Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2006 3 07 /06 /juin /2006 15:31

             

Nombreuses furent les adaptions cinématographiques de Carmen, qui faisaient suite à l'opéra de Bizet créé en 1875, lui-même inspiré de la nouvelle de Prosper Mérimée publiée en 1845. A l'époque du muet, Cecil B. De Mille avait déjà signé une première réalisation, suivie de celle d'Ernst Lubisch en 1918. Lorsque le parlant prit la rélève, plusieurs metteurs en scène furent à leur tour conquis par le sujet. Citons Charles Vidor en 1948, qui confia le rôle de Carmen à l'impériale Rita Hayworth, puis Carlos Saura en 1983 et, plus près de nous, la flamboyante version de Francesco Rosi.

Ce n'est qu'en 1958, que le cinéaste italien, qui travailla longtemps avec Visconti, réalisa son premier film Le défi, un hommage à sa ville natale : Naples. En trente années, il ne produisit qu'une quinzaine de longs métrages, prenant le temps de les mûrir, de façon à ce qu'ils répondent à ses préoccupations personnelles sur les problèmes concernant les rapports de l'homme et de la société. Dans cette filmographie figurent : Main basse sur la ville (1963 ) - Le moment de vérité (1965 ) - Le belle et le cavalier ( 1967 ) - L'affaire Mattei ( 1971 ) - Cadavres exquis ( 1975 ) - Trois frères ( 1981 ) - et enfin Carmen en 1964. Par la suite, il y aura encore Chronique d'une mort annoncée ( 1987 ) et Oublier Palerme en 1989.

Ce  Carmen  de  Francesco Rosi  a été entièrement tourné en décors naturels et en terre espagnole, pays où l'action se déroule. En effet, nous sommes alors au coeur de Séville en l'an 1820. Don José, fiancé à Micaëla, est chargé de surveiller la belle et provocante Carmen qui vient d'être arrêtée à la suite d'une bagarre dans la manufacture de cigares, où elle travaille. Celle-ci n'a guère de peine à le séduire et à obtenir qu'il la laisse s'évader. Ce qui aura pour conséquence de le faire dégrader et emprisonner à sa place. Dès sa libération, l'amoureux n'a qu'un désir : retrouver sa belle. Mais plus tard, cette dernière tombe sous le charme d'un sémillant toréador Escamillo. Entre les deux hommes, l'affrontement est inévitable et se concluerait par la mort de l'un d'eux, si Carment n'intervenait pour sauver Escamillo. Désespéré, Don José n'aspire plus qu'à se venger.

Ce film splendide est une adaptation fidèle de l'oeuvre de Bizet, magnifiée par la caméra qui sait produire les images les mieux adaptées à l'intensité du drame, à la frénésie de la passion, au feu intérieur d'une indomptable Carmen, ivre de séduction, qui met bientôt à sa merci le brigadier Don José, puis le toréador Escamillo, suscitant leur jalousie et ouvrant grandes les portes à la tragédie qui suivra et s'achèvera dans l'arène, lieu symbolique de la mort.

Rarement opéra n'aura bénéficié de tels moyens pour devenir un spectacle à part entière. A n'en pas douter, le mythe de la femme fatale, mi-ange, mi-démon, n'a jamais été mieux servi que sous la baguette d'un Lorin Maazel et par les voix de Julia Migenes-Johnson Placido Domingo et Ruggerio Raimondi. Ces trois grands chanteurs sont de plus des comédiens fabuleux et le film est à tous égards une réussite que seul, à mes yeux, égale la Flûte enchantée de Bergman, adaptation personnelle et magnifique de l'opéra de Mozart  que réalisa le metteur en scène suédois en 1975. Quant à Julia Migenes, elle reste pour moi la Carmen idéale, saisie et immortalisée dans sa passion, ses violences, sa ferveur, sa fougueuse beauté par le savoir-faire, l'art accompli du réalisateur.
Malheureusement, je n'ai pu obtenir de photos pour illustrer l'article. Je le regrette.

   

Pour consulter la liste complète des articles de la rubrique CINEMA EUROPEEN, cliquer sur le lien ci-dessous :
LISTE DES FILMS DU CINEMA EUROPEEN ET MEDITERRANEEN

 



Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans CINEMA EUROPEEN & MEDITERRANEEN
commenter cet article

commentaires

kfigaro 25/10/2006 13:28

Un cinéaste trop méconnuCurieusement ce metteur en scène ne bénéficie pas d'une bonne aura en France, ses films ne passent presque jamais sur les chaînes hertziennes et pire encore il n'est pratiquement pas réédité en DVD (à part en Italie)

Fort dommage car cette adaptation de Carmen est très poétique et réaliste.

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche