Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 08:48

          VIDEO


" Nuits d'ivresse printanière ",  est un titre poétique pour un film long et décevant, romance homosexuelle entre un homme à l'attirance vénéneuse et des compagnons d'occasion, dont l'un se suicidera, et où l'on trouve, étroitement mêlées, la jalousie, l'ivresse des sens et l'ombre portée du mensonge et de la trahison. A mon avis, cet opus souffre d'être inutilement surchargé de scènes violemment érotiques, qui sont davantage de l'ordre de la démonstration que de la suggestion subtile et vous transforment en voyeurs, ce qui est fort déplaisant. Tout ici est glauque, fébrile, scabreux, et déçoit d'autant plus que le film, en lui-même, ne démontre rien. Néanmoins, il bénéficie d'une imagerie solide et d'un esthétisme qui prouve la maturité scénique de son réalisateur.

Mais qui est donc  Lou Ye , ce cinéaste chinois  familier du Festival de Cannes, qui recevait un hommage appuyé lors du Festival du Film Asiatique de Deauville en mars dernier ?  Né en 1965, Lou Ye sort diplômé de l'Ecole des Beaux-Arts de Shanghaï en 1983 et intégre deux ans plus tard le département" réalisation" de l'Académie du film de Pékin. Après s'être exercé à la mise en scène avec des courts métrages,  il signe en 1994 son premier long métrage  Weekend Lover,  le portrait d'une jeunesse chinoise sans repères. C'est en 2000 que le public occidental le découvre avec Suzhou River ,  film noir qui raconte une histoire d'amour teintée d'onirisme que Lou Ye a écrite, co-produite et réalisée. Interdit en Chine, le film sera néanmoins présenté au Festival de Rotterdam sans avoir reçu l'aval des autorités chinoises, si bien que son auteur sera  interdit de tournage pendant deux ans.
Lou Ye s'attelle ensuite à l'ambitieux Purple Butterfly,  une fresque consacrée au conflit sino-japonais des années 30 avec Zhang Ziyi dans le rôle principal. Le film est présenté en compétition au Festival de Cannes en 2003 sans obtenir de distinction. Trois ans plus tard, le réalisateur revient à Cannes avec  Une jeunesse chinoise  dans laquelle il aborde les événements de la place Tian An Men, à travers la relation amoureuse de deux étudiants. Il brise ainsi un tabou qui lui vaudra une interdiction de tourner en Chine pendant cinq ans. Si bien que Nuits d'ivresse printanière fut réalisé clandestinement à Nankin, en arborant la nationalité hongkongaise et française, de façon à éviter les foudres de la censure et a remporté en 2009 à Cannes le Prix du scénario, prix qui me surprend d'autant plus que la faiblesse principale du film est son scénario abscon et étiré inutilement.


Le Pacte

 


L'histoire peut se résumer en deux lignes : une jeune femme, se doutant qu'elle est trompée, fait suivre son mari et apprend qu'il a une liaison avec un homme. A partir de là, tout va basculer : sa vie et celle de son époux. Le vertige des sens, les étreintes gays, la mélancolie des vies qui ne cessent de se défaire forment donc le support de ce long métrage, triangle amoureux d'une jeunesse désoeuvrée qui évolue dans la mauvaise direction et romance homosexuelle animée par un ange exterminateur qui détruit tout sur son passage, à commencer par lui-même. Matins blafards, bruits lancinants de la ville, cabarets travestis, bars rock, confidences chuchotées, mal vivre, le cinéaste se complait dans les affres d'un cauchemar et d'une mélancolie morbide, mais son opus souffre de confusion narrative, de répétitions et de longueurs qui diluent l'intérêt que l'on pourrait accorder à cet interminable ode à un amour, tatoué par la mort. En définitive, ces nuits d'ivresse printanière ne m'ont guère enivrée mais inspiré un profond ennui.


Pour accéder à la liste complète des articles de la rubrique CINEMA ASIATIQUE, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

LISTE DES FILMS DU CINEMA ASIATIQUE


Le Pacte

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans CINEMA ASIATIQUE
commenter cet article

commentaires

Le Cinéphile 25/10/2014 09:24

Je comprends mais ne partage pas du tout votre opinion sur ce film que je trouve incroyable de liberté poétique.Il est vrai que la sensualité qui s'en dégage peut heurter car elle demeure frontale et que le scénario se perd parfois dans une contemplation (un peu) trop languissante mais il me semble que sa beauté formelle et sa force d'évocation n'ont que peu d'équivalence dans le cinéma mondial de ces dernières années!

ffred 14/04/2010 14:22

J'avais très envie de le voir, tu viens de me refroidir quelque peu !

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche