Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2007 5 19 /10 /octobre /2007 11:11

                        George Clooney et Sydney Pollack. SND

                                                       

En l'espace d'une dizaine d'années, George Clooney a orienté sa carrière d'une façon inattendue et déroutante pour le cinéphile landa pour qui il représentait la séduction à l'état pur. Mais le favori de ses dames avait d'autres ambitions et a su métamorphoser son image d'acteur de charme pour aborder des sujets plus audacieux et plus conformes à ses aspirations. Avec son dernier film Michael Clayton présenté en avant-première à Deauville en septembre, il s'est lancé, avec son complice Tony Gilroy, scénariste de la saga Jason Bourne, dans un thriller psychologique sur les pratiques et l'absence d'éthique de certaines firmes américaines. De cette collaboration étroite est née un film sombre et pessimiste qui confirme le don de Clooney d'élargir le champ de ses interprétations et celui de Gilroy de se situer dans le panel des meilleurs scénaristes-réalisateurs actuels d'Hollywood.

 

Le film fonctionne sur le mode classique du thriller mais ici l'idée d'une possible rédemption s'annule devant l'ampleur et la puissance des forces en présence : celles scandaleuses d'un noyau d'hommes sans scrupules prêts à tout pour étendre en permanence, et à n'importe quel prix, leur influence. Face à eux, un avocat chargé d'un dossier douteux et qui se voit dans l'obligation de faire un choix entre ses responsabilités professionnelles et sa morale personnelle et, ce, au risque de sa vie, puisqu'il entend dénoncer les agissements coupables d'une multinationale agro-chimique qui, pour s'enrichir, est disposée à faire des millions de victimes.

 

 

                   Tom Wilkinson et George Clooney. SND David Zayas et George Clooney. SND

 

Mais contrairement à d'autres thrillers, Michael Clayton nous montre à quel point les hommes ne sont jamais que des pions, des marionnettes, broyés par une machine coorporatiste terriblement efficace. Pas une lueur d'espoir ne se profile à l'horizon d'un film ténébreux à souhait. D'autant que le metteur en scène a choisi volontairement de tourner  à New-York, sa ville natale, parce qu'aucun lieu ne lui semblait mieux approprié pour dépeindre un monde colossal et écrasant gouverné par le profit et l'argent et dont la présence des gratte-ciel rend l'ambiance encore plus étouffante.



L'exercice est réussi grâce à une mise en scène bien ficelée, une parfaite interprétation et un suspense maîtrisé qui nous tient en haleine, même s'il arrive que des flash-backs trop systématiques nous fassent parfois perdre le fil de l'action. Il est certain que ce n'est pas le film qu'il faut aller voir si l'on a du vague à l'âme, car le monde brossé par la caméra de Gilroy est affligeant et que Clooney, lui-même, nous y apparait ébranlé, fragilisé par l'ampleur d'une tâche qu'il sait perdue d'avance. D'où un sentiment de frustration et de défaite qui ne peut manquer d'étreindre le spectateur. Mais, n'importe, malgré sa silhouette fatiguée, ses soucis personnels sur lesquels le film s'attarde un peu trop longuement, Clooney nous campe un personnage sympathique et courageux, un Don Quichotte des temps modernes, oscillant entre foi et désespoir et qui a jeté dans la balance tout le poids de sa sincérité. Et puis voir des requins s'entre-tuer a quelque chose d'excitant qui rappelle les films du  Pollack des années 70. D'ailleurs Pollack est présent dans la distribution, endossant un rôle de parfait salaud de façon très convaincante. Un film à voir, ne serait-ce que parce qu'il serait dommage de bouder une oeuvre de cette qualité, où certaines pratiques américaines sont  mises au banc des accusés...



Pour consulter la liste complète des articles de la rubrique CINEMA AMERICAIN, cliquer sur le lien ci-dessous :

 


LISTE DES FILMS DU CINEMA AMERICAIN ET CANADIEN

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

 

                     Tom Wilkinson et George Clooney. SND

 

MICHAEL CLAYTON de TONY GILROY

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans CINEMA AMERICAIN & CANADIEN
commenter cet article

commentaires

Bond123 29/10/2008 10:02

Cela me fait plaisir de revenir sur ton blog pour y déposer un commentaire.
J'ai beaucoup aimé ce film! Je suis allé le voir au cinéma et je t'avoue que ce fut une agréable surprise.
Ton avis concorde avec le mien.

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche