Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 11:55

2263xtylnreview.jpg  518web3.jpg

                                                             VIDEO

 

Sortie prochaine en France

 

Ye Lanqiu, une jeune femme belle et brillante, apprend qu'elle est atteinte d'un cancer lymphatique à un stade avancé. Dans le bus, qui l'amène à son travail, encore sous le choc de cette terrible nouvelle, elle ne prête pas attention au chauffeur qui lui demande de céder sa place à un homme âgé. Ce moment d'incivilité de sa part est aussitôt filmé grâce à un téléphone portable par une assistante en journalisme qui décide de mettre aussitôt en ligne cette vidéo dans l'espoir de faire un buzz qui la fera monter en grade. Ye Lanqiu va ainsi devenir la cible d'une vaste campagne médiatique que des journalistes vont tenter de récupérer à leur profit et, par la même occasion,  empoisonner sa vie privée et professionnelle. Par le fait du hasard, Ye Lanqiu va croiser le chemin de celui qui a contribué de faire d'elle un paria de la société...

 

En choisissant un thème très actuel qui concerne toutes les sociétés modernes, dont la nôtre, Chen Kaige prouve qu'il reste le témoin actif de son époque et en analyse les faits et leurs conséquences d'une caméra précise, entouré d'une équipe de jeunes acteurs de grand talent. Le film est une fable intelligente sur les dangers de l'informatique et les dégâts que cela peut entraîner lorsque, soudain, les médias s'en emparent et exploitent une culture du voyeurisme dont chacun peut être victime à son insu.

 Il est vrai que le dernier opus du célèbre cinéaste est loin du style et de l'inspiration de "Adieu ma concubine", mais il prouve combien le réalisateur reste en prise avec l'évolution de son pays et se veut le témoin vigilant des phénomènes sociaux qui ne cessent de proliférer au sein d'un pays en pleine mutation. Ce film est une brillante démonstration des méfaits dont la modernité risque à tous moments de nous accabler et s'adresse à chacun de nous, d'où son impact universel. Ici, pas d'effets de style, nous sommes au coeur d' une actualité finement analysée, dans le descriptif et non l'art de l'image ; Kaige ne traite pas son sujet à la façon lyrique et artistique dont Wong Kar-wai a usé envers les arts martiaux ; nous sommes en sa compagnie dans une histoire racontée simplement, sans fioritures aucunes et sans génie particulier non plus.

 

16KAIGE1-articleLarge.jpg

 

L'histoire de cette jeune femme se développe à un rythme rapide, avec des enchaînements habiles, des dialogues efficaces et une description très juste du caractère de chacun des personnages, dont les buts sont différents, voire même opposés. Il y a la femme du boss intrigante et intéressée, la journaliste responsable qui entend tirer profit de l'événement à son seul usage, son compagnon touché au coeur par la condition soudainement tragique de la victime, le chef d'entreprise qui se veut objectif et impartial et cherche à minimiser l'affaire ; l'attitude et le comportement de chacun est psychologiquement bien vu et bien rendu. Il est certain que ce film n'est pas d'une grande ambition et risque d'en décevoir plus d'un, mais si Caught in the web est loin d'être un chef-d'oeuvre comme l'était Adieu ma concubine, il reste un ouvrage de qualité que l'on suit avec intérêt et qui pose de bonnes questions sur notre époque. Comme je le signalais plus haut, les acteurs sont parfaits, avec une mention spéciale pour la ravissante  Gao Yuanyuan et Mark Chao.   

 

Né en 1952 à Pékin, Chen Kaige est diplômé de l'Académie du cinéma de Pékin et l'un des réalisateurs chinois issu de la Cinquième Génération ; ceux qui apparurent juste après la Révolution culturelle. Il a obtenu une reconnaissance internationale en 1993 avec son film Adieu ma concubine, Palme d'or au Festival de Cannes. Le Festival du film asiatique de Deauville lui avait rendu hommage en 2006. Parmi ses autres oeuvres les plus connues :

Terre jaune

La Grande Parade

L'empereur et l'assassin

Ji, la légende des cavaliers du vent

 

3-e-toiles

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique 15e FESTIVAL DU FILM ASIATIQUE de DEAUVILLE, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

LISTE DES ARTICLES DU 15e FESTIVAL du FILM ASIATIQUE de DEAUVILLE

 

Et pour prendre connaissance de mon article sur Adieu ma concubine, cliquer sur son titre :

 

ADIEU MA CONCUBINE de CHEN KAIGE

 

Caught-in-the-Web-04.jpg 

jpg_Caught-in-the-Web.jpg

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE - dans CINEMA ASIATIQUE
commenter cet article

commentaires

Thérèse 14/03/2013 13:50

J'attends avec impatience la sortie des films dont vous parlez dont celui-ci et le Wong Kar-wai dont j'avais adoré "In the mood for love".Je ne manquerai pas d'aller les voir dès qu'ils passeront.
Cela a dû être un très beau festival dont vous nous rendez compte avec beaucoup d'enthousiasme. Un enthousiasme communicatif.

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche