Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 10:23

       

 

Il y a d'abord, venant à notre mémoire, l'image que Peter O'Toole nous a imposée du personnage quasi légendaire du colonel Lawrence dans le film de David Lean. Mais il y a la réalité de l'homme qui a inscrit son parcours dans la terre de l'actuelle Jordanie en contribuant à fédérer les diverses tribus bédouines et à les entraîner à se libérer de la tutelle turc lors de la Première Guerre mondiale. Il y a aussi et surtout celui dont la mort reste presque aussi énigmatique que la vie et l'auteur d'un chef-d'oeuvre : Les sept piliers de la sagesse. Oui, Lawrence d'Arabie, né le 16 août 1888 au pays de Galles, avait tout pour séduire un metteur en scène tel que David Lean, amoureux des grands espaces et des aventures hors du commun. Le film aux 7 Oscars, qu'il lui a consacré, compte parmi les grandes réussites du 7e Art, de par la beauté fulgurante des images et de l'aventure intelligemment relatée de l'homme qui voulut être arabe parmi les arabes, ayant subi l'envoûtement de ces défilés et de ces vallées qui offrent des paysages fantastiques avec leurs dunes de sable rouge et leurs roches ouvragées par le vent, sur lesquels passent des nuits étonnement étoilées et des jours intensément bleus. N'oublions pas que le film doit beaucoup à l'interprétation d'acteurs chevronnés comme Anthony Quinn, Peter O'Toole, Alec Guinness, Jack Hawkins, José Ferrer et d'un nouveau venu qui crevait déjà l'écran en prince noir, découvert par Youssef  Chahine, le libanais-égyptien Omar Sharif ; sans oublier la musique de Maurice Jarre que le commandant de bord, lors de notre croisière en mer Rouge, ne manqua pas de diffuser lors de notre entrée dans le port d'Aqaba. 

 

220px-Ljohn.jpg

Portrait de  Thomas Edward Lawrence  ( 1888 - 1935 )


Héros pour les uns, mystificateur pour les autres, cet aventurier a traversé l'histoire avec panache et achevé curieusement sa vie animé du désir obsessionnel de l'anonymat. En 1914, Lawrence, jeune archéologue en mission dans le Moyen-Orient, refusé dans l'armée active pour raisons de santé, réussit à se faire accepter comme agent dans l'Intelligence Service. Un renouveau du nationalisme arabe s'étant produit dans les années précédant immédiatement la Grande Guerre avec le mouvement des "jeunes turcs", l'Angleterre, et particulièrement Lord Kitchener, a l'idée de gagner à la cause alliée les forces turques de Mésopotamie et de susciter une révolte capable de provoquer le démembrement de l'empire de Constantinople. Pour préparer ce soulèvement, Lawrence est dépêché auprès de l'émir Fayçal ibn Hussein et de Hussein, son père, grand cheriff de la Mecque, rallié à la cause anglaise. Il s'agissait d'une mission destinée à servir les seuls intérêts anglais, bien entendu. Mais elle provoque chez Thomas Edward Lawrence le réveil d'un vieux rêve de jeunesse poursuivi depuis ses années d'étudiant à Oxford. L'agent de l'Intelligence Service cesse bientôt de voir dans la révolte un simple moyen. Elle devient à ses yeux une fin prestigieuse. Il s'agit de créer une nation nouvelle et de faire revenir au monde une influence perdue, de donner à 20 millions de sémites les fondations sur lesquelles bâtir un château de rêve avec les inspirations de leur pensée nationale.

 

P1070001.JPG


   Bédouins dans le désert du Wadi Rum


L'entreprise échouera, car sans détromper les Arabes, il est évident que Lawrence, malgré et contre ses voeux, ne cessa de servir la cause britannique. " L'honneur - écrivit-il - ne l'avais-je pas perdu l'année précédente, quand j'avais affirmé aux Arabes que les Anglais tiendraient leurs engagements ? " Mais plus profondément, le projet d'une résurrection politique du monde arabe est un rêve que le jeune colonel oublia d'asseoir sur de solides bases historiques. Il avait recherché l'âpre sentiment de la totale indépendance que lui conférait cette force guerrière cimentée par une pure idée. " Nous étions une armée concentrée sur elle-même, sans parade ni geste, toute dévouée à la liberté, la seconde des croyances humaines " - écrira-t-il. Pour gagner les Arabes, le colonel avait voulu les imiter, empruntant leurs habits, leurs rites, afin qu'eux-mêmes, le jour venu, l'imitent à leur tour. Mais cela était-il possible ? Lawrence le reconnaîtra lui-même et notera dans ses mémoires :
" Comment se faire une peau arabe ? Ce fut de ma part affectation pure. Il est aisé de faire perdre la foi à un homme, mais il est difficile ensuite de la convertir à une autre. Ayant dépouillé une forme sans acquérir de nouvelle, j'étais devenu semblable au légendaire cercueil de Mohammed. "


Malgré lui, le colonel Lawrence est resté un étranger pour les Arabes. La solitude a marqué son destin d'une sceau indélébile. Avec lui, on atteint au point extrême de la rêverie politique. Lawrence est de la race des Chateaubriand, des Barrès et, plus proche de nous, d'un Malraux. " Les rêveurs du jour - notera-t-il  en songeant à lui-même - sont des hommes dangereux, car ils peuvent jouer leur rêve les yeux ouverts et le rendre possible. C'est ce que j'ai fait. "
Si son entreprise lui plait, ce n'est pas tant pour le bonheur à venir d'un peuple que comme la plus belle figure de ses songes. Si bien que l'on peut se demander si l'échec n'a pas été volontaire et destiné à préserver la pureté du rêve : moins que la conquête, c'est l'effort qui exalte le jeune colonel.
" Je t'aimais,c'est pourquoi, tirant de mes mains ces marées d'hommes, j'ai tracé en étoiles ma volonté dans le ciel, afin de gagner la liberté, la maison digne de toi."
Et il ajoute : " Quand une chose était à ma portée, je n'en voulais plus. Ma joie était dans le désir."


L'aventure pour Thomas Edouard Lawrence ressemble beaucoup à ce salut par l'art qui tentait les écrivains de la fin du XIXe siècle. Lawrence n'édifia point l'empire arabe mais, qu'importe  l'échec ou le succès de l'entreprise !, si cette dernière lui a permis de façonner quelque oeuvre d'art. L'auteur était trop lucide pour ne pas se l'avouer : - ma guerre était trop méditée, parce que je n'étais pas soldat, mes actes étaient trop travaillés parce que je n'étais pas un homme d'action. " Je n'avais eu - poursuivait-il  - qu'un grand désir dans mon existence - pouvoir m'exprimer sous quelque forme imaginative, - mais mon esprit trop diffus n'avait jamais su acquérir une technique. Le hasard, avec un humour pervers, en me jetant dans l'action, me donnait une place dans la révolte arabe contre l'occupant turc et m'offrait ainsi une chance en littérature, l'art-sans-technique ! "


Ainsi le colonel Lawrence a-t-il jugé son épopée dans les sables du désert. Rentré en Grande-Bretagne aussitôt la fin de la Grande Guerre, il devint le conseiller de Winston Churchill et obtint que la couronne d'Irak revint au prince Fayçal ( 1883 - 1933 ) qui venait de perdre le trône de Syrie. A la fin de 1926, il fut assigné à une base en Inde et y restera jusqu'en 1928, date à laquelle il sera rappelé à Londres à la suite de rumeurs infondées d'espionnage en Afghanistan. Le 13 mai 1935, alors qu'il roulait à vive allure à moto, il perdra le contrôle de son engin en voulant éviter deux jeunes cyclistes et mourra des suites de cet accident 6 jours plus tard. Il repose dans un petit cimetière du Dorset.

 

Etait-il un agent secret, était-il homosexuel comme certains textes pourraient le laisser supposer, sa mort fut-elle vraiment accidentelle ? Autant d'énigmes qui n'ont pas été élucidées. Il existe des destins qui semblent verser naturellement dans l'univers romanesque. Celui de Thomas Edward Lawrence est de ceux-là. Pour certains, il aurait combattu son homosexualité en s'imposant une vie d'ascète faite d'exercices physiques, de travail et de privation. Ce serait la clé de son étrange et mystérieuse personnalité et de l'intérêt qu'il n'a cessé d'inspirer.

 

Vous pouvez également consulter l'article que j'ai consacré à David Lean en cliquant sur son titre :  


DAVID LEAN, L'IMAGIER PRESTIGIEUX  

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 P1060989.JPG 

Les sept piliers dans le désert de Wadi Rum qui ont inspiré le titre des mémoires de Thomas Edward Lawrence

 

LAWRENCE d'ARABIE de David LEAN, DE LA REALITE A LA LEGENDE
LAWRENCE d'ARABIE de David LEAN, DE LA REALITE A LA LEGENDE

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans CINEMA EUROPEEN & MEDITERRANEEN
commenter cet article

commentaires

Tching 05/09/2011 18:20


J'ai adoré le film, et ta critique sur l'histoire en général (de la réalité à la fiction, pour le coup ça prend son sens) me rappelle l'image pénétrante de Peter O'toole en grand prince blond du
désert... Un sacré grand film, que j'avais plutôt traité sur la personnalité de Lawrence, tout simplement épique.


bond123 05/09/2011 18:05


Le film fut l'une des oeuvres les plus impresionnante de David Lean...


bond123 18/07/2010 10:27

Une fresque épique qui m'a transporter.
Une mise en scène puissante et une interprétation de haute qualité fonr de Lawrence D'Arabie un grand monument du 7ème art!

Finael 01/03/2010 16:41

Superbe relation entre mythe et réalité !

Encore !

dasola 01/03/2010 16:00

Bonjour Armelle, quel chef d'oeuvre que ce film! Je l'ai vu et revu. C'est beau avec plein de morceaux de bravoure. Les acteurs sont tous sensationnels. Et le personnage de Lawrence est fascinant. Bonne fin d'après-midi.

sheherazade/niki 27/02/2010 10:20

j'ai apprécié le film de david lean, mais qui idéalise tout de même le personnage de T.E. Lawrence - ce qui ne me dérange absolument pas, les aventuriers, les idéalistes apportent au cinéma tout ce dont il a besoin pour alimenter l'imaginaire des spectateurs

j'ai constaté avec amusement, que lorsque je me connecte sur votre site, très intéressant, armelle, c'est toujours mon pseudo qui apparaît - je reste "sheherazade" pour certains amis qui me surnomment gentiment ainsi, mais j'ai décidé de revenir dans la blogosphère sous mon prénom

Gérard Rocher 26/02/2010 22:57

Merci ma chère Armelle de me rappeler que David Lean est un réalisateur anglais et que ce film est bien sûr de la même origine mais ça je le savais. Cette parenthèse faite, cela ne m'empêche pas de trouver ce film très hollywoodien dans sa conception et qu'il ne suffit pas à mon avis de paysages grandioses et de 226 minutes de pellicule pour m'enthousiasmer. Par contre je ne savais pas que cette oeuvre avait été projetée à la famille royale ce qui prouve sans doute un certain patriotisme, mais cela est loin d'infléchir mon jugement. Amitiés.

Armelle à Gérard 26/02/2010 08:55

Ce film n'est pas un pur produit hollywoodien mais un film britannique. David Lean était anglais, la plupart des acteurs le sont aussi, le tournage a eu lieu principalement en Jordanie et un peu en Espagne et au Maroc et le synopsis s'est inspiré de façon honnête et précise des mémoires de colonel Lawrence "Les sept piliers de la Sagesse". Il faut d'ailleurs, non seulement admirer la très belle musique de Maurice Jarre mais la qualité des dialogues.
D'ailleurs,dès sa sortie, le film a été présenté à la reine d'Angleterre et au prince Philip, c'est dire à quel point David Lean tenait à l'aval de sa nation.

Jack Mandon 26/02/2010 08:01

Lawrence, la magie de l’image, l’ampleur musicale, la sensation brûlante, tous les prédicats du partage et de la communication.
Le talent de David Lean, l’interprétation fulgurante de Peter O’Toole contribuent à fixer la légende.
Elle prend forme dans un cadre grandiose et symbolique, l’Orient et le désert révélateur de l’âme.
Les sentiments complexes et ambivalents, les éternels concepts amour-haine entre l’Orient et l’Occident.
A l’instar des grands voyages qui ont forgé notre imaginaire, ceux des demi-dieux de l’antiquité.
Lawrence traverse le temps et l’histoire, transcendant sa nature complexe d’ange-démon,
animé par un idéal fou, un projet politique à l’anglaise, mélange de romantisme et de réalité cruelle.
Une immense fresque, familière à Shakespeare et pourtant inconnue de lui.
Voyage initiatique, comme Jason à la recherche de la Toison d’or.
A l’image d’Ulysse en prise avec les dieux de l’Odyssée.
L’homme remplit un lieu à son image à la fois dérisoire, éternel et infini.
C’est ainsi que naissent les étoiles dans l’univers galactique de notre imaginaire.
Merci Armelle de nous rappeler la source et la ressource illimité... un aspect de l’amour.

Gérard Rocher 25/02/2010 22:00

Bonsoir Armelle, ton article très détaillé brosse fort bien la carrière, l'action et la personnalité d'un idéaliste; toutefois pour en revenir au film David Lean nous en dresse une évocation à mes yeux moins brillante car très approximative. Certes nous sommes au centre de paysages somptueux , la mise en scène est magnifique et l'interprétation tout à fait honnête. Malheureusement ce film est interminable et le personnage central cerné de manière conventionnelle et très hollywoodienne . Il reste un joli spectacle pour amateur de long métrage. Mon meilleur souvenir pour ce film, la fabuleuse musique de Maurice Jarre et mon plus mauvais, la file d'attente au guichet! Amitiés.

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche