Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 09:42
Martin Scorsese ou les clairs-obscurs d'un visionnaire


Fondateur de la World Cinema Foundation, Martin Scorsese, né aux Etats-Unis le 17 novembre 1942, est considéré comme l'un des plus talentueux cinéastes de sa génération, en même temps que l'un des plus controversés. Ses préoccupations marquées par son éducation religieuse se retrouvent dans la notion de culpabilité et de rachat qui font partie de son questionnement et ne peuvent laisser personne indifférent. Soucieux de célébrer l'homme dans sa noblesse et son obscurité, ce fils d'émigrés italiens ne cesse de puiser, dans son enfance, une inspiration partagée entre le pire et le meilleur, la violence et le lyrisme. Etudiant, puis enseignant à la Colombia University de New-York, Scorsese attire l'attention dès ses premiers courts métrages et ses documentaires autobiographiques. Son premier film, en 1970, "Bertha Boxcar" avec Barbara Hershey et David Carradine impose son style et suscite les encouragements de John Cassavetes. En 1973, "Mean Streets", son oeuvre suivante, est acclamée par la critique et lui permet de faire une rencontre décisive avec l'acteur Robert de Niro qui deviendra son alter ego. Cette chronique violente de deux petits malfrats sans envergure résume la vision en clair-obscur et le ressenti d'un réalisateur qu'interpelle en tout premier lieu notre condition humaine. Mais c'est avec "Taxi Driver" qu'il connaît la consécration, recevant la Palme d'or à Cannes en 1976.

 

L'impact de ses films, le cinéaste le doit principalement à l'image, à cette façon très particulière qu'il a de créer une mythologie urbaine qui déforme les corps et les esprits, meurtri les coeurs et qu'il sature de couleurs volontairement agressives. Au centre de ce chaos, un être progressera lentement vers la lumière ou s'abîmera définitivement dans les ténèbres. Ce sera le cas de l'une ou l'autre de ces finalités dans  "New-York, New-York", "Raging Bull", "Affranchis", "A tombeau ouvert", "Casino". Le monde du crime, la mafia, les mégapoles déshumanisées forgent un enfer dans cette approche mystique qui caractérise l'univers du cinéaste. Parfois, au coeur de ce déferlement brutal, des rituels raffinés d'une société privilégiée illustrent comme dans "Le temps de l'innocence" un enfer tout aussi dangereux car trompeur. Robert de Niro prêtera ses traits à plusieurs de ces héros. Selon les voeux du metteur en scène, cet immense acteur saura modeler son corps, tantôt musclé et aminci, tantôt bouffi et vieilli, afin de signifier l'évolution de l'être en proie à une possession diabolique ou aux prises avec une possible rédemption. Lorsque Scorsese aborde le Messie dans "La dernière tentation du Christ", c'est à travers les corps des uns et des autres chargés de symboliser les déchirements des âmes. Par des moyens physiques, une imagerie obsédante, l'oeuvre de Scorsese ne se contente pas de peindre l'homme de son temps et ses malaises sociétaux, il l'inscrit dans une perspective où l'idée de la grâce n'est pas absente et lui accorde des prolongements culturels et historiques, un sens et un rayonnement universel. Ainsi nous invite-t-il en permanence à la réflexion. Leonardo Di Caprio reprendra le flambeau dans des films plus récents comme "Shutter island" et "Aviator". Avec son dernier film, "Silence", Scorsese amorçait, davantage encore, un retour vers le spirituel après plusieurs films davantage grand public où, dans le Japon médiéval, le croyant délivre une profonde réflexion sur la foi dans un désert d'ignorance et de brutalité. Cette oeuvre est celle d'un visionnaire qui ne s'est pas contenté de saisir l'homme de son temps, le plus souvent dans ce qu'il a de pire, il l'a inscrit dans une perspective culturelle et historique afin de lui conférer un statut universel.
 


Pour lire les articles de la rubrique consacrée aux réalisateurs, cliquer sur son titre :

 
LISTE DES ARTICLES - REALISATEURS du 7e ART

 

Et pour consulter la liste complète des articles de la rubrique CINEMA AMERICAIN & CANADIEN,cliquer sur le lien ci-dessous :  
 

 

LISTE DES FILMS DU CINEMA AMERICAIN ET CANADIEN  

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

affiche.jpg     imagesCA05YT43.jpg      imagesCA804YMM.jpg     imagesCA70RVMZ.jpg     imagesCAGR2FDD.jpg

 

 

Martin Scorsese ou les clairs-obscurs d'un visionnaire
Partager cet article
Repost0

commentaires

G
Clair-obscur de ce génie photographique du cadrage qui fut emmené, malgré lui, par le grand mouvement des couleurs, vers le 7ème art.
Répondre
E
J'ai vu le teaser de Silence, qui m'a fait penser - mais ça doit être le thème... - à Mission de Joffé. Mais je crois que mon préféré dans l'absolu restera l'âge de l'innocence, il faut dire que j'adore Edith Wharton et sa description d'un monde horriblement cruel et puissant....
Répondre
A
Comme vous, Edmée, j'ai beaucoup aimé "Le temps de l'innocence". Un chef-d'oeuvre. Je n'ai pas encore vu "Silence" mais je crains que ce ne soit assez dur.
C
A voir absolument Hugo Cabret, surtout en 3D, qui pour une fois apporte une vraie vraie valeur ajoutée au film :
http://www.flaneriescinematographiques.com/article-hugo-cabret-hugo-92850200.html
Répondre
N
beau portrait, chère armelle, d'un réalisateur que j'apprécie
Répondre
B
j'ai mit trois autres video Noël sur mon mure...

je suis d'accord sur le mouvement de caméra.
Répondre
A
Comme vous Edmée, j'aime cette caméra qui sait s'attarder sur les détails qui comptent.
Répondre
B
Un très bon portrait d'un metteur en scène que l'on ne présente plus et à qui l'on dois de grand titre comme "Taxi Driver", "Casino", "Les Affranchis", "Reging Bull", et autres grands chef
d'oeuvre...
Répondre
E
J'aime vraiment beaucoup ce metteur en scène, et tous les films que j'ai vus de lui. Mon préféré et sans doute The age of innocence, parce que j'aime énormément Edith Wharton d'une part, que le
film est parfaitement interprété, mais surtout.. le regard que la caméra promène sur les nappages, fleurs, décors, toilettes... c'est un peu celui de Visconti. C'est somptueux...
Répondre
B

Un excellent article mettant à l'honneur l'un des plus grands metteurs en scènes américains. Avec des films tels "Txi Driver", "Ragging Bull", "les affranchis", "Casino",... Scorsese a su nous
offrir de grand moment de cinéma...

ps: c'est un plaisir que de retrouver ton blog


Répondre

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche