Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 août 2019 3 28 /08 /août /2019 08:31
Late  Night de Nisha Ganatra

Une célèbre présentatrice de « late show », en fin de carrière, est contrainte d’embaucher une femme d’origine indienne, Molly, au sein de son équipe d’auteurs. Ces deux femmes que tout oppose, leur culture et leur génération, vont faire des étincelles et revitaliser l’émission qui ne cesse de perdre de l’audience depuis plusieurs années. Manque d’inspiration, manque de discernement, la brillante présentatrice de ce talk show journalier, Katherine Neuwbury, ne cesse de passer à côté de l’essentiel, le sens de l’humain. C’est justement ce sens de l’humain que la fraîche jeune femme va lui apporter, contribuant ainsi à sauver sa carrière.

 

Car, on ne peut pas faire pire comme égocentrisme que cette présentatrice vedette interprétée avec humour et brio par une Emma Thompson au top de sa séduction et de son talent. Elle crève tout simplement l’écran par son naturel et son élégance, bien que son personnage n’ait rien de sympathique avec son moi surdimensionné et son mépris à l’égard de ses collaborateurs qu’elle met à la porte du jour au lendemain et désigne par un numéro, ce qui prouve son mépris d’autrui. Mais qu’à cela ne tienne, le personnage éclate de vitalité et nous ouvre une page inattendue sur les coulisses de la télévision américaine dans le bas de gamme le plus consternant.

 

Ainsi  Late Night est-il un formidable pamphlet contre l’univers cruel du petit écran. La réalisatrice connaît bien le milieu. Elle a acquis la légitimité pour raconter les coups bas et la terrible discrimination qui règne entre les collaborateurs quand il s’agit de produire des séries. La jeune Molly, pourtant sans expérience, parvient par le plus grand des hasards à entrer dans cet univers réservé à une élite, de préférence blanche et influente. Le fait que Nisha Ganatra ait choisi une femme pour incarner ce rôle de patronne de télévision, est particulièrement judicieux. Le film peut ainsi dénoncer la discrimination sexuelle et raciale qui règne dans ce monde feutré, cruel et réservé à quelques favoris new-yorkais. Mais Late Night n’est pas qu’un film politique. On rit. On est même ému par le destin de ces deux femmes à l’opposé l’une de l’autre mais fatalement complémentaires, Katherine et Molly. Le récit fonctionne bien et les comédiens s’immergent avec naturel dans cette histoire haute en couleur, menée d’une caméra vive et implacable sur les dérives d’un monde sans idéal, au ras d’une réalité sans espérance. C’est sans doute la vitalité de la mise en scène et les remarquables interprétations d’Emma Thomson et de la jeune et talentueuse Mindy Kaling qui procurent à ce film ce dynamisme et cette intrusion colorée dans un monde qui vit en permanence sur un volcan. Late Night est une agréable bonne surprise car l’opus est judicieusement construit. Bien sûr, il ne s’agit pas du chef-d’œuvre de l’année. Pour autant, le film a d’indéniables qualités : il plonge dans la réalité d’aujourd’hui sans la dénaturer mais sans l’avantager ou la magnifier. C’est donc son réalisme vigoureux  qui fait mouche et séduit le public.

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique CINEMA AMERICAIN, cliquer  ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Late  Night de Nisha Ganatra
Late  Night de Nisha Ganatra

Partager cet article

Repost0
5 février 2019 2 05 /02 /février /2019 10:21
La mule de Clint Eastwood

 

À plus de 80 ans, Earl Stone est aux abois. Il est non seulement fauché et seul, mais son entreprise d’horticulture  risque d’être saisie. Il accepte alors un boulot qui – en apparence – ne lui demande que de faire le chauffeur. Sauf que, sans le savoir, il s’est engagé à être passeur de drogue pour un cartel mexicain. Extrêmement performant, il transporte des cargaisons de plus en plus importantes. Ce qui pousse les chefs du cartel, toujours méfiants, à lui imposer un "supérieur" chargé de le surveiller. Mais ils ne sont pas les seuls à s’intéresser à lui : l’agent de la DEA Colin Bates est plus qu’intrigué par cette nouvelle "mule". Entre la police, les hommes de main du cartel et les fantômes du passé menaçant de le rattraper, Earl est désormais lancé dans une vertigineuse course contre la montre...

 

Ce scénario est signé Nick Schenk, déjà à l’œuvre dans « Gran Torino », et cela se ressent car il est bien ficelé, bien rythmé, et ne laisse aucun détail au hasard, assurant à l'opus une grande unité, celle de l'existence d’un homme à la fin de son parcours, affecté par l’éloignement de sa famille dont il n’a pas su être assez proche, tout particulièrement sa fille, qui sort d’une fête de famille lorsqu’il y entre, et dont Clint a chargé sa propre fille d’assumer le rôle. Mais c’est probablement la thématique du temps qui passe, de la vieillesse désormais bien présente, de la fragilité de la vie, qui touche le spectateur et donne à ce film, peut-être l’ultime de Eastwood, sa tonalité testamentaire, sa tendresse voilée et son humour toujours bien présent.

 

Et ce qui séduit également dans « La Mule » est le style si reconnaissable du réalisateur, ce mélange subtil de dérision et d’émotion, cette sensibilité à fleur d’image qui frappait tellement dans « Sur la route de Madison » ou dans « Million Dollar Baby », et la solitude qui étreint chacun de nous dans les moments décisifs de nos vies.  Ainsi retrouve-t-on,  dans chacun de ses opus,  cette gravité devant les faits et ce souci de précision face aux détails infimes qui ont charge de l’illustrer. Il y a là un bel équilibre entre action, tension, drame et humour. De même, que me semble remarquable, la manière dont l’acteur-réalisateur sait  être présent dans une suite de situations diverses, tout en assurant  une unité de sensibilité qui est toujours admirablement dosée. Avec « La Mule », Clint signe l’une de ses œuvres les plus accomplies et termine sa carrière devant et derrière la caméra sur un film et un rôle puissants, sans jamais être pesants. Sachant saisir l'instant, il implique ses personnages dans une réalité vigoureuse et nous propose une vision élargie de l’existence. Enfin, il tend vers une véritable rédemption et, en horticulteur qu’il a été, s'attache à poursuivre la culture des simples beautés de la vie, faisant vibrer ainsi la touche la plus sensible des spectateurs. Film témoignage mais probablement film testament.

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique CINEMA AMERICAIN, cliquer  ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL
 

 

La mule de Clint Eastwood
La mule de Clint Eastwood

Partager cet article

Repost0
27 mars 2018 2 27 /03 /mars /2018 10:06
Blue de Keith Scholey

Blue, le nouveau film Disney Nature, est une plongée au cœur de l’Océan pour découvrir, comprendre, aimer un monde encore mystérieux et surprenant. Un monde où la nature invente des couleurs, des formes et des sons étonnants. L'Océan est unique, seuls les hommes le mettent au pluriel. Il est partout, recouvre  plus de 70% de la Terre et donne à notre maison sa couleur et son nom: la planète bleue. Dans cet environnement somptueux et fragile, les dauphins ont été choisis comme guides privilégiés afin de conter cette belle histoire de l'Océan qui est, ni plus, ni moins, celle de nos origines et de notre avenir, si, toutefois, nous lui en accordons un. Une histoire universelle qu’il est urgent de faire résonner en chacun de nous.

 

 

 

Comme les films précédents de Disney Nature, Blue a fait l’objet d’un scénario plausible mais voué à se transformer au fil du temps car avec les animaux, rien n’est joué d’avance. Le cinéaste est en permanence voué à l’improvisation. « J’ai l’expérience des fonds marins et cela n’a aucun intérêt d’écrire une histoire infaisable » - note Keith Scholey, coréalisateur anglais venu de la BBC. Il a fallu en permanence s’adapter aux conditions de tournage toujours aléatoires. Aussi le scénario a-t-il évolué selon les prises. Avec cette particularité que « tout est beaucoup plus compliqué dans l’océan parce que l’équipe doit d’abord réussir à rester en vie » - explique Keith Scholey. « Sous l’eau, les humains sont si lents et la visibilité si mauvaise qu’il faut constamment s’adapter aux circonstances. Si le dauphin que nous filmons s’en va, on ne peut pas le suivre ».

 

 

Dans le film, le personnage de Blue est en réalité incarné par plusieurs dauphins rencontrés au gré des séquences. Et une fois l’animal trouvé, rien n’est acquis. « Un dauphin qui voit un plongeur vient jouer, taper dans la caméra » - raconte Denis Lagrange. « Mais il faut des images où il ne s’occupe pas de l’objectif. Cela implique de rester longtemps, pour qu’il nous oublie, avec le risque que, tout à coup, il file. » Filmer la mer et ses habitants est donc un casse-tête. Pour Blue, les techniciens ont utilisé des jet-skis ou encore une caméra montée sur une perche et immergée sous la surface depuis un bateau. Les équipes ont posé des trépieds au fond de l’eau, pour les plans fixes, et un bras mécanique, pour des travellings. En Polynésie, Denis Lagrange plonge avec des caméras de cinéma enfermées dans des caissons étanches, construits sur mesure par une entreprise suisse. Un câble permet de faire la mise au point de l’image à distance : un deuxième plongeur, équipé d’un écran, s’en charge ou un assistant resté sur le bateau.  En revanche, pas d’inquiétude pour le son, il sera ajouté ensuite en post-production. Plutôt que des bouteilles, les techniciens utilisent des « recycleurs », qui permettent de plonger plusieurs heures et de ne pas rejeter de bulles, perçues comme une menace par la faune marine. Pour repérer les baleines, Denis Lagrange a compté sur ses amis installés à Tahiti et Moorea. Ils le préviennent quand ils en aperçoivent dans le lagon. Une fois sur place, il faut prendre des précautions. Un nageur avec un masque et un tuba va d’abord vérifier qu’elles sont calmes. Dans ce cas, Denis plonge avec sa caméra pour s’approcher au plus près de ces mastodontes gros comme des bus. Moins il y a d’eau entre l’objectif et la baleine, plus l’image est nette. Quant aux requins, ils ont été filmés près de l’atoll de Fakarava, à 300 kilomètres de Tahiti. Des centaines de requins gris chassent la nuit dans ce récif coralien, saturant l’eau de leurs corps massifs.
 


 

Voilà comment, après des mois de travail, s’est élaboré ce documentaire qui rend grâce à la beauté des profondeurs, aux océans que l’homme met en permanence en danger, univers d’une beauté et d’une intensité de vie stupéfiant. Le message n’a certes pas la force de celui d’ « Océans » qui, il y a quelques années, avait mis le doigt sur les monstruosités perpétrées avec une inconscience coupable et qui, d’ici une quarantaine d’années, auront pratiquement anéanti un tiers de la vie sous-marine, désastre écologique  irréversible. Ce film est une immersion dans un monde en voie de disparition avancée dont la beauté, la puissance, la diversité, la splendeur rendent d’autant plus tragiques les inconséquences de l’homme et tentent de lui faire prendre conscience de ce qu’il est en train de sacrifier, cela malgré un texte un peu faible à mon goût, étant donné la gravité  des faits.

 

Bien que ce narratif soit un peu faible, ne ratez pas le documentaire et la plongée dans ces eaux matricielles et initiatrices, là où la vie est sans doute la plus imaginative et la plus féconde, étant donné les couleurs, les formes, les comportements de cette multitude de vivants. Le spectacle ravit  les yeux et donne à méditer sur nos comportements de prédateurs aveugles, insoucieux et imprévoyants qui ne semblent pas avoir  pris la mesure ... du désastre programmé.

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique CINEMA AMERICAIN, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL
 

Blue de Keith Scholey
Blue de Keith Scholey

Partager cet article

Repost0
5 mars 2018 1 05 /03 /mars /2018 10:54
Lady Bird de Greta Gerwig

Sur les affiches françaises de Lady Bird, on peut lire que le film est nommé à l’Oscar du meilleur réalisateur. C’est pourtant bien une femme qui a dirigé ce portrait d’ado sensible et rebelle, incarnée par Saoirse Ronan. Greta Gerwig, 34 ans, icône du jeune cinéma indépendant américain a, pour ses débuts derrière la caméra, rejoint d’emblée le club très fermé des rares femmes à accéder à une reconnaissance immédiate grâce à un film personnel, à la fois drôle, fantasque et touchant.

 

Si Lady Bird a fait l’unanimité de la critique, il n’a rien glané aux Oscars 2018 mais qu’importe ! ce long métrage bien maîtrisé révèle une jeune metteur en scène qui sait traiter les sujets difficiles d’une caméra légère et néanmoins très sure.  Mais également parce que Greta Gerwig symbolise, à elle seule, le combat des femmes pour s’imposer dans une industrie où elles étaient à peine 4% à diriger l’un des 100 plus gros succès au box-office l’an dernier. En janvier, son absence dans la liste des nommés au Golden Globe du meilleur réalisateur avait fait grincer des dents, tant cette toute jeune réalisatrice a déjà obtenu le plus difficile : l’adhésion du public et des médias.

 

Née comme son personnage à Sacramento, Greta Gerwig a écrit  et réalisé un film très personnel et a su confier le rôle principal à une jeune actrice épatante Saoirse Ronan qui crève l’écran dès les premières répliques  et prête à son personnage d’adolescente, en plein apprentissage de la vie et à cette croisée des chemins où se profile déjà son avenir, une incroyable aisance et un réalisme teinté d’une extrême sensibilité. Tout y est des nuances infinies  de cette jeunesse en quête de soi, de cette adolescente à la croisée de multiples chemins, ceux de l’amitié, de l’amour, des études, des relations familiales, autant de choix palpitants et d’adieux anticipés. Christine, qui se fait appeler Lady Bird, est une jeune fille douée, intelligente et rebelle, un peu honteuse de sa famille qui tire le diable par la queue, de son père qui ne s’affirme pas assez et souffre constamment de dépression et d’une mère aimante, certes, mais qui, dans le souci de son éducation, ne cesse de lui rappeler des obligations désuètes et de lui seriner les sacrifices  consentis pour son éducation. Car Lady Bird est ambitieuse  et rêve d’accéder à l’une des universités de la côte Est qui serait  fatalement plus prestigieuse que celles de la côte Ouest. En quelque sorte, l’adolescente ne rêve que d’ailleurs, si bien que ce désir, sans cesse réitéré, n’est ni plus ni moins qu’un reniement des origines. Mais les choses changeront bientôt car les lendemains qui déchantent se profilent et la jeune fille comprendra les valeurs de l’éducation parentale et celles de son collège catholique où se nouaient des amitiés si fortes, où  l’on s’initiait au chant et au théâtre, où l’on vivait en quelque sorte en famille.

 

Greta Gerwig a le grand mérite de renouveler un thème maintes fois traité au cinéma comme au théâtre et de lui insuffler une fraîcheur et une tendresse qui en font tout le charme. A cela s’ajoute une belle dimension comique nourrie par un réel sens de l’observation, une véracité jamais lourde ou excessive, l’ensemble étant à la fois réaliste mais ciselé avec tact et finesse. Greta ne juge aucun de ses personnages, pas plus le curé maître de chant que la religieuse chargée de l'orientation professionnelle, elle leur laisse la bride sur le cou et plonge l’ensemble dans une atmosphère de bienveillance sans céder jamais au pathos ou au à un quelconque souci de moralisme. Ainsi confère-t-elle à son récit intelligence du cœur et intelligence de l’esprit. Pour un coup d’essai, un coup de maître.

 

Pour consulter la liste de la rubrique CINEMA AMERICAIN, cliquer   ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Lady Bird de Greta Gerwig
Lady Bird de Greta Gerwig
Lady Bird de Greta Gerwig
Lady Bird de Greta Gerwig

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2018 3 31 /01 /janvier /2018 09:52
Pentagon Papers de Steven Spielberg

Première femme directrice de la publication d’un grand journal américain, le Washington Post, Katharine Graham (Meryl Streep) s’associe à son rédacteur en chef Ben Bradlee (Tom Hanks) pour dévoiler un scandale d’État monumental et combler son retard par rapport au New York Times qui mène ses propres investigations. Ces révélations concernent les manœuvres de quatre présidents américains, sur une trentaine d’années, destinées à étouffer des affaires très sensibles … Au péril de leur carrière et de leur liberté, Katharine et Ben vont devoir surmonter tout ce qui les sépare pour révéler au grand jour des secrets longtemps enfouis…

 

Le nouveau film  de Steven Spielberg, après celui sur Churchill « Les heures sombres »  de Joe Wright, tombe lui aussi à point nommé pour nous rappeler les vraies valeurs, celles de l’engagement moral et de la détermination face au découragement et au mensonge, un film qui revient sur une vérité historique qui, pendant  trois décennies, a conduit un pays à mener une guerre inutile et sanglante en Indochine. Cet opus nous remet en phase avec un épisode méconnu de l’histoire américaine où le premier amendement, garant de la liberté d’expression, notamment celle de la presse, était attaqué par une administration Nixon qui avait tout à perdre des révélations du New York Times sur l’ingérence américaine au Vietnam. Un dossier confidentiel qui confirmait que la guerre en Asie était considérée comme vouée à l’échec par les dirigeants américains depuis ses premiers jours, mais perpétuée néanmoins de façon irrationnelle, et ô combien meurtrière, pour les jeunes soldats.

 

Le New York Times, qui est en possession du dossier, sera muselé pendant quelques jours pour des raisons judiciaires, alors le moment est venu pour le Washington Post de prendre la relève et d’assumer le risque encouru par la publication de ces documents interdits. Se pose également la question du prix du scoop : tomber à son tour sous la pression judiciaire sans avoir la solidité financière du Times, mettre au chômage des dizaines d’employés, détruire l’accomplissement d’une famille et se retrouver en prison pour ses convictions ? Les interrogations de Katharine Graham sont d’autant plus légitimes que tout se passe quelques jours après l’entrée en Bourse du journal qui se doit de présenter des garanties à ses investisseurs.


Spielberg, bien inspiré, met en scène  la carrière de cette  femme Katharine Graham, fille et veuve des précédents dirigeants, prise soudain dans l’étau entre le copinage avec les politiques, les décisions déontologiques et l’avenir de sa société, choix cornélien où elle prouve sa détermination et son courage en bravant un aéropage d’hommes qui souhaiterait qu’elle se retire. Pour affronter le plus grand combat de sa vie, elle doit s’interroger sur ses raisons personnelles, ses engagements et l’avenir de ce journal familial. Question primordiale : pour qui l’exécutif  gouverne-t-il ? Lui-même ou le peuple, et pour qui les médias travaillent-ils ? Pour flatter et satisfaire les amis ou informer les citoyens des limites du système ? Et quelle est l’urgence : publier afin de sauver l’honneur et réhabiliter la vérité ou se taire et laisser perdurer le mensonge d’état ? Le personnage  joué par Meryl Streep est  celui de l’héroïne de ce bras de fer contre le pouvoir de la Maison Blanche à une époque – celle des années 60/70 - où la société patriarcale l’attend davantage comme épouse, mère et femme au foyer qu’à la tête d’une telle insubordination  qui vient rappeler aux hommes politiques leur devoir de vérité face à leur peuple.
 

Ce film tombe au bon moment pour deux raisons : primo, il rend compte du devoir de vérité d’une presse indépendante et courageuse ; secundo, il se glisse dans l’actuel débat féministe sur les inégalités de traitement faites aux femmes, les humiliations quotidiennes qu’elles subissent en affirmant leurs convictions, leur intelligence et leur perspicacité, y compris dans les décisions historiques de la nation. Les armes de Spielberg, afin de laver les femmes des affronts socio-culturels qu’elles subissent, est d’avoir recours à une actrice formidable Meryl Streep, qui confère à son personnage une force liée à une grâce merveilleuse et de la placer au cœur de ce combat d’idées tellement masculin qu’elle apparaît comme l’incontournable déesse de la sagesse et de la vérité. Un rôle idéal pour cette actrice rompue à toutes les disciplines du 7e Art. Face à elle tous les acteurs sont justes et convaincants et le film prend au final une ampleur wagnérienne en nous rappelant les mérites du bon droit et de la lucidité. Mais on sait aussi que ces vertus ont été vite oubliées et que la presse a suivi l’Amérique lors de  sa première ingérence en Irak et en bien d’autres encore … hélas ! Quant aux médias français, n’en parlons pas, chouchoutés par des présidents sans scrupules et des directeurs de presse sans honneur, ils ont trop souvent falsifié la vérité.

 

Pour consulter les articles de la rubrique CINEMA AMERICAIN, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL
 

Pentagon Papers de Steven Spielberg
Pentagon Papers de Steven Spielberg

Partager cet article

Repost0
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 09:21
Shutter Island de Martin Scorsese

En 1954, une femme placée dans le centre de détention psychiatrique de Shutter Island disparaît. Elle s'appelle Rachel Solando et est une meurtrière extrêmement dangereuse. Deux officiers du corps fédéral des marshals, Teddy Daniels et Chuck Aule, quittent alors Seattle pour enquêter sur place. Ils découvrent l'île humide et brumeuse où se trouve cet hôpital-prison d'un genre très particulier. Très vite, Teddy Daniels comprend que le personnel de l'établissement cache quelque chose. Seul indice dont il dispose : un bout de papier sur lequel est griffonnée une suite de chiffres entrecoupée de lettres...

 

Un scénario qui met en cause d'emblée l’équilibre de l’enquêteur  (admirablement interprété par Léonardo DiCaprio) dans un labyrinthe de la folie et de la douleur où de misérables personnages achèvent leur existence au cœur d’un délire hallucinatoire habilement provoqué afin que ceux-ci disparaissent du monde des vivants et soient  à jamais irrécupérables. Inspiré du roman à succès de Dennis Lehane, cet opus brillant joue sur les nerfs en permanence grâce à un climat fort bien entretenu entre faux-semblants et réalités ténébreuses qui ne cessent de déstabiliser le spectateur. Du grand art développé par une mise en scène habilement élaborée où les rebondissements psychologiques sont à la fois crédibles et intelligents.

 

A défaut de faire jaillir la vérité dans son enquête, Teddy Daniels plonge dans ses propres abîmes et découvre l’ambiguïté des siennes. Servi par l’imagerie soignée de Robert Richardson où l’ombre et la lumière stimulent l’imaginaire et soulignent les symboles de cette fiction à plusieurs paliers, « Shutter Island » est un polar mental d’une efficacité redoutable qui brise les codes de l’espace et du temps, du vrai et du faux grâce à un scénario tendu qui repose sur une constante perte de repères. Un film, dont l’irréalité est devenue le noyau dur de la réalité. Etonnant mais oppressant. 

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique CINEMA AMERICAIN, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

Shutter Island de Martin Scorsese
Shutter Island de Martin Scorsese
Shutter Island de Martin Scorsese
Shutter Island de Martin Scorsese

Partager cet article

Repost0
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 09:20
Erin Brockovich de Steven Soderbergh

Pour son dixième long-métrage, Steven Soderbergh est tombé par hasard sur un sujet en or. L’histoire réelle d’Erin Brockovich, une Américaine moyenne, élevant seule ses trois enfants, qui n’a jamais fait d’études en droit quand elle découvre par hasard, lors d’un accident de voiture, un énorme scandale environnemental et de santé publique. Son acharnement sur ce dossier condamnera finalement la société en cause à payer plus de 300 millions de dollars aux victimes, une histoire si incroyable qu’elle aurait été jugée peu crédible si elle n’était pas vraie. On découvre alors toutes les implications du scandale au fur et à mesure de son évolution. Il ne s’agit d’abord que d’une famille ou deux, puis une dizaine et finalement ce seront plus de 600 personnes qui porteront plainte, grâce à l’opiniâtreté d’Erin Brockovich. Le film ne s’intéresse pas vraiment au procès mais davantage aux longues préparations qui ont permis à cette jeune femme, sans qualification particulière, de mettre une ville à ses pieds et une multinationale à genoux, selon le slogan  choisi par l’affiche française qui résume les faits en quelques mots.

 

« Erin Brockovich, seule contre tous » commence avec un entretien d’embauche raté et c’est encore peu dire. Divorcée de fraîche date, elle a absolument besoin d’un travail, quitte à postuler n’importe où. En l’occurrence, un cabinet de médecins alors qu’elle n’a jamais fait d’étude de médecine : on comprend vite le malaise du praticien qu’elle rencontre. Avec cette première scène, Steven Soderbergh pose déjà son personnage principal : cette jolie blonde semble n’avoir jamais eu de chance dans sa vie et d’ailleurs elle ne sort de son entretien que pour avoir immédiatement un accident de voiture. Un modeste avocat est assigné automatiquement pour la défendre et c’est à cette occasion qu’elle pose un pied dans l’univers des avocats. Après avoir perdu son procès, elle parvient à obtenir un travail dans le cabinet. Au début, il ne s’agit que d’un petit boulot de tri et de rangement de papiers, mais c’est justement en rangeant un dossier qu’elle tombe par hasard sur une affaire étrange. En effet, Erin est étonnée de trouver dans un même dossier un bilan de santé et une proposition immobilière et c’est en allant vérifier sur place qu’elle découvre un énorme scandale. Une entreprise utilise depuis une trentaine d’années un produit toxique en le cachant aux habitants et ce produit a empoisonné les nappes phréatiques et les habitants à des kilomètres à la ronde, étant donné que les responsables sont parvenus jusque-là à cacher, puis à étouffer l’affaire. On suit ainsi au jour le jour la persévérance d’Erin à mettre tout en œuvre pour parvenir à dénoncer le scandale et à faire éclater la vérité.
 

Steven Soderbergh a eu la bonne idée de confier le rôle à Julia Roberts. Dix ans après «Pretty Woman », qui lui avait apporté la gloire, l’actrice est parfaitement convaincante dans ce personnage fort qu’elle porte sur ses épaules avec une formidable énergie et qui lui a valu un Oscar bien mérité. Belle et offensive, elle ne lâche rien et nous émeut par sa détermination sans faille. Un beau rôle pour une Julia Roberts au mieux de son talent et un film que l’on suit avec un intérêt qui ne se relâche pas. Une réalisation passionnante.

 

Pour consulter la liste des films de la rubrique CINEMA AMERICAIN, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Erin Brockovich de Steven Soderbergh
Erin Brockovich de Steven Soderbergh
Erin Brockovich de Steven Soderbergh
Erin Brockovich de Steven Soderbergh

Partager cet article

Repost0
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 09:42
La La Land de Damien Chazelle

Comme on aimerait que, soudain, dans les embouteillages quotidiens de Paris, les gens sortent spontanément de leurs voitures pour se mettre à chanter et danser sur les airs de jazz que diffuseraient leurs radios et que la cauchemar devienne rêve … C’est ainsi que débute le très plaisant film de Damien Chazelle « La La Land » qui est en train de rafler toutes les récompenses de ce début d’année 2017, dont 7 Golden Globes et déjà 14 citations pour les prochains Oscars. Après "Whiplash », le cinéaste nous propose aujourd’hui une comédie musicale pleine de fraîcheur, un brin nostalgique lorsqu’elle évoque les charmes d’antan et leurs sonorités auxquels l’opus fait abondamment référence et la réalité d’aujoud’hui liée davantage au spectaculaire et  à l’éphémère.

 

Sébastien (Ryan Gosling) et Mia (Emma Stone) habitent Los Angeles et attendent que leur vie prenne enfin une tournure professionnelle. Elle est serveuse dans la cafétéria d’un grand studio d’Hollywood et multiplie les auditions pour tenter de devenir comédienne ; lui est pianiste de jazz mais sa carrière stagne car on ne le trouve pas assez moderne, trop attaché à un jazz jugé classique et démodé. Ils se rencontrent et bientôt comprennent qu’ils sont faits l’un pour l’autre, que leurs dons et leurs aspirations ne peuvent que les mener à une réussite justifiée. Ce qu’ils feront aux dépens de leur bonheur.

 

Oui, ce film évoque avec subtilité la difficulté qu’il y a à mener de front  l’amour et la réussite professionnelle, l’art et la vie quotidienne, tant il est vrai que l’on sert difficilement deux maîtres et que le succès de l’un joue trop souvent de façon négative sur les aspirations de l’autre. Si cet opus n’est pas sans rappeler le « Café Society » de Woody Allen, film plein de charme lui aussi, il s’en démarque pour la simple raison que la façon de raconter de Damien Chazelle sait se faire personnelle et use d’une énergie positive qui marquait déjà son premier opus « Whiplash ». Oui, Chazelle a un ton, un narratif qui lui est personnel et enchante le spectateur car il s’exprime dans l’élégance des images, le jeu d’acteurs parfaitement dirigés, le savoureux mélange des genres entre fantaisie et réalité. Il y a là un tourbillon éloquent de sons, de couleurs, de sentiments, d’actualité et de retours vers le passé parfaitement dosé.  De plus, la bande sonore est de grande qualité et les acteurs époustouflants de grâce, de charme et de fantaisie. Emma Stone, que je n’appréciais guère à ses débuts, est ici transformée, délicieuse de spontanéité, d’émotion face à un Ryan Gosling délicat, élégant, tous deux chantant et dansant avec enthousiasme. On peut sans doute regretter qu’il  n’y ait  pas davantage de numéros de danse, mais je pense que cela n’aurait pas apporté grand-chose de plus au film et n’oublions pas que Emma Stone et Ryan Gosling ne sont ni Fred Astaire, ni Cyd Charisse. Mais ainsi conçu et réalisé, l’ouvrage est une réussite, ne serait-ce que parce qu’il est euphorisant, dénué de toute vulgarité, qu’il charme le spectateur par son contenu et ne cède jamais à la mièvrerie. Aussi, apprécie-t-on de passer deux heures aussi plaisantes à contempler autant d’images belles et à entendre autant de musique envoûtante.

 

pour consulter la liste des articles de la rubrique CINEMA  AMERICAIN, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

La La Land de Damien Chazelle
La La Land de Damien Chazelle
La La Land de Damien Chazelle
La La Land de Damien Chazelle
La La Land de Damien Chazelle

Partager cet article

Repost0
5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 14:36

 

Cette liste se divise en deux parties : les WESTERNS et les AUTRES FILMS :

 

 

LES WESTERNS  :

 

 

 LA FLECHE BRISEE de DELMER DAVES
 
     

 

LES SEPT MERCENAIRES de JOHN STURGES
 

   

 LE DERNIER DES GEANTS de DON SIEGEL  
    

 

L'HOMME DES HAUTES PLAINES de CLINT EASTWOOD
 

 

PALE RIDER de CLINT EASTWOOD       
    

 

JEREMIAH JOHNSON de SYDNEY POLLACK    
 

 

LES PROFESSIONNELS de RICHARD BROOKS

 


L'HOMME QUI TUA LIBERTY VALANCE de JOHN FORD


 

LA PRISONNIERE DU DESERT de JOHN FORD

 


LA POURSUITE INFERNALE de JOHN FORD 



ALAMO de JOHN WAYNE        

 

RIO BRAVO de HOWARD HAWKS
 

LA RIVIERE ROUGE de HOWARD HAWKS  
 
       

VERA CRUZ de ROBERT ALDRICH       


L'ANGE DES MAUDITS de FRITZ LANG
 

L'APPAT d' ANTHONY MANN       


LA PORTE DU DIABLE d'ANTHONY MANN 
         

LA CHARGE FANTASTIQUE de RAOUL WALSH      


LE GRAND PASSAGE de KING VIDOR
 

LE TRAIN SIFFLERA TROIS FOIS DE FRED ZINNEMANN

 

 

LES AUTRES FILMS :

 

LATE NIGHT de NISHA GANATRA

 

BLUE de KEITH SCHOLEY

 

LADY BIRD de GRETA GERWIG

 

 

TAXI DRIVER de MARTIN SCORSESE

 

NEW-YORK, NEW-YORK de MARTIN SCORSESE

 

SHUTTER ISLAND de MARTIN SCORSESE

 

CASINO de MARTIN SCORSESE 


LE TEMPS DE L'INNOCENCE de MARTIN SCORSESE 

 

 

ERIN BROCKOVICH de STEVEN SODERBERGH

 

ORGUEIL ET PREJUGES de JOE WRIGHT

 

LA LA LAND de DAMIEN CHAZELLE

 

EYES WIDE SHUT de STANLEY KUBRICK


SPARTACUS de STANLEY KUBRICK           


BARRY LYNDON de STANLEY KUBRICK   

 

GENIUS de MICHAEL GRANDAGE



PENTAGON PAPERS de STEVEN SPIELBERG

 

LA LISTE DE SCHINDLER de STEVEN SPIELBERG

 

LE PONT DES ESPIONS de STEVEN SPIELBERG

 

LE NOUVEAU STAGIAIRE de NANCY MEYERS

 

MOGAMBO de JOHN FORD

 

LE PATIENT ANGLAIS d'ANTHONY MINGHELLA

 

THE TREE OF LIFE de TERRENCE MALICK

 

GONE GIRL de DAVID FINCHER

 

LES RECETTES DU BONHEUR de LASSE HALLSTROM

 

 

MOMMY de XAVIER DOLAN      


JUSTE LA FIN DU MONDE de XAVIER DOLAN
 


INCEPTION de CHRISTOPHER NOLAN  

 

BASIC INSTINCT de PAUL VERHOEVEN

 

DROLE DE FRIMOUSSE  deTANLEY DONEN


CHANTONS SOUS LA PLUIE de STANLEY DONEN

 

DIAMANTS SUR CANAPE de BLAKE EDWARDS 

 

NEW-YORK MELODY de JOHN CARNEY 

 

LE JOUR LE PLUS LONG de DARRYL ZANUCK

 

JOE de DAVID GORDON GREEN 

 

LE DICTATEUR de CHARLIE CHAPLIN 

 

LES LUMIERES DE LA VILLE de CHAPLIN       

 

LIMELIGHT de CHARLIE CHAPLIN 

 

LES TEMPS MODERNES de CHARLIE CHAPLIN 

 

 

APPRENTI GIGOLO de JOHN TURTURRO 

 

UN ETE A OSAGE COUNTY de JOHN WELLS 

 

TITANIC de JAMES CAMERON             


LE TITANIC, DE LA REALITE A LA LEGENDE  

 

LE MAJORDOME de LEE DANIELS        

 

LE PONT de la RIVIERE KWAI de DAVID LEAN   

 

 LA FILLE DE RYAN de DAVID LEAN 


LAWRENCE D'ARABIE, DE LA REALITE A LA LEGENDE       

 

 COUP DE FOUDRE A NOTTING HILL de ROGER MICHELL

 

 

Ariane de Billy WILDER         


TEMOIN A CHARGE de BILLY WILDER       

 

SABRINA de BILLY WILDER
 

BOULEVARD DU CREPUSCULE de BILLY WILDER


SEPT ANS DE REFLEXION de BILLY WILDER 

  

 

LA FUREUR DE VIVRE de NICHOLAS RAY 

 

GATSBY LE MAGNIFIQUE de BAZ LUHRMANN 

 

HAPPINESS THERAPY de DAVID O. RUSSEL    

 

VACANCES ROMAINES de WILLIAM WYLER 

 

SKYFALL de SAM MENDES 

 

ARGO de BEN AFFLECK           


GONE, BABY, GONE de BEN AFFLECK

 

FORREST GUMP de ROBERT ZEMECKIS 

 

MONSIEUR LAZHAR de PHILIPPE FALARDEAU


   

 TOOTSIE de SYDNEY POLLACK  


ON ACHEVE BIEN LES CHEVAUX de SYDNEY POLLACK 


OUT OF AFRICA DE SYDNEY POLLACK 

 

 

LA MULE de CLINT EASTWOOD         


SULLY de CLINT EASTWOOD

 

MILLION DOLLAR BABY de CLINT EASTWOOD

 

SUR LA ROUTE DE MADISON de CLINT EASTWOOD

 

 J.EDGAR de CLINT EASTWOOD 


AU-DELA de CLINT EASTWOOD 


L'ECHANGE DE CLINT EASTWOOD
 
 

GRAN TORINO de CLINT EASTWOOD 

   
 


BLUE JASMINE de WOODY ALLEN  

 

MINUIT A PARIS de WOODY ALLEN

 

MAGIC IN THE MOONLIGHT de WOODY ALLEN 

 

TO ROME WITH LOVE de WOODY ALLEN 

 

MATCH POINT de WOODY ALLEN  

 

L'HOMME IRRATIONNEL de WOODY ALLEN      


CAFE SOCIETY de WOODY ALLEN


WHATEVER WORKS de WOODY ALLEN      

 

VICKY CRISTINA BARCELONA de WOODY ALLEN


VOUS ALLEZ RENCONTRER UN BEL ET SOMBRE INCONNU de WOODY ALLEN 


 LES FELINS de KEITH SCHOLEY        

 

BLACK SWAN de DARREN ARONOFSKY 


ULYSSE de MARIO CAMERINI 

                    

RAISON ET SENTIMENTS de ANG LEE       


RAISONS d'ETAT de ROBERT DE NIRO 

 

 THE AFRICAN QUEEN de JOHN HUSTON 

 

DOUZE HOMMES EN COLERE de SIDNEY LUMET        

 

JULIE&JULIA de NORA EPHRON 

     

LA PROPOSITION de LESLI LINKA GLATTER 

       

ADIEU CUBA de ANDY GARCIA        

 

L'IMPOSSIBLE MONSIEUR BEBE de HOWARD HAWKS


LE PORT DE L'ANGOISSE de HOWARD HAWKS 

 

LAST CHANCE FOR LOVE de JOEL HOPKINS         

 

INTO THE WILD de SEAN PENN            


LA FAILLE de GREGORY HOBLIT 

 

L'ETRANGE HISTOIRE DE BENJAMIN BUTTON de DAVID FINCHER 

 

AUSTRALIA de BAZ LUHRMANN        


HIGH SOCIETY       


LOIN D'ELLE de SARAH POLLEY 

 

QUANTUM OF SOLACE de MARC FORSTER 

 

 APPALOOSA de Ed. HARRIS 

 

WALL.E de ANDREW STANTON             

 

BROKEN ENGLISH de ZOE CASSAVETES       


A CASA DE ALICE de CHICO TEIXEIRA 

 

GRACE IS GONE de JAMES STROUSE        

 

BONNIE AND CLYDE d'ARTHUR PENN 

 

THE DEAD GIRL de KAREN MONCRIEFF  

 

LES CHEMINS DE LA LIBERTE de PETER WEIR   

 

MASTER AND COMMANDER de PETER WEIR  


LE CERCLE DES POETES DISPARUS de PETER WEIR           

 

MISSION de ROLAND JOFFE        


AMADEUS DE MILOS FORMAN 

 

NEVER FOREVER de GINA KIM       


MICHAEL CLAYTON de TONY GILROY 

 

JOYEUSES FUNERAILLES de FRANK OZ      

 

FACTORY GIRL de GEORGE HICKENLOOPER 

 

LA VENGEANCE DANS LA PEAU de PAUL GREENGRASS       

 

BLOOD DIAMOND D'EDWARD ZWICK 

 

L'ASSASSINAT DE JESSE JAMES de ANDREW DOMINIK   

 

REBECCA d'ALFRED HITCHCOCK      


LA CORDE d'ALFRED HITCHCOCK

 

PAS DE PRINTEMPS POUR MARNY d'ALFRED HITCHCOCK

 

LES OISEAUX d'ALFRED HITCHCOCK       

 

LA MORT AUX TROUSSES d'Alfred HITCHCOCK    

 

SUEURS FROIDES d'Alfred HITCHCOCK       

 

MAIS QUI A TUE HARRY ? d'Alfred HITCHCOCK   

 

LA MAIN AU COLLET d'ALFRED HITCHCOCK  
    

 
FENETRE SUR COUR d'Alfred HITCHCOCK 

 

LE CRIME ETAIT PRESQUE PARFAIT d'Alfred HITCHCOCK 

 

L'INCONNU DU NORD-EXPRESS d'Alfred HITCHCOCK  
  

 
PSYCHOSE d'ALFRED HICTHCOCK 

 

LES ENCHAINES d'ALFRED HITCHCOCK        


FRENZY d'ALFRED HITCHCOCK  

        

LE REBELLE de KING VIDOR 

 

LA CHATTE SUR UN TOIT BRULANT de RICHARD BROOKS 

 

 CITIZEN KANE d'ORSON WELLES 
 


LA DAME DE SHANGHAI d'ORSON WELLES     
 


LA REINE CHRISTINE de ROUBEN MAMOULIAN 

 

 PANDORA d'ALBERT LEWIN 

 

L'AVENTURE DE Mme MUIR de JOSEPH MANKIEWICZ       


LAURA de OTTO PREMINGER 

 

CASABLANCA de MICHAEL CURTIZ 

 

VACANCES ROMAINES de WILLIAM WYLER          

 

AUTANT EN EMPORTE LE VENT de VICTOR FLEMING        

 

UN VIOLON SUR LE TOIT de NORMAN JEWISON      

 

MADAME BOVARY de VINCENTE MINNELLI


UN AMERICAIN A PARIS de VINCENTE MINNELLI  

 

WEST SIDE STORY             


MY FAIR LADY de GEORGE CUKOR    
 

      

ENTRONS DANS LA DANSE de CHARLES WALTERS    


 

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 10:14
Sully de Clint Eastwood

Le 15 janvier 2009, deux minutes après avoir décollé de l’aéroport de LaGuardia, à New York, l’Airbus A320 du vol 1549 de la US Airways est percuté par une formation de bernaches du Canada, bêtes semblables aux oies, qui met ses deux réacteurs hors d’usage. Aux commandes de l’appareil, le commandant Chesley Burnett Sullenberger, 59 ans, assisté de son copilote Jeffrey Skiles. Chesley dispose de très peu de temps pour réagir. Renonçant à se diriger vers un des aéroports de proximité alors que son avion perd de la vitesse et survole la ville, il choisit l’option, réputée très dangereuse, de l’amerrissage sur le fleuve Hudson. Bien lui en prend : cette décision d’expérience et d’instinct sauve les cent cinquante passagers, les cinq membres de l’équipage, ainsi qu’un nombre inconnu d’habitants d’une mort certaine si l’avion s’était abîmé sur un immeuble, renouvelant le cauchemar, encore très prégnant dans les mémoires, des attentats de septembre 2001.

 

Les médias et le grand public ont immédiatement célébré le ­héros mais on sait moins, en revanche, que le commandant Sullenberg a été soupçonné de n’avoir pas pris la bonne décision, celle de revenir à l’un des aéroports les plus proches. De ce fait, il  a été un moment soupçonné d’être  inapte à poursuivre sa carrière par la commission d’enquête du Conseil National de la Sécurité des Transports. Nous assistons ainsi aux auditions qui ont eu lieu à plusieurs reprises à l’issue du sauvetage. C’est à cette procédure, en tant qu’elle est dialectiquement liée à l’héroïsme du personnage, que s’est intéressé Clint Eastwood dans "Sully", procédure qui confère à son film tout son intérêt et donne à l’acte héroïque de ce pilote une dimension légendaire. En effet, US Airways cherche un responsable pour rembourser les frais matériels d'un Airbus irrécupérable et le réalisateur pointe ainsi du doigt la primauté universelle qui place l'argent au-dessus de la vie, faisant de son film une réflexion sur la valeur humaine lorsqu'elle défie les basses contingences matérielles. 

 

Admirablement reconstituée, cette page extraordinaire de l’aviation américaine nous est contée sans rien omettre de la tension du commandant de bord et de son co-pilote, de la rapidité de réaction des divers sauveteurs, du sang-froid du personnel naviguant et de la miraculeuse présence d’esprit de tous ceux qui ont participé à ce sauvetage hors normes. Nous avons l’impression de vivre en direct cette épopée qui a stupéfié, à l’époque, la planète entière. Qui ne se souvient des toutes premières photos des rescapés attendant les secours, groupés, grelottants et terrifiés sur les ailes  de l’avion à demi immergé dans l’eau glaciale de l’Hudson ? Car cet accident a eu lieu en janvier par des températures avoisinants les moins 20°, ce qui a fait dire au copilote que s’il devait le revivre, il choisirait le mois de juillet. Trait d’humour qui clôt cette aventure incroyable, admirablement remise en image par la caméra de Clint Eastwood. Une nouvelle fois, l’acteur-réalisateur nous offre un opus enthousiasmant que l’on suit avec une attention et un intérêt qui ne se relâchent jamais. Une réussite totale autant sur le plan de la reconstitution que sur celle de l’interprétation. Un Tom Hanks très à l’aise dans son habit de pilote. Une seule réserve : il est préférable de ne pas voir ce film à la veille d'un embarquement.

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique CINEMA AMERICAIN, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Sully de Clint Eastwood
Sully de Clint EastwoodSully de Clint Eastwood
Sully de Clint EastwoodSully de Clint Eastwood

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche