Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 10:29

PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1)    

 

Au soir de sa vie, une vieille dame raconte à sa fille l'histoire qu'elle a cachée à tous. Dans les années 50, après une étreinte hâtive sous les étoiles avec un joli garçon, elle s'est retrouvée enceinte. Chassée du domicile familial  par ses parents, elle a été placée dans une institution religieuse où elle a donné naissance à un fils Anthony qui restera auprès d'elle dans le couvent où la jeune femme est employée comme lingère, jusqu'à l'âge de trois ans. Mais, bientôt, l'enfant lui est retiré car, adopté comme beaucoup d'autres  par des Américains aisés, et emmené vers une destination que l'on se refusera toujours à lui communiquer. Alors que tout espoir de retrouver Anthony est définitivement perdu, Philomena croise la route d'un journaliste désabusé par la politique, un certain Martin Sixsmith ( Steve Coogan ) qui, après bien des tergiversations, accepte de mener l'enquête avec elle, supposant qu'au final cet article "people" risque de redorer son blason.

 

philomena-philomena-08-01-2014-3-g.jpg

 

Dès la conception du film, les scénaristes Steve Coogan et Jeff Pope ont choisi de changer l'optique du livre-témoignage de Martin Sixsmith " The lost child of Philomena Lee" dont le scénario est tiré, afin de faire de la relation entre la vieille dame et le journaliste le centre de l'histoire. Le couple, à l'écran, fonctionne parfaitement, nous donnant deux versions de l'existence totalement opposées mais fort bien senties, tant il y a d'humanité entre ces personnages différents par l'âge et la mentalité, mais habités l'un et l'autre par une absolue sincérité. 

D'une grande finesse, le scénario va de découverte en découverte et traite les enjeux sans tomber dans la polémique ou l'hostilité. Traité en demi-teinte, il  surfe sur l'antagonisme des caractères, en conservant la mesure et en prenant sans cesse de la hauteur. Finalement, ce sera Philomena, par sa sagesse et sa tolérance, qui saura donner à l'histoire sa philosophie constructive, ce que Judi Dench excelle à faire grâce à son jeu subtil. Elle prête à Philomena une bouleversante densité humaine et nous émeut profondément en optant pour une grande sobriété d'interprétation. C'est là où l'on juge une actrice. Un regard, un sourire suffisent à traduire l'essentiel. Face à elle, Steve Coogan, également scénariste, se révèle convaincant. 

 


philomena-3_4658866.jpg


L'intérêt de l'opus réside en cette double vision des choses : chez Philomena, une incitation constante à voir au-delà des apparences en se gardant de juger et de condamner ; chez Martin, le journaliste, ce sera le contraire, la mansuétude et la bienveillance n'existant pas, la vie est un combat qu'il faut tenter de remporter à n'importe quel prix, sans s'embarrasser de scrupules. Le regard qu'il porte sur le monde est manichéen, à l'opposé de celui de Philomena, ce qui fait de lui un homme amer et désenchanté, alors qu'une joie profonde et simple habite la vieille dame. Et  cette dualité est admirablement traduite, sans lourdeur aucune, avec autant de justesse que d'intuition et d'audace et ce qu'il faut d'humour pour éviter les écueils de la sensiblerie pleurnicharde et du mélo classique. Aussi, saluons une démarche qui veille à ne sombrer ni dans les préjugés hâtifs, ni dans les jugements arbitraires et a, entre autre privilège, celui d'être bien orchestré, bien ficelé et bien joué ; de même qu'il faut se réjouir de cette savoureuse et intelligente leçon de vie que nous propose Stephen Frears, à nouveau bien inspiré. Cette leçon de vie se résume en quelques mots mais ils ont leur importance : Philomena se contente de mettre les Evangiles dans sa vie, sans chercher à imposer quoi que ce soit aux autres, ce que l'Eglise, au cours des siècles, a trop souvent oublié de faire...

 

4-e-toiles

 

Pour consulter l'article que j'ai consacré à Stephen Frears, cliquer sur son titre :
 

STEPHEN FREARS OU LA DIVERSITE DES GENRES

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

philomena_2.jpg

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE - dans CINEMA EUROPEEN & MEDITERRANEEN
commenter cet article

commentaires

Georges Gillet-Yant 26/09/2016 11:26

La présence fine et réservée de Judi Dench donne au film le ton intimiste plus subtil qui transfigure parfaitement, pour moi, le scenario de Martin Sixsmith. Excellent choix.

Sandrine 26/09/2016 11:12

Très beau film subtilement interprété par une formidable actrice. Le sujet est hélas peu glorieux mais Frears a su le traiter sans tomber dans les clichés et les jugements à l'emporte-pièce.

laurent 11/04/2015 10:21

économie de moyens, subtulité de l' interprétation, frears ne cherche pas à etre plus intelligent que le sujet, il est définitivement un grand conteur qui ne se prend pas pour un auteur.
la bonne surprise de l' année dernière

dasola 24/01/2014 11:56

Bonjour Armelle, film très émouvant: Philomena jeune avec son petit garçon: j'ai craqué. Stephen Frears arrive à ne pas tomber dans le mélo larmoyant: grâce lui en soit rendu. Bonne journée.

Pâques 19/01/2014 19:51

C'est un film que j'ai hâte de découvrir !
J'ai suivi l'enseignement catholique dans les années 50 et 60 et j'ai le souvenir d'une sœur admirable, pleine de joie de vivre et sans à-priori.
Elle venait à l'école en mobylette son voile flottant derrière elle, mon père amusé et admiratif avait réalisé un superbe dessin de sœur Maria et son engin - plutôt comique :-)

armelle 19/01/2014 13:49

Oui, Edmée et Alain, un très beau film, une belle réussite loin des jugements péremptoires. Ce catholicisme-là va complètement à l'encontre des Evangiles. C'est une religion cul par-dessus tête.
Mais le christianisme a tout de même quelques admirables figures qui l'ont maintenu debout à grand peine, figures en tête desquelles je citerai François d'Assise et Vincent de Paul et les
innombrables religieux qui ont servi dans les hôpitaux, les écoles etc. Heureusement, il y a là aussi de belles âmes. Quant à Judi Dench, elle est magnifique de naturel et d'intériorité.

Georges Gillet-Yant 26/09/2016 11:34

François d'Assise est mon heros depuis l'adolescence.

Alain 19/01/2014 12:31

J'étais à peu près certain de votre critique. J'ai également trouvé ce film magnifique. Un grand courant d'amour s'en dégage. Mais d'horreur aussi. J'ai du mal à supporter, qu'il y a cinquante ans
à peine, sous couvert d'une foi qui se qualifiait de chrétienne, pareille exploitation et hypocrisie pouvaient se cacher sous ces voiles de bonnes sœurs que je ne trouve en rien respectables. Judi
Dench, le talent à l'état pur qui éclate, une fois encore, derrière les marques laissées par le temps qui passe. Je n'ai pas retenu mes larmes, et ce à plusieurs reprises. Je suis à peu près sûr
que vous comprendrez pourquoi Bon Dimanche Armelle, à bientôt. Je file à Pau pour aller voir "Mère et fils".

Edmée De Xhavée 19/01/2014 11:44

J'aime Judy Dench sans conditions... et ce scenario doit lui aller parfaitement. J'y vais d'ailleurs cet après-midi...

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche