Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2007 6 22 /09 /septembre /2007 09:17

le-grand-passage-4425-1614331590.jpg 

Le grand passage qui date de 1940 est l'un des films qui a ouvert grandes les portes du 7e Art au western dans lequel s'étaient déjà illustrés des réalisateurs comme Cecil B. DeMille, Michael Curtiz, John Ford, Henry King, Raoul Walsh et King Vidor qui n'en était pas à son premier essai, puiqu'il avait déjà tourné en 1930 Billy le Kid dans un format exceptionnel le Realife Grandeur, alors qu'il n'y avait que douze salles aux Etats-Unis équipées pour le projeter. Cette production, faute d'assurer la notoriété du procédé, avait eu le mérite de contribuer à instituer le western comme un genre prestigieux et à part entière.

                                                 
Dix ans plus tard, King Vidor, ayant pris du galon, allait centrer son nouveau film sur le personnage du Major Roberts, pour lequel il éprouvait un intérêt particulier. Le film sera tourné en technicolor et dans des décors naturels. Le cinéaste avait d'ailleurs fixé son choix sur la région du lac Payette, mais découvert qu'elle était infestée de tiques et que ceux-ci provoquaient des fièvres. Acteurs et techniciens devront être vaccinés. D'autre part, le poids des caméra - plus de 300 kg - n'exigeait pas moins de cinq ou six hommes pour les transporter, si bien que les exploits des techniciens seront à peu de chose près comparables à ceux des Rangers du Major Robert Rogers.

Le tournage sera très difficile car, commencé par la MGM avant que le scénario ne soit définitivement bouclé, la première partie - l'odyssée des Rangers - ne correspondra pas à la seconde, au point que le cinéaste découragé envisagera d'abandonner du fait que les plans ne se raccordaient pas les uns aux autres. Par ailleurs,Spencer Tracy était devenu, entre temps, une vedette suffisamment confirmée pour qu'il n'y ait nul besoin de l'épauler avec la présence de deux autres acteurs célèbres comme Robert Taylor et Wallace Beery que l'on remplacera l'un et l'autre par Robert Young dans le rôle de Langdon Towne et Walter Brennan dans celui de Hunk Marriner. Ainsi la dernière partie ne verra jamais le jour pour plusieurs raisons, en dehors des coordinations difficiles entre pellicules : le coût du tournage de la première ( plus de 2.500.000 dollars ), les difficultés rencontrées dans tous les domaines et un scénario particulièrement dispendieux. Le film se clôturera sur les adieux de Langdon Towne avec le Major Rogers.                                  


L'histoire, comme je l'écrivais au début de cet article, est centrée sur le personnage de Robert Rogers auquel a été confié la mission de détruire le village indien de Saint Francis, afin d'ouvrir plus largement la voie à la conquête de l'Ouest. Ne parvenant pas à franchir le lac Champlain occupé par l'ennemi, Rogers et sa troupe escaladent les montagnes, traversent les marais, puis un fleuve et atteignent Saint Francis dont ils massacreront les habitants. Enfin, épuisés, affamés, malades, ils poursuivent leur route galvanisés par leur chef qui ne recule devant aucun obstacle, mais les difficultés ne cessant de s'accumuler, il aura bientôt du mal à maintenir le moral de ses hommes. L'un des plus beaux passages est celui au cours duquel les baroudeurs forment une chaîne humaine afin de franchir une rivière impétueuse ; ce film ne cesse, en effet, d'exalter le courage, la virilité, le goût de la conquête. On a très souvent accusé Vidor d'avoir réalisé avec Le grand passage une oeuvre raciste, à cause de la violence et de la sauvagerie avec laquelle la section attaque et massacre le village de Saint Francis... Mais plus que l'apologie belliqueuse d'un commando, le cinéaste s'est attaché à décrire le courage, la détermination, la bravoure de ces hommes qui avaient la charge de conquérir un continent qu'ils considéraient alors, avec le regard de leur époque, comme habité par des populations de sauvages qui n'avaient pas su tirer profit de ces terres magnifiques.
Tourné dans l'Idaho, le film a déjà des qualités esthétiques remarquables et la couleur ajoute à la splendeur des paysages. Certains de ses plans furent réutilisés dans Last ofthe Buccaneers de Lew Landers en 1950. Quant à l'interprétation, elle mérite notre totale approbation. D'où que l'on se place, ce long métrage est parfaitement abouti et d'un réalisme qui ne s'est autorisé aucune complaisance. Il servira de référence à des productions ultérieures qui n'auront pas, toutes, les mêmes qualités.


Pour lire l'article consacré aux maîtres du western, cliquer sur son titre : 
LES GRANDS MAITRES DU WESTERN

 

Et pour consulter la liste complète des articles de la rubrique CINEMA AMERICAIN, cliquer sur le lien ci-dessous :
LISTE DES FILMS DU CINEMA AMERICAIN ET CANADIEN

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans CINEMA AMERICAIN & CANADIEN
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche