Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2007 7 19 /08 /août /2007 11:13

                    Bac Films  Bac Films

" Les femmes n'ont rien à dire, mais elles ont tout à raconter " - ce bon mot d'André Gide pourrait être mis en exergue du film de la jeune cinéaste libanaise Nadine Labaki qui nous offre, avec son premier long métrage Caramel ,  une oeuvre délicate, poétique et non dénuée d'humour. La jeune femme a choisi de situer son action dans un lieu clos, sorte de refuge propice aux confidences qui a déjà servi à Cukor pour Femmes en 1939 et à Tonie Marshall pour Vénus Beauté en 1999. Car plus encore que les mondaines occidentales, les clientes de l'Institut un peu défraîchi de Jayale ( interprétée par Nadine Labaki ) ont besoin d'un havre de paix pour se dire, se confier, loin des oreilles et des regards indiscrets et pour partager un moment de douceur dans des existences difficiles déclinées en cinq destins : celui de Jayale éprise d'un homme marié, de Nisrine qui n'ose pas avouer à l'homme qu'elle aime qu'elle n'est plus vierge, de Rima qui est attirée par les femmes, de Jamale, quinquagénaire, qui voudrait tant renouer avec sa carrière d'actrice et de Rose, la couturière chrétienne, qui a consacré sa vie à soigner une soeur aînée handicapée. Cet entrecroisement de destins est servi par une lumière caramel qui évoque les odeurs sensuelles du sucre fondu avec lequel on épile les clientes et par le charme discret et très convaincant des actrices recrutées pour leur proximité avec les personnages qu'elles sont chargées de représenter. Le film doit beaucoup à ces actrices improvisées qui confèrent une spontanéité, une grâce, une authenticité et une vitalité extraordinaire à cet univers superficiel réservé au beau sexe et rend plus crédible encore un message où la volupté de l'instant et le poids d'une tradition immémoriale ne cessent de se mêler dans une spécialité d'une saveur toute orientale.
"Je me suis toujours posée des questions à propos de la femme libanaise - a confié la cinéaste lors d'une interview - oscillant moi-même entre deux mondes, la culture occidentale moderne, qui nous offre l'image d'une femme émancipée, et l'univers oriental, lourd de traditions. Chrétiennes et musulmanes, nous subissons le poids de l'éducation rigide, de la religion toujours très présente. Nous avons la volonté de bien faire, de ne pas décevoir et vivons dans la crainte du regard des autres, dans la hantise du jugement. Le Liban est considéré comme un exemple d'ouverture, de libération, mais ce n'est pas toujours le cas. La femme libanaise n'est pas très bien dans sa peau. Elle cherche son identité, parfois à travers le jeu des apparences, et souffre de l'hypocrisie du système".

Son amour du cinéma lui a été transmis par son grand-père qui tenait, dans les années 50, une petite salle de projection dans le village de Baabdath. "Je n'ai pas connu cette époque malheureusement, mais j'en ai entendu parler par mon aïeul et surtout mon père qui a eu une enfance identique à celle du gamin de Cinema Paradiso "- a-t-elle dit à un journaliste. Après des études audiovisuelles, un prix du meilleur court métrage décerné par l'INA et de nombreux clips musicaux pour des stars du Moyen-Orient, c'est lors du Festival de Cannes 2006 qu'elle a trouvé le sujet de Caramel et que son scénario a été retenu par les jurés chargés d'encourager les jeunes créateurs. La prodige arabe a dédié le sien à sa ville de Beyrouth, réelle et rêvée, et a réalisé son film en six semaines, de mai à juillet 2006, ne se limitant nullement à la seule mise en scène mais se chargeant du rôle de Jayale, la responsable de l'Institut de beauté, partagée entre son métier et son amour sans espoir pour un homme marié. "Je ne me rêvais pas comédienne, mais je prends peu à peu goût au jeu" - reconnait-elle volontiers.
Nul doute qu'un bel avenir s'ouvre devant cette talentueuse jeune femme sensible, inspirée et déterminée, qui débute dans la carrière avec une première oeuvre pleine de promesse, bien filmée, bien sentie, bien jouée, que quelques maladresses et facilités ne parviennent même pas à ternir. A signaler la musique très plaisante qui accompagne l'intrigue et les scènes de joie comme d'inquiétude et de mélancolie. Caramel vient de recevoir son aval et sort enfin dans les salles de spectacle libanaises après une longue attente.

 

Pour consulter la liste complète des articles de la rubrique CINEMA EUROPEEN & MEDITERRANEEN, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

LISTE DES FILMS DU CINEMA EUROPEEN ET MEDITERRANEEN

 

                         Bac Films

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans CINEMA EUROPEEN & MEDITERRANEEN
commenter cet article

commentaires

salvatore.pertutti 03/09/2007 20:19

le livre athéeBonjour.
>
> Je m'appelle Salvatore.Pertutti.
> simple citoyen( je suis électricien), démocrate et athée, je lutte au quotidien contre l'intolérance religieuse.

> Je suis connu, dans l'environnement laïc/humaniste, pour mes prises de positions déterminée.

> Plusieurs sites Internet et un média (têtu), parlent régulièrement de mes actions.

> Dans cette logique militante, j'ai écrit un livre (le livre athée/160 pages), consacré aux croyances (principalement aux trois religions
> abrahamiques).
>
> Il est écrit en langage vulgaire, afin qu'il soit compréhensif par le plus grand nombre.
> Ma démarche s'inscrivant dans un cadre international, ce livre sera traduit en plusieurs langues.

Simple, direct et logique, il est sans complaisance pour les
religions.
Cet ouvrage est parsemé d'extraits de la bible et du coran ce qui
permet d'étayer mes propos.

Afin d'en favoriser la diffusion mon ouvrage est mis en ligne
gratuitement via mon site :
www.le-monde-pluriel.eu

Mon but n'est pas de provoquer ou de polémiquer, mais d'essayer de
créer un débat autour d'une question simple:


Les doctrines religieuses sont elles compatibles avec nos idéaux

humanistes de parité femme/homme, de respect des minorités et de
tolérance.


mes coordonnées:

info.pertutti@gmail.com

mon site:

www.le-monde-pluriel.eu

Fritzlangueur 28/08/2007 19:16

Ce film d'une rare sensibilité est vraiment un bel écrin pour ces actrices spontannées, fraîches et au talent ô combien louable... A elles cinq elle résument
"le cinéma de femmes" tendance Cukor. Un parfum d'Orient bien sur, une touche latine italiano-ibérique et une fragance occidentale à la fois...

vierasouto 20/08/2007 11:22

Toutes ces actrices sont lumineuses et débordantes de vie, à l'avant-première de Paris-cinéma, en arrivant, j'ai vu un groupe de jeunes femmes tellement magnifiques que j'ai cru qu'elles étaient brésiliennes! Je suis contente d'apprendre que le film sort à Beyrouth, ce n'était pas encore le cas récemment.
PS. Deauville approche...

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche