Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 11:45

Twentieth Century Fox France  Twentieth Century Fox France         VIDEO


Il est dommage - et il faut le déplorer - que les Américains  mettent plus de talent à promouvoir leurs films qu'à les réaliser. Ce fut le cas d'Avatar, d'Inception et Black Swan souffre également d'avoir été porté au pinacle et annoncé comme chef-d'oeuvre avant sa sortie en salles. Le danger est que le spectateur, facilement manipulable et toujours bien disposé à s'enthousiasmer, attend trop d'une oeuvre qui, après projection, se trouve réduite malheureusement à ses dimensions réelles, autrement plus modestes. Enseignée par l'expérience, je me rendais hier, à la séance de 17 heures, sans à-priori, mais sans empathie excessive. Je me méfie trop des engouements en aval pour privilégier davantage ceux en amont qui me paraissaient d'ailleurs, à la lecture de nombreuses critiques, plus modérés. Et c'est, en effet, un jugement modéré que m'inspire ce long métrage de Darren Aronofsky et également  le regret que le sujet, en lui-même séduisant et porteur, tiré du livre de Andres Heinz, n'ait pas été abordé de façon plus fine, plus subtile et plus artistique. Traitant de l'art de la chorégraphie et de la danse, c'est-à-dire de l'expression la plus évanescente de la beauté, ce film pèche par manque d'art. Si les difficultés de la discipline en elles-mêmes sont bien rendues, si la férocité du milieu est soulignée à traits vifs et crédibles, le parcours psychologique de l'héroïne, interprétée par la délicieuse Natalie Portman, sombre dans un pathos dont les ficelles sont aussi grossières que des câbles. Là, où il aurait fallu suggérer d'une caméra légère afin de mieux persuader les spectateurs des dilemmes, des refoulements, des angoisses de Nina, de ses fantasmes aussi, c'est le catalogue complet des déviances de notre société et de son mal-être que l'on nous sert et nous inflige à grand renfort d'hémoglobine : castration, mutilation, obsession, masturbation, tout y passe dans un délire psychotique et schizophrène pénible. Oui, vraiment... too much.


Natalie Portman et Mila Kunis. Twentieth Century Fox France


Et pourtant, il aurait fallu peu de choses pour que le film soit une grande réussite : plus de modestie d'abord, un style moins agressif et grandiloquent, une caméra plus subjective, plus poétique, plus délicate, plus habile à aller au coeur des choses que de rester à leur surface, de fouiller les coeurs que d'en étaler les ravages. Dommage, car les acteurs sont tous excellents, que le rythme est bon et que la caméra à l'épaule ne m'a pas gênée, car elle saisit fort bien les scènes de répétitions, les danseurs au travail, la présence toute puissante du maître conduisant son corps de ballet, ou bien les moments plus intimes où Nina se retrouve avec sa mère. Mais voilà, à vouloir trop démontrer, à privilégier exagérément le pathétique, on passe à côté de l'essentiel, on brouille les cartes, on étouffe l'émotion et on ne laisse dans la mémoire du spectateur qu'une image écornée...

 

2-e-toiles

 

Pour consulter la liste complète des articles de la rubrique CINEMA AMERICAIN ET CANADIEN, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

LISTE DES FILMS DU CINEMA AMERICAIN ET CANADIEN

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 


Natalie Portman & Vincent Cassel. Twentieth Century Fox France

Natalie Portman. Twentieth Century Fox France

 

Partager cet article

Published by Armelle BARGUILLET - dans CINEMA AMERICAIN & CANADIEN
commenter cet article

commentaires

bond123 21/02/2011

Un très bon film. Il faut dire que j'aime beaucoup le style d'Aronofsky et l'interprétation des comédien(ne)s est tout simplement parfaite et pleine de conviction.

delphine 21/02/2011

J'ai aimé cette critique, plus subtile que ne le semble le film, merci Armelle. Je ne peux que vous encourager à aller voir le site de Yara Kupper, belle, mystérieuse et aérienne comme sa danse. Je pense que vous aimerez.

ELSA (celle de Palilia) 25/02/2011

Je suis bien de votre avis sur la critique du film, je ne l'ai pas aimé, pas trouvé à la hauteur de toute la promo tabageuse.
C'est effectivement un sujet très fort et intéressant qui aurait mérité d'être traité avec plus de finesse quand ça touche la psychologie des personnes, leur âme, sans nul besoin d'étalage de vulgarité qui en fin de compte dessert le film. C'est vrai aussi que les acteurs sont excellents, ça aurait pu être un très beau film, si une sensualité toute suggestive avait remplacé l'étalage de sexualité à l'état brut qui banalise l'histoire, et gomme toute l'émotion que pouvait susciter un tel sujet.

Armelle à Alain 01/04/2011

Je pense que cela est tout à fait vrai. En effet, il est impossible à une actrice, même si elle a pratiqué la danse petite fille et jeune fille, de pouvoir, à l'âge de 28/30 ans, après une dizaine d'années sans pratique journalière, parvenir à exécuter, ne serait-ce que quelques passages du "Lac des cygnes", extrêmement difficile sur le plan technique. C'est une question de pied. Un pied de danseuse, qui stoppe l'entraînement pendant plusieurs années, ne peut plus faire de pointes. On peut garder de la grâce et de la souplesse, mais les pointes, c'est fini. Je le sais, pour avoir repris la danse au même âge que Natalie, après une dizaine d'années d'arrêt. Je me faisais plaisir... sur demi pointes.
Si on pouvait danser presqu'à l'égale d'une étoile avec quelques mois d'entrainement, même intensif, cela se saurait.

dasola 17/06/2011

Bonsoir Armelle, dommage que le film ne soit pas à la hauteur des affiches qui sont sublimes. Bonne soirée.

Edmée De Xhavée 08/05/2012

Je me souviens que même aux USA les critiques sérieux déploraient les mêmes lacunes....

niki 08/05/2012

j'ai été déçue par ce film - comme vous, armelle, j'ai eu une impression de "too much"

Eeguab 08/05/2012

Pour moi:assez pénible somme toute.

Edmée De Xhavée 09/04/2014

Bien d'accord avec cette critique. J'ai même abandonné peu avant la fin, craignant le "grand final guignolesque" que les Américains adorent. Au début j'ai aimé puis en effet, c'était tellement lourd que ça me semblait une promenade à l'asile, avec hurlements en fond. Black Hole serait plus approprié ;-)

Maxime 09/04/2014

Je l'ai vu chez des amis en dvd. Tous ont aimé. J'ai détesté. Tout à fait de votre avis : à force de trop vouloir démontrer, on ne démontre plus rien.

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche