Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2007 4 25 /10 /octobre /2007 09:13

   

                  

Totalement méconnue jusqu'alors, la jeune réalisatrice sud-coréenne Gina Kim a été la divine surprise du Festival de Deauville 2007, où son film, très bien accueilli par le public, le fut également du Jury qui lui attribua son Prix, permettant à cette cinéaste d'accéder enfin à la notoriété, après deux premiers longs métrages autobiographiques Gina Kim's Video Diary ( 2002 ) et Invisible Light ( 2003 ).


Alors que Sophie semble mener une vie idéale auprès d'Andrew son mari, originaire de Corée, le couple se voit bientôt confronté à un obstacle capable d'anéantir son bonheur : il ne parvient pas à avoir d'enfant malgré de nombreuses tentatives. Pour remédier à cette situation, la jeune femme décide d'avoir un enfant d'un autre et choisit pour géniteur un immigré clandestin, coréen comme Andrew, avec lequel elle passe une sorte de contrat secret : elle le paiera lors de chaque rendez-vous et ce jusqu'à ce qu'elle soit enfin enceinte.
Le premier atout de ce film est de se dérouler à New-York et de faire la liaison entre les deux cultures orientale et occidentale. L'américaine Sophie, blonde aux yeux bleus, est l'enjeu sentimental et sexuel de deux hommes asiatiques, alors que le cinéma hollywoodien est davantage enclin à nous montrer le contraire, faisant du corps féminin asiatique un objet de fantasme. Second atout non négligeable : ce long métrage est volontairement centré sur une jeune new-yorkaise au sein d'une communauté coréenne où elle ne parvient pas à s'intégrer, ce qui est encore une façon d'aborder les choses à contre courant. Ainsi Gina Kim s'emploie-t-elle à briser les tabous et à nous montrer une réalité inhabituelle. Mais Sophie, en acceptant l'inconcevable par amour, se perdra et finira par détruire ce qu'elle avait tenté de sauver.

 

 

 

 

                         Now Films

 

Déjà remarquée dans Down to the Bone de Debra Granik, puis Les Infiltrés de Martin Scorsese, Vera Farmiga incarne merveilleusement cette jeune femme en quête d'enfant, plus déterminée qu'il n'y parait à prime abord. Quand l'actrice reçut le script de Never forever, son sentiment fut mitigé. " J'étais à la fois terrifiée par la dimension érotique du scénario et excitée par le défi que représentait ce rôle, où il y a plus à exprimer par les gestes, les attitudes et le regard que par les dialogues " - a-t-elle dit. Ce qui a fini par la convaincre ? " A ce moment de ma vie, rien ne m'importait plus que d'avoir un enfant. J'étais donc en adhésion totale avec le personnage de Sophie. Et puis j'ai apprécié l'approche poétique de l'érotisme dont faisait preuve Gina Kim " - ajoutera-t-elle.


                      

 

Portrait en creux d'une femme qui s'est fixée pour mission de faire plaisir à son époux au risque de son propre déplaisir, ce film pose des questions essentielles sur l'amour, le sexe, le couple, la foi. Peu de dialogues, mais des scènes d'une sensualité extrême, des plans admirables où se détache délicatement, avec la précision voluptueuse de l'aquarelle, la présence obsédante de l'actrice d'origine ukrainienne dont on a pas fini de parler.
Quant à Gina Kim, elle est parvenue à instaurer une tension passionnelle et à filmer la fragilité des sentiments un peu à la façon de Wong Kar way, d'une caméra qui sait nimber les lumières ou les irradier. Alors que le film aurait pu être choquant, déplacé, scabreux, rien de semblable ici dans cette attirance irrépressible qui saisit les deux personnages principaux et dans la naissance d'un amour captivant qui dessine un admirable portrait du désir féminin et de l'ambiguïté. A jamais et pour toujours. A ne pas manquer.
    

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique CINEMA AMERICAIN, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

LISTE DES FILMS DU CINEMA AMERICAIN ET CANADIEN               


                   

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans CINEMA AMERICAIN & CANADIEN
commenter cet article

commentaires

dasola 28/10/2007 18:32

Très joli filmdont je vais bientôt faire un billet. Vera Farmiga est magnifique. Les scènes d'amour sont très bien filmées.

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche