Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 09:27

        

    

Un scénario bâclé prive ce film d'une véritable portée sociale et le fait passer à côté de son sujet, l'effleurant sans en rien tirer de pertinent, tant l'opus cède, dès le départ, à la facilité.

L'argument est simple et se résume en quelques lignes : les délocalisations massives en vogue ces derniers temps frappent une grosse entreprise de Dunkerque où travaille France ( dont le prénom n'est pas anodin ), une jeune femme qui élève non sans peine ses trois filles et se retrouve, soudain, sans emploi et larguée par son mari docker. A la suite d'un tuyau, qui lui a été donné par son beau-frère, elle se rend à Paris et devient la femme de ménage d'un trader forcément mauvais père, mauvais amant, infidèle, cynique et odieux, qui a contribué à bousiller sa boîte et à faire licencier son personnel. C'est Gilles Lellouche qui interprète le personnage auquel, visiblement, il ne croit pas davantage que nous ne croyons à cette histoire mal ficelée.


Karin Viard. StudioCanal    Gilles Lellouche. StudioCanal

 

La seule à tirer honorablement son épingle du jeu est Karin Viard qui tente de se couler avec bonne volonté dans un rôle qui oscille entre passionaria et pretty woman sans se situer avec précision. Ces maladresses enlèvent toute crédibilité à ce film qui n'a pas su choisir entre film de genre et romance. Trop manichéen, sans finesse aucune, les bons et les méchants partagés par des maximes toutes faites et circonstanciées, Ma part de gâteau ne parvient ni à faire sourire, ni à émouvoir, encore moins à convaincre. Brouillon imparfait et portrait loupé de notre époque, on l'oublie dans l'heure qui suit. Dommage pour les acteurs qui méritaient mieux.

 

Pour consulter la liste complète des articles de la rubrique CINEMA FRANCAIS, cliquer sur le lien ci-dessous :  

 

LISTE DES FILMS DU CINEMA FRANCAIS

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 


Audrey Lamy, Flavie Bataille, Jean-Pierre Martins, Karin Viard et Marine Vacth. StudioCanal    StudioCanal

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans CINEMA FRANCAIS
commenter cet article

commentaires

pierreAfeu 31/08/2011 15:04


Malgré tous ces ratages, je retiens tout de même le sens habituel de rythme de Klapish et une fin qui ose et prend des risques, même si cela ne fonctionne pas forcément. Et puis le film a la
politesse de se terminer juste quand il faut.


Christophe 31/08/2011 07:59


Un complet ratage ce dernier Klapisch


darklimelight 30/08/2011 23:17


Dommage... Klapisch nous avait habitués à plus de "finesse".


Palilia 30/08/2011 21:20


Armelle, je te remercie d'avoir mis des caractères plus gros : je peux lire sans mes lunettes pour voir de près et c'est plus agréable. Par contre, petit renseignement technique pour ce film que je
n'ai pas vu, excuse-moi, tu as dû aller chercher la photo du film sur un autre site pour l'inclure d'abord sur ton fichier ? avec allociné (y avait quand même des compensations) c'était facile, on
pouvait prendre leurs images qui sont restées d'ailleurs. Finalement, quand on comprend comment ça marche, ça va plus vite.
Un petit moins : quand on clique chez un autre ou chez soi, il faut attendre que la page soit bien téléchargée pour commencer à lire, mais je trouve que tu t'es bien débrouillée.


alain-92 28/03/2011 12:38

Bonjour Armelle, merci pour vos sympathiques messages. Il est vrai que je rencontre aussi quelques difficultés pour me connecter sur le blog ... Visiblement je ne suis pas le seul, j'en profite donc aujourd'hui pour vous laisser un petit mot. Une nouvelle fois le dernier article de Jean Marcoux m'a laissé ... sur le c ... Tout à fait clair, plein d'humour aussi. Je serais heureux d'en savoir un peu plus sur votre dernier ouvrage. Je viens de terminer le livre de Padura dont Dasola parlait sur son blog. Un vrai bonheur. Aujourd'hui je découvre Philippe Claudel et ses "Âmes grises". Mieux vaut tard que jamais ! Pour en finir avec ma prose, je reviens sur votre dernier article, il me rassure pleinement. Compte tenu de certaines critiques, je pensais être le seul à ne pas avoir apprécié le dernier Klapish. Votre avis correspond tout à fait à ce que j'ai pensé du film. Compte tenu de ma vie actuelle il est très difficile de me déplacer pour aller au cinéma et c'est d'autant plus gênant quand je n'y trouve pas de plaisir. Mais il en faut pour toutes et tous ... Donc tout reste dans la normalité.
Bonne écriture pour votre prochain ouvrage.
Cordialement
Alain

BLOT 27/03/2011 12:57

Bug-bug-bugOn nous avait promis un changement de plateforme et rien n'est fait. Pour les articles, il faut les écrire dans "Word" et ensuite faire un copier-coller, cela évite les désagréments de coupures et de pertes. Excellente journée à vous.

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche