Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mars 2018 3 21 /03 /mars /2018 10:18
Tout le monde debout de Franck Dubosc

 

Jocelyn, homme d’affaire en pleine réussite, est un dragueur et un menteur invétéré. Lassé d’être lui-même, il se retrouve malgré lui à séduire une jeune et jolie femme en se faisant passer pour un handicapé. Jusqu’au jour où elle lui présente sa sœur elle-même handicapée. Je l’avoue, je n’ai jamais été fan de Frank Dubosc et, si je suis allée voir ce film, c’est pour la seule présence d’une actrice que j’apprécie beaucoup, Alexandra Lamy. Mais je dois avouer que ce film a été pour moi, et probablement pour quelques autres car il y avait beaucoup de monde dans la salle, une bonne surprise. D’une part, parce que Alexandra Lamy irradie littéralement la pellicule et, d’autre part, parce que l’histoire est habilement troussée. Bien que le sujet puisse inquiéter à juste raison, il est traité avec suffisamment de recul et de tact pour ne provoquer aucun agacement, cela grâce à un narratif  qui a su trouver le ton juste et la parole équilibrée.


Deux personnages, à l’opposé l’un de l’autre, se rencontrent par la grâce d’un énorme mensonge, avant de s’aimer et de devoir faire face à la réalité. Jocelyn, cet homme apparemment dénué de tout scrupule, se retrouve - par un concours de circonstances assez peu crédible au départ mais qui rebondit de façon astucieuse  - à faire croire qu’il est handicapé moteur. Malheureusement, le voilà face à  une femme qui l’est réellement et  l’oblige à mentir au-delà de ce qu’il avait envisagé au départ. Ce qui n’était, dans un premier temps, que farce et attrape, devient un piège redoutable dont il ne maîtrise plus les tenants et les aboutissants. Comment, dès lors, avouer la vérité à celle qu’il aime et qu’il risque de perdre à tout jamais ? On voit assez rapidement ce qui a séduit Franck Dubosc dans ce sujet où il aborde de manière frontale des thèmes déjà largement développés dans ses sketchs sur scène. On pense notamment à la drague, ce besoin quasiment maladif de plaire aux autres, quitte à leur mentir. On retrouve également une métaphore évidente du métier d’acteur, ces menteurs et bluffeurs professionnels qui jouent des personnages pour mieux se cacher aux autres… et à eux-mêmes.


Néanmoins, le thème du handicap est traité sans faux-semblant et avec suffisamment de tact et de justesse pour que le plus à plaindre ne soit certes pas celui que l’on croit. Si la situation  reste plaisante, c’est grâce à la façon dont elle est abordée sans fadeur et de façon dynamique par le personnage interprété par Alexandra Lamy, éclatante de justesse et de lucidité. Quant à Franck Dubosc, il conduit son affaire avec ce qu’il faut de subtilité pour n’en faire ni trop, ni pas assez. Il évolue dans ce personnage d’homme sans scrupule avec finesse et nous offre une prestation sensible qui n’était pas, jusqu’alors, sa spécificité. Bien entendu, nous avons tout de même droit à quelques scènes paillardes et parfaitement inutiles, dont on se serait bien passé, mais qui sont en partie sauvées par la prestation de Gérard Darmon en docteur et ami qui tente de remettre Jocelyn sur le droit chemin tout en soignant ses dérangements intestinaux …


Voilà un film plaisant sans autre prétention que celle de nous distraire, sans autre message à transmettre que celui  « du cœur a ses raisons que la raison ne connait pas » et, pour conclusion, de nous rappeler qu'une comédie pleine de bons sentiments peut éviter de sombrer  dans le mélo.

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique CINEMA FRANCAIS, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Tout le monde debout de Franck Dubosc
Tout le monde debout de Franck Dubosc
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche