Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 09:09

le-passe-past-poster.jpg

                      

 

Après quatre années de séparation, Ahmad arrive à Paris depuis Téhéran, à la demande de Marie, son épouse française, pour procéder aux formalités de leur divorce. Lors de ce séjour, Ahmad découvre la relation conflictuelle que Marie entretient avec sa fille Lucie. De même qu'il apprend qu'elle vit avec un autre homme et désire se remarier, certaine, après trois expériences malheureuses, qu'elle fait enfin le bon choix. Replongé dans les conditions de vie qui furent les siennes autrefois, Ahmad, dans le souci de concilier l'inconciliable, va tenter de jouer les sages, tout en provoquant les confidences dont il s'aperçoit à quel point elles le font souffrir. Cela, au coeur d'un drame psychologique dont les enfants sont les principales victimes. D'autant que les efforts d'Ahmad lèveront le voile sur un lourd secret du passé.

 

En effet, la difficulté d'expulser du présent un passé trop lourd sur le plan affectif procure à ce film, comme aux précédents, sa densité humaine, sa dramaturgie et cette lenteur qui correspond au cheminement de la douleur, parfois compulsive, parfois culpabilisante, où chacun des personnages s'isole au milieu d'innombrables non-dits. Selon son habitude, Farhadi maîtrise parfaitement son récit, de même que sa direction d'acteurs qui sont d'une justesse bouleversante et, particulièrement, les enfants dont le jeu intériorisé et intense m'a émerveillée. Le scénario, aux développements multiples, offre à chacun d'eux la possibilité de donner la pleine mesure de la complexité des sentiments et de justifier l'interrogation permanente que suscite le thème de cette longue et irréversible déconstruction. Néanmoins, la dernière scène ouvre une lueur d'espérance. Entre un revenant interprété par Ali Mosaffa (Ahmad)  et une éternelle absente, la femme de Samir (Tahar Rahim ), le nouvel amour de Marie qui a tenté de se suicider et est désormais plongée dans le coma, le jeu des influences, les troubles de comportement, les interrogations déchirantes ne cessent pas de créer une atmosphère angoissante et un écheveau de probabilités qui tiennent le spectateur en haleine et en inquiétude. Car sans doute est-ce cette inquiétude ou cette incertitude qui est la plus prégnante, celle où le metteur en scène, expert en la matière, se plaît à nous immerger, sans doute pour mieux nous démontrer que si elle déconstruit, elle reconstruit aussi et appelle la bienveillance et le pardon.

 

 

le-passe-2.jpg

 

Les acteurs, remarquablement dirigés, sont parfaits : Bérénice Béjo, dans son rôle de femme partagée entre ses amours  - présent et passé - fiévreuse, ombrageuse, enceinte et ne souhaitant plus que se propulser dans l'avenir, est très convaincante, face à ses deux amours, l'ancien et le nouveau, tous deux portés à l'incandescence par le jeu subtil de Ali Mosaffa et de Tahar Rahim. Enfin les enfants sont profondément émouvants, victimes d'une actualité qui les dépasse et les meurtrit, chacun posant des questions sans réponse et cependant les seules vraies.

 

4-e-toiles

 

Pour consulter les articles de la rubrique CINEMA FRANCAIS, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

 
 
Et pour lire la critique du film "LA SEPARATION" du même cinéaste, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

 

LE PASSE de ASGHAR FARHADI

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE - dans CINEMA EUROPEEN & MEDITERRANEEN
commenter cet article

commentaires

niki 21/05/2014 17:29

voilà un film auquel je n'ai pas du tout accroché, je l'ai trouvé assez artificiel

Selenie 02/07/2013 13:14

Un film sublime, maitrisé, subtil et intelligent. On frôle le chef d'oeuvre... 3/4

niki 29/06/2013 13:29

accompagnant une amie qui n'avait pas envie d'aller au cinéma seule, je dois dire que je ne m'attendais pas à être très enthousiasmée et la vision du ilm m'a confirmé ce que je redoutais = je n'ai
malheureusement pas accroché à cette histoire malgré l'interprétation

Thérèse 27/06/2013 20:37

J'ai trouvé le film un peu long, assez dur mais de grande qualité sur le plan psychologique, très fouillé et admirablement interprété.

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche