Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2007 6 20 /10 /octobre /2007 09:02

johnwayne1sg3.jpg

 

                                                VIDEO MEMOIRE

Marion Michael Morrison, plus connu sous le nom de John Wayne, a vu le jour dans une petite ville de l'Iowa le 26 mai 1907. A l'âge de 9 ans, il suit ses parents en Californie et entre, par la suite, à l'Université, où il se démarque tout particulièrement dans l'équipe de foot-ball et en devient l'un des membres éminents. Pour gagner un peu d'argent de poche, il se fait engager comme accessoiriste à la Fox en 1926 et attire l'attention de John Ford qui lui propose de faire de la figuration dans plusieurs de ses films. C'est Raoul Walsh qui lui confiera néanmoins son premier rôle dans La piste des géants, où sa présence, sa démarche, son naturel annoncent déjà ses futurs succès. Walsh lui trouve alors un nom qui sonne bien : John Wayne. C'est sous ce nom qu'il devient la vedette du studio republic réputé pour ses productions de westerns à petits budgets. Après être apparu dans plusieurs productions, Wayne renoue avec Ford en 1939 et tourne sous sa direction dans  La chevauchée fantastique, film qui lui ouvrira les portes de la renommée.

                      Harry Carey Jr. et John Wayne. Swashbuckler Films

Désormais le cinéma hollywoodien doit compter avec ce géant débonnaire d'1m 93, un peu machiste, qui sait capter et retenir l'attention et la sympathie des spectateurs. En 1946, il devient son propre producteur pour le film de James Edward Grant  L'ange et le mauvais garçon. L'ancien acteur de la républic est désormais consacré par le public et également par les meilleurs réalisateurs de Howard Hawks à Josef Von Sternberg, sans oublier John Ford dont il est l'acteur fétiche. Par ailleurs, c'est John Wayne qui financera le premier film en relief : Hondo, l'homme du désert en 1943.

                      Gaumont Buena Vista International (GBVI)

En 1960, l'acteur, producteur, réalisateur engage sa fortune personnelle pour réaliser un vieux rêve, né sur la plateau des Sacrifiés : Alamo, un film lyrique et spectaculaire avec son final d'une violence impitoyable. Ce sera un succès très apprécié de John Ford. Sa seconde réalisation soulevera, quant à elle, des contestations de part et d'autre, car elle exalte l'héroïsme des soldats dans un conflit qui déchire l'opinion américaine: la guerre du Vietnam. Atteint d'un cancer, il interprète encore le rôle d'un tireur d'élite qui choisit sa propre mort dans un film de Don Siegel. La sienne se profile et il doit subir plusieurs opérations dont l'ablation d'une partie de l'estomac. Dès lors il passe son temps à entrer et sortir de l'hôpital avec un grand courage. Il est présent le 9 avril 1979 à la cérémonie des Oscars et meurt deux mois plus tard à Los Angeles. Ce jour-là l'Amérique perdait son héros national. Les journaux titrèrent : "Monsieur Amérique est mort". Il est vrai qu'il occupe une place à part dans le panthéon des stars pour n'avoir tenu qu'un seul rôle dans les 175 films auxquels il a participé, le plus souvent comme vedette, le film se construisant sur son nom. Parmi les plus connus : La chevauchée fantastique, bien sûr, La rivière rouge, L'homme qui tua Liberty Valance, Rio Bravo, Rio Grande, El Dorado, La charge héroïque, L'homme tranquille, Le fils du désert. Il représentait aux yeux du public un archétype, celui du héros indépendant, intrépide, qui ne meurt jamais, et auquel la situation donne presque toujours raison. Ainsi a-t-il été et reste-t-il dans notre mémoire le représentant idéal du cow-boy chevaleresque et courageux qui sait défendre la veuve et l'opprimé et surmonter ses propres doutes.

Pour lire les critiques des films où apparait l'acteur, dont La Rivière Rouge, La prisonnière du désert, Rio Bravo,      AlamoL'homme qui tua Liberty Valance et Le dernier des géants, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

LISTE DES FILMS DU CINEMA AMERICAIN ET CANADIEN

            Swashbuckler Films Les Acacias John Wayne ProductionsCollection Christophe L.

      

                                                           

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans ACTEURS DU 7e ART
commenter cet article

commentaires

Flav43 19/11/2007 12:03

Wayne, icône du cinéma classique américainFord et Hawks, assurément deux des plus grands réalisateurs américains du cinéma classique, s'accordaient entre eux à dire qu'il était très très difficile de faire un bon western sans John Wayne. Et la preuve en est que les plus grands films fordiens sont ceux avec John Wayne (à l'exception peut-être de "Qu'elle était verte ma vallée" et "Les Raisins de la colère"). Et ce n'est pas pour rien si "Rio Grande" est un des meilleurs westerns qui soit. Wayne y est pour beaucoup...

Eric LOW 30/10/2007 19:06

j'ai vu pas mal d'interveiws de lui : à la fos sympa dans l'approche perso & souvent réac dans la vie publique mais 1 charisme indéniable
Rio Bravo
l'Homme tranquille
la Prisonnière du Désert
l'Homme qui tua...
reste des chefs-d'oeuvre impérissables que je regarde en boucle

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche