Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 09:58
POLISSE de MAIWENN

  

Avec The artist, vu mercredi dernier, et Polisse vu ce mercredi, il faut reconnaître à la production française d'être diversifiée, car voilà deux univers totalement opposés dont on aurait aimé que l'un fut presque aussi muet que l'autre, tant sa jactance est assez pénible à supporter pendant plus de deux heures. Merveille du cinéma muet qui exprime l'essentiel en silence !

 

Alors que penser de ce Polisse, prix du Jury 2011 du Festival de Cannes et film promu comme l'exception française dans sa plénitude, sinon que c'est là un documentaire plutôt réussi des graves bobos dont souffre notre société et un inventaire assez fastidieux  des maux les plus affligeants de notre humanité : maltraitance, incestes, viols, fugues, rien ne sera oublié mais, curieusement, en dehors de quelques passages, sans susciter l'émotion que j'imaginais, car les scènes se succèdent en effleurant chacun des sujets sans aller jamais au fond des choses et, au final, ne nous apprenant rien de plus que ce que nous en disent quotidiennement les journaux télévisés et les téléfims des chaînes publiques.

 

Si je ne me suis ennuyée à aucun moment car le film a du rythme et qu'il est interprété par des acteurs formidables ( inutile de les citer, ils le sont tous ), il ne me laissera pas un souvenir impérissable et ne révolutionnera en rien le 7e art, tant il est encombré de clichés et cède avec trop d'indulgence à la bien-pensance actuelle. Je sais, je vais m'attirer les foudres de quelques-uns, considérant que nous sommes en présence d'un film fort et pédagogique, mais voilà justement ce qui me déçoit le plus : ce film ne vous remue pas, il n'ajoute rien à ce que nous savions depuis belle lurette des problèmes inextricables qui se posent chaque jour aux brigades de protection des mineurs et, encore, le film de Maïwenn nous épargne-t-il les meurtres atroces et autres horreurs qui défraient la chronique presque chaque semaine. Plutôt qu'un coup de poing, je dirai qu'il s'agit d'un coup d'épée dans l'eau.



Là, où Polisse me semble le plus réussi, c'est dans le rendu du climat qui règne entre les membres de cette brigade parisienne, climat plus affectif et agressif que je ne le pensais, où  hommes et femmes en présence, fatrie en quelque sorte, exercent un métier si difficile qu'il met fatalement leur propre équilibre en danger. Aussi le moindre incident peut-il tourner au drame. Ce sera le cas lorsque l'une des protagonistes, à bout de nerfs, agressera sa consoeur avec les mots qui tuent...Carine Viard se révèle dans cette scène une actrice capable de péter les plombs avec panache. Quant à Maïwenn, on se demande ce qu'elle vient faire dans son film et pourquoi elle a choisi d'endosser, en plus de son rôle de réalisatrice, celui sans consistance de photographe qui se promène au long de la pellicule sans y rien ajouter, ni y soustraire, figurante auto-satisfaite qui n'a sans doute d'autre but que de signifier aux spectateurs que notre société de l'image souffre d'un mal-être profond.

 



2-e-toiles.jpg

 

 

Pour consulter la liste complète des articles de la rubrique CINEMA FRANCAIS, cliquer sur le lien ci-dessous :

 


LISTE DES FILMS DU CINEMA FRANCAIS

 

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 



polisse.jpg



Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE - dans CINEMA FRANCAIS
commenter cet article

commentaires

lola 24/01/2013 11:11

Ce film est beaucoup trop surestimé et a reçut beaucoup trop de nomination au césars ... alors que beaucoup d'autres films ont été oublié comme "L'Ordre et la Morale" de Kassovitz par exemple.

selenie 25/10/2011 19:09


C'est un très très bon film, sans doute un des film les plus réalistes sur le monde de la police nationale depuis "Le petit lieutenant" ou "Scènes de crime". 3/4


Tching 25/10/2011 15:07


Mouais, j'en attendais pas vraiment grand-chose, et par rapport à ce pas grand-chose, je n'ai pas été déçu... C'est simple, pas vraiment intelligent, avec beaucoup de choses inutiles. Tu as raison
sur la lourdeur du bidule. Et puis tu as raison sur le coup de poing : pour moi, c'est même davantage une comédie française, avec de grosses blagues lourdingues et fortement clichées. Bref, moyen
(j'ai surtout apprécié la performance de Joeystarr, qui, malgré l'énoncé un peu méthodique d'une personne dans tes commentaires, a quand même un charisme hallucinant). Bref, à oublier assez vite...


Xyrons 24/10/2011 19:36


La bande annonce me donnais envie, comme quoi ce n'est pas souvent représentatif de la qualité d'un film.

Merci pour cet article !


velosolex 22/10/2011 19:43


Polisse de Maïwenn

* Cette Maiwen, c'est pas la femme de Luc Besson, par hasard ?

Une fille de sérail comme tant d'autres....Le cinéma est de plus en plus
une niche élitiste, où les enfants des stars arrivent au monde avec déjà un
contrat en main.

Oh ! Mais c'est un métier si éprouvant.

tout juste si entre deux tournages on parvient à récupérer.

Marcello Mastroianni qui n'était pas un enfant de la balle, et qui avait
été électricien avant de faire du théatre reconnaissait avec beaucoup
d'humour la chance des acteurs de ciné, et se moquait de leur narcissisme.

Maïwenn fait de ce film une thérapie, nous dit-elle. Ouai.....Qui aurait
le mauvais gout de s'attaquer à tout ce vernis artistique et émotionnel.

on est prié de pleurer dans les chaumières.

Beau battage de presse tout de même.

Tous unanimes à reconnaitre au garde à vous le talent de l'artiste ; Il
faut aller chercher dans télérama et la critique du monde, pour
s'apercevoir qu'on ne perdra rien en ne pas allant voir ce film :
Instrumentalisation de la misère des enfants..Voyeurisme...

La scène où les petits roms sautent de joie dans le car qui vont les amener
dans un foyer me parait complètement faux.. Même les enfants battus
protègent et excusent la plupart du temps leurs parents. On peut le
regretter mais c'est ainsi. Les ressorts psychologiques à l'œuvre sont
trop complexes pour être étalés ici.

Non, j'irais dans la salle d'à coté : The artist me semble valoir le
voyage. Culotté de faire un fim muet à notre époque en 3D !


cslaoui 21/10/2011 20:16


** Polisse de Maïwenn

* C'est étrange vous n'avez pas abordé le sujet Joeystar, pourtant avec un tel palmarès Wikipédia) on peut se poser la question de la
pertinence de son apparition dans un film qui dénonce la violence et la
maltraitance :

En novembre 1996, le groupe NTM est condamné par le Tribunal correctionnel
de Toulon à 6 mois de prison avec sursis, dont 3 mois ferme, avec
interdiction « d'exercer la profession de chanteur de variétés » pendant 6
mois, pour « propos outrageants » envers les forces de l'ordre lors du
concert de la La Seyne-sur-Mer qui a eu lieu le 14 juillet 1995. NTM fait
appel et, en juin 1997, la Cour d'appel d'Aix-en-Provence allège le
jugement du Tribunal de Toulon et condamne Kool Shen et Joeystarr à 50 000
Francs d'amende et deux mois d'emprisonnement avec sursis.Le 24 février
1999, Joeystarr est condamné à 2 mois de prison ferme pour l'agression
d'une hôtesse de l'air, à Montpellier. Le 16 juin 1999, il est condamné à 6
mois de prison ferme pour coups et blessures volontaires sur son
ex-compagne.

En février 2000, il est condamné à verser une amende de 1 000 euros pour
la détention d'un chien pitbull non stérilisé, Storm, qui avait tenté de
dévorer le chien d'une passante à Saint-Ouen27. En mai 2000, il est
condamné à verser une amende de 12 000 francs pour avoir agressé un passant
le 4 juin 1998. En février 2001, il est arrêté dans le cadre d'une affaire
de trafic de cocaïne : lors de l'intervention, les policiers découvrent à
son domicile de la cocaïne, du haschisch et un pistolet automatique de
calibre 6,35 mm. Le lendemain Joeystarr est condamné à un mois de prison
ferme et immédiatement incarcéré pour détention d'arme de première
catégorie et à payer une amende de 100 000 francs (15 000 euros), par le
tribunal correctionnel de Bobigny. En 2002, il frappe violemment un singe
devant les caméras de M6, ce qui lui vaut une condamnation pour « mauvais
traitement ». En 2003, il est condamné à quatre mois de prison ferme pour
avoir craché sur des gendarmes mobiles. En 2005, il est mis en examen pour
« usurpation d'identité et faux et usage de faux » : il aurait fait payer à
un homonyme demeurant à Nancy plusieurs infractions au code de la route
commises avec un faux permis de conduire. En février 2009, il est condamné
à 3 mois de prison ferme et 2 000 euros d'amende pour violences conjugales,
suite à une main courante déposée par son ex-compagne le 23 août 2008. Il
avait été gardé à vue et placé sous contrôle judiciaire à cette occasion.
Le 12 juin 2009 il écope d'une peine de 2 ans de prison dont 6 mois ferme
pour des violences volontaires à coups de hachoir portés sur une voiture
lors d'une bagarre à Paris. Il est immédiatement placé sous mandat de
dépôt.


Ariane Walter 21/10/2011 13:54


"Polisse" ne me tente guère mais "the artist" est un pur régal.

Dieu sait si ce film ne me disait rien (Pourquoi ?) mais dès le générique c'est un enchantement, délicatesse, humour, émotion,on se demande s'il est nécessaire de parler. Bérénice Béjo est
formidable. C'est l'épouse
du metteur en scène et si ce n'était pas le cas son talent fleurirait à l'ANPE. Hé oui...


Christophe 20/10/2011 20:01


Un film qui m'a plus touché que The artist. Certes Polisse n'est pas un chef-d'oeuvre, mais quand même assez fort par moment. Et je ne vois pas où est la bien-pensance ? Dans ce cas, tout est bien
pensant. Prends Le discours d'un roi, que tu me cites dans ton commentaire. Cette évocation d'un homme qui a surmonter son handicap pour devenir le pilier d'une Nation en guerre, on a connu plus
subversif... Dans le genre, c'est sûr, We need to talk about Kevin, que Mymp aime, n'est pas bien-pensant. Mais bon, comme je l'ai dit, c'est malsain... Quant à The artist, c'est un bon pastiche.
Mais cela reste de l'imitation, c'est tout. Je préfère quand même me regarder un film de Dreyer, ce que j'ai fait lundi avec Michael. Au moins, les grands noms du muet créaient une oeuvre
personnelle. Ce qu'Hazanavicius ne fait pas depuis le début de sa carrière.


mymp 20/10/2011 19:31


Non, tu n'es pas seule Armelle ! Je n'ai pas vraiment apprécie ce film non plus, pour pratiquement les mêmes raisons que toi. Je pense particulièrement à tous ces personnages qui sont autant de
clichés malhabiles. Et puis cette fin maladroite qui ne veut rien dire, limite racoleuse... Une grosse déception pour ma part.


Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche