Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 11:34

to-rome-with-love-bande-annonce-officielle-L-uyKfua.jpg   

 


Etonnant Woody Allen qui, malgré son âge, a conservé une jeunesse d'esprit que nombre de jeunes réalisateurs pourraient lui envier. Son dernier opus, malgré une critique grincheuse, est un grand moment de plaisir et ne dessert en rien son palmarès, tant le rythme est enlevé, le scénario - qui articule quatre histoires s'entrecroisant sans cesse - est conduit avec une vraie cohérence et une indiscutable maîtrise de mise en scène et de supports comiques qui vous séduisent et vous amusent, l'humour et la malice étant sans cesse présents dans les dialogues et l'interprétation. Loufoque, extravagant, fantasque, il n'en reste pas moins vrai que Allen n'a rien perdu, au fil du temps, de sa verve, de son savoir-faire et de son talent à saisir les travers et  ridicules de notre époque qu'il pointe du doigt sans méchanceté mais avec un humour décapant, soit le goût immodéré de l'argent, du pouvoir,  du paraître et du sexe.

 

C'est la jeune femme qui, peu comblée par son époux, voue un culte naïf aux acteurs, le malheureux employé d'une société qui est soudainement pris dans l'engrenage d'une émission de télé-réalité avec des rebondissements désopilants et une remarquable interprétation de Roberto Benigni, le futur architecte qui sombre dans les bras d'une starlette déjantée, la psychanaliste qui a sur tout événement un jugement péremptoire et défaitiste, enfin le metteur en scène ( interprété par Woody Allen ) plus ou moins raté qui, en visite à Rome pour les fiançailles de sa fille, découvre que le futur beau-père, entrepreneur de pompes funèbres, a  une voix digne de Caruso quand il chante sous sa douche et se voit déjà, grâce à lui, prenant sa revanche sur son passé.

 

 

 20104463_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20120511_010758.jpg 20104470_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20120511_010838.jpg

 

 

Au fil des scènes, tout s'articule de façon inattendue, farfelue certes,  mais jamais banale, vulgaire ou vaine. On s'amuse beaucoup et on succombe une fois de plus au talent de cet éternel jeune homme qui n'a pas son pareil pour vous ficeler un film irrésistible et poétique, loin des sentiers battus et du misérabilisme ambiant.

 

4-e-toiles

 

 

Voici d'autre part l'interview que Woody Allen a accordé à la presse  :

 

Le réalisateur américain Woody Allen a présenté vendredi à Rome son dernier opus "To Rome With Love" où il partage l'affiche avec Alec Baldwin, Penelope Cruz et Roberto Benigni, faisant revivre à la Cité éternelle un peu de la fièvre des années de la Dolce Vita.

"Aucune autre ville n'est comme Rome, contrairement à Londres ou Paris, compréhensibles pour un Américain, Rome est extrêmement exotique..., le mode de vie est totalement différent, tout comme les couleurs", a déclaré devant la presse le cinéaste après la projection en avant-première mondiale de la version doublée en italien de son film.

"J'ai grandi avec le cinéma italien, j'ai été influencé par les films qui sortaient à New York", a ajouté le réalisateur, en chemise et pull et égal à lui-même à 76 ans, entouré de la star espagnole Penelope Cruz, de l'Italien Benigni mais aussi d'Alec Baldwin et Jesse Eisenberg ("The Social Network").

Interrogé sur son choix de métropoles européennes (Barcelone, Londres, Paris) pour une série de films récents, il a lancé sur un ton ironique: "Je ne pourrais pas filmer à la campagne ou dans le désert. Ces villes sont similaires à New York en termes d'énergie et culture".

Woody Allen connaît bien Rome, où il vient presque tous les étés jouer de la clarinette avec son groupe de jazz.

La dernière oeuvre du maestro new-yorkais qui sort le 20 avril en Italie, le 21 juin aux Etats-Unis, retrace en quatre séquences la vie d'un groupe d'Américains et d'Italiens, "leurs romances, leurs aventures et diverses situations difficiles qu'ils traversent", selon la présentation officielle du film.

Benigni, célèbre au plan international depuis sa comédie douce-amère "La Vie est Belle" sur l'Holocauste (1998, 3 Oscars), incarne dans le film un homme ordinaire pris par erreur pour une star et poursuivi par les paparazzi dans tous les recoins de sa vie intime.

"Le film a été tourné dans l'Italie de l'époque" quand Silvio Berlusconi était chef du gouvernement, a souligné l'acteur, dont les spectacles moquent souvent le magnat des médias. "Nous avions notre Premier ministre, les escorts, les fêtes, maintenant tout a changé, on a la pluie et (le sobre Premier ministre Mario) Monti", a poursuivi l'acteur.

Penelope Cruz, qui joue le rôle d'une prostituée, a dit avoir "adoré travailler avec Woody Allen". "C'est une surprise tous les jours, il est vraiment particulier, très précis avec les acteurs. Mon personnage est un vrai bijou, agréable à préparer et à jouer, même si je l'ai rendu fou avec mes questions", a confié la belle actrice.

Alec Baldwin a plaisanté en racontant avoir mal lu le script du film et avoir accepté son rôle d'architecte parce qu'il pensait se retrouver à faire l'amour avec Cruz dans une chambre d'hôtel. "J'ai immédiatement dit oui", a-t-il lancé.

"To Rome with Love" arrive juste après un autre hommage à une capitale européenne, le film "Midnight in Paris" ("Minuit à Paris"), le plus gros succès commercial de Woody Allen à ce jour, où il raconte le voyage imaginaire dans le Paris des années 30 d'un scénariste hollywoodien en panne d'inspiration.

Les fans de Woody Allen ont vu dans son film parisien les signaux d'un renouveau créatif de l'auteur de films culte des années 70 comme "Annie Hall" et "Manhattan", des comédies de moeurs à fond psychanalytique, et plus récemment du surprenant thriller "Match Point".

Allen Stewart Konigsberg, né en 1935 dans une famille d'immigrants juifs de New York, a grandi à Brooklyn. Très jeune, il écrit des gags pour des comédiens, puis se fait connaître comme auteur d'émissions télévisées avant de faire ses débuts au cinéma en 1966 avec "Quoi de neuf, Pussycat ?". Sa carrière prolifique qui s'étale sur un demi-siècle compte plus de 40 films.

Interrogé par la presse sur son rythme d'un film par an, il a répondu que cela "l'amuse beaucoup". "Si je ne faisais pas des films, je serai assis à la maison à ruminer sur combien la vie est difficile".

Grâce à son film, Rome et son mélange de ruines antiques et de façades baroques retrouve un peu de sa gloire d'antan, quand la Cité éternelle servait de toile de fond à des chefs d'oeuvre comme "Vacances Romaines" (William Wyler, 1953) et "La Dolce Vita" (Federico Fellini, 1960).

Le tournage l'été dernier sur des sites aussi célèbres que la Place d'Espagne, le Colisée ou la Via Veneto avait suscité la fièvre des paparazzi comme aux plus beaux jours de la "Dolce Vita" quand on pouvait croiser Audrey Hepburn ou Gregory Peck à la terrasse d'un café.

Ces "chasseurs d'images" étaient à l'aéroport jeudi soir à l'arrivée de Penelope Cruz avec son bébé Leo et sa mère, et guettaient la moindre promenade au parc ou le moindre shopping de Baldwin et de sa fiancée ou du jeune Eisenberg, avant la soirée de gala prévue à l'auditorium de Rome vendredi soir.

 

 

Pour prendre connaissance de l'article que j'ai consacré à Woody Allen cliquer sur son titre :

 

WOODY ALLEN OU UN GENIE TOUCHE-A-TOUT

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 


Bande-Annonce-To-Rome-With-Love-Grazia_fr_h607.jpg

MG_4543_RVB.jpg 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE - dans CINEMA AMERICAIN & CANADIEN
commenter cet article

commentaires

dasola 28/05/2013 17:06

Bonjour Armelle, je fais partie de ceux qui avait été déçus par ce film pas drôle. Le ténor en train de chanter sous sa douche sur scène: non, je ne marche pas. Les seules séquences réussies sont
avec Roberto Begnini. Bonne fin d'après-midi.

Maxime 16/07/2012 19:06

J'aime beaucoup la jeunesse d'esprit de Woody Allen. Il semble même rajeunir et être plus déjanté que jamais. J'ai beaucoup ri.

niki 13/07/2012 13:23

je l'ai également beaucoup apprécié, contrairement à une bonne partie des visiteurs de mon blog :)
mais je reconnais mon manque d'objectivité vis à vis de woody allen

Poppilita 13/07/2012 11:22

OUI OUI et OUI un très beau film dont les critiques sont injustement mauvaises à mon goût. les gens adorent jouer aux blasés

Thérèse 12/07/2012 10:30

Je suis allée le voir hier soir et j'ai beaucoup aimé et bien ri. C'est très enlevé et les images et acteurs sont superbes.

selenie 12/07/2012 09:57

J'ai toujours été assez fan de Woody mais là je dois dire que je suis très déçu. Carte postale à outrance (c'était déjà juste avec Paris) et des dialogues beaucoup moins pertinents. Ca reste pour
moi son film le moins abouti... 1/4

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche