Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 09:55

Cate_Blanchett.jpg

 

Cate Blanchett, l'actrice aux 4 nominations aux Oscars, 5 nominations aux BAFTA, ainsi que 7 aux Golden Globe, qui dit mieux ? - est une actrice inclassable, d'une beauté hiératique, considérée par certains comme une nouvelle Meryl Streep - ce que je ne cautionne pas, car chaque actrice est unique - vient une nouvelle fois de séduire le public dans Blue Jasmine de Woody Allen, où elle interprète le rôle d'une femme en plein désarroi qui tente de se reconstruire. Née en 1969 d'une mère australienne et d'un père texan qui mourra alors qu'elle n'a que 10 ans, elle passe toute son enfance à Melbourne et se destine tout d'abord à des études d'art et d'économie avant d'obliquer vers des études théâtrales. Elle jouera dans La Mouette de Tchekhov en 1996, ses premiers pas sur une scène, puis à la télévision australienne, ce qui lui permet d'acquérir, sur ce continent, un début de notoriété.

 

Cate-Blanchett.jpg

 

Mais ce n'est qu'en 1998, grâce à sa prestation dans le drame Paradise Road de Bruce Beresford auprès de Glenn Close, puis dans Elisabeth de Shekhar Kapur qu'elle accède à la consécration. Elle obtiendra son premier Golden Globe pour le personnage d'Elisabeth I d'Angleterre qu'elle campe avec un réalisme confondant et une intensité dramatique telle qu'elle se classe dès lors parmi les actrices de tout premier plan. Puis ce sera la trilogie fantastique de Le seigneur des anneaux dans laquelle elle interprète la reine des Elfes, Galadriel. Osant aborder tous les genres, elle ne peut manquer de convaincre le public de sa capacité à se renouveler et à oser les expériences les plus difficiles avec la même force et la même conviction, ce qui la rend inclassable comme je le soulignais au début de l'article et capable même d'une certaine excentricité. On la verra ainsi et successivement dans Heaven (2002), dans Terre Neuve de Lasse Hallström, dans le western Les disparues (2003), dans la freque Aviator (2004) de Scorsese qui lui vaut la reconnaissance de ses pairs et l'Oscar de la Meilleure actrice dans un second rôle en 2005. Eclectique et sachant choisir ses metteurs en scène, elle tourne en 2006 dans un drame cosmopolite Babel avec Brad Pitt, dans Chronique d'un scandale qui lui vaut une nomination aux Oscars 2007, enfin dans Indiana Jones et le Royaume du Crâne de cristal de Steven Spielberg en 2008. Et n'oublions pas sa formidable performance dans le film de David Fincher L'étrange histoire de Benjamin Button, toujours au côté de Brad Pitt. Très belle, d'une élégance jamais prise à défaut, l'actrice a illuminé récemment le 39ème Festival du film américain de Deauville, égérie et ambassadrice désormais incontournable du 7e Art et a reçu l'Oscar de la meilleure actrice pour Blue Jasmine lors de la remise des Oscars 2014. Une nouvelle consécration.

Pour consulter la liste des articles de la rubrique ACTEURS DU 7e ART, cliquer sur le lien ci-dessous :
 


LISTE DES ARTICLES - ACTEURS DU 7e ART

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

3483355_6_d514_l-actrice-cate-blanchett-lors-de-la-ceremoni.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 09:38

rebecca.jpg rebecca-f.jpg

 

Mrs. Edythe Van Hopper, respectable veuve déjà âgée, accompagnée de sa jeune fille de compagnie, est en villégiature à Monte-Carlo à l'hôtel « Côte-d'Azur », lorsque leur chemin croise celui de Maximilien de Winter, riche veuf, qui n'a aucun mal à séduire la jeune fille et, dans la foulée, à l'épouser et l'emmener dans sa demeure ancestrale de Manderley, quelque part sur la côte sud-est de l'Angleterre. Voici comment commence "Rebecca", le film qu’Alfred Hitchcock allait tourner à Hollywood en 1940.

 

Les premiers contacts avec le personnel du château, régenté par la peu amène gouvernante Mrs. Danvers, seront glacials. Cette dernière, en effet, attachée depuis toujours au service de la précédente Madame de Winter, Rebecca, et lui vouant une passion sans limite, même à titre posthume, n'accepte pas l'intrusion de l' usurpatrice. Aussi le souvenir de l'épouse disparue et vénérée continue-t-il de hanter le sombre château gothique ...au point que la nouvelle épouse croit qu’il lui faut peu à peu, selon les conseils de l’autoritaire duègne, tout faire pour lui ressembler.

 

Le film est de façon originale basé sur un personnage qui n’apparaîtra jamais, mais qui ne cesse de se faire obsédant, au point que le personnage central du film, la seconde épouse, délicatement interprétée par Joan Fontaine, semble comme écrasé par le poids de cette présence invisible. Cette dernière est l’incarnation contraire de la précédente, et pour la rendre encore plus évanescente, Daphné du Maurier, l’auteur du roman éponyme dont le film est tiré, ne lui a pas donné de prénom, en a fait une orpheline, un être sans passé, sorte de Cendrillon fragile et inexpérimentée d’une histoire conjugale qui ne parait jamais être la sienne, mais toujours celle de l’autre, cette précédente disparue dans des conditions restées mystérieuses.

 

Celle qui, en définitive, mène le jeu n’est autre que la gouvernante, la sévère et rigide Mme Danvers, admirablement campée par l’actrice Judith Anderson, qui, grâce à son machiavélisme redoutable, finit par pénétrer la tout jeune femme que son mari est inconsolable de la disparition de sa première épouse. Une série d’indices, de symboles, d’icônes défilent à l’écran pour rappeler cette omniprésence au point de conduire la jeune épousée au bord de la folie et de lui inspirer un comportement dont son mari sera le premier à s’affliger.

 

1859576922_011c5f545a.jpg

 

Dirigé de main de maître par un Alfred Hitchcock dont c’était la première réalisation américaine depuis qu’il avait traversé l’Atlantique et avait signé un contrat de 10 films avec le producteur David 0’Selznick, ce film est davantage un drame psychologique qu’un thriller et sort un peu de ce que Hitchcock se plaisait à réaliser, mais, malgré les  directives sourcilleuses imposées par le producteur, le grand Alfred saura sauvegarder son inspiration et surtout créer une atmosphère étouffante  et conforme à son génie propre, dans un opus qui tient le spectateur en haleine de bout en bout.  J’avais vu ce film, il y a de cela bien des années, récompense que mon père m’avait accordée après mon premier bac, et avais été littéralement enthousiasmée par la finesse de la composition psychologique, l’atmosphère hallucinée, l’interprétation des trois principaux personnages : Joan Fontaine,  en proie gracile qui nous fait penser à une biche aux abois, Laurence Olivier en lord anglais de grand classe, assez impénétrable d’ailleurs, et Judith Anderson souvent filmée de dos ou de côté, ce qui n’est pas innocent car si elle occupe, de par sa condition, une situation secondaire, au final elle n’en est pas moins à l'origine du drame, persuasive, inquiétante, comme si elle exhalait en continu son venin mortifère. Revu  à la télévision, l’opus ne m'a pas déçue, bien au contraire, j’y ai trouvé de nouveaux motifs d’en apprécier la lente et inexorable progression dramatique. Fidèle au roman à succès de Daphné du Maurier, l’œuvre de Hitchcock ajoute à l’écrit un visuel revisité et tellement attractif que l’on peut presque dire que le film apporte un supplément d’intérêt à cet excellent roman.  Comme « Autant en emporte le vent », produit au cinéma par le même Selznick, le livre n’a rien perdu à être transposé à l’écran, ainsi arrive-t-il à la littérature de servir le 7e Art, sans qu’aucune de ces deux formes d’art ne soit desservie.

 

 

 

Pour consulter l'article que j'ai consacré à Alfred Hitchcock,cliquer sur le lien ci-desssous :

 

 

 

ALFRED HITCHCOCK - UNE FILMOGRAPHIE DE L'ANXIETE
 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 



 

REBECCA d'ALFRED HITCHCOCK
REBECCA d'ALFRED HITCHCOCK
Partager cet article
Repost0
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 10:05
LE PONT de la RIVIERE KWAI de DAVID LEAN

                

"Le pont de la rivière Kwaï", le film aux 7 Oscars de David Lean relatant un épisode de la Deuxième Guerre mondiale, est également remarquable par le pont, le plus grand ouvrage réalisé à Ceylan, lieu du tournage, d'une longueur de 130 mètres sur près de 28 de hauteur. Il a nécessité 8 mois de travail, 1500 arbres abattus dans la jungle et transportés par 40 éléphants sur le site de construction. Selon Sam Spiegel, le producteur du film, ce pont était le plus grand décor jamais construit, dépassant même celui des portes de Tanis pour "Les dix commandements". On pouvait bien sûr utiliser des maquettes, ce qui aurait été moins coûteux, mais Spiegel, célèbre pour son perfectionnisme sans concession, entendait que soit pleinement respectée l'authenticité, quitte à risquer de rater l'unique prise de l'explosion et gâcher huit mois de travail. On devine la tension qui devait régner lors de cette scène...

 

A l'origine de ce film grandiose, un événement véridique : la construction d'un pont sur la rivière Kwaï en Thaïlande par les Japonais et surtout par leurs prisonniers. Un pont de chemin de fer stratégique entre la Birmanie et la péninsule du Siam qui sera bombardé et détruit par les alliés en 1943. Le fait militaire, qui servira de base au romancier français Pierre Boule en 1952, sera adapté à l'écran en 1957 par David Lean, séduit par le sujet, et premier succès commercial du réalisateur qui produira les années suivantes "Lawrence d'Arabie" et "Docteur Jivago", autres succès planétaires.

 

Classique parmi les classiques, cet opus s'avère être plus complexe et plus fin que la plupart des films évoquant cette triste période, car Lean s'est tout particulièrement attaché à rendre l'aspect psychologique et moral qui oppose les prisonniers et leurs geôliers, et la confrontation entre les deux colonels, l'anglais et le japonais, le premier se refusant de céder aux exigences du second et le second soucieux de réussir sa mission et prêt,  pour cela, à contrevenir aux codes et usages internationaux sur le droit des prisonniers.

 

Néanmoins, quand le colonel anglais (Alec Guinness)  s'aperçoit des effets de la détention sur ses hommes, il convainc les malades et les blessés de participer à la construction du pont, considérant que c'est  là le meilleur moyen de remettre de l'ordre chez ses subordonnés et de leur rendre leur dignité et leur fierté, d'autant qu'un détenu américain (William Holden), parvenu à s'évader,  préviendra les alliés qui enverront un commando pour détruire le pont. Ainsi  l'honneur des détenus sera-t-il sauf...


 

Le film existe aujourd'hui en DVD, dans sa version restaurée sortie en avril 2013, et mérite de figurer dans la vidéothèque des cinéphiles les plus exigeants car cette oeuvre est une grande réussite. Ne serait-ce que par le scénario admirablement structuré avec, peut-être, quelques longueurs au début mais c'est là une restriction bien mince, par la beauté des images qui nous promènent dans des paysages d'une beauté toute exotique, la jungle siamoise, enfin par l'interprétation exemplaire des acteurs avec en tête un trio fameux  : Alec Guinness, William Holden et Sessue Hayakama terrifiant mais tellement juste dans le personnage du colonel japonais. Sans oublier la musique de Malcolm Arnold qui souligne les temps forts et a trotté longtemps dans la tête de la plupart des  spectateurs. Et puis ce film dénonce les absurdités de la guerre et démontre qu'il vaut encore mieux être un bon humain qu'un parfait soldat et  que ce qui compte le plus dans une existence, ce n'est pas de perdre mais de conserver, en toutes occasions, sa dignité et son humanité. Le personnage interprété par Alec Guinness l'illustre parfaitement. Un film exceptionnel que je considère comme le chef-d'oeuvre de David Lean.

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique CINEMA AMERICAIN, cliquer sur le lien ci-dessous :


LISTE DES FILMS DU CINEMA AMERICAIN ET CANADIEN

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

LE PONT de la RIVIERE KWAI de DAVID LEAN
LE PONT de la RIVIERE KWAI de DAVID LEAN
Partager cet article
Repost0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 08:45

le-samourai-67.jpg

                                    

« Le Samouraï », film de Jean-Pierre Melville est sans doute le chef-d’œuvre du genre par sa sobriété, sa rigueur, son unité de temps, son économie de moyens et la remarquable interprétation d’Alain Delon, au sommet de son art, dont la présence magnétique donne à l’opus sa densité et son rayonnement. Aucune œuvre moins bavarde ; celle-ci ne repose que sur les éclairages, les expressions, les gestes les plus minutieux, le tempo d’une savante lenteur qui ne quitte pas un instant de vue le personnage ambigu de Jef Costello, tueur à gages solitaire et désenchanté. On comprend que le scénario ait d’emblée séduit l’acteur de 30 ans qui devait se reconnaître dans ce loup isolé qui préfère mourir à la façon du samouraï, en mettant sa mort en scène lui-même et en la provoquant, que de sombrer dans le déshonneur.

 

L'histoire est celle de ce Jef Costello qu’un clan du milieu parisien a chargé de l’exécution du patron d’une boîte de nuit huppée, ce qu'il fait dès le début du film. En sortant du bureau, où gît le cadavre de sa victime, il croise la pianiste du club, Valérie (Cathy Rosier). Malgré un alibi bien construit, il est suspecté par le commissaire  (formidable François Périer ) chargé de l'enquête qui sera dans l’obligation de le relâcher, car la pianiste de la boîte nie le reconnaître, ce qui est faux. Jef ne comprend pas pourquoi elle agit ainsi. Il se rend ensuite au point de rendez-vous convenu avec son employeur pour récupérer l'argent du contrat.

 

film-1017-4.jpg

 

Un homme blond, faisant office d'intermédiaire, s’acquitte de cette tâche en lui tirant une balle dans le cœur mais, grâce à ses bons réflexes, Jef s’en tire avec une égratignure au bras. Désormais, il va s’employer à remonter à la source et à démasquer ceux qui ont cherché à l’éliminer, tout en jouant au chat et à la souris avec la police qui guette le moindre de ses faits et gestes, le commissaire plus que jamais convaincu qu’il tient là son coupable. S'ensuit une traque dans le métro parisien et une perquisition chez la maîtresse de Jef, Jane Lagrange, que l’officier de police va tenter de déstabiliser, mais en vain. Le rôle est tenu par Nathalie Delon, alors l’épouse d’Alain, convaincante dans ce personnage courageux qui a vite fait de débusquer les intentions du policier

 

De retour chez lui, Costello découvre, grâce au comportement anormalement agité de son bouvreuil, que quelqu’un a pénétré chez lui et y a posé des écoutes. Une seconde fois, intrigué à nouveau par l’agitation de l’oiseau, il se trouve en présence d’un émissaire du clan. Par chance, il parvient à le désarmer et à lui extorquer le nom et l’adresse de son commanditaire.

 

San plus tarder, il se rend à  cette adresse et constate qu'il s'agit de l'endroit où vit la pianiste. Il y retrouve celui qu'il cherchait et le tue avant de regagner la boîte de nuit, de sortir son revolver et de le pointer sur la pianiste  au vu et au su de l’assistance. La police, qui l’attend embusquée derrière une porte, l'abat sur place avant de découvrir que son revolver n'était pas chargé.

 

 

Peu de rebondissements dans cette œuvre tirée d’un roman de Joan McLeod, mais un narratif linéaire sans flash-back, un récit concentré sur le personnage de Jef qui ne quitte pas l’écran, ne parle pas, mais jouit d’une présence grave et tragique car il se sait condamné à plus ou moins brève échéance. Delon tient  là l’un de ses plus grands rôles. Le moindre de ses gestes prend une énorme importance, ainsi la façon de mettre son chapeau, de relever le col de son imperméable, de fixer son regard sur un interlocuteur ; oui, le moindre détail prend une force et une importance incroyable. C’est tout l’art de Melville qui disait à propos de ce film : « La peinture d’un schizophrène par un paranoïaque ». On sait que lui-même était une personnalité complexe et solitaire. Le choix d’Alain Delon s’imposait ; Melville prend comme acteur son alter ego qui est dans la vie, comme il l’est lui-même, un loup solitaire, un homme sans concession ni dans sa vie, ni dans son métier. Le résultat est prodigieux. « Le Samouraï » est aujourd’hui encore une œuvre de référence, tant il est parfait dans sa composition et son déroulement, avec les éclairages gris-bleu de Henri Decaë et le chant nostalgique du bouvreuil,  symbole éloquent de l’emprisonnement intérieur.

 

 

Pour consulter l'article consacré à Jean-Pierre Melville, cliquer sur son titre :

 

JEAN-PIERRE MELVILLE OU L'OEUVRE AU NOIR

 

Et pour prendre connaissance des articles de la rubrique CINEMA FRANCAIS, cliquer sur le lien ci-dessous :


LISTE DES FILMS DU CINEMA FRANCAIS

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

LE SAMOURAI de JEAN-PIERRE MELVILLE
LE SAMOURAI de JEAN-PIERRE MELVILLE
Partager cet article
Repost0
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 10:17

BenHur2.jpg

 

Toujours à la recherche de nouvelles inspirations, Hollywood dans les années 1920 n'hésite pas à s'emparer d'un genre qui fait les beaux jours du cinématographe italien : le péplum. Et les studios vont s'en donner très vite les moyens.

 

Parler de péplum au cinéma avant la fin des années 50 constitue un anachronisme, puisque c'est à cette date seulement que le terme est apparu en France, puis en Italie et, le plus souvent, dans un sens péjoratif. Jusqu'alors, les Anglo-Saxons parlaient "d'épic film" ou de "Sword and sandals" soit " épée et sandales", péplum signifiant "tunique", lorsqu'il s'agit des productions les plus kitsch du genre. Derrière ces termes assez vagues se cachent des films où il est question de l'Antiquité que ce soit d'un point de vue historique, mythologique ou simplement imaginaire, voire même les trois à la fois. Quoi qu'il en soit, le péplum est l'un des genres les plus anciens du 7e Art. Jusqu'en 1914, Hollywood ne s'y intéressait guère, mais en découvrant "Cabiria" de Giovanni Pastrone, le public et les producteurs américains vont progressivement se familiariser avec cet univers où l'histoire biblique croise celle des esclaves révoltés et autres valeureux gladiateurs et empereurs sanguinaires.

 

10-commandements1.jpg

 

En 1923, Cecil B. DeMille et ses "Dix commandements" met définitivement le feu à la machine hollywoodienne et enlève à l'Italie le flambeau de l'épopée populaire. Sa maestria et la puissance de la production américaine, qui ne mégote pas sur les moyens, donnent des oeuvres d'une dimension impressionnante qui, avec force figurants, décors et costumes remportent un succès planétaire à l'instar de "Le Roi des Rois" (1927) qui raconte la vie de Jésus, "Le signe de la Croix" (1932) sur les débuts du Christianisme ou bien encore "Cléopâtre" (1934) avec Claudette Colbert dans le rôle titre.Le péplum américain fait définitivement basculer Hollywood dans l'ère des superproductions et contribue, sous l'impulsion de DeMille, à l'élaboration de son mythe. D'autres réalisateurs s'essayent au genre comme Griffith, Niblo et également Lubitsch. Ce dernier réalise en 1922 "La femme du Pharaon", un film produit par Adolph Zukor avec des exigences et des moyens proprement hollywoodiens, mais la particularité de faire entrer un peu de comédie dans l'univers sérieux et codifié du péplum.

 


45555185.jpg
 

 

Ce goût pour un genre venu d'Europe conservera sa puissance jusqu'au milieu des années 60. Régulièrement, de grands cinéastes apportent leur contribution et ce n'est pas un hasard si le premier film en CinémaScope n'est autre que "La Tunique" tourné en 1953 par Henry Koster, tandis qu'en 1954 Michael Curtiz déploie tous les charmes de ce même procédé technique pour conter "L'Egyptien", soit la vie tumultueuse d'un certain Sinouhé. L'année suivante, c'est au tour de Howard Hawks de retracer la construction de la pyramide de Chéops dans "La terre des Pharaons", sans oublier la "Cléopâtre" que Mankiewicz signe en 1963. Si le tournage demeure un véritable cauchemar, il n'en reste pas moins l'une des plus grandes réussites du genre. Citons encore "La chute de l'Empire romain" réalisé par Anthony Mann. Autrement dit, les empires romains ou égyptiens n'en finissent pas de fasciner l'empire américain. Et, c'est précisément lorsque celui-ci vacille au gré des soubresauts révolutionnaires et des guerres de libération des années 1960, que la Mecque du cinéma d'Outre-Atlantique se détache du péplum pour se consacrer davantage aux épopées du présent. Néanmoins, "Gladiator" de Ridley Scott ( 2000) et "Troie" de Wolfgang Petersen (2004) prouvent que le genre n'a pas encore éteint ses derniers feux.
 

Sources : Laurent Delmas
 

Pour prendre connaissance de la rubrique MES BILANS, cliquer sur le lien ci-dessous : 
 


LISTE DE MES BILANS CINEMATOGRAPHIQUES

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 


gladiator-haut-3871142jikly_1731.jpg

 

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 13:20
ARIANE de BILLY WILDER

Ariane (Audrey Hepburn) vit à Paris dans l'appartement de son père, Claude Chavasse (Maurice Chevalier). Ce dernier est détective privé et consacre la quasi totalité de son temps à des affaires d'adultère. Jusqu'au jour où l'un de ses clients trompés profère des menaces de mort à l'encontre de l'amant de sa femme, le richissime Flanagan (Gary Cooper). Témoin de la scène, Ariane décide de le prévenir afin d'éviter le drame. L'hôtel Ritz est le théâtre de leur rencontre et deviendra celui de la relation passionnelle qu'ils ne tarderont pas à partager.

 

Le 30 juin 1957, Ariane (Love in the Afternoon) sort sur les écrans américains. Construite comme un hommage à Ernst Lubitsch, cette comédie marque une étape importante dans la carrière de Billy Wilder. Une étape au cours de laquelle le cinéaste se sépare de son compère Charles Brackett pour entamer une relation de près de trente ans avec I.A.L. Diamond. Mais avant d’évoquer cette collaboration fructueuse, voici un court aperçu du parcours de Billy Wilder. Natif d’une petite ville de Pologne, Wilder suit d’abord une formation de juriste qu'il abandonne rapidement pour devenir journaliste. Il se consacre ensuite à l'écriture de scénarios et travaille pour le célèbre studio allemand U.F.A. jusqu'à la prise de pouvoir du régime nazi. Wilder fuit alors son pays et, après un court séjour en France (où il réalise Mauvaise Graine en 1933 avec Danièle Darrieux), s'installe à Hollywood et vend son premier script. Son talent est rapidement reconnu, ce qui lui vaut d’être associé à Charles Brackett pour l’écriture de La huitième femme de Barbe-Bleue  (Ernst Lubitsch, 1938). Les deux hommes s'entendent à merveille, poursuivent leur collaboration et deviennent bientôt les scénaristes les mieux payés d'Hollywood. Adorés des studios et de la profession en général, ils sont nominés à trois reprises aux Oscars pour les scénarios de Ninotchka (1939), La Porte d'or (1941) et Boule de feu (1941). Toutefois, Billy Wilder fait preuve de mécontentement à l’égard du traitement accordé à ses scripts et développe rapidement des velléités de cinéaste. Toujours associé à Brackett dans les phases d’écriture, il démarre sa carrière de metteur en scène en 1942 avec Uniformes et jupons courts. Les deux artistes donnent ensuite naissance à douze films tant sur le registre de la comédie que sur celui du film noir (Assurance sur la mort, La Garçonnière). Puis vient le projet  Ariane et la rencontre avec I.A.L. Diamond : de 14 ans son cadet, Diamond est un jeune écrivain dont Wilder a apprécié le travail dans des magazines. Il est également auteur de sketchs dans lesquels sa plume acerbe fait régulièrement mouche. Définitivement séduit par ce talent, Wilder lui propose de devenir son nouveau collaborateur. Les deux hommes s’entendent immédiatement, et tandis que le cinéaste se concentre sur la dramaturgie de son récit, Diamond prend en charge les dialogues. A ses côtés, Wilder orientera son style vers la comédie douce amère et, sans jamais perdre sa causticité, peu à peu se laissera aller vers une certaine forme de romantisme. Le duo signera quelques œuvres souvent jugées irrévérencieuses mais devenues au fil des ans de véritables mètres étalon de la comédie moderne. Parmi ces œuvres, on pense notamment à Certains l’aiment chaud, La GarçonnièreEmbrasse-moi, idiot et donc... Ariane.

 

Ariane est l’adaptation d’un roman de Claude Anet (Ariane, jeune fille russe) dans lequel la jeune héroïne entretient une relation passionnelle avec un homme d’âge mûr. Ce pitch est l’occasion pour Wilder et Diamond de dresser un portrait au vitriol du mâle américain et de dénoncer l’aliénation de l’individu dans la société moderne. Ici, l’individu en question n’est autre qu’Ariane, à la fois soumise à l’autorité paternelle et à celle de son amant. Afin de se défaire de cette double emprise, elle utilisera le mensonge, jouera sur les apparences et devra faire preuve de beaucoup de malice. La voir ainsi manipuler Flanagan, ce riche industriel blasé des histoires d’amour, est un véritable plaisir pour le spectateur. Peu à peu, le récit montre comment les rôles s’inversent (la jeune innocente devient manipulatrice, tandis que le vieux séducteur retrouve des émotions d’adolescent) jusqu’à trouver un équilibre qui les verra finalement se dévoiler avec franchise. Doté d’un charme de tous les instants, ce scénario diffuse un discours délicieusement acerbe et ponctué de dialogues absolument exquis. Citons par exemple Monsieur Chavasse, révélant une nouvelle affaire à sa fille : « A client from Brussels. His wife ran away to Paris with the chauffeur. I have to find them ; the husband wants his car back. » Ou encore la fameuse introduction du film pendant laquelle le narrateur explique : « In Paris people eat better, and in Paris people make love, well, perhaps not better, but certainly more often. » Enfin, terminons par cette petite pique de Wilder à l’encontre des Américains lorsqu’Ariane les décrit à son ami : « They're very odd people, you know. When they're young, they have their teeth straightened, their tonsils taken out and gallons of vitamins pumped into them. Something happens to their insides ! They become immunized, mechanized, air-conditioned and hydromatic. I'm not even sure whether he has a heart. »

 

Mais dramaturgie et dialogues ne suffisent évidemment pas à expliquer le charme envoûtant d’Ariane. Un film qui, tel d’un bon vin, se bonifie au fur à mesure des dégustations. Car pour l’apprécier pleinement, il faut procéder à l'instar de son héroïne avec son amant : après une première rencontre pleine de charme, il est conseillé de répéter l'expérience. Une première fois, une deuxième, une troisième puis encore et encore jusqu'à tomber éperdument amoureux de cette œuvre intelligente et aux multiples facettes. Nul doute que certains critiques de l’époque n’ont pas pris ce temps et ont rédigé leurs papiers assassins à l’emporte-pièce.

 

Avec Ariane, Billy Wilder fait pourtant preuve d'ambition et de maîtrise en adoptant un style marqué par les années 30/40, un style proche de celui d'Ernst Lubitsch. Il choisit notamment de tourner en noir et blanc et s'attache les services de William C. Mellor, directeur photo couronné d'un Oscar en 1952 pour Une place au soleil (George Stevens). Le regard empreint de douceur qu’il pose sur les décors imaginés par Alexandre Trauner, combiné à la simplicité des mouvements d’appareil de Wilder, concourent à donner au spectateur l’impression d’un film tourné en plein âge d’or.

Mais l’hommage à Lubitsch ne se limite pas à une mise en image nostalgique de cette période faste. Il instille dans son écriture et sa mise en scène un comique de répétition parfaitement orchestré : dans l'hôtel, Flanagan reçoit régulièrement ses conquêtes selon un protocole réglé au millimètre. Et si les situations se répètent, elles ne provoquent jamais le moindre ennui car toujours rythmées par des gags récurrents et souvent hilarants. Citons, par exemple, ceux provoqués par ce petit chien sans cesse puni pour des bêtises qu’il n’a pas commises ou encore les allers et venues d'un orchestre de Gitans muets. Cet orchestre dont tous les amoureux d’Ariane se souviennent avec nostalgie, donne au film un ton résolument musical et marqué par quelques belles compositions. Comment ne pas évoquer l’excellente utilisation de Fascination, thème amoureux devenu depuis un véritable standard. Une mélodie simple et entraînante dont le spectateur a bien du mal à se détacher après la projection...

 

Continuons, car la filiation entre Ariane et les films de Lubitsch ne s'arrête pas là ! En choisissant Gary Cooper pour interpréter Flanagan, Billy Wilder fait un pas de plus vers le cinéma de son mentor. Néanmoins, rappelons que Cooper n'était pas le premier choix de Wilder. Le cinéaste rêvait depuis longtemps de diriger Cary Grant. Il lui avait notamment proposé le premier rôle de Sabrina que Grant avait refusé au profit de Bogart. Tenace, Wilder revient donc à la charge pour Ariane et lui offre d’interpréter Flanagan. Dans un premier temps, Grant accepte mais lorsqu'il apprend qu'il devra donner la réplique à Audrey Hepburn, il abandonne le projet. La différence d'âge lui paraît trop exagérée, il ne croit pas à cette histoire d'amour. Wilder accuse le coup et se tourne vers Yul Brynner. C'est à nouveau un refus et vient alors l'idée de Cooper : âgé de 56 ans, Cooper est l'incarnation même du mâle américain des années 30/40. Et de surcroit, il est l'acteur "lubitschien" par excellence ! Dans Ariane, il incarne un riche industriel. Séducteur de tous les instants, son personnage évoque celui de Linus Larrabee (Humphrey Bogart) dans Sabrina. Mais il fait également référence au héros de La huitaine femme de Barbe-Bleue. Sous l'œil de Wilder, Cooper endosse le rôle d'un séducteur pris à son propre piège. On le voit aux bras de nombreuses jeunes femmes, les journaux ne cessent de relater ses aventures amoureuses jusqu’à sa rencontre avec Ariane. Pour donner corps à ce rôle, Gary Cooper use de son charme légendaire et impose une sorte de force tranquille. Certains critiques reprocheront sa présence en tête d’affiche, le jugeant trop âgé et non crédible dans son rôle de tombeur. Mais il paraît bien mesquin de réduire la critique d’un film à un tel argument. Comme le montre le récit, l'histoire d'Ariane et sa passion pour les potins mondains ont forgé en elle une fascination pour des personnalités comme celle de Flanagan. Dès lors, il n'est guère surprenant de la voir tomber dans les bras de cet Américain au regard ravageur et bâti comme un cow-boy !

 

Aux côtés de Gary Cooper, Billy Wilder offre le rôle de Monsieur Chavasse à Maurice Chevalier. Ici encore, il est évident qu'un tel choix n'est pas uniquement le fruit d'une réflexion sur les qualités d'acteur de Chevalier ! Digne représentant de Lubitsch, qui l'a dirigé dans Parade d'amour (1929) ou La Veuve joyeuse (1934), le comédien était l'archétype même du "French Lover". Devant la caméra de Wilder, il incarne le père d'Ariane : un homme affable, doux et malin, qui donne son tempo au film. Narrateur, il est celui dont la voix introduit le récit. Sur ce point, il est d'ailleurs amusant de comparer Ariane avec Gigi. Tourné un an plus tard, le film de Minnelli démarre exactement comme Ariane. Au cours d'un long monologue, Maurice Chevalier évoque Paris et ceux qui s'aiment avec le charme désuet de son accent français. Difficile de dire si Vincente Minnelli s'est inspiré de la mise en scène de Wilder mais l'analogie est  frappante...

 

Enfin le triangle des personnages ne saurait être complet sans la présence d'Audrey Hepburn. Habillée par Givenchy, elle promène sa silhouette légendaire sous le regard amusé de Billy Wilder. Totalement sous son charme, le cinéaste semble avoir façonné son film comme un écrin pour l'y accueillir. Peu de temps après le tournage, Wilder jouera au prophète en affirmant : «Le culte du néné a envahi le pays. Audrey Hepburn peut d'un revers de main envoyer les grosses poitrines au grenier. Plus jamais un réalisateur ne devra inventer des plans où la fille se penche en avant pour prendre un scotch ou un soda. » Si la déclaration est jolie, rappelons tout de même que, deux ans plus tard, Wilder retournera au "grenier" pour y retrouver Marylin Monroe avec qui il tournera Certains l'aiment chaud !

 

Audrey Hepburn, Gary Cooper et Maurice Chevalier forment donc le trio d'Ariane. Trois comédiens qui, sous l'œil acéré de Wilder, donnent vie à un scénario cousu main. Avec ce film, Billy Wilder réalise certainement son œuvre la plus "lubitschienne". Une manière pour lui de rendre hommage à son mentor tout en offrant à son public une comédie à la fois douce et impertinente avec des acteurs inoubliables.

Pour prendre connaissance des articles de la rubrique CINEMA AMERICAIN et CANADIEN, cliquer sur le lien ci-dessous :
 

LISTE DES FILMS DU CINEMA AMERICAIN ET CANADIEN

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 09:25
POUR UNE POIGNEE DE DOLLARS de SERGIO LEONE

Joe (Clint Eastwood), un tireur d'élite, arrive dans une bourgade mexicaine proche de la frontière : San Miguel. Deux bandes rivales, les Baxter et les Rodos, se disputent le contrôle de la région. Joe, qui assiste à un massacre de soldats mexicains par les Rodos, décide de tirer profit de la situation pour gagner quelques dollars. Il incite les bandits à se battre entre eux dans l'espoir de récupérer l'or que détient Ramon, le chef des Rodos. Un premier affrontement entre les bandits élimine une bonne partie des Baxter. Joe se charge de tuer lui-même les Rodos survivants. Une opération d'autant plus facile à imaginer que Joe a découvert le point faible du plus farouche des fils Rodos, son amour pour Marisol (Marianne Koch), une belle Mexicaine. Judicieux mélange de violence et de baroque, ce film nous révèle un Clint Eastwood admirable dans son rôle de perturbateur, anti-héros jouant du colt avec maestria et crevant l’écran littéralement. Et puis il y a la musique enivrante d’Ennio Morricone, une imagerie grandiose et les mélanges audacieux propres à Sergio Leone.  « Pour une poignée de dollars annonce déjà ses œuvres futures par leur style qui unit avec virtuosité la verve et l’outrance, l’ambiguïté des héros qui ne reculent devant rien pour imposer leur loi. Du grand art.

 

 Pour consulter la liste des articles de la rubrique CINEMA EUROPEEN, cliquer sur le lien ci-dessous :
 

LISTE DES FILMS DU CINEMA EUROPEEN & MEDITERRANEEN

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

POUR UNE POIGNEE DE DOLLARS de SERGIO LEONE
POUR UNE POIGNEE DE DOLLARS de SERGIO LEONE
Partager cet article
Repost0
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 08:32

vestiges-du-jour

 

Un Américain, Lewis, vient d'acheter la riche et vaste demeure de Darlington Hall. A peine installé, il prie James Stevens (Anthony Hopkins), majordome dans la maison depuis plus de trente ans, de prendre des vacances bien méritées. Stevens décide d'en profiter pour rendre visite à madame Benn (Emma Thompson), qu'il connut et aima sans jamais le lui avouer, lorsqu'elle n'était encore que miss Sarah Kenton et oeuvrait comme gouvernante à Darlington Hall. Pendant le trajet, le vieux majordome se souvient. Il revoit son maître, lord Darlington, un inépuisable partisan du rapprochement entre l'Allemagne nazie et l'Angleterre, éprouvant encore l'espèce de fidélité qui le liait à cet homme controversé...mais se demandant si l’exercice de son devoir ne l’a pas fait passer à côté de l’essentiel : l’amour.


les-vestiges-du-jour-1993-6660-7205899.jpg

 

Admirable réflexion sur l’exercice du devoir porté à son paroxysme, le film de James Ivory, inspiré du roman de Kazuo Ishiguro, est une réflexion approfondie sur la domesticité envisagée comme une caste à part entière, peut-être plus noble que les nobles, un groupe social qui obéit à un code de l’honneur implacable. James Stevens, interprété par Anthony Hopkins dont c’est certainement le plus grand rôle, inoubliable dans ce personnage corseté par son souci constant de la perfection, va ainsi tout sacrifier à son emploi, délaisser son père mourant et laisser la femme qu’il aime, Sarah Kenton magnifiquement campée par la merveilleuse Emma Thompson, en épouser un autre. Quand ils se revoient à la suite de ce congé providentiel, il est trop tard, la vie a passé et Stevens ne récolte plus que les fruits amers d’une fierté qui l’a rendue plus rigide encore que son maître.

 

Filmé d’une caméra sobre et scrupuleuse, cet opus est un chef-d’œuvre de par la densité du sujet où l’on assiste à l’application pointilleuse d’un service domestique qui se veut hors de toute comparaison et s’emploie à exercer  sa mission à son degré ultime d’excellence, cela au prix de toute autre considération. La dignité de James Stevens est à la fois émouvante et tragique, tant il met de rigueur à évacuer de sa vie, ne serait-ce que l'ombre d'un sentiment qui risquerait de le détourner de son but. Quant à  Sarah Kenton, gouvernante irréprochable que Stevens admire pour sa probité professionnelle, elle saura quitter son emploi pour vivre une existence plus en phase avec les réalités du cœur. Le film doit beaucoup aux deux interprètes Emma Thompson et Anthony Hopkins qui portent leurs personnages jusqu’à l’incandescence, servis par un scénario parfaitement maîtrisé et des dialogues justes et économes. Magnifique.

 

Pour consulter l'article que j'ai consacré à James Ivory, cliquer sur son titre :

 

JAMES IVORY OU GRANDEUR ET DECADENCE DES CIVILISATIONS

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 


vestiges-du-jour-1993-05-g.jpg

 

LES VESTIGES DU JOUR de JAMES IVORY
Partager cet article
Repost0
19 août 2013 1 19 /08 /août /2013 08:44

300px-PaleRiderCover.jpg        

 

En Californie, à l'époque de la ruée vers l'or, Lahood Corporation, puissante société d'orpailleurs entend contrôler la ville et ses habitants. Coy Lahood est fermement décidé à expulser les quelques mineurs isolés qui tentent de lui résister et à s'approprier leurs terres. Pour Hull Barret, sa fiancée et la fille de cette dernière, une ravissante adolescente, la situation devient chaque jour plus difficile. Surgit, alors que leur camp vient d'être sauvagement attaqué par les hommes de Lahood, un mystérieux cavalier solitaire.

 

palerider1.jpg

 

Il semble sortir de nulle part et se dit Pasteur. Eastwood reprend ici le thème déjà traité dans L'homme des hautes plaines avec un côté biblique qui fait entrer un peu de surnaturel dans un western où la violence reste très présente. Tout y est : la musique d'ambiance, les paysages âpres et sauvages, la petite ville écrasée de poussière et de chaleur, les gueules patibulaires, la jeune fille exaltée et, enfin, le cavalier mystérieux qui entend rétablir l'ordre au prix d'une violence toute biblique.

 

Une action assez lente, des acteurs parfaitement bien ciblés et une interprétation impériale d'un Clint Eastwood, qui semble prolonger le personnage qu'il campait autrefois dans les films de Sergio Leone, font de cet opus une réalisation sobre et convaincante. Le rôle de la jeune fille amoureuse du bel inconnu est quelque peu superflu et aurait pu être évité, tant le film vaut par la rigueur des scènes où s'affrontent, sans concession et avec une sauvagerie inouïe, l'homme chargé de rétablir la justice à n'importe quel prix et ces cavaliers de l'apocalypse uniformisés comme les forces du mal sortant de l'enfer du profit malhonnête et se livrant à une lutte sans merci. Une scène d'une froideur implacable qui donne au film sa force et prouve l'indéniable talent de Clint à traiter un scénario sous forme de parabole.  


 

Pour consulter l'article consacré à Clint Eastwood, cliquer sur le lien ci-dessous :


CLINT EASTWOOD - PORTRAIT
 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL


pale-rider-1985-08-g.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 09:51

7762776712_pour-une-femme-le-nouveau-film-de-diane-kurys-so.jpg

                                               

Le film commence par la découverte d'une photo jaunie que  deux sœurs exhument d’une boîte à souvenirs à la mort de leur mère (Mélanie Thierry). Sur le cliché figure un oncle mystérieux qui va bientôt amener Anne (Sylvie Testud) à s'interroger sur la véritable identité de son père (Benoît Magimel). Est-ce celui adoré, qui fut un petit patron sans éclat, ou bien cet aventurier héroïque (Nicolas Duvauchelle), tueur de nazis, qui vécut un temps avec ses parents avant de se brouiller avec eux pour d'obscures raisons ? Anne va dès lors enquêter en revenant à Lyon où elle a passé une partie de son enfance, de même que Diane y vécut sa jeunesse. Aussi, cette dernière brouille-t-elle volontairement les pistes afin de mélanger fiction et autobiographie. Le résultat ? Une autofiction brodée autour de l'histoire familiale qui alterne flash-back et retours au présent, tout en couvrant plus de quarante ans de vie politique. Situé en 1947, au moment où le parti communiste compte le plus de partisans, Pour une femme se conclut dans les années 80 avec l'avènement de François Mitterrand.

 

pour-une-femme-diane-kurys.jpg

 

La première scène ouvre cette remontée du temps qu’Anne va entreprendre afin de connaître la vérité sur sa naissance. Cette photo de sa mère avec sa sœur et un étranger  sera le déclic qui va non seulement éveiller sa curiosité mais ouvrir la piste qui lui révélera, au fil de ses découvertes, ce secret familial : l’amour éperdu de sa mère pour son beau-frère Jean avec qui elle ne connaîtra qu’une rapide étreinte alors que celui-ci s’apprête à quitter la France pour toujours. Ce maillage romanesque donne au film sa résonance sensible, mais l’intérêt de celui-ci réside principalement dans la reconstitution des années d’après-guerre marquées par l’importance croissante du parti communiste au cœur de la vie politique.

 

Les acteurs sont tous très convaincants, rôles principaux et secondaires à égalité. Les silhouettes se détachent bien, la reconstitution de l’époque replonge dans une ville de Lyon des années 50 avec ses quartiers populaires, ses fêtes, ses boutiques, le début du confort domestique et le charme désuet des intérieurs ou de la mode féminine. Léna, la mère d’Anne, est interprétée par une Mélanie Thierry délicieuse de fraîcheur et de naturel qui éclaire ce film par sa grâce face aux deux hommes de sa vie, Michel, celui qui l’a sauvée du camp de la mort en Allemagne en la faisant passer pour sa fiancée et qui l'épousera ensuite, et Jean, le beau-frère, qu’elle aime en secret parce qu’il représente l’aventure, une forme de justice implacable pour ces juifs émigrés qui ont tant soufferts. N'oublions pas Sylvie Testud qui est une Anne toute en finesse, aux prises avec un passé qui ne cesse de l'habiter. Un seul bémol pour une fin un peu longuette où Magimel peine à nous convaincre du passage des ans, mais c'est là une faiblesse qui ne nuit pas vraiment à l'ensemble. Diane Kurys, avec ce nouvel opus, nous offre une reconstitution passionnante et prouve qu’elle tient désormais une place importante dans l’univers du 7e Art après "Diabolo menthe" et "Coup de foudre".

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique CINEMA FRANCAIS, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

LISTE DES FILMS DU CINEMA FRANCAIS

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

web-puf-lena-madeleine.jpg

85727022.jpg

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche