Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 février 2019 2 05 /02 /février /2019 10:21
La mule de Clint Eastwood

 

À plus de 80 ans, Earl Stone est aux abois. Il est non seulement fauché et seul, mais son entreprise d’horticulture  risque d’être saisie. Il accepte alors un boulot qui – en apparence – ne lui demande que de faire le chauffeur. Sauf que, sans le savoir, il s’est engagé à être passeur de drogue pour un cartel mexicain. Extrêmement performant, il transporte des cargaisons de plus en plus importantes. Ce qui pousse les chefs du cartel, toujours méfiants, à lui imposer un "supérieur" chargé de le surveiller. Mais ils ne sont pas les seuls à s’intéresser à lui : l’agent de la DEA Colin Bates est plus qu’intrigué par cette nouvelle "mule". Entre la police, les hommes de main du cartel et les fantômes du passé menaçant de le rattraper, Earl est désormais lancé dans une vertigineuse course contre la montre...

 

Ce scénario est signé Nick Schenk, déjà à l’œuvre dans « Gran Torino », et cela se ressent car il est bien ficelé, bien rythmé, et ne laisse aucun détail au hasard, assurant à l'opus une grande unité, celle de l'existence d’un homme à la fin de son parcours, affecté par l’éloignement de sa famille dont il n’a pas su être assez proche, tout particulièrement sa fille, qui sort d’une fête de famille lorsqu’il y entre, et dont Clint a chargé sa propre fille d’assumer le rôle. Mais c’est probablement la thématique du temps qui passe, de la vieillesse désormais bien présente, de la fragilité de la vie, qui touche le spectateur et donne à ce film, peut-être l’ultime de Eastwood, sa tonalité testamentaire, sa tendresse voilée et son humour toujours bien présent.

 

Et ce qui séduit également dans « La Mule » est le style si reconnaissable du réalisateur, ce mélange subtil de dérision et d’émotion, cette sensibilité à fleur d’image qui frappait tellement dans « Sur la route de Madison » ou dans « Million Dollar Baby », et la solitude qui étreint chacun de nous dans les moments décisifs de nos vies.  Ainsi retrouve-t-on,  dans chacun de ses opus,  cette gravité devant les faits et ce souci de précision face aux détails infimes qui ont charge de l’illustrer. Il y a là un bel équilibre entre action, tension, drame et humour. De même, que me semble remarquable, la manière dont l’acteur-réalisateur sait  être présent dans une suite de situations diverses, tout en assurant  une unité de sensibilité qui est toujours admirablement dosée. Avec « La Mule », Clint signe l’une de ses œuvres les plus accomplies et termine sa carrière devant et derrière la caméra sur un film et un rôle puissants, sans jamais être pesants. Sachant saisir l'instant, il implique ses personnages dans une réalité vigoureuse et nous propose une vision élargie de l’existence. Enfin, il tend vers une véritable rédemption et, en horticulteur qu’il a été, s'attache à poursuivre la culture des simples beautés de la vie, faisant vibrer ainsi la touche la plus sensible des spectateurs. Film témoignage mais probablement film testament.

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique CINEMA AMERICAIN, cliquer  ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL
 

 

La mule de Clint Eastwood
La mule de Clint Eastwood

Partager cet article

Repost0
4 février 2019 1 04 /02 /février /2019 10:02
Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ? de Philippe de Chauveron

Je l’avoue, je n’ai pas boudé mon plaisir hier soir à la projection du second volet d’un film qui avait cartonné en 2014  «  Qu’est qu’on a encore fait au bon Dieu ? » Alors que les critiques des journaux s’opposent sur le plan purement politique, j’encourage mes lecteurs à aller passer une heure trente de détente sur un sujet empli d’une sympathique vision des choses, celle d’un monde qui s’est ouvert depuis longtemps à nos différences. Oui, voilà un retour réussi des familles Verneuil et Koffi que leurs racines civilisationnelles séparent à bien des égards mais que tout rapproche à propos des sentiments et de l’amour qu’ils éprouvent pour leurs enfants et petits-enfants. Plus finement traité que le premier volet, plus subtil dans ses dialogues, ce film aborde les sujets qui fâchent avec humour, si bien que nous voyons à quel point nos à priori sont le plus souvent ridicules et néfastes. Comme dans le précédent opus, Chantal Lauby et Christian Clavier sont une Marie et un Claude Verneuil épatants, ce qui n’enlève rien aux autres acteurs tous excellents et d’une joyeuse diversité dans leurs oppositions de façade et leur côté bobos des banlieues chics.

 

 

 

Derrière ses ressorts comiques efficaces, la comédie de Philippe de Chauveron n’est ni niaise, ni superficielle et touche juste. Elle évoque notre temps sans lourdeur avec un humour qui aère et fait du bien, renouant avec une mise en orbite savoureuse et efficace des divers et nombreux désagréments de notre époque. Et cela, à travers la planète entière, puisque la famille est une composition représentative de nos divers continents. Les thèmes les plus délicats sont abordés de façon si jubilatoire que nous pouvons enfin rire de bon cœur sans nous sentir pris en faute par le « politiquement correct »  et une police de la pensée étouffante. Certes, un film qui a le culot d’aborder les thèmes qui fâchent avec tant de bonne humeur que les spectateurs sont invités à rire sans se sentir pris en faute. Quel talent pour ce second volet de la part de Philippe de Chauveron qui a le mérite d’amuser son public sans le culpabiliser. 

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique CINEMA FRANCAIS, cliquer  ICI
 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL


 

Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ? de Philippe de Chauveron
Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ? de Philippe de Chauveron
Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ? de Philippe de Chauveron

Partager cet article

Repost0
29 janvier 2019 2 29 /01 /janvier /2019 11:36
Les parapluies de Cherbourg de Jacques Demy et Michel Legrand

Je n’avais jamais eu l’occasion de voir le film de Michel Legrand « Les parapluies de Cherbourg » en entier, aussi est-ce avec plaisir que je l’ai visionné en entier  hier soir à la télévision. Bien que je trouve la réalisation moins réussie  que celle des « Demoiselles de Rochefort »,  plus rythmée, plus enlevée, je n’ai pas résisté au charme de cette histoire d’amour chantée, à la grâce de Catherine Deneuve et au romantisme des images, bien que ce ne soit en définitive qu’une bluette désuète et sans grande envergure. Mais le charme opère dès les premières images tant la musique est délicate, les prises de vue  poétiques et tant  l’ensemble dégage un attrait irrésistible.

 

Nous sommes à Cherbourg en novembre 1957. Geneviève Emery, dont la mère tient un commerce de parapluies, aime Guy Foucher ( Nino Castelnuo), un jeune garagiste. La mère de Geneviève n'envisage pas d'un bon oeil cette idylle et préférerait voir sa fille épouser Roland Cassard, un diamantaire. C’est alors que Guy est appelé sous les drapeaux pour participer à la guerre d'Algérie. Geneviève se donne à lui avant son départ. Enceinte, elle finira par céder aux instances de sa mère et épousera Roland, cet homme riche qui accepte son enfant.

 

Oui, aucune audace dans cette histoire si ce n’est celle d’avoir osé faire chanter la totalité  des dialogues sur la musique de Michel Legrand et, ainsi, d'avoir transformé le scénario simplet en comédie musicale d’un style inédit qui a peu à voir alors avec les comédies américaines de l’époque. C’est d’ailleurs ce qui a fait le succès et l’originalité de cette production qui ne peut être comparée à » West Side Story » mais conserve sa fraîcheur et son attrait en grande partie grâce aux mélodies ravissantes de Michel Legrand.

 

Les acteurs ont eu le mérite de se glisser avec tact dans leurs personnages, de jouer avec un naturel et une spontanéité qui procurent à l’histoire sa saveur particulière. Coiffée par les sœurs Carita, Catherine Deneuve est au sommet de sa beauté gracile, Anne Vernon, qui interprète le rôle de sa mère, est fort jolie elle aussi et l’ensemble suscite une indicible émotion. Le pari du metteur en scène et du musicien a parfaitement fonctionné et nous touche à l’heure de la science-fiction, des effets spéciaux et du numérique comme une bouffée d’oxygène.

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique CINEMA FRANCAIS, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Catherine Deneuve et Anne Vernon

Catherine Deneuve et Anne Vernon

Les parapluies de Cherbourg de Jacques Demy et Michel Legrand

Partager cet article

Repost0
23 janvier 2019 3 23 /01 /janvier /2019 11:00
Edmond d'Alexis Michalik

Je me rendais à cette projection avec un a priori d'autant plus favorable que la critique, dans l’ensemble, s’était montrée élogieuse. D’où ma désillusion à la vue de cette farce outrancière et brouillonne qui m’a davantage agacée que séduite. Nous sommes là à un niveau très scolaire et en présence d’un scénario qui ne relate en rien les affres de l’inspiration poétique et ne correspond absolument pas à la réalité. Ayant sous la main  la biographie d’Edmond Rostand, il n’y a quasi pas un seul point commun avec  l’écriture de cette pièce à succès et ce que nous propose cet opus qui cède à tous les clichés de la facilité. Dommage, car les acteurs méritaient un texte mieux inspiré et une direction plus sobre et plus fine,  en accord avec les prises de vue d’un Paris de l’époque joliment reconstitué. On m'a assuré que la pièce de théâtre était meilleure et plus subtile. Je veux bien le croire ...


Pour consulter les articles de la rubrique CINEMA FRANCAIS, cliquer  ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Edmond d'Alexis Michalik
Les acteurs Thomas Solivérès et Tom Leeb

Les acteurs Thomas Solivérès et Tom Leeb

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2019 4 17 /01 /janvier /2019 10:07
L'incroyable histoire du Facteur Cheval de Nils Tavernier

Voilà un film qui tombe à point nommé, tant son actualité nous met en phase avec une France profonde, humble et immortelle, qui nous offre d’elle  une image pleine de grâce et d’émotion. De nos jours, le facteur Ferdinand Cheval aurait probablement enfilé un gilet jaune avec conviction et sagesse.

 

Cet avant- propos terminé, le film de Nils Tavernier est un ouvrage tissé à petits points avec une certaine lenteur et un souci constant de donner au personnage sa dimension attachante, à ce taiseux son mystérieux génie et sa pudique réalité. Voilà un homme, né en 1836, qui, après avoir été mitron, il savait ainsi d’ores et déjà modeler la pâte, deviendra facteur, parcourant chaque jour 33 km à pied car la voiture n’existait pas à l’époque et que le vélo ne lui aurait pas permis de rouler sur les pistes escarpées qu’il avait à emprunter. Vie simple et besogneuse où le souci du travail accompli dans l’effort ne le prive nullement de se laisser gagner par des aspirations artistiques et des rêves grandioses. Cet homme d’apparence frustre est un délicat qui ne rêve plus que de bâtir pour sa fille Alice un palais digne des contes les plus fous. C’est d’ailleurs tel un illuminé, un dément, qu’il est considéré par les gens de son village, tandis que les journalistes et les experts, qui viennent roder sur les lieux, estiment que son délire architectural n’est autre « qu’un ramassis d’insanités qui se brouillent dans la cervelle d’un rustre ». Mais rien ne décourage le facteur Cheval. Tenace, opiniâtre, dur et exigeant envers lui-même, il passera  33 années à élever cette œuvre monumentale qu’André Malraux considérera et classera en 1969, soit quarante-cinq ans après sa mort, « comme la seule représentante en architecture de l’art naïf ».


L’existence de Ferdinand Cheval sera marquée en permanence par la douleur, il perdra ses deux femmes, ses deux enfants, dont sa petite fille Alice qu’il vénérait, et ne sera, durant les 88 années de sa vie, qu’un homme buriné par l’épreuve et dont la seule évasion sera ce palais imaginaire qu’il sculpte patiemment de ses mains, charriant à longueur de soirées et de nuits des brouettes de pierres et de chaux vive. C’est lors d’une chute qu’il remarque que certaines pierres semblent avoir été sculptées par une main inspirée et que son rêve va prendre forme. Si la nature se fait sculpteur, pourquoi lui, Ferdinand Cheval, ne deviendrait-il pas architecte et maçon ? Et le rêve ne cessera plus de prendre forme. 


Dans le rôle de Ferdinand Cheval, Jacques Gamblin est  habité par son personnage. Il est ce taiseux de Hauterives,  dans la Drôme, empli  d’humilité et de passion, ferme et pudique, clos sur lui-même comme sur son rêve et tellement déterminé qu’il  ne renoncera jamais à l’effort surhumain de ce travail, ne cédera jamais  face aux moqueries féroces de son entourage, ni à l’immense douleur de la perte des êtres chers. Constant dans sa détermination, il ira au bout de ce rêve qui a paré sa vie pauvre et silencieuse d’une aura éternelle.  Quant à Laetitia Casta, elle est parfaite dans le rôle de son épouse Philomène, ajoutant une note de tendresse et de douceur à cette attachante reconstitution.

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique CINEMA FRANCAIS, cliquer  ICI  


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

L'incroyable histoire du Facteur Cheval de Nils Tavernier
L'incroyable histoire du Facteur Cheval de Nils Tavernier
Le palais idéal du Facteur Cheval

Le palais idéal du Facteur Cheval

Partager cet article

Repost0
5 janvier 2019 6 05 /01 /janvier /2019 10:15
Bernadette Lafont, le sourire de la Nouvelle Vague

Avec son sourire malicieux, son naturel inaltérable et sa voix gouailleuse,  Bernadette Lafont,  morte  à l'âge de 74 ans, incarnait l'insolence et la liberté du cinéma de la Nouvelle Vague. Chaque femme pouvait se reconnaître en elle tant elle était désarmante de naturel et pouvait se glisser dans n’importe quel personnage. "Je n'ai jamais voulu être cataloguée, ni avoir d'étiquette" - disait cette brune méditerranéenne aux traits généreux, citant Cocteau : "Les premières places ne m'intéressent pas spécialement. Ce que j'aime, c'est les places à part."

Celle qui a tourné plus de 120 films et adoré le théâtre, découvert à 40 ans, restera à jamais "La Fiancée du pirate" (1969), qui se venge de tout un village en couchant avec ses habitants sur l'air de "Moi, je m'balance" chanté par Barbara, et révèle par haut-parleur les médisances recueillies sur l'oreiller.

 

Le cinéma, elle le découvre à 17 ans. Fille de protestants qui voulaient un garçon - sa mère l'appellera toujours Bernard, elle naît le 26 octobre 1938 à Nîmes (Gard) où son père est pharmacien. Elle pratique assidûment la danse classique lorsqu'elle épouse le comédien Gérard Blain, rêvant d'être actrice à son tour. Lui s'y oppose, mais ils rencontrent l'équipe des Cahiers du cinéma. Claude Chabrol et François Truffaut veulent faire leur premier film. "Il n'y avait pas de producteur, pas d'argent. Donc, comme acteurs et actrices ils ont choisi Gérard et moi, entre autres." Ce sera "Les Mistons" (1957), tourné à Nîmes, où Truffaut la filme juchée sur sa bicyclette puis "Le Beau Serge" (1958) avec Chabrol qu'elle retrouvera à plusieurs reprises, entre autres pour "Les Bonnes femmes" (1960), "Les Godelureaux" (1961) ou "Inspecteur Lavardin" (1986). On la surnomme "la vamp villageoise". Truffaut la compare à Michel Simon pour son côté "voyou femelle" et parce qu'elle a l'air de "savoir vraiment la vérité de la vie". Il lui offrira "Une belle fille comme moi" en 1972.

 

 

bernadettelafont2.jpg

 

Séparée de Gérard Blain - ils resteront amis -, elle épouse à 20 ans un sculpteur hongrois, Diourka Medvecsky. Ils ont trois enfants dont Pauline, qui deviendra également actrice et mourra accidentellement en 1988 lors d'une balade en solitaire dans les Cévennes. Son corps ne sera découvert que trois mois après sa disparition. Bernadette Lafont se réfugiera dans le travail : "Le cinéma et le théâtre m'ont sauvée."

 

Elle connaît sa période "expérimentale" au début des années 1970 avec Bulle Ogier ou Jean-Pierre Kalfon dans des films dirigés par son mari, par Jacques Baratier ou Lazlo Szabo. En 1973, elle joue pour Jean Eustache dans "La maman et la putain", puis, en 1978, c'est la rencontre avec le théâtre. "Je veux bien ne jamais faire de cinéma si je peux toujours faire du théâtre", dit alors cette autodidacte. Elle joue Copi en 1981 puis Guitry, Pagnol ou "Les monologues du vagin" d'Eve Ensler (2002).

 

Parallèlement, elle continue de tourner, avec Juliet Berto ("Cap Canaille", 1983), Jean-Pierre Mocky ou Raoul Ruiz, mais également Yves Boisset ou Claude Miller ("L'Effrontée" - 1985), grâce auquel elle décroche le César de la meilleure actrice dans un second rôle. Récemment encore, elle incarnait une grand-mère dealeuse de hasch dans "Paulette" de Jérôme Enrico. Le film sorti en janvier a attiré plus d'un million de spectateurs.

 

Femme à ne pas cacher son âge, elle célébrera crânement en 2007, à 68 ans, ses cinquante ans d'une carrière menée également à la télévision où elle a joué dans de nombreux téléfilms. Cette longévité ne l'a pas empêchée d'aimer les jeunes artistes et de soutenir leurs créations : "J'ai besoin que ça bouge, que ça grouille autour de moi." Un César d'honneur la récompense en 2003 pour l’ensemble de sa carrière, tandis qu'elle  est faite officier de la Légion d'honneur en 2009. Elle reçoit en 2010 la médaille de l'Ordre du mérite et de l'Ordre des arts et lettres et nous quitte le 25 juillet, sans faire de bruit, avec cette discrétion qui, finalement, la caractérisait. Adieu Bernadette.

Pour consulter l'article consacré aux acteurs du la Nouvelle Vague, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

LES ACTRICES ET ACTEURS DE LA NOUVELLE VAGUE

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

Bernadette Lafont, le sourire de la Nouvelle Vague

Partager cet article

Repost0
17 décembre 2018 1 17 /12 /décembre /2018 09:35
Pupille de Jeanne Herry

Voilà un film qui a toutes les apparences d’un documentaire sur l’abandon et l’adoption tant il est bien construit et aborde le sujet avec précision, intelligence et réalisme. Il reste néanmoins un opus envoûtant par cette approche chorale d’une sensibilité délicate et d’une interprétation parfaite. Un enfant naît sous X d’une jeune mère étudiante qui n’envisage pas d’entraver son avenir avec un enfant qu’elle n’a pas désiré. Terrible constat, celui de ce bébé auquel sa procréatrice ne jettera pas même un regard ! Aussitôt la société prend le relais. Comment ? Grâce à un réseau d’aide sociale qui va tenter d’assurer au nouveau-né un avenir que sa mère biologique est bien en peine de lui assurer.

 

Après « Elle l’adore », Jeanne Herry se consacre à un sujet sensible rarement abordé, celui de l’adoption, à travers une chaîne de solidarité collective extrêmement bien traitée et décrite d’une caméra qui ne cède jamais au pathos. Précis, émouvant, admirablement interprété, le scénario respecte la chronologie des événements sans une once d’ennui ou de lourdeur, en une fiction très proche de la réalité, ce qui procure au film cet intérêt documentaire sans lui enlever sa touchante vibration.

 

La réussite est donc totale. La réalisatrice nous décrit les étapes qui vont permettre à ce petit enfant de connaître une existence normale. Cela, grâce à une administration humaine et efficace interprétée par des comédiens pleinement immergés dans leur sujet. Gilles Lelouche aborde là un rôle d’homme solide et responsable loin du mâle rude et dur auquel il nous avait habitués et nous propose ainsi une version de son talent totalement inédite. Quant aux femmes, Sandrine Kiberlain, Elodie Bouchez et Miou-Miou, elles sont parfaites dans leur dévouement et leur compétence, leur sérieux et leurs interrogations qui assurent à cette ode autant de tendresse que d’authenticité. Dans notre monde régi par le cynisme, « Pupille » est une source de tendresse, une réhabilitation inattendue du collectif au service d’un humain souvent malmené, et une bouffée de fraîcheur et de fraternité à ne pas rater.

 

Pour consulter la liste des films de la rubrique  CINEMA FRANCAIS, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Pupille de Jeanne Herry

Partager cet article

Repost0
19 novembre 2018 1 19 /11 /novembre /2018 10:27
Un homme pressé d'Hervé Mimran

Bien sûr, je suis allée voir ce film pour Fabrice Luchini qui, une fois encore, donne une densité à la fois drôle et émouvante à ce personnage d'un grand manitou de l'industrie automobile frappé par un AVC qui endommage grandement sa mémoire et sa parole. Avouez que choisir Luchini pour jouer le rôle d'un homme qui a des problèmes d'élocution ne manque pas d'audace et je dois avouer que l'acteur bafouille de façon irrésistible et que le film, sans être un sommet de la filmographie luchinesque, ne manque ni de saveur, ni de tendresse. Hervé Mimran, qui ne nous avait pas ébloui jusqu'à présent avec deux comédies sans grande finesse, trouve là une expression plus grave car cet homme pressé, qui conduit sa vie au pas de charge en obsédé du travail et de l'efficacité, va soudain, après ce grave accident de santé, remettre en question son existence et surtout renouer avec sa propre humanité. Et Luchini réalise cela à merveille. Il donne à ce personnage que son groupe va virer sans égard, une sensibilité très juste et une touchante proximité avec le public. A ses côtés, les seconds rôles  sont à la hauteur, autant Rebecca Marder dans celui de sa fille que Leïla Bekhti dans celui de l'orthophoniste qui l'aide à rééduquer sa parole sans concession aucune et avec l'humour nécessaire pour qu'il ne sombre pas dans le désespoir. Enfin n'oublions pas le chien fidèle d'entre les fidèles, le plus tendre aussi qui suivra son maître sur le chemin de Compostelle où  le malheureux ponte de l'industrie automobile va chercher et trouver sa rédemption. Un film qui touche et séduit malgré quelques longueurs. Nous sommes loin, il est vrai, du parcours et de la reconversion de Carlos Ghosn.
 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique CINEMA FRANCAIS, cliquer  ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL
 

Un homme pressé d'Hervé Mimran
Un homme pressé d'Hervé Mimran

Partager cet article

Repost0
16 octobre 2018 2 16 /10 /octobre /2018 10:08
La jeune fille à la perle de Peter Webber

J’avais raté la sortie de cet opus en 2004, aussi ai-je sauté sur l'occasion de le découvrir l’autre soir sur Arte. Je n'ai pas été déçue.

 

En 1665, dans la ville hollandaise de Delft, une jeune fille de 17 ans, Griet, est engagée comme servante dans la demeure de Johannes Vermeer. Le peintre vit avec sa femme Catharina, ses nombreux enfants et sa belle-mère Maria, qui dirige la maisonnée d'une main de fer. Discrète et soumise, Griet est vite fascinée par le travail de son maître, dont elle est chargée de nettoyer l'atelier. Attiré par la beauté de la jeune femme, Vermeer en fait son assistante, lui demandant d'acheter et de mélanger ses couleurs. Il accueille même avec intérêt les remarques de la jeune servante au sujet de ses compositions picturales et finit par lui demander de poser pour un portrait. Mais l'œuvre devra être exécutée en secret pour ne pas éveiller la jalousie de Catharina.



Appelé  soit "Jeune fille au turban", soit "Jeune fille à la perle", le célèbre tableau de Vermeer, qui a servi d'inspiration au roman de Tracy Chevalier (d'où est tiré le scénario), est parfois surnommé la Joconde du Nord. L'histoire de sa création, telle qu’elle est racontée ici, est en grande partie fictive. En effet, si bon nombre de détails évoquant la vie familiale de Vermeer sont authentiques, le personnage de la servante a été inventé par l’auteur du roman et ne fait qu’ajouter au charme de l’œuvre picturale. C'est à travers le regard attentif, admiratif, parfois troublé et effarouché de cette jeune fille sensible à l'art que le spectateur est invité à pénétrer dans l'intimité créatrice d'un des peintres les plus fascinants du XVIIe siècle, celui que Marcel Proust considérait comme son peintre préféré. L'intrigue elle-même demeure mince, mais le film est riche en observations sur la hiérarchie sociale et son cloisonnement à l’époque, sur les détails psychologiques subtilement allusifs de la relation qui se tisse entre le peintre et son modèle. Il faut dire aussi qu'au-delà de son récit, l’opus a le mérite de plonger le spectateur dans l'atmosphère du temps et qu’il est merveilleusement servi par le travail  remarquable du directeur de la photographie Eduardo Serra.

 

Néanmoins, Peter Webber devait faire face à deux difficultés majeures. En adaptant le roman de Tracy Chevalier, le réalisateur risquait de passer à côté du raffinement et de la délicatesse du roman. Le second enjeu est inhérent au cinéma et à la peinture : comment rendre compte du génie pictural de Vermeer qui réside justement dans son sens aigu de la lumière et des accords chromatiques ? Or, c’est dans ce registre qu’excelle Peter Webber dont la reconstitution de l’atmosphère et des détails de l’époque est remarquable et nous offre une suite de scènes de la vie quotidienne flamande éblouissante. Par petites touches, le réalisateur se glisse dans l’antre de la création, distillant les reconstitutions des œuvres les plus connues du maître hollandais. La caméra traite son sujet comme le ferait un pinceau  et nous offre des images d’une harmonie rare, au point que certaines scènes s’élèvent comme de purs instants de grâce.


Et si le réalisateur ne parvient pas aussi subtilement que dans le roman à teinter de romantisme et de tension charnelle la relation entre la muse et l’artiste, l’interprétation touchante et délicatement nuancée de Scarlett Johansson  et le flegme de Colin Firth illuminent La jeune fille à la perle que l’on contemple avec la même fascination que le tableau original, tant le sujet semble avoir pénétré le tableau.

Pour consulter la liste des films du CINEMA EUROPEEN, cliquer  ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

La jeune fille à la perle de Peter Webber
La jeune fille à la perle de Peter Webber
La jeune fille à la perle de Peter Webber
La jeune fille à la perle de Peter Webber

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2018 1 03 /09 /septembre /2018 10:41
Affiche du 44e Festival du film américain de Deauville ( 2018 )

Affiche du 44e Festival du film américain de Deauville ( 2018 )

6FEST~2   

 

Deauville, comme Vénus, est née de la mer. Avant les années 1850, les lieux n'étaient qu'une étendue de sable et de marais où paissaient des moutons. C'est grâce à l'invitation du docteur Oliffe, en l'été 1858, que Charles Auguste Louis Joseph, duc de Morny, frère adultérin de l'empereur Napoléon III, fît la connaissance du port de Trouville et de ses environs. Découvrant lors de ses promenades, à la sortie du petit port, 160 hectares de terrains vierges et de plage de sable fin, ce visionnaire épris de luxe et de beauté, à une époque où les bains de mer commençaient à être à la mode, eut l'idée de faire sortir des marais, au bord du flot et des sables, à à peine 200 km de la capitale, cette station balnéaire qu'il voulait élégante et prestigieuse.



L'ensemble des plans fut établi par Berney, architecte parisien, amoureux de ce littoral. Il n'y manquait ni la gare, ni le casino, ni l'hippodrome, ni même le pont sur la Touques, trait d'union avec Trouville, cette aînée qui voyait grandir jour après jour une cadette déjà prête à rivaliser avec elle. L'affaire fut donc rondement menée et, dès 1866, le boulevard Cornuché voyait s'élever de luxueuses villas, alors que le Grand Hôtel s'apprêtait à recevoir une clientèle avide de distractions et de plaisirs. Malheureusement le duc de Morny n'eut guère le temps de profiter de la ville née à la fois de l'eau, des sables et de son imagination. Il mourut brutalement en 1865, laissant à ses successeurs le soin de poursuivre son oeuvre et de parer de séduction l'enfant chérie qui se préparait à devenir l'une des stars les plus convoitées de la côte. D'autant que Deauville ne se contentait pas d'offrir les loisirs habituels des stations balnéaires, son ambition était autre : elle désirait être le site des innovations que cette fin de XIXe ne cessait de promouvoir, préfigurant la modernité du siècle suivant, si bien que la ville devint, dès 1910, le lieu privilégié des courses automobiles, équestres et même d'aviation et d'hydravion. En août 1913, la course Paris-Deauville en hydro-aéroplane suivie, deux semaines plus tard, du concours des avions marins marqueront les mémoires. Ce dernier avait pour objectif la sélection d'appareils susceptibles de répondre aux besoins de la marine française. Quinze pilotes seront présents sur des monoplaces et des biplans et la meilleure vitesse sur base sera atteinte par Molla qui couvrait la distance de 555 km en 5h24m.

 


Les nombreux spectateurs et les badauds présents sur les lieux s'enthousiasmèrent autant des performances que du passage, sur les planches, de personnalités comme Mistinguet, Maurice Chevalier et Roland Garros. Régates nautiques, courses diverses, hôtels et boutiques de luxe, casino, golf, Deauville avait tout pour séduire. Il ne lui manquait qu'un festival ... elle l'aura, après que deux guerres, et surtout celle de 39/45, aient affligé la Normandie de dommages dont elle sera longue à se relever et donné à l'Amérique le redoutable privilège de jouer dans son histoire un rôle déterminant. En 1945, la province est exsangue, les villes ravagées, les populations meurtries, mais le débarquement a eu lieu et la France est libérée ou sur le point de l'être. Le littoral a vu mourir sur ses plages des milliers de jeunes soldats américains, canadiens, anglais et français bien entendu, au point que les cimetières ont remplacé les champs d'épeautre où fleurissaient les coquelicots.   

                    

Il est indispensable que le trait d'union entre la France et l'Amérique subsiste, mais de la façon la plus réconfortante, la plus artistique et innovante qui soit. Ce sera un festival du cinéma que vont patiemment envisager le groupe Barrière, le maire Michel d'Ornano et sa femme, Lionel Chouchan et André Halimi, pour rester fidèle à l'esprit novateur de la station. Ils le porteront sur les fonds baptismaux en septembre 1975, au cours d'une fête modeste, mais qui ne cessera plus, au fil des années, de recueillir les suffrages, d'attirer le public et d'apparaître comme l'un des événements incontournable du 7e Art. D'autant que Deauville met en avant la diversité cinématographique des Etats-Unis et n'a de cesse de faire découvrir au public français les nouveaux talents.


SLIDER-AFFICHE-V3.jpg

                                     Affiche du Festival 2013

 

On se rend à Deauville comme à Cannes ou à Venise ; ce Festival est l'un des rendez-vous les plus courus par les professionnels et les amateurs. Ils savent qu'ils seront bien reçus, que la ville dispose d'un ensemble hôtelier et de salles de spectacle dignes d'une telle manifestation. Pas moins de 50.000 spectateurs et 200.000 visiteurs en 2007 ; il est vrai que les organisateurs s'en sont donnés les moyens. Chaque année, en septembre, la ville resplendit de fleurs, les drapeaux claquent au vent, les restaurants ont affiné leurs menus, le ciel voit revenir les lumières aquarellées d'un début d'arrière-saison généralement agréable en cette région. Après les hommages institués en 1977 pour honorer des personnalités remarquables du 7e Art, la compétition des avant-premières sera inaugurée en 1995. Avant cela, le Festival se contentait d'être une rampe de lancement pour les grosses productions d'Outre-Atlantique ; désormais, à travers ses divers Grands Prix, Deauville se plaît à récompenser des oeuvres indépendantes et de qualité. Et, récemment, une toute nouvelle innovation a donné satisfaction à la plupart des cinéphiles :  Les nuits américaines qui projettent dans les salles des cinémas de la station les classiques, mémoire d'un cinéma qui a largement contribué à l'aura dont bénéficie l'art cinématographique. Ne devons-nous pas à l'Amérique des films inoubliables que ce Festival nous propose de revoir avec plaisir ?  Ainsi, dans un décor de rêve, le long d'un littoral que les plus grands peintres se sont plus à évoquer, en cette fin d'été si propice aux lumières douces et à peine voilées, le Festival de Deauville attire les amoureux, non seulement du cinéma, mais peut-être aussi de la lumière particulière que l'art pose sur les choses. Les célèbres planches ne cessent plus de voir défiler, se promener, s'attarder ces gens dont on parle. Après l'Aga Khan, Churchill, le roi d'Espagne, André Citroën, Coco Chanel, ce sont George Clooney, Harrison Ford, Tom Cruise, Matt Damon, Sharon Stone, Julia Roberts, Angela Joly ou Meryl Streep. Les badauds se bousculent, rêvent un moment, sommes-nous en France, en Normandie, à Deauville ou simplement ailleurs...

 

Pour consulter les articles de la rubrique BILANS CINEMATOGRAPHIQUES, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

    

 

       20th Century Fox  20th Century Fox Paramount Pictures France  Bac Films

       United International Pictures (UIP)  AlloCiné United International Pictures (UIP)  Warner Bros.

                          

                                

DEAUVILLE ET L'AMERIQUE - HISTOIRE D'UN FESTIVAL

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche