Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 décembre 2007 5 21 /12 /décembre /2007 11:55
GONE, BABY, GONE de BEN AFFLECK

                                                                                                                                                       
"Gone, Baby, Gone" comme "Mystic River" de Clint Eastwood est une adaptation d'un roman  de Dennis Lehane. Il y a donc des points de convergence entre ces deux films : la ville de Boston, les disparitions d'enfants, la pédophilie. Mais la comparaison s'arrête là. Le film de Ben Affleck,  présenté le 5 septembre lors du Festival du film américain de Deauville en première mondiale, ne possède pas les mêmes qualités que celui d'Eastwood : mal construit, confus, il n'en finit pas de finir et se perd dans les méandres d'un récit lent et embrouillé qui ne parvient pas à émouvoir, alors même qu'il traite d'un sujet aussi sensible. Ce premier long métrage d'un acteur tenté par la mise en scène - mais n'est pas metteur en scène qui veut - a manqué en partie sa cible. Peut-être parce que le projet était trop ambitieux et qu'il aurait été préférable, pour un coup d'essai, de choisir un scénario plus simple, moins complexe à traiter.

 

L'histoire se résume ainsi : une petite fille de 5 ans vient de disparaître dans un quartier chaud de Boston où sévissent drogue, violence et pédophilie, un milieu où misère, racisme, désoeuvrement ouvrent en permanence les vannes à tous les débordements. Le décor est planté et il est sinistre. La police a été alertée depuis trois jours mais aucune piste ne semble devoir aboutir. C'est alors que la tante de l'enfant contacte un jeune homme qui fait office, à l'occasion, de détective privé, afin qu'il cherche une nouvelle issue, non seulement parce qu'il a grandi dans ce quartier, mais parce qu'il connait beaucoup de monde et pourra agir avec davantage de discrétion. Il sera d'ailleurs le seul à passer outre aux apparences simplistes de la situation. Tout au long du thriller, on le verra se positionner face aux questions morales qui se posent à lui, se livrant à une réflexion personnelle qui me semble être l'atout majeur du film. Celui-ci s'ouvre d'ailleurs sur les paroles qu'il prononce, donnant ainsi le ton et le sens de l'oeuvre : J'ai demandé au prêtre de ma paroisse comment comprendre les injustices de la vie. Il m'a répondu : vous êtes des agneaux parmi des loups. Alors pour résister, soyez rusés comme des renards et innocents comme des colombes.



Cependant, lorsqu'il découvre auprès d'un pédophile notoire un enfant mort, cet homme, non violent d'habitude, va, sous le choc, abattre le responsable d'une balle dans la tête. Les sentiments ne sont pas forcément de bons conseillers... Avait-il le droit de faire justice lui-même ? Cette question brûlante honore le film ...d'autant que le jeune homme éprouve des remords. Il n'avait pas à jouer le justicier seul. Par la suite, un autre problème se posera à lui après que l'on ait retrouvé la petite fille. Doit-on la rendre à sa mère infantile et délinquante ou la laisser à ses kidnappeurs qui l'élèveront avec attention et amour ?  Malheureusement, la conclusion qui clôt le film reste trop évasive à mon goût. C'est à ce moment là qu'il aurait pu décoller et ouvrir un débat de qualité ou, du moins, mieux analyser le drame intime du personnage.
                     


Il est certain que Patrick Kenzie, ce jeune détective, aime les gens et qu'il est empli de compassion à leur égard. N'est-ce pas la raison qui l'incite à défendre les droits de la mère à garder sa petite fille, bien qu'il la sache indigne de ce rôle et dans l'incapacité d'assumer ses responsabilités ? D'ailleurs l'enfant a été enlevée alors que celle-ci était en train de sniffer de la drogue dans un misérable bar. Dans un premier temps, il semble même que l'enfant n'ait servi que de monnaie d'échange pour se procurer le stupéfiant... Je ne dévoilerai pas les divers rebondissements d'une intrigue longue à se conclure mais qui a toutefois le mérite de rendre avec réalisme  l'ambiance de ce quartier ouvrier de Boston. Le devons-nous au choix de Ben Affleck d'avoir recruté ses figurants parmi les habitants ? Peut-être ! Mais si le réalisme est au rendez-vous, la lisibilité de l'intrigue reste son point faible. On ne parvient pas à entrer pleinement dans cette action brouillonne et dans cette oeuvre insuffisamment charpentée et rigoureuse. Par contre, il faut reconnaître au jeune acteur Casey Affleck, le frère du réalisateur, d'avoir insufflé à son personnage une vraie chaleur humaine et posé sur ces âmes perdues un regard bienveillant. Il illumine la pellicule de sa présence et nul doute que s'ouvre devant lui une brillante carrière.

 

 Pour consulter la liste des articles de la rubrique CINEMA AMERICAIN, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

LISTE DES FILMS DU CINEMA AMERICAIN ET CANADIEN

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

                     

GONE, BABY, GONE de BEN AFFLECKGONE, BABY, GONE de BEN AFFLECK
GONE, BABY, GONE de BEN AFFLECK
Partager cet article
Repost0

commentaires

G
Alors là je découvre grâce à ton article. Le sujet me semble intéressant et assez palpitant pour que je m'y intéresse. Merci Armelle
Répondre
V
Grande déception que ce film que j'ai vu à Deauville... et revu à Paris il y a un mois une seconde fois car je craignais de m'être laissé influencer par l'ambiance festival où on enchaîne les films et d'avoir été trop sévère... (En tant que réalisateur, c'est bien le premier film de Ben Affleck, auparavant, il a écrit des scénarios). Je ne veux pas en rajouter mais, hormis la description d'un quartier de Boston que BA connaît visiblement bien, je ne vois rien de tellement positif à relever, on ne s'improvise pas réalisateur de film noir, c'est un genre très particulier avec une ambiance, un rythme, sans pathos et leçons d'autodéfense! etc... En plus, même Casey Affleck que je trouve épatant dans "Jesse James" n'a pas trouvé là le rôle de sa vie... PS. La presse est très élogieuse, c'est vrai, c'est d'autant plus dur de dire qu'on est pas d'accord...
Répondre
F
Concernant Casey Affleck, je ne le trouve absolument pas crédible dans ce film au scénario pour le moins alambiqué.
Rôle pas fait pour lui de toute évidence, il a l'air d'avoir 15/16 ans là-dedans, idem pour sa copine.
deux lycéens, pas deux détectives voilà à quoi ils m'ont fait penser tout le long du film.
Quant au scénar, pas grand chose à dire tellement il est vide.
Une déception que ce Gone baby gone.
Répondre
F
Encore heureux oui qu'on ne se conforme pas aux avis des critiques, autrement à quoi bon...!!! C'est ce qui rend le débat (en général) intéressant ! Il n'est dit nulle part que les critiques ont la science infuse ! Bref comme pL c'est le dernier film de l'année que j'attends avec Actrices de Valeria Bruni-tedeschi.
Répondre
P
"mon propos n'est pas de me conformer aux avis des critiques, ce qui n'aurait qu'un intérêt limité, mais d'exprimer mon opinion personnelle"

HEUREUSEMENT! et d'ailleurs les critiques ne sont pas toutes excellentes (Studio ne met qu'une seule étoile).
En tout cas, même si ta critique me refroidit un peu, c'est le dernier film de l'année que j'attend avec impatience...
Répondre
R
Oui, j'ai vu ce film lors du festival de Deauville, c'est-à-dire en avant -première et mon propos n'est pas de me conformer aux avis des critiques, ce qui n'aurait qu'un intérêt limité, mais d'exprimer mon opinion personnelle. Je comprends parfaitement que l'on puisse ne pas la partager, mais je dois avoir l'honnêteté de dire ce que je pense. Ce film est bien le premier long métrage de Ben Affleck. S'il est connu dans le monde du cinéma, c' est jusqu'alors en tant qu' acteur et scénariste. Je crois qu'il faut d'abord que tu vois le film pour te faire ton opinion propre. Elle sera peut être très différente de la mienne, mais il en est ainsi dans tous les domaines. N' est-ce pas la diversité de nos goûts et de nos talents qui rend le monde si attrayant ? ARMELLE
Répondre
M
dsl mais je ne suis absolument pas daccord avec ce que tu marque dans ton article!!!!
d'une part Ben Affleck n'en ai pas à son coup d'essai en ce qui concerne la réalisation c'est le troisieme film qu'il réalise et à quand meme recu un oscar pr le scenario de "Will Hunting" qu'il à co ecrit ac Matt Damon et qui est un film exelent et remarquable!!!!
et puis je ne sait pas si tu a lu les critiques à propos du film lors de sa découverte à Deauville mais elles sont plus que bonnes!!!!
"Réalisation brillante et maîtrisée, scénario profond, ambiance de Boston et de ses bas quartiers parfaitement restituée, casting impeccable... tout semble y être à en croire les premières retombées "
ou encore...
"Intense, dur, surprenant et émouvant... le film serait la grosse surprise de cette fin d'année ciné."
alors je pense que tu te trompes vraiment à propos de ce film!
apres je pense que personne ne l'apprecira de la meme facon mais de la a dire ce genre de critique je trouve que c'est assez injustifié...
Répondre

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche