Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 20:09

Pedro Almodovar aux César 2007. Mireille Ampilhac pour AlloCiné

 

Considéré aujourd'hui comme l'un des metteurs en scène les plus innovants et imaginatifs, Pedro Almodovar Caballero, né le 24 septembre 1951 à Calzada de Calatrava en Espagne, quitte à 15 ans la maison familiale, sans argent et sans travail, afin de se consacrer au 7e Art. Mais Franco venant de la fermer, il ne peut s'inscrire à l'école officielle du cinéma, aussi fait-il de nombreux petits boulots avant de parvenir à s'acheter sa première caméra super 8, mais sera néanmoins obligé de travailler douze années durant comme employé de bureau à la compagnie nationale du téléphone, avant de pouvoir vivre de son art. Sans renoncer à se former sur le plan cinématographique lors de ses temps libres, collaborant également à diverses revues dans lesquelles il publie des nouvelles.

   

Entre 1972 et 1978, il parvient à réaliser plusieurs courts métrages et fonde, avec son frère Augustin, la maison de production El Deseo S.A. Dès son premier long métrage Pépi, Luci, Bom et autres filles du quartier, ce jeune cinéaste, qui n'a cessé d'observer la classe moyenne espagnole, se démarque par sa liberté de ton, ses audaces, son goût prononcé pour les laisser pour compte et les marginaux, ainsi que pour les misères et déboires de tous ordres.

 

Son second long métrage  Femmes au bord de la crise de nerfs, en 1987, décapante comédie qui met en situation le gynécée qui sera dorénavant son creuset thématique, lui ouvrira les portes du succès et lui méritera les éloges d'une critique qui, jusqu'alors, ne l'avait pas épargné. Ce film obtiendra 5 Goyas en 1989, dont celui du meilleur film. Mêlant le banal du roman-photo populaire au spectaculaire de la bande dessinée ou du polar, il déroute, surprend, dérange, mais intéresse et interpelle, et malgré le reproche que l'on adresse à son penchant pour l'outrance et la vulgarité, il s'impose comme une des têtes de proue de la Movida ibérique. On voit qu'en quelques années, le cinéaste, se refusant à la facilité et à la méthode un peu brouillonne et rageuse de ses débuts, a su bâtir un univers et une esthétique personnels, ainsi que des cadrages rigoureux qui témoignent de son exigence.

 

Talons aiguilles, en 1991, va marquer un tournant décisif : bien qu'il reste fidèle à ses sources d'inspiration habituelles et son goût de la culture populaire et des personnages extravagants, il délaisse le kitsch au profit d'un cinéma introspectif qui explore les relations entre femmes principalement et revisite les codes du mélodrame, en sachant alterner à bon escient l'émouvant et le burlesque, le cocasse et l'inattendu, thèmes qu'il reprendra par la suite dans Tout sur ma mère, Parle avec elle, Mauvaise éducation, Volver et, récemment, Etreintes brisées. Les rapports entre générations, les crises existentielles, les divers milieux sociaux et même une subtile mélancolie donnent force et véracité à une oeuvre qui sait charmer, séduire et jouer en magicienne de la couleur et de la musique.

 

Désormais, il est considéré par la profession et le public comme un réalisateur qui concilie habilement films grand public et cinéma d'auteur, anticonformisme et indépendance d'esprit, produisant des oeuvres originales, écrites d'une caméra qui se plaît à élaborer des intrigues surprenantes avec une précision narrative et une grande richesse d'images. A ces qualités, Almodovar ajoute celle d'un directeur d'acteurs remarquable et heureux. Il a su tirer de l'anonymat des jeunes femmes comme Victoria Abril, Julietta Serrano et, dernièrement, la flamboyante Penélope Cruz. Les notions de mensonge et de vérité s'entrecroisent dans un univers où les femmes ont le plus souvent les rôles clés et qui est truffé de références au cinéma américain des années 50 ( Almodovar étant un distingué cinéphile ), ainsi qu'aux autres arts et métiers du spectacle comme le théâtre, la danse, la tauromachie, la peinture.

 

« Depuis mon enfance - dit -il - j'ai une relation passionnée avec le cinéma. J'ai eu la vocation très tôt. J'ai toujours voulu faire des films. En tant qu'enfant, je pensais que les acteurs étaient le cinéma. Plus tard, j'ai découvert qu'il y avait beaucoup d'autres éléments autour d'eux. Des gens, par exemple, qui inventaient une histoire et la racontaient. A partir de ce moment-là, j'ai décidé que ma vocation serait celle du narrateur, le maître du jeu, celui qui décide quelle histoire il veut raconter et comment la raconter. Bien que maintenant je sois réalisateur, je pense toujours que les acteurs sont la matière dont est fait le film. Ce sont eux qui matérialisent l'histoire, ils la portent et en font quelque chose de vivant et de réel. Je suis devenu réalisateur pour diriger les acteurs ».

Tout est dit de son pouvoir à faire éclore les talents.


Pour lire les articles consacrés à Penélope Cruz et aux Réalisateurs, cliquer sur leurs titres :

PENELOPE CRUZ - PORTRAIT        LISTE DES ARTICLES - REALISATEURS du 7e ART

  

Et pour consulter la liste complète des articles de la rubrique CINEMA EUROPEEN & MEDITERRANEEN, dont "Volver" et "Etreintes brisées", cliquer sur le lien ci-dessous : 
     
  

LISTE DES FILMS DU CINEMA EUROPEEN ET MEDITERRANEEN  


Pathé Distribution  Pathé Distribution Sony Pictures Classics

 

 



Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES REALISATEURS DU 7e ART
commenter cet article

commentaires

Tania 24/06/2009 15:30

"Tout sur ma mère" est bouleversant.
Almodovar a le grand mérite d'échapper aux conventions du cinéma ordinaire, sans ennui et sans prétention.

eelsoliver 10/06/2009 12:46

IL fait partie de ces réalisateurs qui ont permis de faire connaître le cinéma espagnol: je n'aime pas tous ces films mais je reconnais son immense talent.

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche