Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 19:43

130309215446722_92_000_apx_470_.jpg

 

Une salle élégante et quasi comble, comme les soirs précédents, attendait avec curiosité et impatience les résultats d'un Festival qui su proposer au public des films de qualité et attirer  des spectateurs toujours plus nombreux. Lionel Chouchan a d'ailleurs décerné un grand merci au public et à ces créateurs venus de l'Est qui nous ont offert des oeuvres d'une grande diversité, toujours originales et inventives. Puis le président du Jury Monsieur Jérôme Clément nous a avoué avec modestie, lorsque l'on sait l'homme cultivé qu'il est, l'enrichissement de cette expérience nouvelle pour lui de responsable d'un jury cinéma. Puis, il nous a enfin dévoilé les  heureux lauréats :

 

Lotus du Jury : Prix du Jury ( ex-aequo )  Mai Ratima  de Yoo Ji-tae ( Corée du sud ) - voir ma critique en cliquant ICI -    et Four Stations de Boonsong Nakphoo ( Thaïlande ), un film beaucoup moins réussi que le précédent, moins écrit, moins rythmé, que je considère davantage comme un documentaire sur la vie rurale thaïlandaise avec des personnages simples et humbles qui vivent le long d'une voie ferrée dans quatre régions différentes. Il y a le vieux moine Tu Pu qui tente tant bien que mal d'inculquer le sens de la méditation et du recueillement à de jeunes novices volontiers dissipés, le travailleur venu de Birmanie qui quitte son travail dans une ferme afin de retrouver sa femme et empêcher son retour prématuré dans leurs pays d'origine, enfin un orphelin qui fait de son mieux pour gagner la confiance de sa tante et de son mari. Cela conté de façon décousue sans qu'il y ait de véritable histoire, mais une succession de scènes plaisantes dans des paysages presque toujours brumeux et austères. Je ne pense pas que ce film ait beaucoup de chance de sortir en France, contrairement à Mai Ratima qui devrait séduire le public français par son émouvant récit et la force  de son interprétation.

 

250px-Mai Ratima-p1  FOUR_STATIONS.jpg

               Mai Ratima                                                                     Four Stations

 

Quant au Lotus du meilleur film, il est allé à I.D. de Kamal K.M. ( Inde ) à l'unanimité des jurés, tous très emballés par cet opus sensible qui raconte l'histoire d'un groupe d'adolescentes, co-locataires dans un appartement à Mumbaï. Un peintre retrouvé mort chez elles, à la suite des travaux qu'il  y effectuait, va  inciter l'une d'elle en particulier à partir à la recherche de son identité et des motifs de sa disparition, plongeant à cette occasion au coeur d'une ville qu'elle ne connait pas. Je ne peux rien vous dire de plus, n'ayant pas assisté à la projection et laisse à d'autres blogs le soin de le faire à ma place.

 

ID.jpg  I.D.

 

La remise des prix achevée, la soirée se poursuivait avec un film de Kim Ki-Duk ( Corée du sud ) Pièta, qui a remporté le Lion d'Or au Festival de Venise 2012. Avoir choisi de projeter un tel film un soir comme celui-ci, devant un public qui venait souvent en famille, me semble être une erreur de tact et de discernement de la part des responsables. Car ce dernier est une véritable offense à la sensibilité des spectateurs dont la plupart ne savaient pas ce qui les attendait. Je crois que dans le cynisme, l'inhumain et le barbare on peut rarement faire mieux. Les valeurs les plus essentielles sont simplement piétinnées et l'histoire n'est autre que celle d'un jeune malfrat doublé d'un tortionnaire qui, ayant été abandonné à la naissance par sa mère, se venge de tout ce qui bouge avec une cruauté insoutenable, car rien ne nous est épargné dans la malfaisance et l'horreur. Voici ce qu'un quotidien écrit à ce sujet :

 

"En primant Pietà du cinéaste coréen Kim Ki Duk, le jury de la 69e  Mostra de Venise, présidé par Michael Mann, a choisi un lion d'or féroce, rugissant de douleur et de cruauté, sinistre comme notre époque. Le héros est un garçon sauvage, sans aucun lien ni sentiment humain, qui survit dans une banlieue de Séoul en mutilant sadiquement de pauvres gens, pour le compte d'escrocs aux assurances. Un jour apparaît dans sa vie une femme inconnue qui se prétend sa mère, dit se repentir de l'avoir abandonné enfant, et ne le quitte plus. Kim Ki Duk, que le spectacle de ce monde asservi à l'argent a profondément déprimé, dit s'être inspiré de la Pietà de Michel-Ange pour composer ce chemin de croix qui fait passer par des stations d'une violence inouïe. Faut-il vraiment ces scènes atroces pour réveiller les consciences du cynisme ambiant? On peut préférer Michel-Ange."

 

Ce qui est mon cas. Comment oser associer le chef-d'oeuvre de Michel-Ange à ce film brouillon, sinistre, immoral, ( bien qu'aucun adjectif ne puisse traduire ce qu'il engendre de provocation malsaine ), ombre regrettable selon moi au bouquet final d'un Festival, par ailleurs, très réussi. Que les organisateurs aient voulu le passer, soit, mais pas à l'occasion de cette soirée, moment festif qui réunissait un public consensuel et éclectique  venu partager quelques heures de détente et de plaisir. Dommage !

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique 15e FESTIVAL DU FILM ASIATIQUE de DEAUVILLE, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

LISTE DES ARTICLES DU 15e FESTIVAL du FILM ASIATIQUE de DEAUVILLE

 

Carte presse festival asiatique 2013

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE - dans 15e FESTIVAL DU FILM ASIATIQUE de DEAUVILLE
commenter cet article

commentaires

Gérard Rocher 11/03/2013 19:22

Bonjour Armelle,
Tu as donc fait ta provision de films asiatiques et tes différents articles vont me permettre d'appréhender les oeuvres de certains metteurs en scène que je connais assez mal voire même très mal.
Merci Armelle pour ce bonjour festivalier de Deauville.

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche