17 mai 2008 6 17 /05 /mai /2008 08:06

       Studio Canal  Corbis Sygma Universal Pictures Pierre Grise Distribution

Contrairement à celui des Folies-Bergères, l'escalier du Festival de Cannes ne se descend pas, il se monte. Une fois déposée par une voiture de luxe, dans l'enceinte des barrières, il ne reste plus à la star que d'en faire l'ascension à la fois radieuse, mystique, éblouissante. Cette cérémonie, équivalent cinématographique du triomphe romain ou de l'ascension de la Vierge, se renouvellera chaque soir pendant les dix jours des festivités. C'est le grand rite. La vedette est là, offerte aux regards admiratifs des photographes et de ses fans, à cet instant d'efficacité magique où elle est saisie dans le rayonnement de sa gloire entre l'écrin et le temple, la limousine et la salle obscure.

 

 

   Caméra One Collection Christophe L. Sophie Dulac Distribution Collection AlloCiné / www.collectionchristophel.fr

L'une des premières à l'avoir monté est Michèle Morgan qui, en 1946, venait présenter  La symphonie pastorale de Jean Delannoy, puis Martine Carol, notre Caroline Chérie dont  les épaules pulpeuses et la blondeur plaisaient tant à l'époque. En 1949, ce sera le tour de Rita Hayworth qui séduisit à la fois les Cannois et le prince Ali Khan qu'elle épousera à Saint-Paul-de-Vence. En 1953, alors qu'elle n'a que 19 ans, l'insolente beauté de Brigitte Bardot enflamme le Festival qui n'a d'yeux que pour elle. Amenée à Cannes par son époux d'alors, Roger Vadim, qui cherche des fonds pour son film  Et Dieu créa la femme, BB incarne l'insouciance et la liberté. D'autres icônes vont marquer les années 50 : Gina Lollobrigida, Silvana Mangano, Rossana Podesta, Sophia Loren et Claudia Cardinale, superbes italiennes qui contribuèrent par leur présence, leur talent, leur beauté, à l'âge d'or du cinéma italien.
Le Festival des premières années a donc des airs de guerre en dentelle. On y livre des batailles, mais ce sont des batailles de fleurs avec défilés de chars auxquelles participent nos étoiles. Ou encore des batailles de luxe, de banquets, de bals et de réceptions. Le champagne et l'ouzo coulent à flot. On aperçoit Esther Williams, Romy Schneider accompagnant Alain Delon, Kim Novak venue avec Cary Grant présenter Notorious d'Hitchcock et Hitchkock lui-même accompagné de Tippi Hedren lors de la sortie en France des Oiseaux. En 1955, une bergère croise le chemin d'un prince. Grace Kelly, en pantalon corsaire, que l'on croit fiancée au comédien Jean-Pierre Aumont va rencontrer Rainier III qui l'invite à visiter son palais. Ils se marieront le printemps suivant. En 1958, Martine Carol, qui était présente naguère avec son premier mari, puis avec le second, s'annonce sans le troisième. Celui-ci déclarera par la suite : " Et dire que je venais de lui offrir une voiture ! "

 

 Cinéma Public Films  Collection Christophe L.  MK2 Diffusion  Collection AlloCiné / www.collectionchristophel.fr

En 1959, la belle Marpessa Dawn, vedette du film  Orfeu Negro  qui remportera la Palme, ensorcelle la Croisette, tandis qu'en 1960, Melina Mercouri et Anita Ekberg ne passeront inaperçues ni l'une, ni l'autre ; la première offre une fête grecque où l'on casse beaucoup d'assiettes, l'autre accompagne Fellini dont le film  La dolce vita sera l'événement de l'année. En 1964, c'est au tour de Catherine Deneuve de faire sensation pour sa première apparition. Elle a un profil de médaille, une grâce juvénile et elle est timide. Bientôt elle s'imposera comme la grande dame du cinéma français.  En 1966, Anouk Aimée est aux côtés de Claude Lelouch pour recevoir les lauriers d 'Un homme et une femme et la Croisette chantonne chabadabada. Cette même année, les sifflets des critiques, lors de la projection de  L'Avventura d'Antonioni, feront pleurer la belle Monica Vitti.

 

 AlloCiné Bac Films  ARP Sélection Collection AlloCiné / www.collectionchristophel.fr


En 1978, la contestation gagne le cinéma. On y traite de la guerre du Vietnam, de la corruption, de l'avortement. Mais une toute jeune actrice recueille l'approbation générale : Isabelle Huppert, l'héroïne de Violette Nozière, rôle pour lequel elle obtiendra le prix d'interprétation féminine. Il y aura un remake en 2001 pour  La pianiste.
En 1981, Isabelle Adjani, agée de 19 ans, reçoit le prix d'interprétation à la fois pour  Quartet  de James Ivory et  Possession de Zulawski, tous deux en compétition. Un fait unique dans l'histoire du Festival. Elle est gracieuse, silencieuse mais inaccessible. Ainsi, fait-elle savoir, par son attachée de presse, qu'elle n'est à Cannes que pour l'émission télévisée d'Eve Ruggieri et qu'elle refuse d'être photographiée. Quand elle arrive au bas des marches du Palais, le silence est glacial. Les photographes ont posé leur matériel à terre et se croisent les bras. Par la suite, ils lui pardonneront et elle sera la présidente du jury de la 50e édition en 1997. Quant à Nastassja Kinski, dans une superbe robe de soirée, elle fera vaciller le coeur des festivaliers en 1984. En 1987, on verra Fanny Ardant aux côtés de Vittorio Gassman, présentant ensemble  La Famille  d'Ettore Scola, alors qu'en 1991, Madonna reçoit un accueil délirant de la part de ses fans, mais le film qu'elle est venue promouvoir  In Bed With Madonna  ne suscite pas le même enthousiasme.

  Warner Bros.TFM Distribution AlloCiné  United International Pictures (UIP)

En 1995, Cannes s'enflamme à nouveau à l'apparition de Sharon Stone, la vedette sulfureuse de  Basic instinct qui, toute d'or vêtue, remet la Palme d'or à Emir Kusturica pour Underground. Elle est l'ambassadrice du cinéma américain comme l'ont été avant elle Olivia de Havilland, Elisabteh Taylor, Jane Fonda, Meryl Streep, Kim Basinger, qui ont marqué la mémoire des festivaliers et, comme l'ont été récemment, Demi Moore et Nicole Kidman.
Cette même année, Vanessa Paradis chante l'air de  Jules et Jim en l'honneur de Jeanne Moreau, alors présidente du jury.
En 1999, Sophie Marceau a 39 ans et resplendit. Elle est l'une des actrices françaises les plus populaires. A elle revient l'honneur de remettre la Palme d'or aux frères Dardenne pour Rosetta. Une bretelle glisse et découvre un sein, les flashes crépitent. 

 

 Columbia Pictures Pan Européenne Edition New Line Cinema 20th Century Fox

Chaque année, nombreuses sont  les actrices qui se plaisent à être regardées, interpellées, photographiées. Pour certaines, ce ne sera qu'un petit vent de gloire, pour d'autres la consécration. Mais toutes auront enflammé la Croisette et réalisé pendant un instant leur rêve...de Cendrillon. Pour la 63ème édition en 2010, on attendait Cate Blanchett, Naomi Watts, Kirsten Dunst, Ellen Barkin, sans oublier Sharon Stone qui animera un dîner de l'AmfAR. Cela pour les stars étrangères. Quant aux vedettes françaises, Juliette Binoche était très attendue et recevra le Grand prix d'interprétation, de même qu'Isabelle Huppert et sa fille Lolita Chammah, Ludivine Sagnier, Diane Kruger et l'incontournable Charlotte Gainsbourg. Amateurs et photographes professionnels voyaient s'emballer leurs objectifs !

       Pathé Distribution  Warner Independent Pictures 20th Century Fox Pathé Distribution

       Studio Canal Corbis Sygma 20th Century Fox Metropolitan FilmExport

Aujourd'hui, pour cette 64 ème édition, c'est au tour de Mélanie Laurent, maîtresse de cérémonie, de Vahina Giocante, de Rachel McAdams, qui tient le rôle de l'épouse dans le dernier et pétillant Woody Allen, de Marion Cotillard qui a eu une année riche en tournages, de monter les célèbres marches. Laisseront-elles une empreinte aussi inoubliable que leurs aînées ? L'avenir le dira...

Gémini Films Rezo Films DreamWorks Pictures Pan Européenne Edition

 

 

 

Partager cet article

Published by ABARGUILLET - dans ACTEURS DU 7e ART
commenter cet article

commentaires

Palilia 17/05/2008

C'est bien de les avoir toutes mises là !On a l'impression que le regard de Romy SCHNEIDER transperce le blog dans son infinie tristesse : quelle actrice ! c'est vraiment je pense mon actrice préférée. J'aime bien aussi Sophie MARCEAU car elle a beaucoup de présence dans ses films. En fait, toutes sont bien, le reste n'est qu'appréciation personnelle.

delphine 12/05/2010

Quelle belle rétrospective, reprenant les moments historiques du festival! Un plaisir pour la nostalgique que je suis... Merci
PS: je ne sais trop si je partage le goût de Palilia pour Sophie Marceau qui, à mon sens jouerait mieux dans le cinéma muet, mais comme elle le dit bien, ce n'est qu'appréciation personnelle :-)
Bonne soirée!

emule 15/05/2010

quelle belle collection de belles femmes, et toutes différentes!

bond123 13/05/2011

une liste de talentueuse comédiennes qui ont jouer quelques très bon film et qui sortent du lot. Elles ont fait leurs preuves.

Palilia 13/05/2011

Finalement, on trouve parfois que tout cela est superficiel mais c'est vraiment un monde de beauté et pour une fois qu'on peut voir autre chose que des horreurs, tout en compatissant aux misères du monde, on peut se régaler. Si j'avais été jeune et connue, je les aurais montées avec grande joie ces marches, habillée par les couturiers avec de beaux bjoux. Elles ont raison je trouve. Et ça passe tellement vite ! merci Armelle

bond123 14/05/2011

Grace Kelly reste ma favorite de beauté de charme et de talent, rare sont les comédiennes possédant toutes ses qualités.

L'hotel'ier 23/05/2012

Et pour ce millesime 2012, quelles femmes remportent la palme de la beauté ?
Je ne vois pas...

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog