Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 09:13

le-samourai-67.jpg

                                    

 

« Le Samouraï », film de Jean-Pierre Melville est sans doute le chef-d’œuvre du genre par sa sobriété, sa rigueur, son unité de temps, son économie de moyens et la remarquable interprétation d’Alain Delon, au sommet de son art, dont la présence magnétique donne à l’opus sa densité et son rayonnement. Aucune œuvre moins bavarde ; celle-ci ne repose que sur les éclairages, les expressions, les gestes les plus minutieux, le tempo d’une savante lenteur qui ne quitte pas un instant de vue le personnage ambigu de Jef Costello, tueur à gages solitaire et désenchanté. On comprend que le scénario ait d’emblée séduit l’acteur de 30 ans qui devait se reconnaître dans ce loup isolé qui préfère mourir à la façon du samouraï, en mettant sa mort en scène lui-même et en la provoquant, que de sombrer dans le déshonneur.

 

L'histoire est celle de ce Jef Costello qu’un clan du milieu parisien a chargé de l’exécution du patron d’une boîte de nuit huppée, ce qu'il fait dès le début du film. En sortant du bureau, où gît le cadavre de sa victime, il croise la pianiste du club, Valérie ( Cathy Rosier ). Malgré un alibi  bien construit, il est suspecté par le commissaire ( formidable François Périer ) chargé de l'enquête qui sera dans l’obligation de le relâcher, car la pianiste de la boîte  nie le reconnaître, ce qui est faux. Jef ne comprend pas pourquoi elle agit ainsi. Il se rend ensuite au point de rendez-vous convenu avec son employeur pour récupérer l'argent du contrat.

 

film-1017-4.jpg

 

Un homme blond, faisant office d'intermédiaire, s’acquitte de cette tâche en lui tirant une balle dans le cœur mais, grâce à ses bons réflexes, Jef s’en tire avec une égratignure au bras. Désormais, il va s’employer à remonter à la source et à démasquer ceux qui ont cherché à l’éliminer, tout en jouant au chat et à la souris avec la police qui guette le moindre de ses faits et gestes, le commissaire plus que jamais convaincu qu’il tient là son coupable. S'ensuit une traque dans le métro parisien et une perquisition chez la maîtresse de Jef, Jane Lagrange, que l’officier de police va tenter de déstabiliser, mais en vain. Le rôle est tenu par Nathalie Delon, alors l’épouse d’Alain, convaincante dans ce personnage courageux qui a vite fait de débusquer les intentions du policier.

De retour chez lui, Costello découvre, grâce au comportement anormalement agité de son bouvreuil, que quelqu’un a pénétré chez lui et y a posé des écoutes. Une seconde fois, intrigué à nouveau par l’agitation de l’oiseau, il se trouve en présence d’un émissaire du clan. Par chance, il parvient à le désarmer et à lui extorquer le nom et l’adresse de son commanditaire.

San plus tarder, il se rend à  cette adresse et constate qu'il s'agit de l'endroit où vit la pianiste. Il y retrouve celui qu'il cherchait et le tue avant de regagner la boîte de nuit, de sortir son revolver et de le pointer sur la pianiste  au vu et au su de l’assistance. La police, qui l’attend embusquée derrière une porte, l'abat sur place avant de découvrir que son revolver n'était pas chargé.

 

477510840_f44f950849_o.png

 

Peu de rebondissements dans cette œuvre tirée d’un roman de Joan McLeod, mais un narratif linéaire sans flash-back, un récit concentré sur le personnage de Jef qui ne quitte pas l’écran, ne parle pas, mais jouit d’une présence grave et tragique car il se sait condamné à plus ou moins brève échéance. Delon tient  là l’un de ses plus grands rôles. Le moindre de ses gestes prend une énorme importance, ainsi la façon de mettre son chapeau, de relever le col de son imperméable, de fixer son regard sur un interlocuteur, oui, le moindre détail prend une force et une importance incroyable. C’est tout l’art de Melville qui disait à propos de ce film : «  La peinture d’un schizophrène par un paranoïaque ». On sait que lui-même était une personnalité complexe et solitaire. Le choix d’Alain Delon s’imposait ; Melville prend comme acteur son alter égo qui est dans la vie, comme il l’est lui-même, un loup solitaire, un homme sans concession ni dans sa vie, ni dans son métier. Le résultat est prodigieux. « Le Samouraï » est aujourd’hui encore une œuvre de référence, tant il est parfait dans sa composition et son déroulement, avec les éclairages gris-bleu de Henri Decaë et le chant nostalgique du bouvreuil,  symbole éloquent de l’emprisonnement intérieur.

 

5-etoiles

 

Pour consulter l'article consacré à Jean-Pierre Melville, cliquer sur son titre :

 

JEAN-PIERRE MELVILLE OU L'OEUVRE AU NOIR

 

Et pour prendre connaissance des articles de la rubrique CINEMA FRANCAIS, cliquer sur le lien ci-dessous :


LISTE DES FILMS DU CINEMA FRANCAIS

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL


 

Alain-Delon-samourai-3.jpg

 

 

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE - dans CINEMA FRANCAIS
commenter cet article
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 13:09

l-affiche-du-film--1-.jpg      VIDEO

 

Isabelle, une jolie jeune fille qui vient de fêter ses dix-sept ans, a apparemment tout pour être heureuse, malgré le divorce de ses parents et un père qui vit en Italie sans se préoccuper de sa progéniture. Mais le beau-père  (Frédéric Pierrot) est sympathique, joue son rôle sans en faire trop ni pas assez, la mère  (Géraldine Pailhas) est jeune, belle et dans le coup, le petit frère, qui aborde la puberté, en admiration devant sa soeur aînée, est un complice bienveillant, aussi tout se présente-t-il sous les meilleurs auspices à l'aurore de ces dix-sept printemps pour une adolescente fondue dans le moule de la jeunesse contemporaine. Le film commence alors que s'achèvent les vacances d'été. La jeune fille s'est liée d'amitié estivale avec un allemand et un soir, sur la plage, après une virée dans les boîtes de nuit de la station,  perd dans ses bras sa virginité de la façon la plus décevante qui soit.

 

Est-ce cette déception qui va l'inciter, dès son retour à Paris et la reprise de ses études de lycéenne, à se prostituer avec des hommes qui tous ont l'âge d'être son père, voire même son grand-père, on ne le saura jamais vraiment ? Ce sera le cas de Georges, le premier d'entre eux, un homme  de plus de soixante ans, qui la reçoit dans la suite d'un grand hôtel et, attendri par sa jeunesse et sa beauté, se révélera un client délicat et presque tendre et mourra lors d'une étreinte, son coeur fragile n'ayant pas résisté à ces assauts extra-conjugaux. Démasquée par la police, Isabelle, qui se faisait appeler Léa par sa clientèle, va devoir affronter sa mère et rendre des comptes. Et, c'est sans doute à ce moment-là que le film prend son ampleur. Oui, pour quelles raisons cette jeune fille de bonne famille, élève au lycée Henri IV, qui pourrait prétendre à un brillant avenir, est-elle habitée par une si tenace mélancolie et transgresse-t-elle tous les tabous apparemment sans désir et sans souci d'argent, puisque celui gagné, elle ne le dépensera même pas ? Il semble que François Ozon nous invite, grâce à un canevas assez lâche, à composer notre propre scénario à partir du sien, à nous livrer aux suppositions que suscite immanquablement son personnage admirablement campé par la mystérieuse et hypnotisante Marine Vacth, dont on ne connaîtra jamais la motivation profonde, sinon celle d'exercer sur des êtres qu'elle méprise un pouvoir éphémère. 

 

C'est ce côté éphémère, insaisissable, transgressif qui donne à l'opus une fascination particulière, malgré la faiblesse des dialogues, l'inconsistance des protagonistes et certaines scènes inutilement racoleuses. Mais rarement l'imagerie d'Ozon - qui n'est certes pas un de mes cinéastes préférés -  n'a été plus affinée, précise et poétique au fil des saisons et des chansons qui mêlent le passé et le présent et que murmure, de sa voix éternellement nostalgique, Françoise Hardy. Bien que le réalisateur ne célèbre ici que les plus basses réalités - celles du sexe et de l'argent, du vice et de l'oisiveté - il émane de "Jeune et jolie" une sorte d'incandescence que l'on doit en grande partie à la façon douce et inspirée dont Ozon filme son héroïne. Cette dernière, qui ne quitte pas l'écran, s'y profile étonnement par son absence psychologique, par ce regard tourné vers l'intérieur d'elle-même, ne cédant jamais à ses émotions, déesse d'une jeunesse sacrifiée sur l'autel des illusions perdues. Je ne suis pas "mauvaise", dit-elle à une amie de sa mère. Et, en effet, elle a raison, c'est le monde qui l'est... Aussi, est-ce sa part la moins incarnée qui nous retient le plus.

 

2-e-toiles


Pour consulter la liste des films de la rubrique CINEMA FRANCAIS, cliquez sur le lien ci-dessous :

LISTE DES FILMS DU CINEMA FRANCAIS

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 


Jeune--26-Jolie_jeune_jolie_portrait_rvb.jpg

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE - dans CINEMA FRANCAIS
commenter cet article
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 08:41

7762776712_pour-une-femme-le-nouveau-film-de-diane-kurys-so.jpg

                                               

Le film commence par la découverte d'une photo jaunie que  deux sœurs exhument d’une boîte à souvenirs à la mort de leur mère ( Mélanie Thierry ). Sur le cliché figure un oncle mystérieux qui va bientôt amener Anne (Sylvie Testud) à s'interroger sur la véritable identité de son père ( Benoît Magimel ). Est-ce celui adoré, qui fut un petit patron sans éclat, ou bien cet aventurier héroïque (Nicolas Duvauchelle), tueur de nazis, qui vécut un temps avec ses parents avant de se brouiller avec eux pour d'obscures raisons ? Anne va dès lors enquêter en revenant à Lyon où elle a passé une partie de son enfance, de même que Diane y vécut sa jeunesse. Aussi, cette dernière brouille-t-elle volontairement les pistes afin de mélanger fiction et autobiographie. Le résultat ? Une autofiction brodée autour de l'histoire familiale qui alterne flash-back et retours au présent, tout en couvrant plus de quarante ans de vie politique. Situé en 1947, au moment où le parti communiste compte le plus de partisans, Pour une femme se conclut dans les années 80 avec l'avènement de François Mitterrand.

 

pour-une-femme-diane-kurys.jpg

 

La première scène ouvre cette remontée du temps qu’Anne va entreprendre afin de connaître la vérité sur sa naissance. Cette photo de sa mère avec sa sœur et un étranger  sera le déclic qui va non seulement éveiller sa curiosité mais ouvrir la piste qui lui révèlera, au fil de ses découvertes, ce secret familial : l’amour éperdu de sa mère pour son beau-frère Jean avec qui elle ne connaîtra qu’une rapide étreinte alors que celui-ci s’apprête à quitter la France pour toujours. Ce maillage romanesque donne au film sa résonnance sensible, mais l’intérêt de celui-ci réside principalement dans la reconstitution des années d’après-guerre marquées par l’importance croissante du parti communiste au cœur de la vie politique. Non sans humour, la cinéaste nous montre l’aveuglement de ces hommes et femmes qui croyaient pouvoir changer la société en adhérant  à cette idéologie marxiste qui n’était autre que la robotisation de l’humanité au prix d’affreux compromis, et qui n’en démordront pas, même lorsque la vérité éclatera sans concession.  D’ailleurs l’un des protagonistes du film aura cette phrase : « le totalitarisme n’a fait que changer de moustache ». Cet homme plus éclairé n’est autre que Jean qui a vu de ses yeux évoluer la Russie soviétique et  tente désespérément de  raisonner son frère, de le déciller, en vain. Ce dernier mourra communiste, si bien que ses filles, dans un dernier geste de tendresse et d’amour filial, lui glisseront à l’oreille que l’on a reconstruit le mur de Berlin.

 

Les acteurs sont tous très convaincants, rôles principaux et secondaires à égalité. Les silhouettes se détachent bien, la reconstitution de l’époque replonge dans une ville de Lyon des années 50 avec ses quartiers populaires, ses fêtes, ses boutiques, le début du confort domestique et le charme désuet des intérieurs ou de la mode féminine. Léna, la mère d’Anne, est interprétée par une Mélanie Thierry délicieuse de fraîcheur et de naturel qui éclaire ce film par sa grâce face aux deux hommes de sa vie, Michel, celui qui l’a sauvée du camp de la mort en Allemagne en la faisant passer pour sa fiancée et qui l'épousera ensuite, et Jean, le beau-frère, qu’elle aime en secret parce qu’il représente l’aventure, une forme de justice implacable pour ces juifs émigrés qui ont tant soufferts. N'oublions pas Sylvie Testud qui est une Anne toute en finesse, aux prises avec un passé qui ne cesse de l'habiter. Un seul bémol pour une fin un peu longuette où Magimel peine à nous convaincre du passage des ans, mais c'est là une faiblesse qui ne nuit pas vraiment à l'ensemble. Diane Kurys, avec ce nouvel opus, nous offre une reconstitution passionnante et prouve qu’elle tient désormais une place importante dans l’univers du 7e Art après "Diabolo menthe" et "Coup de foudre".

 

4-e-toiles

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique CINEMA FRANCAIS, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

LISTE DES FILMS DU CINEMA FRANCAIS

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

web-puf-lena-madeleine.jpg

85727022.jpg

 

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE - dans CINEMA FRANCAIS
commenter cet article
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 08:40
LES BEAUX JOURS de MARION VERNOUX
LES BEAUX JOURS de MARION VERNOUX

 

             

Poussée un peu tôt vers la retraite, Caroline (Fanny Ardant, blonde pour la circonstance) se voit offrir par ses filles un abonnement à un club d'activités pour personnes du troisième âge. L’intention est bonne mais le cadeau n'est pas du goût de cette bourgeoise très digne, égocentrique et précieuse. Offusquée par la familiarité de la prof de théâtre, elle part en claquant la porte, pour ne jamais revenir, pense-t-elle. C'est compter sans Julien (Laurent Lafitte), le prof d'informatique qui, prétextant une rage de dents, se lance dans un numéro de charme qui terminera le jour-même à l'horizontale dans sa voiture.

 

les-beaux-jours-9.jpg

 

 

Bâti sur un scénario très mince, Marion Vernoux nous présente un film sans saveur, ni odeur, qui se contente d’accumuler les poncifs et de nous faire assister à un numéro d’actrice, Fanny Ardant en l’occurrence, d’une affligeante mièvrerie et trivialité. Je ne comprends pas comment une actrice, qui a  eu la chance d’avoir de beaux rôles au cinéma comme au théâtre, ait pu accepter celui-ci où elle minaude pendant 1 heure 30 sans nous convaincre un instant de la réalité de son personnage. Pas une phrase, pas une image où ne transpirent quelque sincérité, quelque émotion ; nous sommes là dans une fiction sans intérêt, mal filmée en dehors de quelques belles photos de mer et de plage, sans conviction, sans pertinence, où les acteurs ne parviennent à nous assurer que d’une chose : le cinéma est pire que le roman lorsqu’il est mauvais, car au dialogue s’ajoutent les images qui dévident leur accablante pauvreté. Un film que l’on oublie dès la sortie et qui ne réussit qu'à vous agacer les nerfs par sa vacuité. 

 

Pour consulter la liste des films de la rubrique CINEMA FRANCAIS, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

 

LISTE DES FILMS DU CINEMA FRANCAIS 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

LES BEAUX JOURS de MARION VERNOUX
LES BEAUX JOURS de MARION VERNOUX
Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE - dans CINEMA FRANCAIS
commenter cet article
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 11:50

20375215.jpg    

 

Voilà un film qui respire la bonne santé, de ces comédies bien ficelées, bien argumentées avec des dialogues qui font mouches et des interprètes très attachants menés par un Gérard Lanvin au sommet de sa forme, et qu'on ne regrette pas d'avoir vu pour la simple raison qu'il ne nous inflige pas une seconde d'ennui et  n'est pas sans rappeler avec bonheur les comédies aigres-douces d'un Claude Sautet. Oui, c'est sain, probe, sympathique, sans prétention excessive, sinon celle de nous raconter une belle histoire d'amitié entre trois hommes qui, au final, ne partagent pas grand chose, sinon le plaisir de se retrouver, de partager une table bien garnie et des vins gouleyants aussi légers et agréables que l'opus qui nous est servi. Oui, un film qui vous met de bonne humeur, ne révolutionnera certes pas le 7e Art mais a le mérite de ne céder ni à la vulgarité, ni aux clichés racoleurs et vous délivre une bonne dose  de sincérité et de tendresse, ce qui n'est déjà pas si mal. Dommage que le titre soit convenu et aussi plat, ce qui explique que j'ai mis trois semaines avant de me décider à entrer dans la salle. Oui, regrettable que sur ce plan-là les réalisateurs n'aient pas eu davantage d'inspiration. Le film aurait gagné à avoir un titre plus explicite sur le sujet qu'il aborde, soit la variation des humeurs, la pudeur des émotions, la difficulté des rapports humains, les aléas de l'amitié, enfin les heures de grâce et de disgrâce des sentiments. A part cette maladresse  et une mise en scène trop conventionnelle, le film est une agréable bonne surprise.

 

1056811-jpg_922722.jpg

 

Les réalisateurs Stéphane Archinard et François Prévôt-Leygonie ont tout simplement porté à l'écran la pièce de leur composition qui, voici une dizaine d'années, avait recueilli un vif succès sur la scène et qui, transposée sur pellicule, n'a rien perdu de sa saveur, surtout qu'elle bénéficie d'une interprétation  de tout premier ordre avec un Gérard Lanvin en père poule divorcé particulièrement savoureux, fort en gueule et grand coeur aux prises avec les pieux mensonges de son entourage et dont les bons sentiments et les convictions sont mises à mal ; un Jean-Hugues Anglade, écrivain en panne d'inspiration qui va la retrouver en tombant amoureux de la fille de son meilleur ami, enfin un Wladimir Yourdannof libraire qui se replonge dans la politique à la faveur des législatives pour assouvir une vengeance sentimentale, enfin Ana Girardot séduisante jeune  fille trop couvée par un père tendre et tyrannique qui, à la veille de son grand oral de normal-sup, découvre qu'elle est éprise d'un quinquagénaire qui a pour autre inconvénient majeur d'être un ami de trente ans de son père. Ces personnages vont nous entraîner dans un plaisant marivaudage viril ou, plus que l'amour, c'est l'amitié qui brise les coeurs et ouvre les esprits. Tout cela est bien conduit  grâce à un scénario solide, des dialogues cousus main et tellement naturels dans la bouche des acteurs qu'on a l'impression qu'ils improvisent. Un travail très honnête qui semble avoir conquis un large public avec des moments touchants, des tendresses inattendues, quelques envolées à l'intention d'une gauche caviar volontiers moralisatrice, quelques lieux communs bien sûr mais qui ne parviennent pas à ternir un film d'excellente facture. Et cerise sur le gâteau, "Amitiés sincères " n'est pas sans évoquer les années 70-80 où il n'y avait pas de honte à avoir des principes, des convictions, un certain respect de l'ordre établi, un clin d'oeil que j'ai apprécié. Un film que l'on peut revoir sans ennui.

 

3-e-toiles

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique CINEMA FRANCAIS, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

19442917_fa1.jpg


amities-sinceres-30-01-2013-10-g.jpg

 

 

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE - dans CINEMA FRANCAIS
commenter cet article
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 10:35
ALCESTE A BICYCLETTE de PHILIPPE LE GUAY

 


Gautier Valence ( Lambert Wilson ) débarque à l'île de Ré avec une idée en tête : retrouver son vieil ami Serge Tanneur ( Fabrice Luchini ), retiré depuis plusieurs années dans l'île loin des vanités du monde, pour lui proposer de remonter sur scène à ses côtés dans une pièce de Molière : le Misanthrope. Le fringant quinquagénaire a très envie de se parer des plumes du paon en quittant son emploi d'acteur de téléfilm afin d'endosser celui autrement gratifiant d'acteur de théâtre en présence de Serge Tanneur, un comédien qui, jadis, a fait vibrer les salles.

 

Entre les deux hommes s'engage une véritable parade nuptiale de façon à choisir qui jouera Alceste et qui Philinte et lequel l'emportera, de celui jamais las des honneurs ou de celui qui a choisi de vivre en ermite et, ce, au long d'une compétition où les susceptibilités se frottent et s'usent comme des galets. Bien sûr, je ne révélerai pas la suite, mais je ne peux que vous encourager à aller voir cet opus où, pendant près de deux heures, vous serez bercé par la musicalité des alexandrins du divin Molière, récité ou clamé avec panache, malice, colère, par ces deux acteurs dont la rivalité permanente ne fait que pimenter les scènes.

 

photo-Alceste-a-bicyclette-2012-2.jpg

   

Luchini excelle dans ce film qu'il a inspiré à Le Guay et où il ne peut manquer de faire usage des nuances subtiles de son registre personnel, celui d'un surdoué amoureux du beau langage et des belles lettres. Alceste à ses heures, face à un Lambert Wilson superbe avec lequel le duo, ou plutôt le duel à fleurets mouchetés, prend son rythme et son ampleur :  Wilson fat, consensuel et fielleux, Luchini acariâtre, professoral et blessé. Les mots crépitent, les phrases fusent, celles d'un beau langage où la seule chose à éviter est la faute de goût. Spectacle intelligent, bien mené, où le décor de l'île avec ses étangs, ses lumières automnales, ses glacis sur la mer joue le troisième personnage, un personnage avec lequel on ne triche pas malgré les vicissitudes de la vie, la jalousie, les notoriétés illusoires. Ainsi la vraie vie fait-elle sans cesse irruption comme cette belle italienne interprétée par Maya Sansa qui réveille des désirs assoupis chez nos protagonistes. Oui, un film sur l'art de se méprendre de soi et des autres, sur les rôles que nous nous attribuons souvent à tort, car Alceste n'est peut être pas celui qu'on croit, pas davantage que Philinte d'ailleurs, et c'est là que le film joue tout en finesse entre un histrion en constante représentation et un égotiste qui en veut au monde entier et principalement à lui-même. Ce n'est pas ici le jeu de l'amour et du hasard mais de la lucidité et de l'incertitude. Un régal.

 

4-e-toiles

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique CINEMA FRANCAIS, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

LISTE DES FILMS DU CINEMA FRANCAIS  

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

 0.jpg

 1815039_3_8601_maya-sansa-et-fabrice-luchini-dans-le-film_0.jpg

 

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE - dans CINEMA FRANCAIS
commenter cet article
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 11:19

20088330.jpg     VIDEO

 


Antoine d’Anthac, célèbre auteur dramatique, convoque par-delà sa mort, tous les amis qui ont interprété sa pièce "Eurydice". Ces comédiens ont pour mission de visionner une captation de cette œuvre par une jeune troupe, la compagnie de la Colombe. L’amour, la vie, la mort, l’amour après la mort ont-ils encore leur place sur une scène de théâtre ? Ce sera à eux d’en décider. Entre réalité et fiction, le partage ne sera pas simple...et l'art seul sortira vainqueur des coulisses de la vie.

 

Alors que bien des films actuels sont décevants et manquent cruellement d'imagination, un magicien nonagénaire dépoussière le 7e art pour le faire sortir, le temps d'une projection, de ses rails trop bien balisés et nous entraîner dans une vision où l'art de la parole et de l'image est appelé devant les instances du jugement ( celui des spectateurs bien entendu ) à reprendre vie et à réactualiser le passé. Car c'est à nous, en dernier ressort, d'entrer dans le jeu de la pièce et des acteurs et, par delà la forme proposée, de nous immiscer à l'invitation du Destin ( interprété par Almaric ) à forger le nôtre. Emprunté à l'Eurydice et à Cher Antoine ou l'amour raté, pièces de Jean Anouilh que le scénario a compilées, nous plongeons au coeur du mythe, en même temps que dans l'envers du décor où 13 acteurs revivent la pièce qu'ils ont interprétée à tour de rôle et la réaniment de manière à ce qu'elle entre en éternité comme l'amour qu'elle est sensée  perpétrer. Deux couples vont, sous l'impulsion de cette captation qui leur est projetée, donner  existence au passé, le leur et celui de la pièce. Tout est dans la version cérébrale mais combien captivante de Resnais qui se plaît à jouer sur les décalages d'âge et de décor, les inflexions de chacun des interprètes, le jeu des couleurs et des champs, dont la profondeur n'appartient qu'au 7e Art. 

 

23b3ac2d9ec1cf813b9c5fe33030d31b_w350.jpg

 

 

Pour ce faire, le cinéaste a souhaité que ses interprètes improvisent au fur et à mesure des scènes, de façon à garder au film son authenticité expérimentale par rapport au théâtre, auquel le cinéma rend ici hommage.  Tous sont merveilleux de sensibilité et on ne saurait assez vanter le talent des deux Eurydice Sabine Azéma ( malgré ses cheveux rouges ) et Anne Consigny et des deux Orphée Pierre Arditi et Lambert Wilson. L'hommage du cinéaste s'adresse également à eux qui ont formé, au long de sa carrière, sa troupe de choc. Ainsi par ce jeu de poupées russes et de dialogues qui ne cessent de s'imbriquer les uns aux autres, Alain Resnais fait-il preuve de sa capacité à repenser l'art cinématographique et à rester, malgré son âge ou bien grâce à lui, aussi inventif et imprévisible. Ne fait-il pas de la vie notre enfer et de nos rêves notre rédemption ? Et l'amour et la mort ne sont-ils pas  invités à donner le ton et ne créent-ils pas de nouvelles voies esthétiques et artistiques sans revêtir pour autant un aspect morbide mais, a contrairio, en sommant le réalisateur de dépasser les lignes trop exiguës du réel ?

 

320295-22281-vous-n-avez-encore-rien-vu-2012-22-620x0-1.jpg

 

Depuis Mélo et Smoking/Smoking, le cinéaste nous avait habitués à ce mélange des genres, mais avec Vous n'avez encore rien vu - titre qui ne correspond guère à l'opus - le mélange est plus audacieux  parce qu'il brasse dans des dialogues incisifs les deux pièces d'Anouilh, tout en leur conservant leur théâtralité, mais en les adaptant avec doigté au cinéma, cela grâce au jeu des acteurs qui ainsi se dédouane  du strict cadre de la scène et del'unité de temps. C'est donc le temps qui sort victorieux de son duo avec la mort, le temps qui inverse les perspectives et exhorte les comédiens à user avec subtilité des ressorts de la mémoire. Une réussite.

 

3-e-toiles

 

Pour prendre connaissance de l'article consacré à Alain Resnais, cliquer sur son titre :

 

ALAIN RESNAIS OU UN CINEMA DE LA MEMOIRE 

 

Et pour consulter les articles de la rubrique CINEMA FRANCAIS, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

LISTE DES FILMS DU CINEMA FRANCAIS  

 

 

 film_resnais.jpg

 320302-22281-vous-n-avez-encore-rien-vu-2012-22-620x0-1.jpg

  

 

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE - dans CINEMA FRANCAIS
commenter cet article
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 08:36

20133206.jpg     VIDEO

 

 

C'est la rentrée des ­classes. Au lycée Gustave-Flaubert, le directeur de cet établissement pilote a décidé que tous les élèves porteraient le même uniforme au nom de l'équité démocratique. Professeur de français désabusé qui a passé tout l'été à lire Schopenhauer, Germain replonge sans conviction dans sa classe et donne un sujet de rédaction qu'il pense facile : raconter son week-end. Les pires ­banalités vont se succéder jusqu'à ce qu'il lise le texte d'un certain Claude Garcia (Ernst Umhauer) qui raconte s'être immiscé dans la maison de son copain Rapha. 


Pour qu'un film soit bon, comme un livre d'ailleurs, encore faut-il que le thème, l'enjeu soit susceptible de convaincre. Or, François Ozon, en charge d'y parvenir, s'empresse d'oublier le conseil que le professeur, interprété par Fabrice Lucchini,  prodigue à son élève  chez qui il devine un goût certain pour l'écriture et le récit- " faites en sorte de capter l'attention par un sujet fort, une action brillante, des propos accrocheurs " - alors même que son opus, sensé défendre cette cause, sombre très vite dans le bavardage stérile et la banalité la plus triviale. Ainsi Ozon a-t-il raté son but malgré la bonne volonté d'acteurs talentueux, tous prêts à l'y conduire. L'idée était bonne, excellente même puisque axée sur la transmission du savoir et l'éveil d'une vocation, encore fallait-il un scénario suffisamment crédible et rigoureux pour la développer avec subtilité et conviction. C'est raté.

 

1772185_5_b435_dans-la-maison_ffcf6282fe4eb0a30119bc29db9ba.jpg

 

La raison en est que le sujet se dilue dans un amateurisme regrettable au point que Ozon ne nous sert là qu'un  film bâclé et maladroit. En assurant, bien en vain, que la réalité sert l'imaginaire ou vice versa, il nous démontre le contraire tant son imaginaire à lui tourne trop vite court. Il y avait pourtant à dire.

L'histoire de ce lycéen doué, remarqué par son professeur de français avec lequel s'établit un lien d'intérêt et de sympathie est si peu probante que l'on décroche dès les premières scènes. Tout d'abord parce que la famille qui inspire l'adolescent n'a rien d'inspirante  : comment trouver sur l'échelle sociale un couple et son fils unique dénués à ce point de saveur culturelle et humaine ? Il fallait pour que l'on adhère au sujet choisir une famille en mesure de subjuguer l'écrivain en herbe et justifier l'histoire qu'il se plaît à raconter jour après jour à son professeur au point de tenir celui-ci en haleine. Malheureusement il ne se passe rien, rien qui justifie la faute professionnelle que le maître va être amené à commettre sous l'effet de cette supposée fascination. Oui, cela est totalement illogique.

 

dans la maison 2

 

A l'exception de quelques réparties drôles et quelques moments bien venus, la spectatrice que je suis est restée étrangère à cette démonstration dont le final est accablant. Dommage, les ingrédients étaient là qui pouvaient constituer un bon  scénario entre des mains plus expertes et chez un cinéaste mieux inspiré. Malgré des acteurs qui ne déméritent pas - surtout le jeune Ernst Umhauer - car l'excellent Lucchini semble s'être mis en retrait de son rôle, Dans la maison n'incite guère à s'y attarder. On est plutôt tenté de rester sur le seuil tellement rien de captivant ne s'y passe, aucune démonstration ou action exaltante nous y retient. Le seul exploit de François Ozon est de parvenir à nous offrir un mauvais film avec de bons acteurs, ce qui était déjà le cas avec 8 femmes. Mais étant donné que ce cinéaste a la chance d'être "tendance" et a su mieux faire auparavant, il ne manquera probablement pas de laudateurs.

 

2-e-toiles

 

Pour consulter les articles de la rubrique CINEMA FRANCAIS, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

LISTE DES FILMS DU CINEMA FRANCAIS

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

Premiere-seance-du-10-octobre-Ozon-plus-fort-que-Clochette-.jpg  

 

 

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE - dans CINEMA FRANCAIS
commenter cet article
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 09:02
LES SAVEURS DU PALAIS de Christian VINCENT

 


Hortense Laborie est une cuisinière réputée qui vit dans le Périgord. A sa grande surprise, le Président de la République la nomme responsable de ses repas personnels au Palais de l'Élysée. Malgré les jalousies des chefs de la cuisine centrale, Hortense s’impose grâce à son caractère bien trempé et à sa compétence. L’authenticité de sa cuisine séduira rapidement le Président, mais dans les coulisses du pouvoir, les obstacles sont nombreux et la vie épuisante. Si bien qu'elle sera amenée à donner sa démission et à aller en tant que simple cantinière se reconstruire ailleurs ...

 

Foie de canard en gelée et son pain de maïs, nougatine aux pistaches, saumon au chou coiffé de carottes avec leurs fanes, Les saveurs du palais est un film poétique et savoureux sur l'émotion et l'art culinaire quand ce dernier touche à l'excellence. Porté par une Catherine Frot parfaite en reine des fourneaux, le film nous fait entrer dans les cuisines de la République avec ses rivalités, ses luttes intestines,  ses agitations et ses frivolités et nous découvre un univers macho où les privilèges du pouvoir sont tout simplement exorbitants. Le Nouveau régime n'ayant rien à envier à l'Ancien !  Mais le film du fin connaisseur en gastronomie qu'est Christian Vincent ( réalisateur de La discrète ) ne s'arrête pas là. Il brosse d'abord et avant tout le portrait d'une femme, inspiré de la vie de Danièle Delpeuch, que rien ne préparait à occuper un tel poste - où elle s'usera d'ailleurs, au point de le quitter - et évoque à travers une série de flash-bach son expérience unique mais amère qui l'obligera ensuite à s'exiler sur la base scientifique Albert-Faure en pleine région arctique, afin de reprendre ses esprits et retrouver son équilibre, car tout ce qui touche au pouvoir épuise et abîme.

 

1760662_3_b093_catherine-frot-dans-le-film-francais-de_8a4a.jpg

 

 

Provinciale en diable face à un Président en majesté qui semble l'être de coeur tout autant qu'elle, Hortense Laborie nous convie à apprécier gourmandement l'art culinaire à la française, riche de produits d'une qualité hors pair, truffes, cèpes, foie gras, dont la seule évocation est un exercice de style dans la bouche de la cuisinière et du président ( dont on regrette que les dialogues ne soient pas plus nombreux et étoffés ), deux amateurs éclairés du pur plaisir sensoriel lorsque celui-ci se transforme en art de vivre.

 

Dans le rôle de président Mitterand, Jean d'Ormesson est sans nul doute la surprise de ce long métrage réussi et délicieusement gourmet. Il incarne le personnage qu'il a souvent combattu sans affeterie inutile et avec ce qu'il faut de retenue et de solennité. Quant à Catherine Frot, elle retrouve avec ce morceau de choix une interprétation à sa mesure. Elle est légère, lumineuse, juste, et se révèle une fois encore notre meilleure actrice française, à la hauteur de la cuisine qu'elle incarne. Rien que pour elle, je serais allée voir le film. Un moment à goûter et à savourer, seul ou en famille. Encore un bon cru 2012.

 

3-e-toiles 

 

Pour prendre connaissance des articles de la rubrique CINEMA FRANCAIS, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

CINEMA FRANCAIS

 

Et pour consulter l'article consacré à Catherine Frot, cliquer sur son titre :

 

     

 CATHERINE FROT

 

 

RETOUR A LA PADE D'ACCUEIL

 

  

LES SAVEURS DU PALAIS de Christian VINCENT
LES SAVEURS DU PALAIS de Christian VINCENTLES SAVEURS DU PALAIS de Christian VINCENT
Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE - dans CINEMA FRANCAIS
commenter cet article
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 08:54

 L-affiche-du-film-de-la-semaine-Bowling_portrait_w674.jpg    

 

   

Ce sera, à n'en pas douter, un des succès de l'été : 700 000 entrées minimum, le million si l'été est pourri dans le Finistère et alentour. Bowling emprunte aux Ch'tis son caractère régionaliste, son hyper-localisation : Carhaix, patrie des Vieilles Charrues. Mais qui est donc l'auteur, cette Marie-Castille Mention-Schaar ?  Une ancienne productrice passée à la réalisation et qui est l'unique cinéaste français(e ) à avoir sorti deux films cette année :  - Ma première fois - qui était aussi la sienne - en janvier et, bien entendu,  Bowling en juillet. Ce n'est pas lui faire offense de dire que Bowling, co-écrit avec un autre ex-producteur, Jean-Marie Duprez, est d'abord un coup de production. Un soupçon de comédie sociale à l'anglaise et  le récit de l'épanouissement tardif d'une bourgeoise parisienne (Catherine Frot en DRH délaissée par son odieux époux) ; en quelque sorte la province contre la capitale avec dialogues en breton et deux vedettes qu'on ne taxera pas de parisianisme abusif : Mathilde Seigner et Catherine Frot.

 

Le scénario a certes été bâclé à la hâte et la mise en images n'est guère inspirée. Si ce n'est pas tout à fait un nanar, c'est, en tous les cas, un symptôme : le nouveau cinéma moyen français bien budgeté qui n'a d'autre mission que de divertir. Et il y parvient, parce que l'histoire a un bon goût d'humanisme tout terrain et que les actrices se donnent un mal fou pour tirer vers le haut une bluette sociale pleine de bons sentiments et de maladresses cinématographiques. Que les jeunes cinéastes aillent voir ailleurs, ce n'est pas ici qu'ils trouveront des idées et des innovations, un style et du panache. Mais c'est tout plein gentil, on ne s'ennuie pas vraiment, et je le répète les quatre rôles principaux sont tenus par des personnes charismatiques, Catherine Frot arriverait à me faire sourire ou à me toucher en me racontant l'accouchement de sa soeur et on connait la présence d'une Mathilde Seigner qui, dans le personnage d'une sage-femme au fort caractère, n'a pas même besoin d'en rajouter : un froncement de sourcil, un sourire, tout est dit.

 

bowling-120718.jpg

 

 

Que je vous raconte néanmoins l'histoire puisqu'il y en a une et qu'elle est même tirée d'un fait divers : la maternité de l'hôpital de Carhaix, au coeur de la Bretagne, est en péril. Si bien que lorsque la DRH chargée de restructurer les services débarque dans la petite ville, elle est accueillie comme un chien au milieu d'un jeu de quille. Et ce n'est pas là un jeu de mots puisque le sport local n'est autre, en effet,  que le bowling. Malgré l'hostilité ambiante, Catherine la parisienne va découvrir les charmes de la vie provinciale. Elle, qui est cruellement privée d'affection conjugale auprès d'un mari collectionneur qui n'a d'yeux que pour ses statues en ferronnerie et en plâtre, va parvenir à s'intégrer à son nouvel environnement en se familiarisant avec le bowling, loisir qui passionne ses collègues et, ce, d'autant plus que les compétitions entre villes bretonnes approchent. N'est-ce pas le meilleur moyen pour Carhaix d'attirer l'attention de la presse locale et de faire parler d'elle et la façon la plus astucieuse  pour Catherine de se faire accepter de son entourage ?  Si bien que l'esprit d'équipe qui unit  les quatre femmes sur les pistes va également les réunir dans la lutte qu'elles entendent mener pour sauver la maternité. Tout cela est extrêmement sympathique, plein d'énergie et de bonne humeur, il y a même quelques jolis paysages de Bretagne qui défilent sur l'écran et le quatuor est irrésistible, en connivence parfaite avec les personnages représentés qui,  sans nul doute, ont été écrits sur mesure pour elles au point de juger inutile de changer les prénoms. Au final - et afin que la philosophie ait toujours le dernier mot -  il arrive que de simples quilles, une fois unies, renversent les montagnes.  A bon entendeur salut, nous sommes en plein positif...

 

2-e-toiles

 

Pour accéder à la liste complète des articles de la rubrique CINEMA FRANCAIS, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

LISTE DES FILMS DU CINEMA FRANCAIS
 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

14335_039_DSC_4050.jpg

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE - dans CINEMA FRANCAIS
commenter cet article

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche