Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2007 3 14 /03 /mars /2007 21:12

Wild Bunch Distribution


Film très attendu, Angel raconte l'histoire d'une jeune romancière anglaise au début du XXe siècle qui, après avoir connu une gloire passagère et vécu la plus grande partie de sa vie dans l'illusion permanente, retourne à l'anonymat et sombre progressivement dans la déchéance. Avec ce film,  François Ozon signe pour la seconde fois une adaptation littéraire. Celle-ci est tirée d'un ouvrage de l'écrivain britannique Elisabeth Taylor ( 1912 - 1975 ), publié en Grande-Bretagne en 1957 et en France en 1991. Elisabeth Taylor s'était elle-même inspirée de la vie de Marie Corelli, un auteur de romans à l'eau de rose, très populaire à son époque ( la reine Victoria était l'une de ses ferventes lectrices ), et, ce, malgré que les critiques les plus acerbes ne se soient pas privées de la moquer à longueur de colonnes. Ses livres avaient du moins eu le mérite de plaire un certain temps, jusqu'à ce que l'indifférence s'installe et que cette oeuvre médiocre tombe définitivement dans l'oubli...

                     Romola Garai. Wild Bunch Distribution    Romola Garai. Wild Bunch Distribution

 

Pour cette réalisation, Ozon a porté son dévolu sur Romola Garai, après avoir pressenti Nicole Kidman. On avait déjà vu cette jeune actrice dans Dirty dancing 2 et dans Scoop de Woody Allen. Ce qui a finalement déterminé le choix du cinéaste est que l'actrice a tout de suite été emballée par le personnage, malgré ses excès et ses ridicules. Ozon le précise en affirmant qu'elle n'a pas eu peur de la dimension parfois grotesque d'Angel Deverell et qu'elle a su lui prêter une séduction, une candeur avec ses grands yeux d'enfant rêveuse. De plus, ajoutait-il, elle se sentait attirée par ce personnage de poupée capricieuse et puérile, dont le drame se vit dans l'illusion et le factice et qui finit par transformer son Paradise en enfer.


                     Romola Garai. Wild Bunch Distribution   Romola Garai et Lucy Russell. Wild Bunch Distribution

Ozon s'est toujours plu dans le pastiche ironique, se refusant toutefois à de coupables facilités. Depuis le début de sa carrière, l'amour et la mort ont été ses thèmes de prédilection, au point que ceux-ci reviennent de manière récurrente dans son univers singulier, déjà riche de 8 longs métrages et de 16 courts métrages. Dans Regarde la mer, Sitcom, Les amants criminels, Gouttes d'eau sur pierres brûlantes, Sous le sable, Huit femmes, Le temps qui reste, la mort est déjà présente, ainsi que l'amour fatalement contrarié et impossible. Influencé par un cinéaste comme Rainer W. Fassbinder, avec lequel il partage le même désir de subversion parodique, il entend conserver au coeur du mélodrame une rigueur formelle. L'excentricité n'est là que pour mieux faire ressortir ce qu'il y a de distancé dans cet apparent mélange des genres et dissimuler, autant que faire se peut, l'intime inquiètude du réalisateur. Ne vivons-nous pas constamment dans l'illusoire et le virtuel, les faux-semblants et le mensonge ? Avec Angel la question se pose avec plus d'acuité encore.

 

                       Michael Fassbender et Romola Garai. Wild Bunch Distribution

 

" J'ai tout de suite senti que l'adaptation de ce livre était l'occasion de me confronter à un univers romanesque et que cela pouvait donner lieu à une grande épopée dans la tradition des mélodrames des années 30/40, racontant la destinée d'un personnage flamboyant sous forme de grandeur et décadence. Et puis je suis tombé amoureux du personnage d'Angel qui m'amusait, me fascinait et finalement me touchait profondément" - a déclaré François Ozon, lors du dernier Festival de Berlin. Pour adapter cette oeuvre romanesque, il s'est assuré la collaboration du dramaturge britannique Martin Crimp. La précision historique est donc respectée, mais parfois reléguée au second plan par une surcharge un peu vaine et le faste des somptueux décors et costumes. On retrouve, chez le Ozon de la première partie du film, baroque et foisonnante, la magnificence du Ophuls de Lola Montès. Passé le temps de gloire, où la jeune femme dépense sans compter, voulant tout acheter et tout posséder, Ozon dépouille sa mise en scène et ralentit le tempo pour aborder le temps de la déchéance, si bien que l'espace se rétrécit et que l'on voit l'héroïne se replier sur les blessures que la vie ne va plus cesser de lui infliger. Tout est donc voué à se perdre ? La caméra du cinéaste change de registre, fouaille les abîmes intérieurs d'une femme confrontée soudain aux doutes et à la souffrance. Le manège s'est arrêté de tourner dans l'euphorie et les rires, tout se délabre et  nous voyons cet Icare féminin se briser les ailes sous le regard impitoyable et scrutateur de la caméra. Il y a beaucoup de cruauté dans cette vision ambiguë d'une Angel tantôt princesse en représentation constante, monstre d'égocentrisme et de vacuité mondaine, artificielle et exaspérante et, soudain, cette femme prenant chair sous l'effet de la douleur. C'est là tout l'art d'Ozon qui, subjugué par le pire, ne peut se satisfaire d'un conventionnel trop redoutable à ses yeux, et entend  nous entraîner au coeur d'un cyclone psychologique qui se révèle être une tragédie personnelle. On comprend mieux, à la démesure de cette oeuvre, les capacités de renouvellement et d'invention qui sont les siennes. Charlotte Rampling, déjà présente dans deux de ses films, est magnifique de froideur acidulée face à Romola Garai, véritable tornade de charme et d'odieuse vanité qui rappelle parfois la Vivien Leigh d' Autant en emporte le vent.  Les deux histoires ne sont pas sans certaines similitudes : les amours contrariés, la guerre qui se déclare, l'amant qui s'éloigne, les lumières qui s'éteignent... Mais la comparaison s'arrête là. Scarlett avait ceci de plus qu'Angel : elle aimait sa plantation, elle avait un but, sauver son domaine, sa terre, alors qu'Angel n'en a jamais eu d'autre qu'elle-même. C'est là son drame. Curieux, par ailleurs, que la sortie de ce film coïncide avec l'arrivée de la jeune navigatrice Maud Fontenoy à la Réunion, dont le magnifique exemple nous invite à croire qu'il y a en tout homme quelques chose de plus que lui-même. 


Pour consulter la liste complète des articles de la rubrique CINEMA FRANCAIS, cliquer sur le lien ci-dessous :



LISTE DES FILMS DU CINEMA FRANCAIS

 

 

                         Romola Garai. Wild Bunch Distribution

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans CINEMA FRANCAIS
commenter cet article

commentaires

C-Noelle 13/04/2007 08:52

Voilà un film d'Ozon un peu surprenant, effectivement en anglais, en costumes. Mais cependant, un très beau portrait de femmes, comme toujours chez ce réalisateur, et toujours Charlotte Rampling, toute de retenue et impénétrable. Néanmoins, je n'ai pas vraiment accroché, le film me semble trop extravagant, un peu agaçant. Je n'ai pas pu adhérer totalement à l'histoire trop romanesque de cette pauvre Angel.

dasola 29/03/2007 15:45

J'ai beaucoup aimé et je trouve le film plutôt culotté car film d'époque, en costume, en anglais pour un cinéaste français, scénario original. A voir

ffred 18/03/2007 12:51

Magnifique film romanesque. Mais je ne suis pas objectif, j'adore Ozon depuis Sitcom.

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche