Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2007 1 08 /10 /octobre /2007 18:14

Les Grands Films Classiques    VIDEO
          

La poursuite infernale ou My darling Clémentine ( 1946 ) de John Ford compte parmi les westerns les plus célèbres et, ce, à juste titre. Wyatt Earp ( Henry Fonda ) et ses trois frères Virgil, Morgan et James transhument avec leur troupeau dans les somptueux paysages de Monument Valley. Mais alors qu'ils font halte près de Tombstone, James est tué et le troupeau volé. Pour être sûr de venger son frère, Wyatt accepte le poste de shérif de Tombstone qu'on lui propose et choisit pour adjoints ses propres frères. Cette région vit sous la dictature que fait régner un certain Johnny Ringo, lui-même allié à la bande du vieux Clanton considéré par beaucoup comme l'assassin de James Earp. C'est d'ailleurs Virgil qui réglera son compte à Billy Clanton avant d'être lui même abattu par le vieux Clanton. Un ultime réglement de compte opposera Wyatt, Morgan et Doc Holliday ( Victor Mature ), le fiancé de Clémentine, au vieux Clanton et à ses fils où, au final, la bande des Clanton et Doc trouveront la mort. Wyatt repartira avec Morgan, mais reviendra peut-être à Tombstone pour épouser Clémentine dont il est tombé amoureux.


                   Henry Fonda et Cathy Downs. Les Grands Films Classiques    John Ireland et Linda Darnell. Les Grands Films Classiques

 

Patriarche violent et intraitable, le vieux Clanton représente la dureté des premiers colons, prêts à se battre pour arracher et conserver le moindre lopin de terre. Son habitude de frapper ses fils avec le fouet dont il ne se sépare jamais ou d'abattre ses adversaires dans le dos traduisent bien ce comportement despotique, déjà anachronique et appartenant à un Far West révolu, où chacun dictait sa loi selon ses convenances. Doc Holliday incarne, au contraire, un style de vie plus moderne mais tout aussi dangereux. Un homme peut suivre la trace d'un autre homme de tombe en tombe - dit de lui Wyatt Earp. Toujours à la limite du crime et de la légitime défense, Doc, un ancien chirurgien déchu et alcoolique, qui a connu la vie tumultueuse de Denver et a renoncé à son cabinet pour se consacrer au jeu, n'a guère plus de scrupules qu'un Clanton, mais il y met plus de formes et vit sur le fil du rasoir avec une ambiguïté troublante ; ce personnage étant intreprété par un Victor Mature impressionnant qui sait lui prêter toute l'équivoque nécessaire. Fiancé à Clémentine mais amant de la belle Chihuahua ( Linda Darnell ), il habite le film de son regard d'acier et de ses attitudes empreintes de défiance et de ruse. Face à lui et à Clanton,  Henry Fonda  ( Wyatt ) symbolise la loi et l'ordre. Choisi par Ford avec qui il était lié par une longue amitié et deux films Young Mr Lincoln et Les raisins de la colère, il est pleinement ce personnage soucieux de faire régner la justice et d'utiliser, à ces fins, des méthodes plus humaines.                            

Ford aimait sa démarche. Il aurait pu regarder Fonda marcher pendant des heures. Le style de l'acteur s'accordait totalement au sien. La manière dont celui-ci se déplaçait avec une lenteur calculée, se balancait d'un pied sur l'autre et dansait nous propose quelques images inoubliables. Dès le début du film, Ford choisit de cadrer Wyatt en contre plongée pour renforcer l'importance qu'il entendait donner à son héros.


Henry-Fonda.jpg      Henry Fonda

Bien entendu, Ford désirait rendre la bataille d'O.K. Corral telle qu'elle s'était déroulée dans la réalité ; c'est la raison pour laquelle il avait soigné chaque détail et choisi, en conséquence, ses interprètes, tant il est vrai que ce réglement de compte qui date du 26 octobre 1881 appartient à l'histoire légendaire de l'Ouest américain. Malgré cela, La poursuite infernale n'est pas d'une rigueur absolue et quelques aspects du film s'éloignent de la réalité, ainsi le vieux Clanton était déjà mort lors de l'affrontement final. Mais, peu importe qu'il y ait ici ou là un léger décalage entre la vérité et sa représentation cinématographique, car le film est beaucoup plus qu'un banal documentaire sur un haut fait du Far West. Son ambition va au-delà d'un rendu romanesque : il décrit le passage de la nature à la civilisation. La première est évoquée par les paysages grandioses qui défilent devant nos yeux dans leur âpreté sauvage ; la seconde, par cette ville de Tombstone qui s'édifie peu à peu. L'un des plus beaux moments est l'inauguration de la cloche de l'église et la séquence de la danse qui témoigne de la transition entre l'Ouest primitif et une Amérique en mutation. Les personnages se chargeant, par ailleurs, d'incarner cette évolution. 


                  Henry Fonda et Victor Mature. Les Grands Films Classiques

Pour conclure, l'un des plus grands mérites de ce film est de balancer entre la légende, ses figures héroïques, sa violence, ses archétypes et la peinture de la vie quotidienne, ses lenteurs, sa banalité et sa poésie. John Ford anime son intrigue par la peinture de personnages secondaires, saisis sur le vif, qui procurent à l'oeuvre son identité propre. Initialement, le film devait durer plus de deux heures, mais Darryl F. Zanuck, le producteur, exigea les coupes qu'il jugeait indispensable pour clarifier la narration. On peut le regretter aujourd'hui, mais, à l'époque, les films n'outrepassaient que rarement l'heure et demie. Bien qu'il n'obtint pas, à sa sortie, la totale adhésion des critiques ( par contre le public lui fera un triomphe ), il apparait de nos jours comme l'une des oeuvres magistrales de John Ford et l'un des plus beaux rôles d'Henri Fonda, tandis qu'il force l'admiration par l'alliance de la puissance et de la subtilité.

 

4-e-toiles


Pour lire les articles consacrés aux grands maîtres du western et à Henry Fonda, cliquer sur leurs titres :

 

LES GRANDS MAITRES DU WESTERN          HENRY FONDA - PORTRAIT

 

Et pour consulter la liste complète des articles de la rubrique CINEMA AMERICAIN, dont un grand nombre de westerns, cliquer sur le lien ci-dessous :


LISTE DES FILMS DU CINEMA AMERICAIN ET CANADIEN

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans CINEMA AMERICAIN & CANADIEN
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche