Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2009 6 03 /01 /janvier /2009 12:41

                                                                                            

On sait que les années 70 ont été pour le cinéma italien un âge d'or et que la comédie y a tenu une large place, servie par des cinéastes comme Scola, Comencini, Monicelli et Risi. Ils offrirent à un public enthousiaste des films d'une qualité rare qui savaient conjuguer l'optimisme et son contraire et nous livrer une peinture ironique et décapante de la société italienne. Parfum de femme ( 1974 ) en est la parfaite illustration, bien que les préoccupations spirituelles ne soient pas exclues, d'où une lecture à plusieurs niveaux.

 

Fausto ( Vittorio Gassman ),  ancien capitaine de cavalerie, est devenu aveugle à la suite d'un accident qui lui a coûté également la perte de sa main gauche. Fier et lucide, il ne peut accepter cette déchéance et a décidé secrètement d'en finir avec cette existence humiliante, en projetant de mettre un terme à ses jours. C'est la raison pour laquelle il a glissé dans ses bagages un revolver, ainsi que la photo d'une jeune fille qu'il a connue avant de perdre la vue, alors qu'il s'apprête à partir pour Naples, sa ville natale, rejoindre un ami aussi handicapé que lui, accompagné de son jeune ordonnance Ciccio ( Alessandro Momo ). Irascible et flamboyant, il ne reste à ce fauve blessé que le parfum des femmes et l'alcool pour ré-ordonner sa vie autour d'un désir implacable, bestial et dionysiaque. Son  road-movie pittoresque le conduit d'abord à Gênes où il ira se distraire un moment avec une prostituée, puis à Rome, ville qu'il n'aime pas comme tant d'autres choses, afin d'y rencontrer un ami prêtre auquel il demande sa bénédiction, mais qui le rassure en lui disant que ses souffrances d'aveugle lui ont déjà gagné son salut. Enfin lui et son ordonnance arrivent à Naples, où tous deux s'installent chez Vincenzo, aveugle comme Fausto et ancien officier du même corps d'armée. Parmi les servantes qui assurent le service de leurs repas, il y a la fille de la restauratrice Sara ( Agostina Belli ), 20 ans, belle comme le jour, qui, depuis des années, l'aime avec discrétion d'un amour absolu. Néanmoins, Fausto la repousse avec brutalité, comme il repousse tout le monde, son jeune ordonnance entre autre, tour à tour exaspéré et fasciné par cet être flamboyant et cruel. Mais comment pourrait-il aimer, cet homme qui ne s'aime pas lui-même, et dont le cynisme et l'insolence sont la seule parade ?


Alessandro Momo et Vittorio Gassman. Collection Christophe L.
 


Grand classique, ce film est l'emblème d'un style aujourd'hui disparu, bien qu'il n'ait pas pris une ride et soit toujours d'actualité, tant le langage agressif et provocant de Fausto, sonne juste. D'une grande subtilité, l'art de Dino Risi parvient à faire se succéder le comique et le tragique, car nous ne y trompons pas, Parfum de femme, toute comédie qu'il se revendique, est une tragédie permanente, la tragédie d'un homme handicapé qui refuse son état et qu'habitent une violence et une révolte de tous les instants. Les répliques et l'interprétation de Vittorio Gassman y sont pour beaucoup, dans la mesure où ce personnage s'illustre par son impudence et son humour féroce, dans des séquences comme celle où il lit dans un quotidien les petites annonces de dernière page. Son comportement belliqueux évite au scénario de céder au misérabilisme et donne, au contraire, à ce long métrage d'une extraordinaire intensité, sa verve et sa profondeur : celle d'une douleur qui refuse de s'avouer.


Satire de moeurs à l'italienne, Parfum de femme est admirablement interprété par des acteurs totalement spontanés et investis qui procurent au film sa couleur et son authenticité. Il est bien sûr préférable de le voir en version originale et d'en goûter le parler chatoyant. Agostina Belli est une touchante madone empreinte de grâce et toute offerte à cet amour sans calcul, le jeune acteur Alessandro Momo, tantôt exaspéré, tantôt subjugué par son irascible maître, apporte une note de fraîcheur et de naïveté auprès d'un Gassman époustouflant de cruauté désespérée, homme brisé qui, par lucidité, se refuse à tout apitoiement et même à l'amour de cette jeune fille, tant il craint que celui-ci ne lui soit inspiré par la pitié. Cela jusqu'au moment où l'amour à l'oeuvre, après son suicide manqué, l'éblouira de sa lumière au point de le jeter à terre. Toute sa haine pour le monde et pour lui-même sera effacée et, ayant renoncé à la mort, il pourra partir, au bras de Sara, recommencer la vie.
  

 

4-e-toiles   

 

Pour prendre connaissance des articles consacrés à Vittorio Gassman et  Dino Risi, cliquer sur leurs titres :  

 

DINO RISI         VITTORIO GASSMAN

 

 Pour consulter la liste complète des articles de la rubrique CINEMA EUROPEEN & MEDITERRANEEN, cliquer sur le lien ci-dessous :


LISTE DES FILMS DU CINEMA EUROPEEN ET MEDITERRANEEN

 


Vittorio Gassman et Agostina Belli. Collection Christophe L.

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans CINEMA EUROPEEN & MEDITERRANEEN
commenter cet article

commentaires

Alain 27/11/2012 18:14

Bonsoir Armelle, j'ai revu Parfum de femme en DVD quelques jours avant de refaire un article. Sans savoir quelles peuvent en être les raisons, j'ai ressenti des émotions plus profondes et
totalement différentes que lors des précédentes visions. Vittorio Gassman m'a paru encore plus exceptionnel que le souvenir que j'en gardais. Et ce film reste vraiment un chef d'œuvre incomparable.
Je me suis surpris, en le revoyant, d'éprouver une réelle empathie vis à vis du personnage qu'il incarne, et avec quel talent ! Pour reprendre votre expression "celle d'une douleur qui refuse de
s'avouer". C'est tout à fait ça. Et peut-être aussi l'une des raisons qui font que ma dernière vision reste encore plus bouleversante.

Armelle 27/11/2012 10:34

Ah que je suis d'accord avec vous Edmée ! Gassman le panache et l'insolence tout ensemble et une présence folle. Il éclipsait tous les autres dès qu'il apparaissait.

Edmée De Xhavée 26/11/2012 22:44

Je viens de le revoir pour la 3ème ou 4ème fois, mais c'est la première fois que je prends conscience que le film démarre à Turin où j'ai vécu 5 ans. Grand bonheur donc de revoir ces lieux, et le
grandissime Vittorio Gassman, un des plus grands du cinéma italien!

Alain 26/11/2012 11:55

Bonjour Armelle, un article qui revient concernant le même film sur nos blogs respectifs. Un film sur lequel il est bon de s'arrêter et de savourer. Vittorio Gassman y est tout à fait exceptionnel.
J'ai pu voir pas mal de films dernièrement. Entre autres, "Une famille respectable" au cours duquel j'ai beaucoup pensé à vous. Si le film n'est pas une réussite totale, il est loin de démériter
pour ce un premier long-métrage signé du jeune iranien, Massoud Bakhshi. Il fait la part belle aux femmes Iraniennes et démontre parfaitement la révolte de plus en plus visible de celles-ci. Une
fois encore je pense que la liberté de penser, de dire les choses, de montrer les évènements tels qu'ils sont viendront de ces femmes qui m'ont ému par leur courage et troublé par leur opposition
face au système imposé. Très bonne journée à vous. Alain

Edmée De Xhavée 27/10/2011 12:20


C'était un film parfait! Gassman était comme toujours insurpassable. Alessandro Momo est mort je crois dans un accident de moto, alors qu'il était si prometteur lui aussi... Un grand film, un grand
livre!


Tietie007 20/08/2009 17:18

Le charme discret du parfum d'Agostina.Gassman, ancien millitaire qui portait beau l'uniforme, Dom Juan irrésistible, qui, perdant la vue, devient un séducteur sans le sens de la séduction, la vue, albatros à terre, acariâtre et cynique, refusant l'amour de la jeune et belle Agostina qu'il perçoit comme de la pitié. Vittorio Gassman au sommet de son art dans un sommet de la comédie à l'italienne.

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche