Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2007 5 16 /02 /février /2007 09:54

Collection Christophe L.

                     

                       VIDEO      et       VIDEO


Gérard Philipe fut, sans contexte, le plus grand comédien français de l'après-guerre, interprète mythique à la scène et à l'écran, compagnon de Jean Vilar au TNP, il bénéficia d'une exceptionnelle popularité, en particulier pour ses créations dans Le diable au corps Fanfan la Tulipe Les grandes manoeuvres,  et la brieveté de sa vie ne fit qu'ajouter à sa légende, déjà bien établie de son vivant. Par sa présence lumineuse, sa grâce, son élégance, il incarna les aspirations de toute une génération bousculée par l'histoire, qui voyait s'ouvrir devant elle une vie culturelle nouvelle. Sa première prestation sera celle du prince Mychkine dans une adaptation sans éclat, L'idiot  ( 1946 ) de Dostoïevski de Georges Lampin. Mais sa véritable consécration lui vint, peu de temps après, grâce à Autant-Lara, qui fit de lui le héros de Raymond Radiguet dans Le diable au corps. Sa composition lui permit de retrouver l'apparence du naturel et de l'expression de l'adolescent. Le film provoquera un scandale et battra des records de recettes, ceci étant la cause de cela. Plus tard, sa rencontre avec René Clair, dont il fut l'ami proche, orientera sa vie de comédien de façon décisive. Certes  La beauté du diable  ( 1949 ) ne compte pas parmi les grandes réussites du cinéaste, mais Philipe tirera brillamment son épingle, face à Michel Simon, de cette parabole laborieuse. Toujours sous la direction de Clair, il sera le jeune professeur de musique, séduit et accaparé par ses rêves, dans un divertissement ravissant où René Clair s'amuse à faire du René Clair : Les belles de nuit.  Il  sera, par la suite, le lieutenant Armand de la Verne, pris au piège d'un pari fâcheux, au côté de Michèle Morgan dans Les grandes manoeuvres ( 1955 ), actrice qu'il aura de nouveau pour partenaire dans Les Orgueilleux de Marc Allégret.

 

 

Si bien qu'au théâtre comme au cinéma, on ne cesse plus de lui proposer des rôles de premier plan, où il se révèle toujours en parfaite adéquation avec ses personnages, au point de les marquer à tout jamais. Au théâtre, il est successivement Le Cid de Corneille, Le Prince de Hombourg de Von Kleist, Ruy Blas de Hugo, Richard II de Shakespeare, ainsi que les héros des Caprices de Marianne, de Lorenzaccio et de On ne badine pas avec l'amour de Musset. En 17 ans de carrière, il participera à vingt pièces de théâtre. Pour le seul TNP, il sera apparu dans 605 représentations du Cid et de On ne badine pas avec l'amour. Au point qu'apprenant sa mort, le poète Aragon s'écrira : " Non Perdican n'est pas mort. Simplement il avait trop joué, il se repose ". 


 

Collection Christophe L.


 

 

Quant au cinéma, il tournera dans 29 films, dont  La Chartreuse de Parme  de Christian-Jaque ( 1948 ),  Une si jolie petite plage  d'Yves Allégret ( 1948 ),  La beauté du Diable  de René Clair ( 1949 ), Juliette ou la clé des songes  de Marcel Carné ( 1950 ),  Fanfan la Tulipe  de Christian-Jaque ( 1952 ),  Monsieur Ripois  de René Clément ( 1953 ),  Le Rouge et le Noir  d'Autant-Lara ( 1954 ),   La Meilleure Part  d'Yves Allégret ( 1955 ),  Montparnasse  de Jacques Becker ( 1957 ),  Pot-Bouille  de Duvivier ( 1957 ), et  La fièvre monte à El Pao  de Bunuel ( 1959 ). Avec Monsieur Ripois, l'acteur se libère du personnage de Fanfan la tulipe qui commençait à trop lui coller à la peau et réussit l'une de ses plus fameuses interprétations au cinéma dans le rôle de ce personnage ambigu qui se montre tour à tour misérable et brillant, veule et charmant, mesquin et séducteur, dans une oeuvre cynique, ironique et enlevée :  - un Gérard Philipe de soie et d'acier  - écrira Jacques Audiberi.  

 

 

        

 

 

Acteur engagé, il sera l'un des premiers, en 1950, à signer la pétition contre les armes nucléaires en pleine guerre froide et se montrera un Président énergique et apprécié à la direction du Syndicat français des acteurs. Le 25 novembre 1959, alors qu'il est atteint d'un cancer du foie, il succombe soudainement à une crise cardiaque ; il n'a que 37 ans. Selon ses dernières volontés, on l'ensevelit au cimetière de Ramatuelle, près de Saint-Tropez, dans le costume du Cid, qu'il avait tant de fois revêtu sur scène. En mourant si jeune, en pleine gloire, il a laissé l'image la plus belle, celle que le temps n'a pu écorner. Avec lui disparaissait le dernier des romantiques, un acteur unique par son charisme et le don qu'il possédait de porter à leur paroxysme de complexité et d'expression chacun de ses rôles.

 

 

Pour ses détracteurs, et il y en aura, son jeu très construit et composé était à l'opposé du jeu instinctif et improvisé de l'acteur de la Nouvelle Vague, N.V. qui entendait jeter aux oubliettes le cinéma de papa, dénoncé par les "jeunes turcs" dans Les Cahiers du cinéma. Mais, il n'en reste pas moins que sa voix, sa présence illuminent la pellicule et, mieux encore, l'ensorcellent et confèrent une étrangeté et une singularité inoubliables à son jeu.  

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique ACTEURS DU 7e ART, cliquer   ICI

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 


  Collection Christophe L.

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans ACTEURS DU 7e ART
commenter cet article

commentaires

niki 06/04/2015 13:26

un bel hommage, armelle, comme tous vos billets -

gaeriel 02/09/2009 19:32

merci pour ce si long article sur cet acteur plus de tout connu de nos jours... et c'est très dommage !
Vive Gérard !!!!

palilia 13/02/2009 23:54

aahh Fanfan la Tulipequ'il nous a fait rêver ce Gérard Philipe. Mais tu sais, je trouve que sur la photo d'en haut, il a un petit air de Francis Huster qui peut avoir lui aussi l'air tourmenté.

Bond123 12/02/2009 10:02

Je ne connais pas ce comédien donc mon commentaire ne sera assez maigre.
En tout cas c'est un brillant article que tu nous as pondu la, comme de coutume d'ailleurs.
C'est bien pour cela que j'appréci tant ton blog, car il me fait découvrir bien d'autres aspects du cinéma.

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche