Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 12:25

La Fabrique de Films      

 


Quel qu'ait été le film, j'y serais allée pour assister au face à face de deux de mes acteurs préférés, d'autant que je me doutais bien que ni l'un, ni l'autre, n'auraient donné leur accord pour un film médiocre et un scénario bidon. Ils ont mené leurs carrières respectives avec suffisamment d'intelligence et de discernement pour ne pas commettre, à leur âge, et avec leur expérience, une faute de goût. J'étais donc assurée que ma prise de risque était quasi nulle et que le film, que j'allais voir en cette fin d'après-midi presque printanière, serait, sans aucun doute, un très plaisant divertissement. Et il l'est.


Dustin Hoffman et Emma Thompson. La Fabrique de Films 


 

Oui, il serait dommage de se refuser une heure trente d'un marivaudage charmant entre gens délicats que tout oppose à première vue et qu'un hasard bienveillant va réunir pour le meilleur. En ces temps de morosité ambiante, je vous conseille vivement ce remontant euphorisant qui mêle des ingrédients de qualité comme une bonne rasade d'humour et une pinçée de nostalgie, mais a eu l'audace d'éliminer de sa formule les conservateurs et autres agents nocifs et néanmoins trop courants : la violence et la vulgarité.

Aussi, déposez soucis et inquiétudes à la porte de la salle obscure et entrez vous rafraîchir et vous rasséréner avec ce tonique de qualité, en très aimable compagnie de surcroît : un Dustin Hoffman à faire fondre le coeur le plus endurci et une Emma Thompson très classe, très expressive, très attachante en délicieuse vieille fille formidablement séduisante, que l'on aimerait croiser plus souvent sur son parcours. Oui, un film sans prétention mais qui vous assure un plaisir non stop. Ce n'est pas si mal !

 


Dustin Hoffman et Emma Thompson. La Fabrique de Films


Le réalisateur  Joel Hopkins  nous offre avec cet opus - le premier  Mariage et conséquences  en 2002 avait déjà été remarqué et gratifié d'un Bafta et du Prix du public au Festival de Deauville -  une comédie bien écrite et nous prouve, par la même occasion et pour la seconde fois, son savoir-faire, son feeling dans un divertissement aux dialogues vifs et efficaces.

 


L'histoire est la suivante : Harvey Shine, musicien américain, vient de débarquer à Londres pour assister au mariage de sa fille qu'il a un peu perdue de vue depuis son divorce d'avec sa mère et du re-mariage de celle-ci. Compositeur de jingles et obsédé par son travail, il n'est là que de passage, ayant un rendez-vous important à New-York le surlendemain. Mais de mauvaises nouvelles vont tout remettre en question, sa vie professionnelle comme sa vie personnelle. C'est grâce à un formidable coup de chance qu'il rencontre Kate, une célibataire bon chic, bon genre, d'une quarantaine d'années qui aime la lecture et sa vieille maman envahissante. La suite est sans surprise, mais si agréablement contée, si délicieusement interprétée, avec, à la clé, un message si plaisant à entendre, qu'on se laisse gagner par cette bonne humeur et cet optimisme qui, d'une rencontre réussie à un rendez-vous manqué mais rattrapé, tisse à petits points, avec charme et élégance, un ouvrage somme toute bien fait et bien cousu. Aussi ne boudez pas l'opportunité de passer un excellent moment avec ce couple... qui illustre si bien cette ultime chance de l'amour.

 

 

 Pour lire les aricles consacrés aux deux acteurs, cliquer sur leurs titres :

DUSTIN HOFFMAN           EMMA THOMPSON



Et pour consulter la liste complète des articles de la rubrique CINEMA AMERICAIN & CANADIEN, cliquer sur le lien ci-dessous :



LISTE DES FILMS DU CINEMA AMERICAIN ET CANADIEN
 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 


Dustin Hoffman et Emma Thompson. La Fabrique de Films

 

 

Published by Armelle BARGUILLET - dans CINEMA AMERICAIN & CANADIEN
commenter cet article
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 10:59

Warner Bros. France             

 


Du cow-boy taciturne et cynique immortalisé par Sergio Leone à l'ancien combattant misanthrope de Gran Torino, Clint Eastwood a derrière lui plus de 50 ans de carrière durant laquelle il a su imposer son magnétisme et sa personnalité hors du commun. Archétype du mâle dominant et héros implacable et froid, le comédien n'a pourtant jamais cessé de jouer avec son image, n'hésitant pas à la mettre en danger et en dérision et à la contredire comme pour mieux la revitaliser. Traité de fasciste dans les années 70 par une presse peu clairvoyante, il a volontairement endossé les rôles les plus antinomiques et les plus paradoxaux, du doux rêveur dans  Bronco Billy  à l'homme d'action violent, de l'amoureux transi de  Sur la route de Madison  au macho yankee dans Les proies. Acteur inclassable doublé d'un auteur original, il n'est jamais là où on l'attend, se plaisant à désorienter et surprendre son public par son inspiration singulière. Depuis qu'il s'est consacré à la mise en scène, il a retouché son image de dur en la complexifiant et en ne craignant nullement de dévoiler de fascinantes failles, entre autre celles qui ont trait à l'ambiguïté morale et à la vieillesse.

 


Clint Eastwood. Warner Bros. France


Dans le magistral  Gran Torino,  il continue à peaufiner avec intelligence son personnage de justicier et de vieux réac, conscient de ce qu'il représente aux yeux du public, tout en refusant d'en être l'otage. Interrogé par des journalistes, il a accepté de parler du personnage qu'il incarne et met en scène dans son dernier opus, ce Walt Kowalski, un peu fou et plutôt bizarre, vétéran de la guerre de Corée, soudain veuf et condamné, par les circonstances, à faire face au crépuscule de son existence, seul. Rongé aussi par le regret de n'avoir su, pu ou voulu devenir proche de ses deux fils. Le monde, qui l'entoure, lui est étranger. Il ne reconnaît plus son environnement envahi par des immigrés asiatiques. Ouvertement raciste, il voit d'un très mauvais oeil le repeuplement de son quartier, jusqu'au jour où il est obligé de prendre partie dans un conflit qui oppose ses voisins, une accueillante famille hmong, ( les hmongs ont combattu aux côtés des américains au Vietnam )  - et un gang de jeunes voyous. Mieux encore, voilà qu'il se prend d'intérêt pour l'un de ces jeunes hmongs, un garçon qui a tenté de voler sa voiture de collection, une Gran Torino 1972, sous la pression du gang, mais je n'en dirai pas plus.

Par souci d'authenticité, Eastwood a tenu à ce que les acteurs et figurants - des non professionnels pour la majorité - appartiennent à cette ethnie. Kowalski fait partie de ces hommes un peu obsolètes et non moins idéalistes qui, sur le tard, trouvent le chemin d'une rédemption inattendue, un salut ultime qui donnât sens à leur vie, fût-ce au prix d'un grand sacrifice et dont Clint avoue volontiers qu'il a mis beaucoup de lui-même.

 


Bee Vang et Clint Eastwood. Warner Bros. France

 

Ainsi, après avoir enchaîné les grandes fresques historiques et les films à Oscars, le cinéaste-interprète est-il de retour avec un film à l'intrigue linéaire et solidement charpentée, au casting exempt de stars ( sinon lui-même ) et au décor réduit à un pâté de maisons. Il est vrai que l'épure lui réussit et qu'il n'est jamais si efficace que dans le dépouillement. Sans doute est-ce ce mélange savamment dosé de drame et d'humour vachard, de mépris affiché du politiquement correct et de renvois discrets à l'ensemble de sa filmographie, qui font de ce dernier-né une réussite complète et une oeuvre attachante. Les préjugés sont désamorcés les uns après les autres dans ce récit d'initiation salvateur, aux accents humanistes et christiques, qui ne sombre jamais dans un sentimentalisme ou angélisme facile, tant la main du réalisateur est sûre et rigoureuse. Je vois là le testament de Clint, un film majeur dont chaque plan est composé comme un message à notre intention, traitant de ce qui est essentiel avec force et émotion. 

 

 

Pour lire l'article que j'ai consacré à Clint Eastwood, cliquer sur son titre :

 

CLINT EASTWOOD - PORTRAIT

 

Et pour consulter la liste complète des articles de la rubrique CINEMA AMERICAIN & CANADIEN, cliquer sur le lien ci-dessous :
 

LISTE DES FILMS DU CINEMA AMERICAIN ET CANADIEN

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

Published by Armelle BARGUILLET - dans CINEMA AMERICAIN & CANADIEN
commenter cet article
27 février 2009 5 27 /02 /février /2009 19:12

La-Vie-d-Oharu-femme-galante.jpg 

Au XVIIIe siècle, dans un temple consacré aux mille Boudhas, Oharu, une prostituée vieillissante, croit apercevoir le visage et l'expression du seul homme qu'elle ait jamais aimé. A partir de cette scène d'ouverture, la pellicule, changée en une machine à remonter le temps, va nous conter la vie d'une femme déchue, poursuivie par la fatalité, au point que son parcours ne sera autre qu'une lente descente aux enfers digne de Dante. Tragédie certes, sous son apparence la plus sombre, thème obsédant du malheur sans cesse annoncé et vécu dans une sorte de fatalisme consentant, l'héroïne n'ayant plus qu'un rêve : apercevoir de loin son fils devenu le seigneur des lieux et s'évanouir dans le néant.

Oharu est une jeune fille de petite noblesse promise à devenir la femme d'un noble qu'elle n'aime pas, alors qu'un jeune samouraï de sa suite la poursuit de ses avances et l'assure d'un amour éternel. Mais cet amour leur est interdit, le jeune homme étant d'une caste inférieure à celle d'Oharu. Surpris ensemble par la police locale, les amants sont emmenés et livrés à la vindicte du seigneur et de sa cour : Oharu sera chassée de la province ainsi que ses parents ; le samouraï, décapité au sabre.


Inspirée d'un roman de Saikaku Ihara, cette histoire va, à partir de là, nous dérouler son impressionnante suite d'événements plus sombres et tragiques les uns que les autres. Revenue chez ses parents, Oharu est inscrite par sa mère à une école de danse et là, remarquée pour sa beauté, elle se retrouve à la cour d'un puissant seigneur, chargée d'être la mère porteuse de l'enfant, que sa femme stérile, ne peut lui donner. Oharu remplira son contrat et donnera un héritier mâle en même temps qu'elle sera répudiée pour ne pas offenser davantage l'épouse légitime. Son père, qui a fait des dettes, supposant que la situation privilégiée de sa fille lui assurerait des rentes à vie, de dépit, la vend comme courtisane à un tenancier de maison close, où sa douceur, son éducation, sa beauté la feront apprécier d'un homme apparemment riche qui désire la racheter et en faire son épouse, mais se révèle être, par la suite, un faux-monnayeur. Si bien qu'après ce nouvel échec, ses parents la recommande à une femme qui cherche une servante de confiance pour la raison qu'elle cache à son mari un secret : elle est devenue chauve à la suite d'une maladie et dissimule cette calvitie sous des postiches savamment coiffés, d'où la discrétion qu'elle exige de celle qui sera chargée de cette tâche. Oharu va s'en acquitter avec soin jusqu'à ce que le mari se souvienne l'avoir aperçue dans la maison close. L'épouse, folle de jalousie, exige son départ mais, entre temps, Oharu a rencontré un employé du mari avec lequel elle s'associe et se livre au commerce des éventails. Bonheur fugitif pour cette jeune femme qui se sent enfin appréciée, mais bonheur bientôt brisé par la mort du compagnon tué dans la rue par un voleur. De désespoir, Oharu accepte l'hospitalité de nonnes et espère redevenir une femme respectée jusqu'au moment où l'un de ses anciens créanciers abuse d'elle. Chassée du monastère, elle se fait chanteuse de rue et sera finalement recueillie par des prostituées de bas étage mais au coeur généreux. La boucle est bouclée, Oharu est retombée dans sa condition antérieure : celle d'une femme de petite vertu que l'on montre du doigt tant elle représente la déchéance inéluctable où conduisent, tout ensemble, les faiblesses de la chair et l'effroyable rigidité des moeurs de l'époque. La dernière image nous reconduit au temple des mille Boudhas, ces dieux masculins auprès desquels les prostituées, dans un éclat de rire, reconnaissent les expressions de leurs divers amants. Scène d'une grande puissance qui frappe parce que ce rire déchirant et, ô combien tragique, exprime la souffrance de ces malheureuses victimes d'une gente toute puissante qui les a réduites à n'être que des esclaves méprisées et humiliées. L'amour leur a été refusé ; elles ont été monnayées comme des objets et ont subi successivement l'autorité d'un père, ensuite celle d'un amant, d'un souteneur ou d'un mari.

 

A travers le destin d'Oharu, Kenji Mizoguchi nous montre comment l'organisation sociale d'une société féodale repose sur la toute puissance masculine. Il déroule son oeuvre comme un long poème servi par une mise en scène sobre et rigoureuse, captivante comme un diamant noir aux funèbres éclats. Comme toujours, chez ce cinéaste,  ardent défenseur de la cause féminine, le mâle ne respecte qu'occasionnellement ses devoirs les plus élémentaires, les règles traditionnelles nippones lui ayant octroyé des privilèges seigneuriaux.  La vie d'Oharu, femme galante est sorti en 1952 et dénonçait ces abus, encore fréquents, dans l'Empire du Soleil Levant  à l'égard du beau sexe et eut, pour principal mérite, avec des moyens financiers dérisoires, de propulser le cinéma japonais sur le devant de la scène internationale en obtenant le Lion d'Or au Festival de Venise de la même année. Ainsi le cinéaste livrait-il au monde un message universel et bouleversant qui sonne toujours aussi juste aujourd'hui où, un peu partout sur notre planète, des femmes sont encore monnayées et maltraitées. L'actrice  Kinuyo Tanaka  joue dans la tradition des actrices du muet ce rôle peu bavard, tout en expressions pathétiques et en une gestuelle douloureuse de femme écrasée par son destin.

 

Pour consulter la lsite complète des articles de la rubrique CINEMA ASIATIQUE, dont Les contes de la lune vague sous la pluie, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

LISTE DES FILMS DU CINEMA ASIATIQUE  



Published by Armelle BARGUILLET - dans CINEMA ASIATIQUE
commenter cet article
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 09:19

Les Grands Films Classiques


Au début des années 50, alors qu'il sortait de l'IDHEC, Claude Sautet suivit le chemin escarpé de l'assistanat. Il tourna un court métrage de fiction et réalisa son premier long métrage en remplaçant au pied levé le metteur en scène Robert Dhéry. Sa filmographie personnelle commença avec deux polars traités à la manière des bandes américaines de série B,  Classe tous risques  ( 1960 ) et   L'arme à gauche  ( 1965 ). Bien que ces films n'aient pas défrayé la chronique, ils manifestent néanmoins des qualités indéniables : obsession du détail juste, modestie, recherche de classicisme qui inscrit, dès ses premières tentatives, Sautet dans la lignée des Grémillon, Becker ou Carné. Pendant quelques années, entre les longues périodes qui séparaient ses propres réalisations, Sautet se consacrera en parallèle à son second métier, celui de scénariste. Sa réputation, en ce domaine, fit de lui le médecin secouriste des pannes d'inspiration de ses collègues, soit " le ressemeleur de scénario ", pour reprendre sa propre expression. C'est peut-être cette expérience que l'incita à travailler ses scénarii avec d'autres scénaristes, dont Jean-Claude Dabadie pour six de ses plus grands succès et Jacques Fieschi pour les trois derniers. Il entendait ainsi mieux objectiver ses idées.  

 


                    


Sa notoriété débuta avec Les choses de la vie en 1970, qui impose son style et sa sensibilité. Sautet s'y présente en peseur d'âme, en analyste subtil des sentiments et du coeur humain. A partir d'un accident, qui coûtera la vie à son héros interprété par Michel Piccoli, il hausse le fait divers à la hauteur d'un drame. Le montage inventif des séquences de l'accident renforce cette dimension, le cinéaste s'adressant directement à nous, nous atteignant à tel point que François Nourissier écrira : " Les spectateurs conduiront le pied sur le frein. (...) Mais ils sauront que toutes précautions sont inutiles : notre avenir est peuplé de carrefours tranquilles et d'oublis, où nous guettent les grands mensonges noirs de la mort."
Le texte sobre de Jean-Loup Dabadie, le musique de Philippe Sarde, les plans silencieux nous entraînent en une marche lente vers l'agonie du personnage, dont l'objectif fixe l'inéluctable fatalité.

Max et les ferrailleurs sera un film plus personnel qui pose avant l'heure un regard sur la banlieue et la délinquance et met face à face deux personnages forts : un flic inquiétant Michel Piccoli, aussi rigide qu'un pasteur anglican, que son manque de discernement entraînera vers l'autodestruction, et une prostituée très digne, incarnée par Romy Schneider qui ajoute à sa beauté un rien de vulgarité. Cette complexité des sentiments se retrouvera dans César et Rosalie où les personnages sont à leur tour pris dans la spirale de la remise en question et de l'incompréhension. Car quoi de plus difficile et de plus imprévisible que les rapports humains ? - se demande en notre nom le metteur en scène qui cerne ses héros au plus près de leurs sentiments intimes en véritable clinicien. Le trio formé par Romy Schneider, Yves Montand et Sami Frey est inoubliable dans une variation bien tempérée, à la fois musicale, sensuelle et nostalgique. Sautet dira qu'il voulait montrer des êtres qui soient tous, ou presque tous, en danger de désespoir. Il sut le faire avec autant de tact que de sensibilité.


Les films suivants dont   Vincent, François, Paul et les autres  ( 1974 )  Mado  ( 1976 ) et  Une histoire simple  ( 1978 ) sont des portraits de groupe des années 60, quadragénaires déjà usés par la vie et une solitude paradoxale. La vision collective permet d'observer chacun d'entre eux lors de ses rapports plus ou moins conflictuels  avec les autres et d'analyser les raisons de ces tensions. Le cinéaste démontre ainsi que les situations les plus conventionnelles peuvent être lourdes de conséquences et explore une génération dont la vie quotidienne prend l'allure d'un combat pour la survie. Nous sommes frappés par leur vulnérabilité et par ce danger de désespoir auquel ils sont confrontés, en une suite d'affrontements permanents.


   


Après quelques années de silence, Sautet reviendra en force derrière la caméra en rajeunissant ses acteurs et collaborateurs. Ce seront Quelques jours avec moi ( 1988 ) où il passe de manière subtile du drame passionnel à l'ironie tragique, servi une fois encore par des comédiens remarquables, la lumineuse Sandrine Bonnaire et Daniel Auteuil dans l'un de ses meilleurs rôles,  Un coeur en hiver   ( 1991 ) et  Nelly et Monsieur Arnaud   ( 1995 ), magnifique trilogie de la maturité où l'intensité des sentiments contrariés, loin de toute emphase et prétention, s'enferment dans l'espace intime d'une délicate musique de chambre. D'ailleurs l'auteur, lui-même, affirmait qu'un film n'est autre que de la musique faite avec des acteurs, une dramaturgie, des anecdotes, des péripéties. Et il se consacrera avec talent à nous la faire entendre. Avec son réalisme poétique et profondément humain, ses plans silencieux, Sautet s'inscrit dans la lignée des plus grands, faisant des choses de la vie, les choses de notre vie et, de sa caméra, le témoin troublant de notre quotidien.

 

Pour lire les articles consacrés à Romy Schneider et aux Réalisateurs, cliquer sur leurs titres :


ROMY SCHNEIDER - PORTRAIT         

 

LISTE DES ARTICLES - REALISATEURS du 7e ART 

 

Et pour consulter la liste complète des articles de la rubrique CINEMA FRANCAIS, dont "César er Rosalie" et "Une histoire simple", cliquer sur le lien ci-dessous :

 

LISTE DES FILMS DU CINEMA FRANCAIS 

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

   

 

Published by Armelle BARGUILLET - dans LES REALISATEURS DU 7e ART
commenter cet article
19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 09:43

       


Dix ans de préparation pour ce film qui est tout ensemble une ode à la nature, à la beauté, à la liberté, à la solitude et, par ailleurs, une odyssée personnelle, celle d'un jeune américain frais émoulu d'une université et qui, tournant le dos à la civilisation et à nos sociétés consuméristes, abandonne sa voiture, lègue les dollars de sa bourse à une oeuvre caritative et prend la route pour un voyage initiatique, effaçant ses traces au fur et à mesure de son avancée, afin de se fondre à tout jamais dans la nature. Sa vraie naissance - dira-t-il - au long de ce parcours raconté en une suite de brefs épisodes et sous forme d'un journal intime par ce héros au beau sourire, qui a largué les amarres et fait retour à la vie sauvage.

 

Emile Hirsch. Paramount Vantage


Christopher était le nom réel de cet Ulysse des temps modernes, épris d'indépendance et de grands espaces qui mourut en 1992 après deux années d'un itinéraire qui, au fil des semaines et des mois, s'avéra être une rédemption, un retour aux sources, à l'espérance, à la reconquête d'un moi perdu.
Une enfance difficile, au sein d'un couple conflictuel, avait amené le jeune homme à renoncer à poursuivre une existence, tracée d'avance, de cadre supérieur formaté à Harvard. Sean Penn, le réalisateur, dont on comprend vite qu'il a trouvé en cet aventurier le catalyseur idéal de ses propres fantasmes, a poussé la reconstitution à l'extrême jusqu'à rebâtir à l'identique le car désaffecté où Christopher acheva sa brève existence. Rien n'est laissé au hasard de la désocialisation progressive de ce héros qui avait choisi de gagner l'Alaska, sa terre d'élection, par le chemin des écoliers. Son retour à la vie primitive, son grand plongeon dans une nature quasi vierge ne se feront pas sans douleur. Si la nature, chantée en une succession d'images sublimes, lui offre sa beauté suffocante, ses immensités âpres et sauvages, si elle contribue à installer en lui-même le mythe de la terre reconquise, elle apporte aussi son lot d'épreuves et la mort. Sous l'apparence d'une fleur, hélas vénéneuse qu'il a confondu avec une autre comestible et qu'il avalera par mégarde, il tombe dans un état de grande faiblesse et parvient à ce seuil où il n'est plus de retour possible, comme le ferait un jeune dieu qui, ayant compris le sens de la vie et atteint le Nirvana, se retirerait du monde des hommes pour s'avancer triomphant vers l'autre lumière. C'est cet ultime message que le metteur en scène propose : celle d'un homme qui accepte sereinement la traversée du miroir, parce qu'il a bouclé sa vie, en un accéléré de deux ans, et compris que le bonheur n'existe que s'il est partagé.

 


Emile Hirsch. Paramount Vantage

 

Rencontre avec soi d'abord, rencontre avec les autres ensuite, cette route est avant tout une quête intérieure, une découverte de la foi qui fait basculer de l'égoïsme à l'altruisme, de l'enfance à l'âge adulte, du doute à la certitude, de l'insoumission à la sagesse, et se réalise dans cette mort acceptée comme le passage définitif, l'entrée dans l'Alaska spirituel.


Servi par un narratif admirablement cadencé, économe de mots afin de mieux atteindre l'essentiel, silence expressif capté par une imagerie grandiose,  Into the wild  est une totale réussite, un film concertiste, où le héros inscrit sa partition dans celle plus symphonique de la nature, en une suite de mouvements rythmés par ses rencontres. Et ces rencontres seront décisives, chacune apportera son lot de chaleur et de tendresse, infinie consolation humaine : tour à tour Christopher se liera d'amitié avec un exploitant agricole pour lequel il travaillera, un couple de hippies sympathique et convivial, une jeune fille qui lui offrira un amour qu'il ne peut encore accepter mais dont il conservera en pensée l'image radieuse, enfin un vieux militaire qui lui proposera de l'adopter pour qu'il hérite de ses biens et ne soit plus dans une situation aussi aléatoire. Interprété par Hal Holbrook, ce personnage est particulièrement touchant et la scène de leur adieux l'une des plus poignantes du film.

 


Emile Hirsch et Hal Holbrook. Paramount Vantage


Ces rencontres constituent les étapes capitales de son cheminement personnel, contribuant à son éveil aux autres dans un contexte tellement plus authentique que celui de ses années en université, et autant de révélations pour conforter l'altérité. Emile Hirsch, conduit d'un doigté sûr par son metteur en scène, campe avec une force, une humanité, une sincérité captivantes le personnage de Christopher et assume pleinement le mythe du vagabond inspiré, ses joies, ses emballements, ses craintes, ses doutes. Il ne cesse de nous toucher, de nous questionner, de nous bouleverser par cette sorte d'élan irrésistible qu'il manifeste, jusque dans ses instants d'abattement ; il est en permanence dans une attitude positive, poursuivant sans faiblesse son périlleux défi. Magistral.

 

4-e-toiles 

 

Pour lire l'article que j'ai consacré à Sean Penn, cliquer sur son titre :

 


SEAN PENN - PORTRAIT

  

Et pour prendre connaissance de la liste complète de la rubrique CINEMA AMERICAIN & CANADIEN, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

LISTE DES FILMS DU CINEMA AMERICAIN ET CANADIEN   

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Published by Armelle BARGUILLET - dans CINEMA AMERICAIN & CANADIEN
commenter cet article
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 12:36

 Collection Christophe L. ARP Sélection Corbis Sygma 


En Novembre 1957, Françoise Giroud fit la une de l'Express avec pour titre " La Nouvelle Vague ". L'image était lancée. Certes la journaliste ne parlait pas de cinéma mais commentait une enquête sur la jeunesse, dont le comportement et les habitudes surprenaient leurs aînés. L'année suivante, la France, pays réputé conservateur, se dotait d'une nouvelle constitution et plaçait un nouveau président Charles de Gaulle ( qui n'était pas de première jeunesse cependant ) à la tête d'une société prospère mais vétuste.
A la fin des années 50, le cinéma français était à l'image du pays : des réalisateurs non dénués de talent mais souvent âgés et peu inventifs, menuisaient la " qualité française " à l'intérieur de studios poussiéreux, selon des formules rodées au cours des années 30 et se pliaient à une réglementation protectionniste qui limitait l'accès à la profession. Voilà justement ce que la jeunesse entendait changer et tout particulièrement quelques personnalités fougueuses regroupées autour d'André Bazin et des Cahiers du Cinéma, que l'on appellera, par la suite, les jeunes turcs et dont les noms étaient : Chabrol, Malle, Truffaut, Doniol-Valcroze, Rohmer, Rivette, Godard, jeunes qui entendaient imposer au 7e Art vieillissant la politique des auteurs. Les vrais cinéastes ne sont pas des artisans mais des artistes à part entière, à l'égal des écrivains, des peintres ou des musiciens - proclamaient-ils, non sans raison. Grâce à des caméras mobiles, ils entendaient saisir la réalité sur le vif, s'approcher au plus près de l'être, le surprendre dans son intimité, dévoiler ce qui se cache derrière l'apparence des choses. En quelque sorte initier un cinéma vérité qui traque ce qui est le plus secret ou le plus privé et nous restitue la vie dans son authenticité.

 

      

 

Cette Nouvelle Vague fut d'une ampleur exceptionnelle, au point de remettre en cause les mécanismes de la production, avec l'adoption de méthodes de tournage permettant d'en abaisser considérablement le coût et un nouvel état d'esprit valorisant l'idée d'auteur aux dépens d'une conception plus technique du cinéma.
La démarche ne manquait pas d'audace et nous a valu, au début, quelques films expérimentaux, prototypes d'un cinéma en pleine mutation. Ce qui primait était d'utiliser les personnages, les situations, les dialogues de façon à imposer son point de vue, à imprimer sa marque. Chaque réalisateur devait être en mesure de faire passer ses préoccupations personnelles dans un matériau étranger, de manière à se l'approprier. Mais il arriva que ce cinéma- vérité soit battu sur son propre terrain par un cinéma bourré de littérature et d'artifices, ce qui allait à l'encontre du but recherché. Heureusement, la personnalité du créateur finissait par faire la différence, mais beaucoup d'entre eux, restés sur le bas-côté, ne laissèrent qu'un pâle souvenir.

En 1958 et 59, Chabrol - qui sera le premier de la bande à plonger hardiment dans le long métrage - disposant de moyens financiers grâce à un petit héritage familial, tourne coup sur coup Le beau Serge  et  Les cousins.  Le passage à l'acte prendra les allures d'une aventure collective, confirmant la rumeur propagée par certains qu'il s'agit bien d'une bande de copains. Non des soudards, mais des jeunes gens enthousiastes, unis par la même idée du cinéma en tant qu'art, cela dans un formidable climat de stimulation et d'entraide.
Au générique de ces films, on verra revenir le nom des mêmes acteurs : Jean-Paul Belmondo, Gérard Blain, Bernadette Lafont, Jean-Claude Brialy, Anna Karina, des mêmes scénaristes Paul Gégauff, Jean Gruault, en passant par les mêmes assistants et opérateurs. Une grande équipe s'est mise en ordre de bataille pour rénover de fond en comble l'art cinématographique et faire passer un formidable message de modernité. Comme l'écrira Truffaut :

 
Les jeunes qui ont pu trouver les capitaux par leur famille - cas de Louis Malle, Chabrol et moi-même - ont fait les premiers films de la N.V., mais le succès de ces premiers films a permis à ceux qui venaient derrière, et n'auraient pu réunir tout de suite des capitaux, de trouver des financements auprès de petits producteurs opportunistes. En deux ans, tous ceux qui voulaient faire des films aux Cahiers l'ont fait. Ces films ont été conçus dans la même optique que celle d'Hiroshima, c'est-à-dire en prévoyant le pire. Ce sont des films qui ont été tournés dans de telles conditions d'économie, en général 30 ou 40 millions d'A.F., qu'une exploitation minime suffisait à amortir ".


  Beta Film GmbH 


C'est à ce moment que Truffaut tourne  Les quatre cents coups,  dont il puise l'inspiration dans sa propre adolescence. Ce film fera l'effet d'une bombe et à Cannes l'expression N.V. sera sur toutes les lèvres. Le monde entier s'en empare. Le phénomène " jeune " emporte tout sur son passage. Doniol-Valcroze écrira dans les Cahiers :  La porte ébranlée sous les coups de Chabrol, Franju, Rouch, Reichenbach et autres gaillards du même acabit, soudain cède et un avenir commence.
Suivra  A bout de souffle de Godard, seul vrai succès public qu'un film de ce cinéaste remportera spontanément et, ce, sans l'apport de vedettes. Il apparaîtra bientôt comme le film-manifeste, après Le beau Serge, qui illustre idéalement la théorie et la pratique du cinéma d'avant-garde. Alors que ce film ne renie nullement une inspiration classique, tant son auteur s'essaiera à faire revivre un cinéma ancien et aimé. Avec lui et grâce à lui, Godard révolutionne définitivement l'écriture cinématographique et on ne peut nier qu'il y aura un avant et après A bout de souffle.

 

Mais le temps passe, les films succèdent aux films et si les jeunes cinéastes se serrent les coudes, chacun tente néanmoins de creuser son trou en toute indépendance économique. Le but n'est-il pas de prouver que, dorénavant, on peut réaliser des films dans les mêmes conditions qu'un amateur, en obtenant un produit de format professionnel exploitable commercialement. Mais s'ajoutaient à cette contrainte d'autres paramètres que la N.V. s'était fixée dès le début : de préférence des décors naturels, une équipe ultra légère, des acteurs non professionnels, si bien que ces impératifs finirent par user les cinéastes et signer la fin de la N.V. Truffaut l'écrira sobrement : Chacun est resté fidèle à lui-même mais, en le faisant, il s'est éloigné des autres. A l'actif de ce mouvement, on peut porter ceux d'un dépoussiérage du cinéma français, d'une libération des formes et de l'écriture, d'un nouvel accent empreint de vérité et de sincérité, d'une personnalisation des oeuvres. Mais la cohabitation ne pouvait durer pour la bonne raison que les sensibilités et les tempéraments étaient trop différents. La vague retomba comme toutes les vagues et de nouveaux auteurs purent, à leur tour, écrire sur le sable redevenu lisse.

 

 Telle est la leçon à retenir de la Nouvelle Vague et le sens de cette fameuse  politique des auteurs  qu'elle inventa d'abord et illustra ensuite avec plus ou moins de bonheur. Grâce au recul dont nous jouissons aujourd'hui, nous comprenons mieux les réticences que ce cinéma suscita, en provoquant volontairement une rupture dans le 7ème Art. En 1962 Godard déclarait, plus modéré qu'à l'ordinaire :
" La critique nous a appris à admirer à la fois Rouch et Eisenstein. A ne pas condamner un genre de cinéma au profit d'un autre. A ne pas refaire ce qui a déjà été fait. Tout écrivain contemporain sait que Molière et Shakespeare ont existé. Nous avons été les premiers réalisateurs à tenir compte de l'existence de Griffith. Même Carné, Delluc, René Clair n'avaient pas de base critique et historique réelle. Renoir lui-même n'en avait guère plus : mais lui, bien sûr, avait du génie."

Ce mouvement de la Nouvelle Vague n'en a pas moins engendré une postérité nombreuse. Elle constitue d'ailleurs la plus grande part du cinéma français actuel. Sans elle, des cinéastes aussi divers que Cavalier, Pialat, Pascal Thomas, Jean Eustache n'auraient probablement pas existé. Et si une oeuvre comme celle de Tavernier s'est édifiée en opposition presque absolue avec son héritage, n'était-ce pas une manière de reconnaître sa dette envers lui ? Malgré ses excès, ses erreurs et ses reniements, la Nouvelle Vague n'en a pas moins été une démarche fructueuse et une étape nécessaire qui a évité au cinéma de se scléroser ou de se laisser rattraper par un trop précoce vieillissement. Ce coup de gueule, ou plutôt cette torche vive, qui mit le feu au poudre, nous a valu un cinéma vivant, ragaillardi, immédiat et accessible qui a exploité, à bon escient, et sans se départir de sa poésie, l'originalité profonde du 7ème Art.


Pour lire les articles consacrés aux acteurs de la N.V. et à Louis Malle, Resnais, Demy, Chabrol, Truffaut, Godard et Rohmer, cliquer sur leurs titres :   

 


 LES ACTRICES ET ACTEURS DE LA NOUVELLE VAGUE      LISTE DES ARTICLES - REALISATEURS du 7e ART

 

Et pour consulter la liste complète des articles concernant les films de la Nouvelle Vague, cliquer sur le lien ci-dessous :  

 

LISTE DES FILMS DU CINEMA FRANCAIS

 

 Corbis Sygma Collection Christophe L. Corbis Sygma

 

 

Published by Armelle BARGUILLET - dans LES REALISATEURS DU 7e ART
commenter cet article
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 10:18

Universal Pictures   Films sonores Tobis

 


René Clair,de son vrai nom René Chomette, était né à Paris le 11 novembre 1898. Fils de savonnier, il grandit dans le quartier des Halles et commença sa carrière comme journaliste à l'Intransigeant, tout en écrivant des paroles pour la chanteuse Damia. Puis, il s'essaya comme acteur dans plusieurs films : Le lys de la vie, l'Orpheline, Parisette et prit alors le pseudonyme de René Clair.

 

C'est en 1922 qu'il se lance dans la rédaction d'un premier scénario " Le rayon diabolique", qu'il adapte et réalise lui-même un an plus tard et qui sortira dans les salles en 1923, avec un titre plus attrayant  "Paris qui dort". Néanmoins, ce n'est pas avec ce premier long métrage qu'il accédera à la célébrité, mais avec le suivant, la commande d'un court métrage, dont l' objet est de distraire les spectateurs durant l'interruption entre deux ballets. Cette réalisation, peu habituelle, prendra d'ailleurs pour titre celui d'Entracte en 1924. D'inspiration dadaïste, groupe que René Clair  fréquentait à l'époque, elle va faire scandale et assurer ainsi, à son jeune auteur, la notoriété qu'il souhaitait pour poursuivre sa carrière d'écrivain et de cinéaste. Vont se succéder des films étincelants qui ont marqué les mémoires : Ma femme est une sorcière ( 1942 ), Le silence est d'or ( 1947 ), enfin  La beauté du diable  ( 1949 )où il revisite le mythe de Faust avec, dans le rôle principal, Gérard Philipe. Cette rencontre va compter pour René Clair, qui découvre, en cet acteur exceptionnel, son double : un être à la mélancolie élégante. Dans le film Les belles de Nuit ( 1952 ) qu'il tourne avec lui, le cinéaste crée une variation subtile sur la porosité desétats de veille et de sommeil,  ligne indiscernable qui sépare la réalité de l'imaginaire, le vécu de l'espéré, s'inspirant de cette pensée de Blaise Pascal : " Si nous rêvions toutes les nuits de la même chose, elle nous affecterait autant que les objets que nous voyons tous les jours. Et si un artisan était sûr de rêver toutes les nuits qu'il est roi, je crois qu'il serait presque aussi heureux qu'un roi qui rêverait toutes les nuits qu'il est artisan".

 

L'histoire est simple : celle d'un modeste professeur de musique dans une ville de province. Ses élèves ne partagent pas sa passion et le chahutent, les femmes paraissent l'ignorer et ses compositions musicales ne plaisent pas davantage. Il s'ennuie et se lamente. Et voilà que, lors d'une leçon particulière qu'il donne et où il s'ennuie plus qu'à l'habitude, il sombre dans un profond sommeil. Qu'advient-il ? Contrairement à ce qu'il vit quotidiennement, ce rêve le comble en lui apportant gratification, amour et succès. Est-ce le bonheur enfin réalisé, le rêve plus fort que la vie ? Partition  sur laquelle René Clair va donner toute sa mesure, celle d'un poète, d'un enchanteur, servi par une distribution brillante.

 

Cette fable délicieuse et morale, qui nous montre que le songe peut être aussi trompeur que la réalité, finit bien, puisque l'obscur professeur, en se réveillant, s'aperçoit, juste à point nommé, qu'il y a mille bonnes raisons d'aimer la vie, dès l'instant où l'on met en elle un brin de rêve, un rien de saveur.

Il est amusant de souligner que cet ardent défenseur de l'art du silence fut, par une ironie du sort, l'auteur du premier film parlant français.  Sous les toits de Paris refuse l'invasion par les dialogues et écarte le parallélisme du son et de l'image, auquel il préfère le contraste et le contre-chant. Lui-même se voyait davantage en pourvoyeur d'idées qu'en styliste. C'est la raison pour laquelle il fit ses premiers pas dans l'audiovisuel à reculons, adoptant une curieuse stratégie : il s'interdira l'usage simultané du son et de l'image. Tantôt nous avons la parole sans l'image ( une querelle d'amoureux dans la pénombre ), tantôt l'image sans la parole ( une scène vue à travers la vitre d'un café ). Ces jongleries, même si elles relèvent du gag, ont défini le style de René Clair, malgré lui.


     


Aussi, au début des années 50, était-il considéré comme le metteur en scène français le plus important pour son réalisme poétique, l'ambiance aimable et bon enfant qui caractérisent une part de sa filmographie. Car René Clair, c'est d'abord un regard amusé sur les êtres humains, un ton alternant tristesse et humour, un contact direct avec le public. Henri Langlois notait qu'il représentait au regard de l'étranger la personnification de l'esprit français, en digne successeur de Molière et de Feydeau. Il n'en a pas moins travaillé en Grande-Bretagne où il réalisera deux films dont l'excellent Fantôme à vendre,  dans un esprit parfaitement proche de l'esprit britannique, puis à Hollywood  La belle ensorceleuse,  film construit autour de la star Marlene Dietrich et surtout  Ma femme est une sorcière  qui prouve la constance de son style dans un contexte différent. Il signe son retour en France avec  Le silence est d'or,  une oeuvre où il s'attendrit, non sans nostalgie, sur l'époque du muet. Puis viendront Les grandes manoeuvres et  La porte des Lilas  où apparaît un certain désenchantement, avant que René Clair ne cède à une production plus commerciale et moins inspirée et que la défaveur ne fonde brusquement sur lui. Après avoir été porté aux nues, il tombe en disgrâce. Mais pourquoi ce discrédit soudain ? Certes, ces derniers travaux s'avéraient assez médiocres, son attitude était perçue comme hautaine, et il était devenu à la mode de tuer le père et de dénigrer ses films. Robert Bresson - qui avait travaillé avec lui - considérait que Clair avait privilégié le spectacle au mépris de l'écriture. D'ailleurs Clair lui-même se plaisait à dire qu'une fois son scénario bouclé, le film était quasiment fait. L'écriture littéraire était son jardin secret, moins l'écriture cinématographique. C'était déjà l'installation dans une immortalité qui en ferait un cinéaste classique mais dépassé et son entrée solennelle à l'Académie française.

 

Pour lire les articles consacrés à Michèle Morgan, à Gérard Philipe et aux Réalisateurs, cliquer sur leurs titres :
MICHELE MORGAN         GERARD PHILIPE         LISTE DES ARTICLES - REALISATEURS du 7e ART

 

Et pour consulter la liste complète des articles concernant la rubrique CINEMA FRANCAIS, cliquer sur le lien ci-dessous :  

LISTE DES FILMS DU CINEMA FRANCAIS

 

 

 

Published by Armelle BARGUILLET - dans LES REALISATEURS DU 7e ART
commenter cet article
7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 18:48

Affiche américaine. Warner Bros.         BANDE ANNONCE
 

L'étrange histoire de Benjamin Button est à la fois une fable fantastique, un film d'amour et un chef-d'oeuvre de virtuosité technique, qui nous conte - pendant près de 3 heures - une histoire rocambolesque que l'on pourrait qualifier de " retour vers le futur". Et de quelle histoire s'agit-il plus précisément ? Celle de Benjamin Button ( Brad Pitt ), né à la Nouvelle-Orléans, le jour de l'armistice de la Première Guerre Mondiale, victime d'une étrange et pathétique anomalie, puisqu'il est venu au monde, non comme un nouveau-né, mais comme un individu dont la peau et l'organisme présentent toutes les séquelles d'un vieillard de 80 ans. Au bout de quelques mois, et à mesure qu'il grandit en taille, on s'aperçoit que sa vie au lieu de descendre le temps, le remonte, et qu'il est condamné, heureusement ou malheureusement, à rajeunir au lieu de vieillir au fil des ans. Cette singularité aura l'avantage d'allier à sa compétitivité une expérience acquise indéniable mais lui causera d'innombrables problèmes vis-à-vis de son entourage et plus spécialement auprès de Daisy ( Cate Blanchett ), la femme dont il s'est épris. Rencontrée, alors qu'elle n'était qu'une fillette, leur relation, mise à l'épreuve de la durée effective du temps, sera à l'origine de leur drame personnel, dont je ne veux pas vous dévoiler les tenants et les aboutissants, pour ne pas vous priver du plaisir de le découvrir vous-même.

Librement adapté d'une nouvelle de Scott Fitzgerald, l'auteur de Gatsby le Magnifique, le projet était déjà à l'oeuvre dès 1990, mais le défi narratif et surtout technologique d'un film, dont le héros vieillit à l'envers, semblait impossible à assurer, faute d'effets spéciaux convaincants. Par chance, les images de synthèse, ne cessant pas de se perfectionner, le cinéaste David Fincher, qui avait repris le projet à la suite des abandons successifs de Steven Spielberg, Ron Howard et Spike Jonze, entendait bien en assurer la gageure : faire exister un héros qui remonte le temps au lieu de le descendre.

" Ce fut un travail de longue haleine - avouait-il récemment à un journaliste - il doit y avoir près de 350 plans truqués dans le film et je peux vous dire que la création d'un personnage comme Benjamin Button n'a pas été une partie de plaisir ". On veut bien le croire.


Brad Pitt et Cate Blanchett. Warner Bros. France


Après un test au résultat aussi impressionnant que coûteux, le feu vert fut enfin accordé par les producteurs. Si Brad Pitt interprète le rôle de Benjamin Button pendant les deux dernières heures de la projection, durant les cinquante premières minutes, lorsque le personnage est sensé avoir entre 80 et 65 ans, le corps de celui-ci est une doublure de petite taille et la tête une création de synthèse, à partir du visage vieilli de l'acteur. Le même procédé qui fut utilisé pour donner vie à Gollum  dans Le seigneur des anneaux et à King Kong, mais perfectionné de façon à obtenir un rendu plus subtil.

" Cela peut paraître intimidant et désincarné sur un plateau - soulignait le metteur en scène - mais cela recrée une certaine intimité avec les acteurs, qui se sentent moins exposés et peuvent mieux intérioriser leurs émotions, sans composer avec les costumes, les décors et la présence d'une équipe de tournage importante ".


Brad Pitt et Cate Blanchett. Warner Bros. France 

 

Il faut également souligner qu'il est quasi impossible de détecter l'utilisation massive d'images de synthèse, qui ont gâché pas mal de films auparavant, mais qui,  utilisées avec doigté par un Fincher passé maître, à la suite de son opus précédent Zodiac des effets spéciaux invisibles, parvient à rendre indiscernable la frontière entre film en prises de vue réelles et cinéma d'animation digitale. Cette maturité obtenue, après des réalisations moins convaincantes, comme Fight club et Panic, permet à David Fincher de signer là son film le plus accompli, ne serait-ce que pour les raisons suivantes : la prouesse technologique ne ternit pas l'inspiration ou la beauté picturale des images, pas davantage qu'elle n'affaiblit l'émotion. Quant à Cate Blanchett, elle irradie d'aisance et de beauté, alors que Brad Pitt me semble moins à l'aise que d'habitude, un rien absent. Néanmoins, ils forment tous deux un couple très glamour, à la recherche d'un temps commun, ce qui est pour le moins l'originalité et l'audace de ce film. Avec cette fresque passionnante et cet exploit filmique qui, sans nul doute, feront date, David Fincher fait une entrée remarquée dans le clan des grands conteurs, de la lignée des Spielberg et des Cameron.

 

3-e-toiles



Pour consulter la liste complète des articles de la rubrique CINEMA AMERICAIN & CANADIEN, cliquer sur le lien ci-dessous :


LISTE DES FILMS DU CINEMA AMERICAIN ET CANADIEN




Cate Blanchett. Warner Bros. France

 

Published by Armelle BARGUILLET - dans CINEMA AMERICAIN & CANADIEN
commenter cet article
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 14:33

 

 

 

LA MAISON AU TOIT ROUGE de YOJI YAMADA

 

A CAPPELLA de LEE SUJIN

 

LE PROMENEUR D'OISEAU de PHILIPPE MUYL

 

REAL de KIYOSHI KUROSAWA

 

LES CHIENS ERRANTS de TSAI MING-LIANG

 

16e FESTIVAL DU FILM ASIATIQUE de DEAUVILLE - BILAN

 

16e FESTIVAL DU FILM ASIATIQUE de DEAUVILLE - MONSTERZ de HIDEO NAKATA

 

16e FESTIVAL DU FILM ASIATIQUE de DEAUVILLE - NO MAN'S LAND de NING HAO

 

L'ILE NUE de KANETO SHINDO
 

SHOKUZAI ( PENITENCE ) de KIYOSHI KUROSAWA

 

HERO de ZHANG YIMOU

 

PIETA de KIM KI-duk

 

CAUGHT IN THE WEB de CHEN KAIGE

 

THE GRANDMASTER de WONG KAR-WAI

 

THE LAND OF HOPE de SONO SION

 

MAI RATIMA de YOO JI-TAE

 

11 FLEURS de WANG XIAOSHUAI

 

SAYA ZAMURAI de HITOSHI MATSUMOTO

 

Liste des articles du 14e Festival du film asiatique de DEAUVILLE

 

13e FESTIVAL DU FILM ASIATIQUE de DEAUVILLE

 

12e FESTIVAL DU FILM ASIATIQUE de DEAUVILLE

 

I CARRIED YOU HOME de TONGPONG CHANTARANGKUL

 

I WISH - NOS VOEUX SECRETS de HIROKAZU KORE-EDA

 

HIMIZU de SONO SION          

 

LA BALLADE DE L'IMPOSSIBLE de TRAN ANH HUNG

 

ONCLE BOONMEE de APICHATPONG WEERASETHAKUL

 

POETRY de LEE CHANG DONG        

 

NUITS D'IVRESSE PRINTANIERE de LOU YE

 

LOLA de BRILLANTE MENDOZA           

 

L'ENFANT DE KABOUL de BARMAK AKRAM

 

LES 3 ROYAUMES de JOHN WOO        

 

REVES de AKIRA KUROSAWA

 

THE CHASER de NA HONG-JIN        

 

 MEMBERS OF THE FUNERAL de BAEK SEUNG BIN

 

SECRET SUNSHINE de LEE CHANG DONG           

 

CHANTS DES MERS DU SUD de MARAT SARULU      

 

LES CONTES DE LA LUNE VAGUE APRES LA PLUIE de MIZOGUCHI

 

LA VIE D'OHARU, FEMME GALANTE de KENJI MIZOGUCHI

 

LES SEIGNEURS DE LA GUERRE de PETER CHAN

 

UN MILLIER D'ANNEES DE BONNES PRIERES de WAYNE WANG

 

SOUVENIR de IM KWON-TAEK         

 

EPOUSES ET CONCUBINES de ZHANG YIMOU

 

PLOY de PEN-EK-RATANARUANG         

 

FLOWER IN THE POCKET de LIEW SENG TAT

 

WONDERFUL TOWN de ADITYA ASSARAT       

 

THE RED AWN de CAI SHANGJUN

 

FUNUKE SHOW SOME LOVE, YOU LOSERS de YOSHIDA DAIHACHI

 

BEAUTIFUL de JUHN JAIHONG           

 

 KING AND THE CLOWN de LEE JUN -IK

 

JE SUIS UN CYBORG de PARK CHAN-WOOK

 

MY BLUEBERRY NIGHTS de WONG KAR WAI

 

ADIEU MA CONCUBINE de CHEN KAIGE

 

LA FORET DE MOGARI de NAOMI KAWASE

 

IN THE MOOD FOR LOVE de WONG KAR-WAI

 

GETTING HOME de ZHANG YANG      

 

LE MARIAGE DE TUYA de WANG QUAN'AN

 

BEFORE WE WALL IN LOVE AGAIN DE JAMES LEE

 

SYNDROMES AND A CENTURY de APICHATPONG WEERASETHAKUL

 

LA CITE INTERDITE DE ZHANG YIMOU          

 

 

Published by Armelle BARGUILLET - dans CINEMA ASIATIQUE
commenter cet article
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 12:06

  Corbis Sygma Universal Pictures Corbis Sygma

 

L'histoire du western se confond avec les débuts du cinéma américain. The great train Robbery tourné en 1903 est déjà un modèle du genre. Sa vedette Broncho Billy Anderson en deviendra la première star et sa carrière durera 62 ans. Très vite, ce cinéma trouve un ton, une sensibilité et une émotion exceptionnels. De tous les genres cinématographiques, il est celui qui a le moins besoin de la parole. La vision des grands espaces, la vigueur des cavalcades et des poursuites, la dureté des règlements de comptes suffisent à charger la pellicule d'une incroyable intensité. L'arrivée du parlant bouleversera le genre et ralentira la production, si bien que les westerns des années 20 sont peu nombreux et ne possèdent plus le même ton que ceux d'un Walsh ou d'un Ford qui savaient conférer à leurs oeuvres des moments de tendresse et des scènes d'intimité. L'apogée du genre se fera aux alentours des années 40, époque où la comédie musicale et le film noir n'ont pas encore atteint l'âge d'or et où l'apparition de la couleur magnifie les décors naturels des grands espaces superbement photogéniques. On voit ainsi revenir une surprenante conjonction de films avec des acteurs comme Henry Fonda, Tyrone Power, Robert Taylor, Burt Lancaster, Kirk Douglas dans des longs métrages dont les noms suffisent à éveiller la mémoire. Par ailleurs Hollywood produit des oeuvres à la gloire des pionniers et de tous ceux qui contribuèrent à la conquête de l'Ouest. Cecil B. DeMille célèbrera la construction des voies ferrées, Fritz Lang la mise en place du télégraphe, Michael Curtiz le développement des villes, tandis que King Vidor retracera l'héroïque odyssée des rangers du major Roberts. Mais miné par l'emprise de plus en plus envahissante de la télévision, le cinéma américain assiste impuissant à la mort successive des Grands Studios et, au début des années 60, le western subit une profonde mutation. Le ton se durcit et une approche plus libérale de l'Ouest s'oppose à une tradition que l'on pourrait symboliser par les films de John Wayne. Il y a maintenant deux façons d'appréhender et de raconter l'Ouest : celle qui privilégie la légende et celle qui traite à travers elle des problèmes contemporains de l'Amérique. Les derniers feux d'un genre en voie d'extinction datent des années 80 où Clint Eastwood, devenu réalisateur, produit des films comme L'homme des hautes plaines (1972) et où le western se veut davantage une méditation sur le Far West que le récit d'une épopée. Ainsi se tourne, non sans panache, la page d'un genre qui aura contribué à faire la gloire incontestable d'Hollywood.

 

JOHN FORD : Fils d'un cabaretier d'origine irlandaise, cadet d'une famille de 11 enfants, ce pionnier du genre tenait à donner l'image d'une vie simple, mais l'alcoolisme ne fut pas moins un fléau qui frappa aussi bien son père, sa mère que son épouse et lui-même. Ce conformiste malheureux, qui aima sa vie durant et sans espoir Katharine Hepburn, était aussi un intellectuel. Mais il préféra entretenir sa légende de marin, de buveur et de force de la nature, cachant ses tourments derrière sa trogne et son pittoresque bandeau sur l'oeil. Appelé par son frère, qui l'y avait devancé, il commence sa carrière à Hollywood en 1917, du temps du muet, et la terminera en 1966 après avoir signé 140 films, dont quelques inoubliables chefs-d'oeuvre. C'est lui qui contribuera à faire entrer le western dans son âge adulte avec des oeuvres comme  La poursuite infernaleLe fils du désert,   La charge héroïqueRio grande et  La prisonnière du désert, imposant également son paysage de prédilection : Monument Valley. Il est et restera l'homme des paysages immenses, auteur éclectique et profondément humain, dont l'incurable mélancolie teintera la plupart de ses films de couleurs souvent crépusculaires. Le sentiment de son propre vieillissement lui inspirera des opus comme L'homme tranquille et Quand se lève la lune et quelques poignantes méditations sur le temps qui passe. Caricaturé comme machiste, il n'en consacrera pas moins son dernier film aux femmes et mettra en scène un groupe de missionnaires dans une Chine en ébullition, composant pour Anne Bancroft un personnage dont l'héroïsme n'a rien à envier aux hommes.

 

HOWARD HAWKS : L'oeuvre de ce cinéaste a été saluée comme celle d'un précurseur qui sut devancer son temps et s'identifier pleinement à l'Amérique contemporaine, qu'il peindra d'un trait ferme et sans complaisance. Dès 1932, son cinéma s'inspire des crimes d'Al Capone et surprend par la nervosité de sa mise en scène. Les films suivants enchaînent des sujets divers et des scénarii inventifs qui frappent par leur rythme et la vivacité des dialogues. En même temps, Hawks s'impose comme un remarquable directeur d'acteurs, révélant la jeune Carole Lombard et dirigeant nombre de vedettes de l'époque comme Gary Cooper, Joan Crawford, Edward G. Robinson et, dans  L'impossible monsieur bébé,  le couple Katharine Hepburn/ Cary Crant. Sobre, usant du moins de plans possibles et de peu d'effets de montage, ce cinéaste brillant placera toujours sa caméra à hauteur d'homme. Mais il saura contrecarrer sa sobriété par les plans majestueux d'une nature sauvage et la force intérieure de ses personnages peu enclins aux compromis, axant son objectif sur l'importance des conflits intérieurs. Nous lui devons quelques westerns qui font date comme  La rivière rougeRio Bravo où il sait allier sa vision impressionnante de l'espace à celle tout aussi profonde et parfois démesurée de l'espace intérieur.

 

ANTONY MANN : est par excellence le cinéaste du western. Dans la période charnière des années 50, il a apporté au genre une densité psychologique et morale, ainsi qu'une nouvelle approche du paysage. L'excellence de son travail sera vite remarquée et il sera le premier à jouer la carte des Indiens avec  La porte du diable  ( 1950 ) dans un noir et blanc somptueux et austère à la fois. Il initiera également un cycle de onze opus qui tous aborderont le genre de façon neuve, oscillant entre l'analyse freudienne et l'épure quasi abstraite. On lui doit  L'homme de l'ouestWinchester 73   L'appât,   Du sang dans le désert. Il fera de James Stewart son interprète d'élection. l'acteur sensible, fébrile, vulnérable incarnait mieux que quiconque un être tiraillé de doutes, ce qui était inédit jusqu'alors et que Mann saura imposer avec un réalisme rude, dépourvu de tout pittoresque facile. Ainsi dépeint-il une idée moderne de l'homme : faillible, chancelant dans ses convictions, mais tendu dans la quête d'une nouvelle morale.

 

KING VIDOR : L'un des grands aînés, un pionnier qui fut particulièrement productif du temps du muet et gravit tous les échelons avant de se retrouver réalisateur et scénariste en 1919. La grande parade ( 1926 ) est un superbe hymne pacifiste où le réalisme des scènes s'oppose au lyrisme de l'intrigue sentimentale. Son oeuvre muette trouve son couronnement avec  La foule ( 1928 ) qui chante la tragédie du quotidien. King Vidor produira assez peu de 1944 à 1959, dont  Le grand passage ( 1940 ) qui ne sera pas pleinement conforme à sa conception initiale. Il est également l'auteur d'un film remarquable   Le rebelle, oeuvre rageuse contre une certaine étroitesse d'esprit et un portrait contrasté et critique d'un esprit créatif intransigeant.

 

ROBERT ALDRICH : Arrivé à Hollywood dans les années 40, il fut l'assistant de ce qui comptait alors dans le 7e Art : Renoir, Chaplin, Wellman et débutera dans la réalisation avec The big leaguer. mais c'est le milieu des années 50 qui le consacre avec deux westerns décapants : Bronco Apache et Vera Cruz. Si le style est classique, le ton est nouveau : le cynisme de Vera Cruz prend le part des mercenaires, originalité de cet auteur qui se plaisait à respecter les genres pour mieux les dynamiter de l'intérieur.

 

RAOUL WALSH : est l'auteur de quelques westerns mémorables dont  La charge fantastique ( 1941 ) avec Errol Flynn qu'il statufiait dans le personnage du général Custer - historiquement tout est douteux mais le panache de la mise en scène est irrésistible -  La fille du désert, Cheyenne, et   La vallée de la peur qui est une transposition des Hauts de Hurlevent. Walsh, dont l'ensemble l'oeuvre, petits films et chefs-d'oeuvre sont unis dans la même énergie, retient l'attention pour trois raison principales : son romantisme qui s'assombrit souvent jusqu'au sentiment du tragique, sa narration claire et son souffle pathétique.

 

RICHARD BROOKS : cinéaste virtuose de La chatte sur un toit brûlant et de Graine de violence, a tourné peu de western, mais c'est attaqué dans La dernière chasse ( 1956 ) et  Les professionnels  ( 1966 ) à pointer du doigt, au travers d'un discours écologique avant l'heure , la condition misérable du peuple indien sur la voie de l'extinction.

 

SYDNEY POLLACK :  incarne à la fois l'apogée d'une tradition avec son western  Jeremiah Johnson  et la quintessence d'une  modernité avec un thriller comme  Les trois jours du Condor. Il est également le représentant de la continuité thématique et esthétique du cinéma américain.  Avec Jeremiah Johnson ( 1971 ), Pollack apporte une contribution flamboyante à ce genre particulier. rarement la beauté de la nature n'aura été rendue avec un tel souffle et rarement l'évolution d'un personnage, de la civilisation à la sauvagerie puis à la civilisation, aura été abordé avec pareille économie de dialogue. Jérémiah Johnson parle des racines et aborde ce discours dans sa dimension historique.

 

SERGIO LEONE : Avec ce réalisateur truculent, le western est envisagé comme un opéra baroque et élaboré dans un style original par la démythification volontaire de l'histoire traditionnelle de l'Ouest. Les moyens employés permettront à leur auteur de bénéficier d'une ampleur narrative peu commune et d'une dimension spatiale qui permet aux duels et aux affrontements de se développer à la façon de purs jeux formels. A travers des films comme  Le bon, la brute et le truand  ( 1966 ) et  Il était une fois dans l'ouest ( 1969 ), Leone s'autorise une oeuvre ambitieuse dans le lieu mythique de Monument Valley, accompagné d'une pléiade de stars internationales, rédigeant ainsi, de la pointe de sa caméra, l'élégie sanglante et spectaculaire de la disparition de l'Ouest classique si cher à Ford et, en quelque sorte, bouclant la boucle.

 

CLINT EASTWOOD  a émaillé sa production, qui touche à tous les genres, de détails personnels et percutants. L'homme des hautes plaines ( 1972 ) est un western baroque et une parabole fulgurante sur les tenants et les aboutissants du pouvoir, en même temps qu'un hommage vibrant à celui qui lui a donné sa première chance d'acteur : Sergio Leone.

 

Pour lire les articles consacrés à James Stewart, John Wayne, Gary Cooper, Henry Fonda, Natalie Wood, cliquer sur le titre de la rubrique :

 
LISTE DES ARTICLES - acteurs du 7e Art  

 

Et pour consulter la liste complète des articles de la rubrique CINEMA AMERICAIN & CANADIEN où sont référenciés les critiques des westerns les plus fameux, cliquer sur le lien ci-dessous :  

 

LISTE DES FILMS DU CINEMA AMERICAIN ET CANADIEN

 


     Swashbuckler Films   

 

 

Published by Armelle BARGUILLET - dans LES REALISATEURS DU 7e ART
commenter cet article

Présentation

  • : LA PLUME ET L'IMAGE
  • LA PLUME ET L'IMAGE
  • : Ce blog n'a d'autre souhait que de partager avec vous les meilleurs moments du 7e Art et quelques-uns des bons moments de la vie.
  • Contact

Profil

  • Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.
  • Auteur de treize ouvrages, passionnée par les arts en général, aime écrire et voyager.

Texte Libre

Un blog qui privilégie l'image sans renoncer à la plume car :

 

LES IMAGES, nous les aimons pour elles-mêmes. Alors que les mots racontent, les images montrent, désignent, parfois exhibent, plus sérieusement révèlent. Il arrive qu'elles ne se fixent que sur la rétine ou ne se déploient que dans l'imaginaire. Mais qu'elles viennent d'ici ou d'ailleurs, elles ont l'art de  nous surprendre et de nous dérouter.
La raison en est qu'elles sont tour à tour réelles, virtuelles, en miroir, floues, brouillées, dessinées, gravées, peintes, projetées, fidèles, mensongères, magiciennes.
Comme les mots, elles savent s'effacer, s'estomper, disparaître, ré-apparaître, répliques probables de ce qui est, visions idéales auxquelles nous aspirons.
Erotiques, fantastiques, oniriques, elles n'oublient ni de nous déconcerter, ni de nous subjuguer. Ne sont-elles pas autant de mondes à concevoir, autant de rêves à initier ?

 

"Je crois au pouvoir du rire et des larmes comme contrepoison de la haine et de la terreur. Les bons films constituent un langage international, ils répondent au besoin qu'ont les hommes d'humour, de pitié, de compréhension."


Charlie Chaplin

 

"Innover, c'est aller de l'avant sans abandonner le passé."

 

Stanley Kubrick

 

 

ET SI VOUS PREFEREZ L'EVASION PAR LES MOTS, LA LITTERATURE ET LES VOYAGES, RENDEZ-VOUS SUR MON AUTRE BLOG :  INTERLIGNE

 

poesie-est-lendroit-silence-michel-camus-L-1 

 

Les derniers films vus et critiqués : 
 
  yves-saint-laurent-le-film-de-jalil-lespert (1) PHILOMENA UK POSTER STEVE COOGAN JUDI DENCH (1) un-max-boublil-pret-a-tout-dans-la-comedie-romantique-de-ni

Mes coups de coeur    

 

4-e-toiles


affiche-I-Wish-225x300

   

 

The-Artist-MIchel-Hazanavicius

 

Million Dollar Baby French front 

 

5-etoiles

 

critique-la-grande-illusion-renoir4

 

claudiaotguepard 

 

affiche-pouses-et-concubines 

 

 

MES FESTIVALS

 


12e-festival-film-asiatique-deauville-L-1

 

 13e-FFA-20111

 

deauville-copie-1 


15-festival-du-film-asiatique-de-deauville

 

 

Recherche