Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 09:21
GATSBY LE MAGNIFIQUE de BAZ LUHRMANN

                           

Printemps 1922. L'époque est propice au relâchement des mœurs, à l'essor du jazz et à l'enrichissement des contrebandiers d'alcool… Apprenti écrivain, Nick Carraway quitte la région du Middle-West pour s'installer à New York. Voulant sa part du rêve américain, il vit désormais entouré d'un mystérieux millionnaire, Jay Gatsby, qui s'étourdit en fêtes mondaines en compagnie de sa cousine Daisy et de son mari volage, Tom Buchanan, issu de sang noble. C'est ainsi que Nick se retrouve au cœur du monde fascinant des milliardaires, de leurs illusions, de leurs amours et de leurs mensonges. Témoin privilégié de son temps, il se met à écrire une histoire où se mêlent des amours impossibles, des rêves d'absolu et des tragédies ravageuses et, chemin faisant, nous tend un miroir où se reflètent notre époque moderne et ses combats.

 

Voilà une nouvelle variante du chef-d'oeuvre de Fitzgerald qui dispense le chaud et le froid, vous fait passer, surtout lors de la première demi-heure, de l'agacement à la complicité lorsque enfin vous quittez les excès d'une époque mouvementée et de scènes d'un goût douteux pour entrer dans le mystère qui, tout entier, reste celui du personnage de Gatsby et qu'on l'aperçoit seul, au bout d'une jetée, regardant clignoter une petite lumière verte. Oui, nous sommes bien dans le roman de Francis Scott Fitzgerald revisité par un metteur en scène qui a pour les effets spéciaux, les décors, les costumes, les couleurs, la main lourde, mais ne manque ni d'intelligence, ni de sensibilité malgré sa propension à l'outrance. Peut-être cette outrance est-elle la bienvenue ici, si l'on considère que  cette version de Gatsby n'appartient à aucune époque précise, peut-être même davantage à la nôtre qu'à celle des années folles...C'est ce qui, en quelque sorte, en fait l'intérêt et l'originalité, tant les facteurs de décadence sont proches : goût démesuré du plaisir, course irrépressible vers l'abime, attrait pour l'argent et le luxe tapageur et déclin des valeurs essentielles. Installé à Long Island, Gatsby a fait construire un château baroque et démesuré - celui du film est particulièrement kitch - où il donne des fêtes fastueuses pour les gens chics et moins chics qui se pressent à venir boire ses cocktails, à danser sur ses pelouses et à plonger dans sa piscine. Mais lui n'a qu'une obsession : retrouver Daisy, son amour de jeunesse, dont la maison se trouve juste en face de la sienne, de l'autre côté du lac.

 

Gatsby-le-magnifique_scaledown_450.jpg

 

Il est certain que les excès de décorum nuisent au personnage de Gatsby dont la fêlure secrète avait été si subtilement évoquée par l'écrivain et qui est ici absente, gâchée par une surcharge d'images et un style qui dispense plus de poudre aux yeux que de vérités. Mais, l'interprétation de Leonardo DiCaprio parvient à donner au héros sa stature et sa mélancolie et à faire basculer l'histoire dans la réalité du récit littéraire. Il y a même de très belles scènes dont celle de la visite de Daisy dans la demeure de son soupirant qui est probablement la plus réussie du film. Dans l'ensemble les acteurs s'en tirent bien : Nick Carraway est interprété par un Tobey Maguire assez effacé mais crédible, Daisy par Carey Mulligan, charmante, mais loin de valoir la délicieuse Mia Farrow dans la plus classique version de Jack Clayton, et Tom Buchanan par Joël Edgerton qui s'en tire plutôt bien. N'en reste pas moins que le film repose essentiellement sur les épaules de Leonardo DiCaprio dont la sensibilité à fleur de peau, de lèvre, de sourire et de regard fait merveille. Il est moins évanescent que Robert Redford,  solide et fragile en même temps, et je pense que sa prestation aurait touché Scott Fitzgerald tant elle est intériorisée. DiCaprio s'affirme une fois de plus comme l'un des grands du cinéma international, un acteur qui peut tout jouer. 

 

media.jpg

 

 

Bien qu'elle pêche par manque de concision, de rigueur et de goût, cette version ne peut laisser personne indifférent. Ses défauts sont à la hauteur de ses qualités et imposent un style baroque d'une incontestable liberté de ton, d'audace et de fantaisie. Pour cela, il est intéressant de le voir, de même que pour DiCaprio bouleversant dans ce personnage partagé entre le meilleur et le pire et dont le rêve fracassé nous touche toujours autant.

 

3-e-toiles

 

Pour prendre connaissance de l'article consacré à Leonardo DiCaprio, cliquer sur son titre :

 

LEONARDO DICAPRIO - PORTRAIT

 

Et pour consulter les articles de la rubrique CINEMA AMERICAIN, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

CINEMA AMERICAIN & CANADIEN

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

Festival-de-Cannes-une-competition-tres-ouverte_article_mai.jpg

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE - dans CINEMA AMERICAIN & CANADIEN
commenter cet article

commentaires

Sandrine L. 12/12/2014 15:30

Je n'arrive pas à aller le voir tant j'ai été marquée par la version de Clayton avec Robert Redford. Et bien que Leonardo di Caprio soit un très grand acteur, j'ai beaucoup de mal à laisser permuter "mon" Redford. L'excès de kitsch risque aussi, je pense, de m'agacer, voire de m'écoeurer.

Missycornish 14/05/2014 17:52

Bonjour Armelle. Je vois que nius avons eu le meme ressenti concernant les effets speciaux utilises en exces. J'ai ete touchee par la performance de Dicaprio bien plus finalement que celle de Redford. Le film est malheureusement comme tous les films de ce realisateur inegal. J'ai toutefois beaucoup aime la b.o du film.

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE 15/05/2014 09:58

Oui, Missy, ce film est supérieur au précédent avec Robert Redford dans le rôle titre. Plus inventif, plus fouillé. Et Di Caprio a donné au personnage sa dimension intérieure. Son interprétation est magistrale.

latest windows os 02/05/2014 13:43

The great Gatsby is a film which takes classic source material and imbues it on screen with a sense of wonder commensurate to its prior form, perhaps offering an even more visceral impression of the possibilities inherent to this beautiful, tragic world.

movie in the kitchen 19/11/2013 22:07

Ce Film m'a émerveillé, pas tant au niveau de l'histoire mais surtout au niveau de l'artistique. Les décors, les costumes et la musique. Baz Lhurman est extrêmement doué pour créer une atmosphère

armelle 11/08/2013 09:31

Exactement du même avis comme tu le vois Missy : DiCaprio sauve le film qui, par ailleurs, a des qualités esthétiques malgré ses outrances.

Missycornish 10/08/2013 17:21

Eh bien je vois que nous avons eu le même ressenti. J'ai été touchée par l'interprétation tout en finesse de Di Caprio. Je trouve que malheureusement le réalisateur n'est pas toujours bon, le début
est insupportable, on se croirait dans un cirque, beaucoup de bruit pour pas grand chose, des zooms trop rapides, bref, mal de tête garanti. Pourtant, malgré quelques faiblesses, j'ai apprécié
cette bande-originale moderne, je l'écoute d'ailleurs en voiture. Je n'ai toutefois pas aimé Daisy ni l'actrice que je trouve assez insipide mais bon elle correspond bien au personnage du livre, ce
n'est qu'une coquille vide. Di Caprio crevait l'écran et pour tout dire il sauve le film.

selenie 31/05/2013 19:08

Un beau et bon film... 3/4

niki 27/05/2013 18:45

les commentaires sont peu élogieux, je jugerai sur pièce si l'envie m'en prend, mais ce n'est pas certain -
j'ai encore bien en tête la version avec robert redford, excellente version (malgré mia farrow) et je viens de découvrir la version noir et blanc avec alan ladd, une bonne version

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche