité quelconque dans la mort de son ami, médecin comme lui, noyé dans un lac alors qu’ils pêchaient ensemble ? Qui sont vraiment ces deux garçons cupides et bagarreurs qu’il présente à Mathieu comme étant ces demi-frères ?

 

Le film va se dérouler sur un tempo fragile et délicat, malgré quelques scènes d’affrontement, mais l’essentiel réside ici dans le non-dit, le suggéré, les regards, les aspirations et les regrets, ceux de gens simples qui affrontent des révélations et remettent en cause leur acquit, balançant dès lors entre inquiétude et espérance. En choisissant la pudeur, Lioret évite de sombrer dans le mélo et la pleurnicherie et, avec beaucoup de discernement, porte son dévolu sur deux acteurs qui  usent de cette corde sensible avec infiniment de doigté. Pierre Deladonchamps est formidable de naturel avec sa gueule d’éternel enfant, sa gentillesse, sa vulnérabilité dans le rôle de Mathieu et Gabriel Arcand joue avec finesse celui de l’ami du père qui se laisse gagner par la gentillesse de ce parisien inconnu et s’ouvre, sur le tard, à une conception tout autre des rapports humains, à une tendresse qu’il ne concevait pas. Quant aux femmes, mère et fille de Pierre, elles sont parfaites et apportent au film une touche supplémentaire de douceur sans mièvrerie.  Les liens du coeur ne seraient-ils pas supérieurs aux liens du sang ? Une jolie réussite.

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique CINEMA FRANCAIS, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Le fils de Jean de Philippe Lioret
Le fils de Jean de Philippe Lioret
Le fils de Jean de Philippe Lioret
Le fils de Jean de Philippe Lioret

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE - dans CINEMA FRANCAIS
commenter cet article

commentaires

dasola 04/10/2016 17:34

Bonsoir Armelle, j'aime ce genre de film qui donne la part belle aux acteur. Gabriel Arcand est vraiment bien.Bonne fin d'après-midi.

armelle 02/10/2016 09:32

Vous connaissez bien mes goûts Alain. A de rares exceptions, ils sont assez proches des vôtres.

Alain 01/10/2016 19:35

Bonsoir Armelle, ce film m'a profondément touché, j'en garde un très beau souvenir. Les face à face entre Pierre Deladonchamps et Gabriel Arcand sont particulièrement touchants. Après l'avoir vu, j'ai pensé que c'était le genre de film qui vous plairait. Très bon week-end à vous tous.

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche